Et de trois. Canon vient de confirmer le développement de l’EOS R3, son futur hybride professionnel. Prévu pour le 2e semestre 2021, il misera sur une fiche technique particulièrement fournie, et vise à être l’équivalent du reflex professionnel Canon EOS-1D X Mark III.

Design monobloc, rafale à 30 i/s avec suivi du sujet, mais aussi – et surtout – un système inédit de contrôle de l’autofocus par l’œil… retour sur ses principales caractéristiques.

Cette annonce de Canon a également été l’occasion de dévoiler les 400 mm f/2,8 et 600 mm f/4 ainsi qu’un nouveau 100 mm f/2,8 macro en monture RF.

Canon EOS R3 : le futur hybride professionnel de Canon se dévoile (un peu)

Depuis plusieurs mois, les rumeurs se multipliaient au sujet d’un hybride sportif Canon, qui viendrait coiffer la gamme EOS R. Souvent nommé « Canon EOS R1 », il prendra finalement le nom d’EOS R3. Comme un hommage au reflex argentique EOS 3, un boîtier résolument haut de gamme, lancé par Canon en 1998.

Point notable, l’EOS 3 et le nouvel EOS R3 sont tous les équipés de la technologie « Eye Control », sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir plus bas.

L’EOS R3 doit ainsi devenir le porte-étendard des hybrides de Canon. Certes tous les détails techniques n’ont pas encore été dévoilés par le constructeur. Toutefois, les grandes lignes du boîtier se dessinent, et laissent entrevoir un boîtier particulièrement bien équipé.

Il devra cependant rivaliser avec une concurrence particulièrement affûtée, composée du futur Nikon Z 9 (dévoilé partiellement en mars dernier) et… du Sony A1.

Sony A1 : capteur 50 Mpx, vidéo 8K, rafale 30 i/s, l’hybride plein format professionnel de tous les superlatifs

Canon EOS R3 : le pilotage de l’AF par l’œil fait son grand retour

Pour son nouveau boîtier, Canon mise à fond sur son système « Eye Control », totalement inédit sur le marché des hybrides. Sur le papier, son fonctionnement est enfantin. Vous pouvez sélectionner et déplacer la zone AF avec votre œil, grâce au nouveau viseur électronique. En effet, ce dernier analyse la position de votre œil, et déduit la zone de l’image sur laquelle vous souhaitez faire la mise au point.

Cette fonction de pilotage de l’AF par l’œil doit ainsi permettre de sélectionner le sujet extrêmement rapidement. Selon Canon, ce système doit se montrer beaucoup plus efficace que n’importe quel joystick de sélection de zones AF. Ainsi, les photographes sportifs devraient pouvoir sélectionner n’importe quel athlète facilement, même au milieu d’un groupe de personnes.

D’après le constructeur, l’Eye Control fonctionne sur l’intégralité du capteur ; en revanche, le nombre de zones demeure inconnu pour le moment.

Ce système, très prometteur en apparence, vient dépoussiérer une technologie introduite par Canon sur ses boîtiers au début des années 90 avec l’EOS 5. Ce dernier était doté de 5 capteurs, destinés à capter votre regard. Le système est repris sur l’EOS 50E et, plus tard, sur l’EOS 3, où le système se montre plus rapide.

Grâce aux progrès technologiques spectaculaires entre les années 90 et aujourd’hui, gageons que le système de Canon aura gagné en vitesse, en efficacité et en précision ainsi qu’en confort d’utilisation pour ne pas engendrer une fatigue oculaire.

Le Canon EOS 3 (muni de son grip vertical), lancé par le constructeur en 1998, était déjà équipé du système « Eye Control »

Capteur empilé (BSI) et rafale à 30 images par seconde

Autre nouveauté, le Canon EOS R3 doit s’équiper d’un tout nouveau capteur stabilisé – dont la résolution demeure inconnue. Ce capteur sera de type CMOS empilé (stacked CMOS) : une grande première pour un hybride Canon. Jusqu’à présent, seuls les boîtiers employant des capteurs Sony tiraient parti de cette technologie.

Notons cependant que Canon avait déjà employé un capteur CMOS empilé sur les compacts experts G5 X Mark II et  G7 X Mark III, lancés en 2019.

Test du Canon G5 X Mark II, le plus expert des compacts Canon

Concrètement, les capteurs CMOS dits « empilés » sont capables de stocker les informations sur une puce intégrée au capteur. Aussi, ces capteurs sont capables de lire l’ensemble du capteur plusieurs dizaines de fois par seconde. Les temps de lecture sont ainsi grandement raccourcis.

De fait, l’utilisation d’un CMOS empilé doit permettre à l’EOS R3 d’atteindre la vitesse de 30 images par seconde en rafale (avec AE/AF) – en utilisant l’obturateur électronique. À ce titre, Canon promet « une distorsion minimale » liée au rolling shutter – ce qu’il faudra évidemment vérifier sur le terrain. En effet, nous ignorons si le capteur conçu par Canon est à obturation globale (global shutter). Enfin, cette rafale à 30 i/s doit se faire sans blackout dans le viseur.

À gauche, l’image produite par un capteur à obturation globale (global shutter) ; à droite, l’image produite par un capteur classique. La capture ligne par ligne d’un sujet en mouvement entraîne un décalage entre le haut et la bas de l’image, ce qui produit l’effet de « rolling shutter ».

Du côté de l’autofocus, Canon mise à nouveau la solution Dual Pixel AF II, que nous avions déjà croisée avec les EOS R5 et R6. Il doit offrir une détection et un suivi amélioré de l’œil, du visage ou du corps du sujet, qu’il soit humain ou animal. À ce titre, Canon précise que l’EOS R3 prend en charge de nouveaux sujets – sans plus de précisions.

La stabilisation IBIS est toujours de la partie, et Canon indique un gain maximal de 8 stops grâce à la stabilisation combinée du boîtier et d’une optique elle-même stabilisée.

Comparatif : Canon EOS R5 vs EOS R6, lequel choisir ?

Le retour du design monobloc

À l’instar du Canon EOS-1D X Mark III (et du futur Nikon Z 9), le Canon EOS R3 opte pour un design monobloc. À la clé, une meilleure prise en main à la verticale, et une meilleure autonomie.

Selon Canon, l’EOS R3 doit bénéficier « d’une construction du même niveau que les EOS 1D ». Plus prosaïquement, « l’EOS R3 offre un niveau de résistance aux intempéries sans compromis », d’après le constructeur japonais. Ce dernier vise ainsi à offrir la même fiabilité et la même résistance aux éléments qu’avec un EOS 1D, mais dans un boîtier (un peu) plus petit et plus léger.

Nikon Z 9 : on en sait plus sur le prochain hybride plein format professionnel

À ce titre, notons que les dimensions de l’appareil restent inconnues. Pour mémoire, l’EOS-1D X Mark III pèse 1250 g, et l’EOS R5 738 g. L’EOS R3 devrait donc logiquement se placer quelque part entre ces deux valeurs.

Enfin, un mot sur la connectivité de l’EOS R3. Selon les informations fournies par Canon, le boîtier devrait être compatible avec la nouvelle application Mobile File Transmitter. Elle doit permettre au smartphone de se transformer en passerelle, afin de transférer rapidement (et sans fil) les images du boîtier vers un serveur FTP. À noter que cette application est également compatible avec le Canon EOS R5. 

Canon EOS-1D X Mark III : le reflex plein format professionnel enfin dévoilé !

Prix et disponibilité du Canon EOS R3

D’après les informations fournies par la marque, le Canon EOS R3 pourrait être disponible au cours du second semestre 2021. Quelques exemplaires devraient toutefois être mis à disposition des photographes pendant les Jeux Olympiques de Tokyo, qui débutent le 23 juillet. Ce test « grandeur nature » devrait ainsi permettre à Canon d’apporter les derniers perfectionnements à son nouvel hybride professionnel.

Pour l’heure, le tarif du Canon EOS R3 demeure inconnu. Pour mémoire, le Canon EOS-1D X Mark III avait été lancé au tarif de 7299 € nu.

Notre premier avis sur le Canon EOS R3

Alors que les Jeux Olympiques de Tokyo se rapprochent à grands pas, Canon dévoile partiellement son futur hybride plein format professionnel. Une annonce qui suit de près l’annonce de son rival, le Nikon Z 9 – et le lancement du Sony A1.

Outre son nouveau capteur empilé et sa vitesse en rafale à 30 images par seconde, on retiendra surtout la fonctionnalité de pilotage de l’AF par l’œil, qui se veut réellement révolutionnaire, tant elle viendrait faciliter le travail de sélection du sujet et de mise au point. Si beaucoup de caractéristiques demeurent inconnues, l’EOS R3 semble déjà être un boîtier intrigant, et a priori très performant.

Il ne nous reste donc plus qu’à patienter quelques semaines avant de connaître enfin les caractéristiques complètes du plus sportif des hybrides Canon plein format.

A lire également, la sortie de deux nouveaux super téléobjectifs 400 mm f/2,8 et 600 mm f/4 en monture RF et d’un RF 100 mm f/2,8 qui souhaite révolutionner la macro et le bokeh.