Découvrez notre prise en main du Nikon Z 9 :

Nikon Z 9 : Prise en main et premier test terrain de l’hybride professionnel

Après des mois de rumeurs, de fuites aux JO de Tokyo ainsi qu’une campagne de teasers savamment orchestrée par Nikon, le constructeur dévoile aujourd’hui son Nikon Z 9, nouveau boîtier hybride plein format destiné aux professionnels de l’image, notamment sportive.

Design monobloc, capteur plein format empilé de 45,7 Mpx, viseur sans black-out, rafale 120 i/s et vidéo 8K 30p en interne dans un boîtier robuste et fiable avec un écran inclinable sur 4 axes. Voici la réponse de Nikon aux professionnels, qui pourraient désormais être tentés de passer à l’hybride.

Nikon Z 9

Nikon Z 9 : design monobloc, construction robuste et tropicalisée

Avec le Nikon Z 9, le constructeur propose un boîtier de type monobloc et doté d’une construction plus robuste que tout hybride Nikon sorti jusqu’à maintenant. Avec un squelette en alliage de magnésium et de nombreux joints d’étanchéité, Nikon indique que ce boîtier offre le même niveau de construction et de robustesse que le Nikon D6.

Nikon Z 9

Le Nikon Z 9 mord la poussière

On retrouve notamment des joints d’étanchéité autour des boutons et molettes, pour le protéger de la poussière et de l’eau.

Nikon Z 9

De nombreux joints d’étanchéité sur le Nikon Z 9

Quelles sont les dimensions du Nikon Z 9 ? Est-il plus compact et léger que le Nikon D6 ? Nikon annonce un boîtier plus compact de 20%, avec des dimensions de 149 x 149,5 x 90,5 mm (L x H x P). Le boîtier est ainsi moins large, moins haut et un peu moins profond que le D6. Sur la balance, le Nikon Z 9 pèse 1,34 kg avec batterie et carte mémoire, soit seulement 110 g de moins que le Nikon D6.

Nikon vante ainsi l’ergonomie et la prise en main du boîtier, son fameux « cameraness ».

Nikon a également pensé à la robustesse du boîtier, sans optique. Ainsi, lorsque le boîtier est éteint, le capteur est protégé par un rideau bouclier. Contrairement à ce que Canon propose sur ses hybrides EOS R, il ne s’agit pas de l’obturateur, mais d’un véritable rideau protecteur, on vous explique pourquoi plus bas.

Nikon Z 9

Côté ergonomie, les Nikonistes ne seront pas perdus, avec un boîtier qui mélange cependant la disposition des boutons du D6 et du Nikon Z 6II/Z 7II. Ces derniers ont été placés pour une utilisation rapide à deux mains. Le bouton lecture passe en bas à droite, pour un usage à la fois à la verticale et à l’horizontale.

Nikon Z 9

En façade, on retrouve 3 boutons de personnalisation Fn et un bouton sur le côté gauche qui permet de changer de mode de mise au point et de zone AF sans avoir à enlever l’oeil du viseur. Un écran de contrôle sur la tranche supérieure permet de vérifier ses réglages.

Le boîtier dispose de plusieurs boutons rétroéclairés pour être utilisé dans le noir.

Nikon Z 9

Quand vient la nuit

Capteur CMOS empilé plein format 45,7 Mpx

Le Nikon Z 9 adopte un nouveau capteur CMOS empilé de 45,7 Mpx doté d’une mémoire DRAM intégré. À la clé, Nikon promet le balayage électronique le plus rapide au monde, 12 fois plus rapide que le Nikon Z 7II.

Le capteur dispose de traitements à la fluorine et antistatique afin de limiter l’adhérence des poussières sur la surface.

La plage ISO du capteur va de 64 à 25 600 ISO (extensible de 32 à 102 400 ISO). Nikon indique que la réduction de bruit et du scintillement est meilleure que le Nikon Z 7II. Jusqu’à 12 800 ISO, la chromie est maintenue.

Ce nouveau capteur haute définition ultrarapide a une particularité : il ne dispose plus d’obturateur mécanique. Oui, Nikon a confiance. Jusque là, seul Sigma et son FP avait fait l’impasse sur l’obturateur mécanique, mais pour une raison de compacité et non de performances. Nikon promet ainsi des images sans aucune distorsion liée au rolling shutter. Si vous aimez le bruit du déclencheur, Nikon a pensé à vous avec un son électronique pour simuler le déclencheur, qu’il est possible de déporter dans un casque pour plus de discrétion.

Conséquence : plus aucune limitation de nombre de déclenchements n’est donnée pour ce boîtier, qui disposera ainsi d’une durée de vie prolongée.

Le capteur dispose d’une stabilisation IBIS sur 5 axes avec un gain jusqu’à 6 stops avec la synchro VR optique. Pour protéger ce mécanisme, Nikon a eu une idée astucieuse : une option VR Lock qui permet de venir sécuriser le capteur dans un berceau lorsque l’appareil s’éteint, pour éviter qu’il ne soit remué lors de vos déplacements. On pense notamment aux vibrations de grande amplitude générées par certains véhicules. Nikon semble ici confirmer l’info partagée par Apple qui indiquait que l’usage prolongé d’un iPhone sur une moto puissante pouvait impacter le mécanisme de stabilisation de son appareil photo.

Voici comment fonctionne le VR Lock du Nikon Z 9 :

Est-ce à dire que tous les boîtiers à capteur stabilisé qui ne disposent pas de ce mécanisme sont en danger ? Sûrement pas, mais Nikon semble ici jouer la prudence pour un boîtier qui pourra être utilisé dans les conditions les plus extrêmes. On notera cependant que le boîtier ne peut pas verrouiller le capteur en fonctionnement, notamment pour un usage vidéo sur bras motorisé par exemple.

 

Nikon Z 9

Voici les caractéristiques principales du Nikon Z 9 :

  • Capteur CMOS empilé plein format de 45,7 Mpx
  • Processeur Expeed 7
  • Monture Nikon Z
  • Viseur électronique : viseur OLED Quad VGA temps réel de 1,27 cm, 3,69 millions de points, 100 % du champ, dégagement oculaire de 21 mm, grossissement 0,8x.
  • Stabilisation capteur : 5 axes, jusqu’à 6 stops
  • Écran tactile LCD TFT 3,2 pouces (8 cm) inclinable verticalement et horizontalement avec 2,1 millions de pixels
  • Autofocus : AF hybride, 493 collimateurs couvrant 90% du capteur, 405 points AF auto et 10 modes de zone AF
  • Plage de détection AF : de -6,5 à +19 EV (mode Starlight jusqu’à -8,5 EV)
  • Sensibilité du capteur : 64 – 25 600 ISO (extensible de 32 à 102 400 ISO)
  • Rafale jusqu’à 20 i/s (avec suivi AF/AE) avec obturateur électronique, jusqu’à 120 i/s avec suivi AF/AE en JPEG 11 Mpx / mémoire tampon de 1000 images maximum (RAW non compressé)
  • Vitesse d’obturation de 30 s s à 1/32 000 s
  • Vidéo : 8K UHD 30/25/24p, 4K UHD 120/100/60/50/30/25/24p, Full HD jusqu’à 120 fps
  • Stockage : double emplacement compatible CF Express Type B et XQD
  • Connectivité:
    • Sans fil : WiFi 802.11 a/b/g/n/ac (2,4 et 5 GHz), Bluetooth compatible SnapBridge
    • Filaire : USB-C, HDMI Type A, prise casque 3,5 mm, prise micro 3,5 mm, griffe porte-accessoire, prise télécommande
    • Port Ethernet Gigabit 1000BASE-T
  • Batterie : EN-EL18d
    • Autonomie photo : jusqu’à 770 images (visée écran et mode économie d’énergie)
    • Autonomie vidéo : environ 170 min
  • Rechargement via port USB-C : oui
  • Dimensions : 149 x 149,5 x 90,5 mm (L x H x P)
  • Poids : 1160 g (sans batterie et carte mémoire), 1340 g (avec batterie et carte mémoire)

Nikon Z 9

Nikon Z 9 : rafale RAW 20 i/s, 120 i/s en JPEG 11 Mpx

Grâce à son capteur CMOS empilé et à l’utilisation d’un processeur Expeed 7, le Nikon Z 9 offre des performances de haut vol en rafale. Comptez jusqu’à 20 i/s en RAW non compressé avec suivi AE/AF, et ce avec un buffer de plus de 1000 images, à condition d’utiliser une carte CFexpress XQD Type B. La rafale monte à 30 i/s en JPEG Large.

Nikon Z 9

Si vous souhaitez une rafale encore plus rapide, le boîtier dispose d’un mode 120 i/s en continu en générant des fichiers JPEG de 11 Mpx. Une définition plus élevée que la 4K, et accessoirement plus élevée que ce que proposait le Nikon D3s.

Cette rafale 120 fps devrait intéresser les photographes sportifs, par exemple pour décomposer le mouvement d’un sportif en pleine action et capturer le moment décisif. Nikon indique que ce mode de rafale est compatible avec 94 objectifs Nikon F (via FTZ) et Nikon Z.

Autofocus : Deep Learning et retour du suivi 3D

Côté autofocus, le Nikon Z 9 s’appuie sur des algorithmes développés grâce au Deep Learning et tirant parti du processeur Expeed 7. À la clé, le boîtier offre une détection intelligente des sujets, et est capable de détecter automatiquement plusieurs types de sujets (humain, animaux dont oiseaux, voitures, motos, avions, trains et vélos). Le système AF hybride, doté de 493 collimateurs couvrant 90% du capteur, est capable de reconnaître le visage, les yeux, mais aussi la tête et le torse humain.

Un mode « Starlight » permet d’étendre la sensibilité AF de -6,5 à -8,5 EV en condition de très faible lumière.

Grâce au Deep Learning, Nikon avance des performances avancées, notamment lorsque le sujet est masqué ou dispose d’un casque par exemple. Cela n’est pas sans rappeler les modes AF intelligents de l’Olympus OM-D E-M1X.

Enfin, le suivi 3D fait enfin son apparition sur hybride avec le Z 9, pour le plus grand bonheur des utilisateurs de reflex Nikon professionnels. Selon Nikon, ce suivi est supérieur à celui du reflex D6. « L’AF n’accroche plus, il colle », indique Hicham Bou-oulaoun, chef produit photo chez Nikon.

Nouveaux formats RAW Haute efficacité

Le Nikon Z 9 dispose de deux nouveaux formats RAW compressé, en plus du RAW non compressé 14 bits :

  • RAW Haute efficacité (étoile) : un RAW compressé qui offre une qualité équivalente que le RAW non compressé, mais est 2x plus léger
  • RAW Haute efficacité : un RAW compressé avec une petite baisse de résolution, mais qui est 3x plus léger que le RAW sans perte.

Nikon a supprimé les options de RAW-M et RAW-S ainsi que le format TIFF sur ce boîtier.

Viseur sans blackout et écran plus réactif et orientable sur 2 axes

Pour capturer et consulter vos photos, Nikon a mis les petits plats dans les grands. Le Nikon Z 9 est doté d’un viseur électronique OLED Quad VGA de 1,27 cm avec 3,69 millions de points. Ce dernier offre la même définition que sur les Z 6II et Z 7II, mais dispose de plusieurs innovations intéressantes. Sa luminosité de 3000 cd/m2 (contre 1000 cd/m2 chez la concurrence) en fait l’EVF le plus lumineux au monde et permet un confort d’utilisation supérieur à une visée reflex selon Nikon. Nikon ne donne cependant pas d’info sur le taux de rafraîchissement du viseur.

Lors des rafales, l’EVF est sans blackout. Nikon parle ainsi de visée temps réel, puisqu’aucune image n’est occultée durant une rafale, même à 120 fps. Pour obtenir cette prouesse, Nikon utilise une technologie à double flux inédite. Grâce au capteur empilé et à son processeur Expeed 7, le Z 9 permet de dupliquer le flux de données touchant le capteur. Ainsi, un flux est enregistré alors que l’autre flux est envoyé au viseur électronique (ou à l’écran arrière). Ainsi, la visée n’est jamais interrompue. Pour savoir quand vous déclenchez, il est possible d’ajouter différentes options, comme un cadre, voire même un « faux » blackout.

Nous avons pu tester cette fonctionnalité en avant-première durant une présentation presse et c’est en effet assez bluffant.

Le Z 9 adopte un écran de nouvelle génération. Alors que la majorité des boîtiers hybrides récents disposent d’un écran sur rotule, Nikon opte pour un écran 3,2 pouces (2,1 millions de pixels) avec une double charnière, inclinable à l’horizontale, mais aussi à la verticale, pour 4 axes. En position verticale, les informations affichées à l’écran s’affichent également à la verticale. L’écran se veut également plus fluide et réactif, notamment pour la visualisation d’une série de fichiers issus d’une rafale.

Pour la photo nocturne, le Z 9 dispose d’un mode « nuit » qui passe l’écran et/ou le viseur en rouge, pour réduire la lumière émise. Cela sera utile en astrophotographie, mais aussi pour de l’affût, ou bien même pour les forces spéciales, qui pourraient être intéressées par ce genre de boîtier.

Vidéo 8K 30p et 4K 120p

Le Nikon Z 9 est aussi très capable en vidéo. Le boîtier hybride peut en effet enregistrer de la 8K UHD (7680 x 4320) en 30/25/24p sans recadrage en H.265 10 bits. Le boîtier est capable d’enregistrer en 8K 30p jusqu’à 125 min grâce à un système de dissipation de chaleur intégré sous l’écran arrière.

Les formats d’enregistrement sont en Apple ProRes 422 HQ (10 bit), H.265/HEVC (8 bit/10 bit) et H.264/AVC (8 bit).

En 4K, le boîtier permet de filmer jusqu’en 120p, avec des fichiers 4K UHD obtenus par suréchantillonage du flux 8K. Il est aussi possible de choisir entre de la 4K sans crop ou un crop 2,3x qui permet d’obtenir un flux 4K à partir du centre de l’image, au pixel près.

Il est possible de réaliser des captures d’image fixes sur un flux 8K et obtenir des JPEG en 33 Mpx. Le processeur Expeed 7 permet une stabilisation électronique plus efficace, notamment sur les bords, moyennant toujours un crop 1,25x.

À noter que tous les modes de suivi AF (sauf le suivi 3D) sont disponibles en vidéo.

Nikon prévoit déjà plusieurs mises à jour firmware du boîtier. Ainsi, le format ProRes RAW HQ 12 bit en interne sera proposé, ainsi que le N-RAW 12 bits 8K 60p et les formats Over 8K et Over 4K, la prise en charge du NLOG et du HLG.

Pour le son, le Z 9 dispose du format PCM linéaire 24 bits, mais toujours pas de griffe porte-accessoires électronique pour se passer d’un câble. De nombreux accessoires et adaptateurs XLR seront proposés.

Stockage, connectivité et autonomie du Nikon Z 9

Pour être toujours plus connecté, le Nikon Z 9 est compatible Ethernet 1000BASE-T. Il dispose du Wifi intégré en 2,4 ou 5 GHz ainsi que du GPS. Il était temps que Nikon permette le transfert sans adaptateur WT-6. Cela n’engendre cependant pas une perte de performance, puisque la vitesse de communication en filaire ou sans fil est plus rapide que sur le D6. Le Bluetooth est en version 5.0.

Nikon a d’ailleurs ajouté un menu dédié au réseau sur ce boîtier, pour un accès plus rapide.

Niveau connectique, le boîtier dispose de l’USB-C, d’un port HDMI Type A, d’une prise casque 3,5 mm et prise micro 3,5 mm et d’un port Ethernet Gigabit 1000BASE-T.

Le boîtier dispose d’un double slot mémoire pour carte CFexpress Type B ou XQD.

Nikon annonce la sortie d’une nouvelle application NX Mobile Air, sorte de SnapBridge professionnel. Le transfert direct par USB-C vers un smartphone est ainsi possible, tout comme un envoi vers un serveur FTP, avec la possibilité d’ajouter des infos IPTC et d’éditer ses images. L’application NX Tether permet de prendre contrôle du boîtier à l’aide de l’ordinateur.

Le Nikon Z 9 reprend le même format de batterie que le D6, avec une nouvelle batterie EN-EL18d (219 €). L’autonomie donnée par Nikon est de 700 images (avec viseur et sans économie d’énergie) et jusqu’à 770 images (visée écran et avec économise d’énergie). Détail intéressant, Nikon indique que le Z 9 est capable de capturer jusqu’à 5310 images en rafale. Si vous gardez le doigt appuyé sur le déclencheur, vous devriez pouvoir faire flancher la batterie en moins de 5 minutes.

Voici une sélection de photos réalisées avec le Nikon Z 9 (source Nikon) :

Voici les vidéos sur le Nikon Z 9 :

Prix et disponibilité du Nikon Z 9

Le Nikon Z 9 sera disponible fin novembre 2021 au tarif de 5999 €. Pour rappel, son prédécesseur reflex Nikon D6 était proposé à 7299 € lors de sa sortie.

Le Nikon Z 9 est disponible en précommande chez Digit-Photo, Miss Numérique, Fnac, Camara ainsi que toutes les boutiques faisant partie du réseau de distribution Pro de Nikon.

Notre premier avis sur le Nikon Z 9

Durant sa présentation, Nikon n’a pas retenu ses chevaux en présentant le Z 9 comme un boîtier « implacable » en filant la métaphore du ballon ovale. Ce premier boîtier hybride plein format monobloc vise véritablement les professionnels de l’image, notamment en photo de sport ou de presse. Le Nikon Z 9 arrive après les JO de Tokyo – et surtout après Sony et Canon – et on peut dire que Nikon a pris son temps. Mais le japonais délivre une copie particulièrement soignée, qui devrait briller aux JO d’hiver 2022 à Pékin.

Ce boîtier reprend la robustesse du Nikon D6 tout en offrant une fiche technique alléchante, sans véritable point faible, si ce n’est son encombrement et son poids qui ne diffèrent que peu par rapport à son cousin reflex. Cependant, maintenant que le Z 9 est sorti, on peut se demander ce qu’il reste au D6, hormis sa compatibilité avec un parc optique établi.

À ce sujet, Nikon indique que d’ici 2023, la monture Z disposera de 35 optiques, dont des téléobjectifs professionnels, comme le Nikkor Z 400 mm f/2,8 TC VR S dont l’annonce de développement vient d’être faite.

Voici les autres annonces effectuées en parallèle du lancement du Nikon Z 9 :