Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S : super téléobjectif avec téléconvertisseur 1,4x intégré

Mise à jour : nous avons pu tester le Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S à Montier en Der, voici notre prise en main complète.

Presque 2 ans après l’annonce dans la roadmap Nikon, le nouveau super téléobjectif professionnel pour boîtier plein format de Nikon est annoncé. Ce Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S, membre de la gamme S-Line, vient se positionner aux côtés de son petit frère le 400 mm f/2,8.

Ce objectif reprend le téléconvertisseur 1,4x intégré bien pratique, une construction optique complexe et l’autofocus linéaire Silky Swift VCM ultra rapide, afin de séduire les agences de presse en photo sport ou les photographes animaliers très exigeants. Comptez tout de même 17 249 € au passage en caisse. Retour sur les principales caractéristiques de cette nouvelle optique professionnelle, qui sera visible à Montier-en-Der cet automne.

Behind the Scenes | NIKKOR Z 600mm f/4 TC VR S super telephoto lens | action, wildlife and sports

Téléconvertisseur intégré 1,4x : pour voir encore plus loin

Si ce nouveau Nikkor Z 600 mm est plus court sur le papier que le dernier Nikkor Z 800 mm f/6,3 VR S annoncé en avril dernier, il est pourtant le téléobjectif professionnel le plus puissant de Nikon en monture Z, grâce notamment à son téléconvertisseur intégré 1,4x qui lui permet de venir toucher les 840 mm une fois activé. C’est le deuxième objectif de Nikon qui dispose de ce mécanisme intégré.

Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S

Tout comme sur le Z 400 mm f/2,8, le commutateur du téléconvertisseur se trouve sur le côté droit de l’optique, et est actionnable sans retirer l’oeil du viseur. Bonne nouvelle : ce 600 mm est également compatible avec les téléconvertisseurs externes Z TC-1.4X et TC-2.0X de Nikon, ce qui permet d’atteindre des focales équivalentes à 1 176 mm avec le TC-1.4X, et même 2 704 mm en vidéo 4K avec un crop 2,3x et le TC-1,4X.

Avec une telle portée de 600 mm et 840 mm, ce super téléobjectif signé Nikon permettra de photographier au plus près de l’action. Utile pour la photographie animalière, cet objectif devrait vite devenir indispensable pour la photographie sportive ainsi que les sports mécaniques, où il arrive souvent que l’on se trouve un peu loin de l’action. Son ouverture f/4 est également très intéressante pour ce genre de focale.

Autofocus : le retour du Silky Swift VCM

Déjà aperçu sur le Nikkor Z 400 mm f/2,8, le moteur autofocus linéaire Silky Swift VCM (pour Voice Coil Motor) est également intégré à cet objectif. Grâce à de puissants aimants, ce système autofocus garantit des vitesse de déplacement des lentilles de mise au point très rapides, avec une précision et une douceur sans précédent. L’ensemble est également inaudible, utile lors des événements où la discrétion est de mise.

Nikon Silky Swift VCM

Nikon utilise également un codeur optique ABS pour communiquer au boîtier la position de la lentille de mise au point, afin d’obtenir l’autofocus le plus précis possible. Cette technologie se retrouve généralement dans la robotique de haute précision. En plus de cela, et pour éviter les vibrations liées à l’autofocus, l’ajout d’une barre-guide permet de réduire les mouvements parasites, pour un AF optimal.

Cet objectif, couplé à un boîtier plein format de dernière génération comme le Nikon Z 9, devrait offrir un autofocus sans faille, même dans les conditions les plus difficiles.

En termes de stabilisation d’image, l’objectif dispose d’une réduction de vibration (VR) avec un gain jusqu’à 5 stops. Couplé à la Synchro VR du Nikon Z 9, il est possible d’aller jusqu’à 5,5 stops.

La part belle aux éléments optiques complexes

Pour obtenir la meilleure qualité et résolution optique possible, Nikon a opté pour une construction complexe. On compte ainsi 26 lentilles réparties en 20 groupes, avec la particularité du téléconvertisseur intégré doté de 7 lentilles réparties en 4 groupes. On compte également 3 lentilles en verre ED (dont seules 2 sont utilisées à 600 mm), 1 lentille en verre super ED, 2 lentilles en fluorite et 2 lentilles SR pour lutter contre les franges de couleur, le coma et autres aberrations chromatiques.

Plusieurs lentilles disposent également du traitement méso-amorphe antireflet développé par Nikon. Combiné au traitement nanocristal, cette nouvelle technologie de traitement de surface doit permettre de lutter plus efficacement contre les images fantômes et le flare notamment avec les sources de lumière diagonales et verticales. L’objectif dispose également d’une lentille avant traitée au fluor pour faciliter son nettoyage.

traitement méso-amorphe antireflet

Côté résistance, cet objectif dispose de nombreux joints d’étanchéité qui le protègent de l’humidité et de la poussière. Le téléconvertisseur intégré devrait également permettre de réduire le changement d’optique, réduisant le risque de poussière sur le capteur.

Sa distance minimale de mise au point est de 4,3 m, avec un grossissement maximale de 0,14x. Autant dire que vous aurez du mal à faire de la proxyphotographie.

Plus léger, mieux équilibré et ergonomique

Une fois encore, ce Z 600 mm f/4 se comporte de la même manière que le Z 400 mm f/2,8 sorti plus tôt. Il reprend ainsi la même ergonomie, avec un centre de gravité placé plus proche du boîtier – au niveau du sabot du collier de trépied – pour une meilleure stabilité et moins de fatigue. Comme sur le 400 mm, le sabot de trépied peut être retiré. L’objectif dispose d’un port Kensington pour la sécuriser sur le bord du terrain.

Sur la balance, ce 600 mm version hybride Nikon Z pèse 3,26 kg. Il est ainsi 500 g plus léger que son homologue en monture F, voire même plus car ce dernier ne dispose pas de téléconvertisseur intégré. Ce gain de poids est rendu possible par un fût en alliage de magnésium et l’usage de lentilles en fluorite. Pour autant, 3,26 kg reste un poids assez conséquent, et la prise de vue à main levée sera possible, mais limitée dans le temps.

Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S

En guise de comparaison, le Canon RF 600 mm f/4L IS USM pèse 3,09 kg et le Sony FE 600 mm f/4 GM pèse 3,04 kg. Pour autant, ces deux objectifs ne disposent pas de téléconvertisseur intégré.

En termes de dimension, l’objectif mesure presque 44 cm de long pour un diamètre maximal de 165 mm. C’est, à quelques millimètres près, le même encombrement que la version reflex. Nikon indique ainsi que cet objectif peut facilement être transporté dans une valise photo qui est compatible avec un transport en cabine dans un avion.

L’objectif dispose de nombreuses commandes, dont certaines personnalisables. Ainsi, il est possible de réduire la plage de mise au point (de 4,3 m à l’infini ou de 10 m à l’infini), d’utiliser deux boutons Fn, une nouvelle bague Fn, un bouton de mémorisation de mise au point ainsi que la bague de contrôle. Sur ce type d’objectif, Nikon propose un logement pour filtres intégrés à placer au plus proche de la monture, permettant notamment d’intégrer un filtre ND pour la vidéo.

Pensé pour la photo et la vidéo

Si ce genre d’objectif se dédie avant tout aux photographes professionnels, les vidéastes pourront également y goûter, puisque le NIKKOR Z 600 mm f/4 TC VR S est plus que capable en vidéo selon le constructeur. Le focus breathing doit être absent, offrant le même angle de vision peu importe la distance de mise au point.

La bague de réglage silencieuse permettra également de modifier l’ouverture de manière complètement silencieuse et fluide, et l’autofocus très silencieux ne viendra pas polluer la bande son de vos captures vidéo, avec la possibilité de faire la mise au point manuelle de manière douce

Voici les caractéristiques complètes du Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S :

  • focale : 600 mm (840 mm avec téléconvertisseur intégré 1,4x)
  • objectif pour capteur plein format
  • ouverture max : f/4 (f/5,6 avec téléconvertisseur intégré)
  • ouverture min : f/32 (f/45 avec téléconvertisseur intégré)
  • angle de champ : 4° 10’ (3° avec téléconvertisseur intégré)
  • construction optique : 26 éléments répartis en 20 groupes (dont 7 lentilles en 4 groupes dans le téléconvertisseur intégré, 3 lentilles en verre ED, 1 lentille en verre super ED, 2 lentilles en fluorite, 2 lentilles en verre SR, des lentilles avec traitements méso-amorphe et nanocristal, et une lentille avant traitée au fluor)
  • diaphragme : circulaire à 9 lamelles
  • distance minimale de mise au point : 4,3 m
  • stabilisation d’image : oui, VR jusqu’à 5,5 stops
  • tropicalisation : construction résistante à l’humidité et revêtement au fluor
  • grossissement max : 0,14x (0,2x avec téléconvertisseur intégré)
  • mise au point : autofocus VCM Silky Swift, mise au point interne
  • diamètre du filtre : N/C, logement pour filtre intégré
  • dimensions : ø 165 x 437 mm (D x L)
  • poids : 3 260 g
  • accessoires fournis : pare-soleil, bouchons d’objectif, courroie, étui pour objectif
  • monture compatible : Nikon Z

Voici une sélection de photos réalisées avec le Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S (source Nikon) :

Prix et disponibilité du Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S

Le Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S est disponible à partir de 24 novembre 2022 au tarif de 17 249 €.

L’objectif est disponible chez Digit-Photo, IPLN, Miss Numérique, Photo-Univers, Camara, Fnac ainsi que dans les magasins photo spécialisés.

Notre premier avis sur le Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S

Tout comme le 400 mm f/2,8, ce Nikkor Z 600 mm f/4 TC VR S était très attendu par les photographes professionnels à la recherche de très longues focales en monture Z. Maintenant que le Nikon Z 9 est lancé – même si la disponibilité reste encore compliqué selon de nombreuses boutiques – une solution à la fois plus légère, avec un mécanisme autofocus plus réactif et un nouveau traitement anti-reflet est la bienvenue.

Et comme pour le Z 400 mm f/2,8, Nikon ne s’est pas contenté d’ajouter un adaptateur à cet objectif. On apprécie notamment le téléconvertisseur 1,4x intégré qui tombe sous la main et permet de passer de 600 à 840 mm tout en gardant l’oeil dans le viseur, un véritable confort sur le terrain.

Reste son prix de 17 249 €, qui réserve cet objectif à des agences, à des loueurs de matériel photo ou bien à des utilisateurs très fortunés.