Les hybrides APS-C de Canon ne sont pas morts ! C’est en tout cas le message que veut renvoyer la marque japonaise, qui lance aujourd’hui en France son Canon EOS M50 Mark II. Malgré de grandes similarités avec son prédécesseur, ce boîtier présente un certain nombre de nouveautés logicielles, et s’adresse plus particulièrement aux créateurs de contenus pour les réseaux sociaux (Youtube, Twitch, Instagram, etc). Retour sur toutes ses caractéristiques.

Canon EOS M50 Mark II : le successeur d’un best-seller

Si vous êtes un fidèle lecteur de Phototrend, le Canon EOS M50 Mark II ne vous est probablement pas inconnu. En effet, ce nouveau boîtier avait été dévoilé en octobre 2020 par Canon USA. En revanche, aucune nouvelle pour l’Europe – jusqu’à aujourd’hui. À l’approche du printemps, Canon dévoile donc son nouvel hybride APS-C grand public.

Le Canon EOS M50 Mark II aura la lourde tâche de succéder à l’un des best-sellers de Canon. Grâce à un gabarit réduit, un positionnement tarifaire avantageux et à une qualité d’image très correcte, l’EOS M50 avait réussi à devenir l’un des hybrides APS-C les plus populaires du marché. Il avait d’ailleurs reçu un prix TIPA en 2018 (meilleur hybride à objectif interchangeable amateur).

 

Son successeur, l’EOS M50 Mark II, reprend bon nombre de ses ingrédients… et lui ajoute un certain nombre de fonctionnalités dédiées aux vloggers, aux streamers – mais également à celles et ceux voulant améliorer la qualité de leurs appels en visio. Au sein de la gamme d’hybrides APS-C de Canon, il vient se placer entre l’EOS M200 et le M6 Mark II.

D’un point de vue technique, le Canon EOS M50 Mark II est une copie carbone de son prédécesseur. Il reprend ainsi le même capteur CMOS APS-C de 24,2 Mpx, couplé à un processeur Digic 8. À la clé, une sensibilité allant de 100 à 51200 ISO.

On retrouve bien sûr l’autofocus Dual-Pixel, qui a depuis longtemps fait ses preuves en termes de réactivité. Les dimensions du boîtier en lui-même sont strictement identiques : comptez 116,3 x 88,1 x 58,7 mm, pour un poids de 387 g (batterie et carte SD incluses). Mentionnons aussi l’écran monté sur rotule : comme sur la 1e génération du boîtier, il permettra aux photographes ou aux vidéastes de cadrer plus facilement à bout de bras ou en contre-plongée.

L’EOS M50 Mark II présente toutefois plusieurs améliorations notables. Citons la rafale montant à 10 i/s (avec l’obturateur électronique). La sensibilité de l’AF en basse lumière a été accrue, passant à -4 EV en photo. Le boîtier offre également la détection/suivi automatique de l’œil du sujet (humain ou animal), en photo comme en vidéo. Cerise sur le gâteau, il est possible de passer rapidement d’un visage à un autre en appuyant sur l’écran tactile, si jamais plusieurs visages sont détectés.

Ainsi, toutes les nouveautés de ce M50 Mark II sont d’ordre logiciel, grâce à un firmware plus avancé que sur la 1e génération. En termes matériel, en revanche, aucune différence n’est à noter entre les deux modèles.

Bien évidemment, l’EOS M50 Mark II demeure compatible avec le parc optique reflex de Canon en monture EF et EF-S, grâce à l’adaptateur EF-EOS M. Cette bague permet de palier le faible nombre d’optiques en monture EF-M.

Un boîtier résolument pensé pour les créateurs de contenus vidéo

Selon Canon, l’EOS M50 Mark II a été résolument pensé pour les réseaux sociaux : Instagram, Youtube, TikTok et Twitch. De fait, il cible directement les créateurs de contenus voulant obtenir une bien meilleure qualité d’image par rapport à un smartphone.

Pour ce faire, il mise sur la capture vidéo en 4K à 30 i/s et en Full HD à 60 i/s. Il intègre un mode vidéo vertical – parfait pour réaliser des stories, par exemple. Il dispose également d’un mode de live streaming (comme le compact G7 X Mark III, lancé en 2019), qui pourra être utilisée avec le service image.canon, dévoilé au printemps 2020. Il propose aussi une sortie HDMI « clean » (l’interface du boîtier étant masquée).

Image.Canon, un nouveau service Cloud de Canon pour stocker, retoucher et partager vos photos

Ainsi, l’EOS M50 Mark II pourra être utilisé dans le cadre de visioconférences, avec des applications comme Google Hangouts, Zoom, Skype, Teams, etc. grâce à l’application Canon EOS Camera Connect. Le boîtier pourra également être utilisé pour diffuser en direct sur Youtube ou sur Twitch, grâce à une clé HDMI Atomos Connect (qui sera d’ailleurs fournie dans certains kits).

Plusieurs fonctions dédiées à la vidéo viennent également faire leur apparition. Ainsi, l’écran tactile peut être utilisé pour lancer/stopper l’enregistrement vidéo. De même, un retardateur dédié à la vidéo fait son apparition. L’appareil doit aussi afficher une alerte à l’écran lorsque la capture vidéo est stoppée automatiquement. Enfin, l’appareil permet aussi de sélectionner la zone de mise au point via l’écran tactile, tout en regardant dans le viseur. Enfin, un zoom numérique x3-x10 est maintenant proposé en vidéo (en Full HD uniquement).

Canon en a profité pour accroître l’autonomie de son boîtier : jusqu’à 375 photos avec le viseur, et jusqu’à 320 avec l’écran. À noter que l’EOS M50 Mark II peut être rechargé via le port micro-USB. Hélas, point de port USB Type C à l’horizon. Enfin, la fréquence de rafraîchissement du viseur électronique passe à 60 i/s (contre 24 i/s sur la première génération du boîtier).

Retrouvez ci-dessous une galerie d’images capturées avec le Canon EOS M50 Mark II (fournies par la marque) : 

Prix et disponibilité du Canon EOS M50 Mark II

Le Canon EOS M50 Mark II sera disponible à partir de fin mars 2020 en deux coloris (noir ou blanc). Le boîtier sera vendu seul à 609 € et proposé en plusieurs kits avec objectifs :

  • Canon EOS M50 Mark II + EF-M 15-45 mm f/3,5-6,3 à 729 €
  • Canon EOS M50 Mark II + EF-M 15-45 mm f/3,5-6,3 + EF-M 55-200 mm f/4,5-6,3 à 959 €
  • Canon EOS M50 Mark II + EF-M 18-150 mm f/3,5-6,3 à 979 €

Le Canon EOS M50 Mark II est disponible sur la boutique en ligne Canon, chez Digit-Photo et tous les magasins photo spécialisés.

Le Canon EOS M50 Mark II sera également proposé en plusieurs packs, afin de répondre directement aux besoins des créateurs de contenus. Un kit vlogger inclut ainsi le boîtier (avec l’objectif EF-M 15-45 mm), un micro shotgun Rode, un trépied Gorillapod et une carte SD de 32 Go, et sera proposé au tarif de 799 €.

De même, un kit Streaming est proposé à 999 €. Il regroupe le boîtier (avec l’objectif 15-45 mm), le micro Rode, le trépied Gorillapod, mais aussi une clé/convertisseur HDMI Atomos Connect, un adaptateur secteur et un câble HDMI-micro USB.

Enfin, un kit Home Office sera disponible au tarif de 789 €. Ce dernier inclut le boîtier et l’objectif 15-45 mm, un adaptateur secteur permettant l’alimentation en continu de l’appareil, ainsi qu’un trépied Gorillapod.

Notre premier avis sur le Canon EOS M50 Mark II

Le pari de Canon est osé. Le Canon EOS M50 Mark II présente peu d’améliorations techniques par rapport à son prédécesseur – même si l’on apprécie évidemment la vitesse en rafale améliorée, ainsi que la détection/suivi de l’œil en photo comme en vidéo.

La véritable révolution de cet EOS M50 Mark II se situe davantage en termes d’usages. Là où la première génération était davantage axée photo, la version Mark II cible une population beaucoup plus jeune et connectée, grande consommatrice de vidéos.

S’éloignant de son cœur de cible historique, Canon tente d’accroître ses parts de marché en tentant de capter un public utilisant habituellement son smartphone pour capturer photos et vidéos.

Mais à ce titre, le Canon EOS M50 Mark II souffre de quelques oublis. Ainsi, son capteur n’est pas stabilisé – contrairement aux boîtiers de Sony, par exemple. L’autofocus Dual Pixel, tant vanté par Canon, est uniquement disponible en Full HD : en 4K, l’appareil utilise l’AF à détection de contraste, considérablement plus lent. De même, en 4K, l’appareil impose un recadrage très important (1,5x). Enfin, les vidéastes chevronnés risquent d’être déçus par l’absence de 4K à 60p, d’un mode zebra, ou encore par l’impossibilité de filmer au format LOG et/ou en 10 bit… Canon semble ainsi viser un public débutant en vidéo, peut-être afin de le faire entrer dans son écosystème et grapiller quelques parts de marché aux smartphones.

Il reste donc à voir si les consommateurs sauront être séduits par les arguments déployés par Canon… ou s’ils estiment que la concurrence se montre plus persuasive.