Presque 30 ans après la sortie de son reflex argentique FM2 et 8 ans après le Df, Nikon dévoile le Nikon Z fc, un appareil photo hybride DX moderne au look rétro. À l’intérieur, on retrouve le couple capteur/processeur CMOS APS-C de 20,9 Mpx du Nikon Z 50, avec à la clé les mêmes performances et qualité d’image. À l’extérieur, c’est un boîtier APS-C au look vintage qui se dessine. En parallèle, Nikon dévoile deux optiques en monture Z qui s’accordent parfaitement avec ce nouveau boîtier. Retour sur les caractéristiques et surtout le design de ce boîtier que nous avons eu la chance de prendre en main lors du lancement.

Un coeur de Nikon Z 50

Ne cherchez pas les différences : le Nikon Z fc a le coeur d’un Nikon Z 50, le premier hybride APS-C en monture Z dévoilé par Nikon en octobre 2019. Ce dernier se dote ainsi d’un capteur CMOS APS-C de 20,9 Mpx couplé au processeur Expeed 6 avec une plage ISO de 100 à 51 200 ISO, extensible jusqu’à 204 800 ISO.

Le boîtier dispose ainsi d’un autofocus hybride à 209 points AF couvrant 90% du capteur et compatible avec les modes de détection et de suivi Eye-AF. Par rapport au Z 50, il dispose cependant de la détection active des yeux et des animaux à la fois en photo et vidéo, issue des Nikon Z 6II et Z 7II. On notera également que le mode AF zone large (L) est présent sur ce nouvel hybride, afin de limiter la zone AF active pour la détection des yeux par exemple.

Au niveau réactivité, le Z fc fait jeu égal avec le Z 50, soit une rafale jusqu’à 11 i/s en AF/AE continu en obturateur mécanique.

Là où le Nikon Df faisait l’impasse sur la vidéo, cet hybride APS-C permet de filmer, ici encore de la même façon que sur un Z 50, soit jusqu’à 30p en 4K UHD et jusqu’à 120p en Full HD.

Comme le Nikon Z 50, ce boîtier ne dispose pas de la stabilisation du capteur, et se contentera donc de la stabilisation VR des optiques NIKKOR Z DX qui en bénéficie.

Pour en savoir plus sur les performances du Z fc, nous vous invitons à consulter notre test du Nikon Z 50 dont les performances photo et vidéo devraient être très proches :

Test du Nikon Z 50, le premier hybride APS-C en monture Z

Un design rétro inspiré du Nikon FM2 pour une prise en main minimaliste

Passons maintenant à ce qui nous intéresse le plus sur ce nouveau modèle : le design. Le Nikon Z fc est un boîtier hybride moderne qui s’inspire grandement de l’héritage des appareils photo argentiques de Nikon, notamment le FM2. D’aspect extérieur, on pourrait d’ailleurs être facilement trompé en prenant ce boîtier pour un argentique, mission réussie Nikon !

Le Nikon Z fc adopte les mêmes codes esthétiques que le Nikon FM2 : logo NIKON gravé sur le (faux) pentaprisme, couleurs noir et argenté du boîtier et surtout des molettes de réglages à profusion. Sur l’épaule gauche, on retrouve un levier pour le choix du mode PSAM (ou auto) ainsi que la roue permettant de choisir la sensibilité ISO.

Voici une comparaison entre le Nikon FM2 et le Nikon Z fc :

Sur l’épaule droite, une roue codeuse principale permet de choisir la vitesse de 1/4000 s à la pose longue, avec un levier pour choisir entre le mode photo et vidéo. Enfin, une roue permet d’effectuer une correction d’exposition, même dans le mode Auto, une première sur un boîtier Nikon. Un déclencheur dédié à la vidéo ainsi qu’une petite fenêtre affichant l’ouverture – et rappelant le compteur de vues des argentiques – complètent le tableau.

Les roues codeuses disposent d’un bouton central à maintenir lors de chaque rotation pour éviter tout dérèglement, sauf pour la correction d’exposition. Boîtier numérique et mode manuels ou semi-manuels obligent, ce boîtier dispose de deux molettes de réglages avant et arrière. Dommage, la roue des ISO ne propose pas de position AUTO, il faudra pour cela passer par les réglages du boîtier ou le mode « i » et la valeur sur laquelle se trouve la roue permettra de définir la valeur minimale pour le réglage de l’ISO Auto.

Ces bagues nous font furieusement penser aux boîtiers Fujifilm, si ce n’est que les objectifs NIKKOR Z ne disposent pas de bague d’ouverture visible. Il faudra donc passer par la configuration de la bague de réglage et lui attribuer le réglage de l’ouverture – et faire l’impasse sur le réglage de la mise au point manuelle. La petite fenêtre indicative sur l’épaule droite du boîtier servira de rappel, même si l’info se retrouve dans le viseur ou à l’écran.

On retrouve une organisation des boutons arrières plus proche de celle de la série Z 6/ Z 7 que du Z 50, hormis l’absence du joystick et du commutateur photo/vidéo. Contrairement au Z 50, le Z fc ne dispose pas de flash cobra intégré.

Un mot sur le déclencheur : si le bouton semble imiter le déclencheur d’un ancien boîtier argentique, celui du modèle que nous avons pris en main ne disposait pas vraiment de niveau « à demi pressé ».

En termes de taille, le Nikon Z fc est un peu plus plat que le Z 50, mais également plus large : compter 134,5 mm de large pour 93,5 mm de haut et 43,5 mm de profondeur, avec un poids de 395 g. Le boîtier dispose d’une construction en alliage de magnésium pour une meilleure robustesse tout en conservant un poids plume, sauf que certains éléments argentés sont en fait en plastique, entraînant un rendu un peu fragile au premier abord. L’ensemble est cependant relativement léger.

Une fois en main, ce boîtier manque cruellement de grip et pourrait nous faire préférer la poignée d’extension GR-1 (si elle ne coûtait pas 199 €) qui permet d’ajouter un peu de hauteur à l’ensemble et surtout un grip bien plus marqué et sécurisant. À l’époque, le FM2 disposait aussi d’une poignée en option, sauf que celle-ci servait surtout de moteur pour générer des rafales.

Le Z fc avec son grip

Écran orientable sur rotule

Malgré cette apparence rétro, le boîtier dispose bien d’un écran arrière et d’un viseur électronique, et inaugure même un afficheur sur rotule.

Le viseur électronique reprend la même technologie que le Nikon Z 50, soit une dalle OLED XGA de 2,36 millions de points avec un grossissement 1,02x et un dégagement oculaire de 19,5 mm. La dioptrie est réglable pour les porteurs de lunettes et ce viseur, qui dispose d’un œilleton circulaire, devrait être moins large et moins confortable que les hybrides plein format Nikon, malgré une bonne restitution des couleurs et des détails.

Du côté de l’écran, ce Nikon Z fc a l’audace d’être le premier hybride Nikon à proposer un écran sur rotule. Doté d’un écran TFT 3 pouces tactile de 1,04 million de points monté sur rotule, il permet une liberté supérieure d’orientation, notamment pour l’autoportrait, le vlogging ou les prises de vue à ras du sol ou en hauteur.

L’écran dispose d’une diagonale un peu plus réduite que pour le Z 50 (7,5 vs 8 cm de diagonale). Le choix d’une rotule ne manquera certainement pas de diviser les photographes, comme toujours, mais permettra aussi de masquer l’écran pour les puristes. À noter qu’en photo, l’orientation de l’écran vers l’avant enclenche automatiquement le mode autoportrait.

Connectivité : SnapBridge 2.8 et USB-C

Niveau connectivité, ce Nikon Z fc n’a rien d’un ancêtre. Il embarque ainsi la technologie SnapBridge de Nikon pour le partage de photos et la prise de vue à distance via l’application mobile éponyme. Ce modèle dispose de SnapBridge 2.8 qui offre deux modes de connexion automatique, offrant le choix entre conservation de l’autonomie du boîtier et transfert complet même lorsque le boîtier est en veille.

Le boîtier dispose du Wifi et Bluetooth 4.2. Il offre un seul slot mémoire pour carte SD (UHS-I hélas) ainsi qu’un connecteur HDMI type D et une prise micro 3,5 mm. Bonne nouvelle, la connectique est en USB-C (USB-C 3.2 Gen 1), ce qui permet le transfert rapide ainsi que la recharge du boîtier en USB ainsi que son alimentation en continu, toujours utile pour utiliser l’appareil en le rechargeant.

Côté autonomie, le Z fc fait une fois encore jeu égal avec le Z 50 et ses 320 photos en une seule charge (norme CIPA). Ils partagent d’ailleurs la même batterie EN-EL25.

NIKKOR Z DX 16-50mm f/3.5-6.3 VR édition argentée et NIKKOR Z 28mm f/2.8 SE (Special Edition)

Avec son aspect vintage, le Nikon Z fc ne pouvait pas se contenter des objectifs NIKKOR Z existants. Pour cette raison, le constructeur lance également deux nouveaux objectifs avec le Z fc, les NIKKOR Z DX 16-50mm f/3.5-6.3 VR édition argentée et NIKKOR Z 28mm f/2.8 SE (Special Edition).

Le 16-50mm f/3,5-6,3 VR n’est qu’une simple version argentée de l’objectif sorti en même temps que le Z 50 et offre un zoom grand-angle ultra portable. Pour rappel, cet objectif ne mesure que 32 mm de long replié et ne pèse que 135 g.

Voici les caractéristiques techniques du NIKKOR Z DX 16-50 mm f/3.5-6.3 VR :

  • plage focale : 16-50 mm (équivalent 24-75 mm en 24×36)
  • ouverture maximum : f/3.5-5.6
  • ouverture minimale : f/22-40
  • construction optique : 9 éléments répartis en 7 groupes dont 1 lentille en verre LD et 4 lentilles asphériques
  • diaphragme : 7 lamelles circulaires
  • rapport de grossissement maximal : 0,20x
  • angle de champ : 83°-31°30’
  • distance de mise au point minimale : 20 cm (à 24mm)
  • diamètre du filtre : 46 mm
  • tropicalisation : non
  • autofocus : oui, moteur STM
  • poids : 135 g
  • pare-soleil : oui, amovible
  • stabilisation : oui, VR avec gain de 4,5 stops
  • dimensions : 70 mm x 32 mm (D x L) en position rétractée
  • monture compatible : Nikon Z format DX

Cet objectif n’offre pas la solution la plus lumineuse du marché, mais a le mérite d’offrir une solution compacte, légère et stabilisée adaptée au Z fc.

Le second objectif est quant à lui nouveau : il s’agit du NIKKOR Z 28 mm f/2.8 SE (Special Edition). Compatible plein format, cet objectif FX peut être utilisé sur le Nikon Z fc et équivaut à un 42 mm. Sa focale de 28 mm lui offre une grande polyvalence, et son ouverture f/2,8 couplée à un diaphragme circulaire à 7 lamelles assure un bokeh doux, notamment à la distance de MAP minimale de 19 cm.

Cet objectif, qui ne mesure que 43 mm de long, et pèse 160 g, s’inspire grandement des objectifs AI Nikkor et notamment du Nikkor 28mm f/2,8 AI pour reflex argentiques, notamment au niveau du crantage des bagues.

Voici les caractéristiques techniques du NIKKOR Z 28 mm f/2.8 SE :

  • focale : 28 mm (équivalent 42 mm en 24×36)
  • ouverture maximum : f/2,8
  • ouverture minimale : f/16
  • construction optique : 9 éléments répartis en 8 groupes dont 2 lentilles asphériques
  • diaphragme : 7 lamelles circulaires
  • rapport de grossissement maximal : 0,20x
  • angle de champ : 75° (FX), 53° (DX)
  • distance de mise au point minimale : 19 cm
  • diamètre du filtre : 52 mm
  • tropicalisation : résistant à la poussière et aux gouttes d’eau
  • autofocus : oui, moteur STM avec AF multi-groupes
  • poids : 160 g
  • pare-soleil : non
  • stabilisation : non
  • dimensions : 71,5 mm x 43 mm (D x L)
  • monture compatible : Nikon Z format FX et DX

Compatible FX, cette focale fixe s’accorde parfaitement dans le style rétro avec le Nikon Z fc, et la bague de réglage de l’objectif, qui peut être configurée, peut permettre de gérer l’ouverture, les ISO ou bien la correction d’exposition.

Ces deux nouveaux objectifs seront proposés en kit avec le Nikon Z fc.

Prix et disponibilité du Nikon Z fc

Le Nikon Z fc sera disponible le 28 juillet 2021 au tarif de 999 € nu (Digit-Photo / Miss NumériqueFnac). Jusqu’au 30 septembre, Nikon propose une remise de 100 € sur le boîtier, sur la boutique Nikon et chez les revendeurs habituels.

Des kits seront également disponibles :

Miss Numérique propose également plusieurs kits comprenant l’adaptateur FTZ et Nikon propose une courroie d’appareil photo en cuir Hawkesmill.

Un Vlogger Kit avec le Nikon Z fc est également disponible. Il est composé du boîtier ainsi que d’une télécommande Nikon ML-L7, d’une poignée vlog et d’un micro MKE 200 de Sennheiser, le tout au tarif de 1349 €.

Notre premier avis sur le Nikon Z fc

Le Nikon Z fc est un choix osé pour Nikon. Reprenant les codes rétro de boîtiers argentiques mythiques, cet hommage à l’ergonomie argentique vise à séduire les amateurs pour qui le numérique n’est pas une option, avec son lot d’innovations technologiques. Pour autant, Nikon se contente ici de reprendre les mêmes caractéristiques techniques que le Z 50 sorti il y a un an et demi. Avec un look résolument rétro et quelques améliorations logicielles, le Z fc est 100 € plus cher que le tarif actuel du Z 50, mais est proposé au même prix que ce dernier lors de sa sortie.

Il semblerait aussi que Nikon s’intéresse au design « à la Fuji » qui a depuis longtemps parié sur un look rétro et de nombreux réglages manuels possibles. Ce Nikon Z fc, proposé au tarif de 999 €, se positionne ainsi face au Fuji X-T30 (899 €), mais avec une proposition de valeur différente, notamment grâce à la monture Z. Est-ce que Nikon a vu juste ? Un test poussé de ce boîtier nous le dira. Certains se posent déjà la question de savoir s’il s’agit d’un coup isolé ou d’une stratégie qui sera également déclinée en FX. Wait and see.

Retrouvez le Live de Nikon avec Jonathan Bertin :