Oliver Kmia est un photographe et un réalisateur de vidéos basé à Miami. Lors d’un voyage à Rome l’été dernier, l’artiste est frappé par l’impressionnante masse de touristes agglutinés devant la célèbre fontaine de Trevi en train d’immortaliser ce monument. C’est là que l’idée lui est venue de faire une vidéo montrant les similitudes des clichés de voyages des touristes du monde entier.

Retenir la tour de Pise pour éviter qu’elle s’effondre, pointer le haut de la Pyramide du Louvre ou bien celle de Gizeh, ouvrir grand les bras pour admirer un paysage montagneux ou encore imiter le Christ rédempteur à Rio, nous avons déjà tous vu ou pris de telles photographies.

Le photographe explique sur Fstoppers sa réaction face à la marrée humaine à Rome : « A ce moment, j’ai trouvé ce spectacle déplorable et ridicule, pourtant, j’étais l’un de ces touristes, pas mieux ou pire. »

Ainsi, en s’inspirant de l’artiste français Hiérophante, Oliver commence à collecter des images pour montrer comment nous immortalisons tous de la même façon nos voyages.

Comment Oliver a pu collecter autant d’images ? Il a tout simplement été sur Instagram : « Le principal défi consistait à trouver les hashtags corrects et à fouiller des milliers d’images souvent polluées par des objets commerciaux sans rapport avec la vague. »

Instravel Oliver Kmia

Essai avec le hashtag #montsaintmichel

Au total, 4 000 images ont été téléchargées par l’artiste pour en utiliser seulement 1 000. Il explique que « la production de la vidéo était simple d’un point de vue technique, mais extrêmement long. »

Pour donner de la cohérence à son propos, Oliver Kmia a aligné les photographies dans l’ordre du voyage : « La vidéo commence par le passeport et la compagnie aérienne pour marquer le début du voyage. Elle se termine aussi avec les avions qui nous ramènent à la routine du travail et de la vie urbaine avec le métro. »

Un tour du monde en photo ? Presque

Ce voyage visuel nous emmène sur tous les continents de la planète sauf en Afrique. Le photographe s’en explique ainsi : « J’ai essayé de trouver un endroit en Afrique pour équilibrer le mélange, mais je n’ai pas trouvé de bons hashtags qui montreraient un endroit en particulier. » Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène, à commencer par le nombre moins important de touristes en Afrique, mais également parce qu’ils n’ont pas du tout le même profil. Les jeunes instagrameurs venus des grandes métropoles mondiales voyagent vers d’autres métropoles, présentes principalement en dehors du continent africain.

Pour Oliver, le but de cette vidéo était avant tout de s’amuser et d’explorer une technique d’édition différente. Ça n’est en aucun cas une étude psychologique des comportements ou bien une critique envers les touristes. « Cela reflète l’importance des réseaux sociaux dans notre vie. Comme je l’ai déjà dit, je ne me mets pas au-dessus de la foule. Je suis l’un des touristes. Être original ou différent ne vous rend pas nécessairement meilleur ou plus intelligent », explique l’artiste.

Une vidéo virale

Sa vidéo est devenue virale et beaucoup de personnes ont réagi positivement à ces photographies similaires. On peut voir que chacun apprécie les mêmes moments et les mêmes endroits. Tout le monde aime se retrouver dans les mêmes lieux chargés d’histoires et d’émotions, mais également partager les mêmes attributs de la culture locale comme la nourriture ou les boissons.

Cependant, il y a aussi des personnes qui réagissent mal à ces photos à cause justement de leur similitude, en montrant du doigt la non-originalité des touristes. Oliver préfère passer outre : « Personnellement, je suis devenu immunisé contre les mauvais commentaires au fil du temps. Vous ne plairez jamais à tout le monde, peu importe ce que vous faites. »

Collecter des « points Internet » avec ses photos de voyage

Il est vrai que dans beaucoup de lieux touristiques, on peut voir les visiteurs collés à leur téléphone portable sans profiter du moment. La photographie qu’ils viennent de prendre doit rapidement être visible sur les réseaux sociaux afin de récolter un maximum de réactions virtuelles comme les J’aime, les Abonnements, les Commentaires… C’est ce qui a attristé le plus l’artiste : « Certaines personnes ne créent pas de souvenirs, mais essaient de collecter des points Internet. C’est juste une opinion subjective ».

De plus, Oliver Kmia souligne le fait que certains touristes, pour avoir une photographie originale et sensationnelle sont prêts à dégrader le site touristique, par exemple sur « l’arbre solitaire trouvé dans le lac Wanaka, en Nouvelle-Zélande qui a été endommagé par des centaines de grimpeurs essayant d’obtenir un cliché digne d’Instagram. » nous explique l’artiste.

Pour découvrir les autres vidéos d’Oliver, rendez-vous sur son profil Vimeo. Vous y découvrirez des Hyperlapse, des Dronelapses et des Timelapses des plus grandes villes du monde.