Après avoir réalisé une vidéo sur le tourisme de masse grâce à la similitude des clichés de voyages des touristes sur Instagram, le photographe et réalisateur Oliver Kmia nous dévoile à présent « Sad Tropic » une vidéo en opposition totale et nous fait découvrir les rues, les plages et les allées désertées de Miami à cause du covid-19. Une vidéo presque irréaliste, pourtant bel et bien ancrée dans la réalité.

Si Oliver Kmia est habitué à voyager, il est aujourd’hui coincé chez lui à Miami pour faire face au Covid-19, comme le reste du monde. À travers cette vidéo, le photographe et réalisateur a voulu capturer et partager ce moment historique inédit. Habituellement très animé, le sud de la Floride n’a jamais été aussi vide et sans vie. La plupart des commerces sont fermés, il n’y a plus de tourisme et de nombreuses personnes ont perdu leur travail. Idem du côté des photographes qui n’ont plus de clients ni de missions.

Contrairement à la France, le confinement n’est pas obligatoire à Miami, bien qu’il soit recommandé de rester chez soi.  Ironiquement, le défi d’Oliver a donc été de capturer tous ces endroits totalement vidés de leurs habitants, des automobilistes, piétons et cyclistes.

Il a parfois filmé 1 minute au drone pour obtenir un plan de 10 secondes sans âmes qui vivent et a dû supprimé quelques personnes en post-production. Si cela ne reflète donc pas toujours la réalité à 100%, le photographe a souhaité accentuer sa vision nostalgique et triste de sa ville, loin de l’image qu’elle renvoie habituellement et soumise à une situation particulière et inédite. Le nom de la vidéo est d’ailleurs une référence directe à « Tristes Tropiques » de Claude Lévi-Strauss.

Pour réaliser sa vidéo, Oliver Kmia a utilisé différents boîtiers et différentes techniques. Il a par exemple filmé avec le boîtier orienté vidéo Panasonic Lumix GH5, couplé à des objectifs ultra grand-angles 12-35 mm f/2.8 et 7-14 mm f/4 et monté sur un stabilisateur Zhiyun Crane V2.

Pour ses timelapses, il a utilisé un reflex Canon EOS 6D couplé à des zooms standards 24-105 mm f/4, 16-35 mm f/4 ou encore à l’Irix 11 mm f/4. Enfin pour les plans vus du ciel, il a utilisé 2 drones dont les DJI Mavic Air et Mavic 2 Zoom. Une vidéo bien réalisée qui nous montre encore une fois qu’il est possible de produire des films de qualité avec du matériel photo qui n’a pas besoin d’être dernier cri pour capturer de belles images.

Boîtiers Canon EOS 6D en place pour un Timelapse

Panasonic Lumix GH5 couplé au stabilisateur Zhiyun Crane V2

Vous pouvez retrouver le travail d’Oliver Kmia sur sa nouvelle page Instagram dédiée à sa production vidéo et qui vise à documenter les effets du changement climatique en Floride du sud, sur son compte Vimeo ou encore directement depuis son site internet.