L’incertitude plane autour d’Olympus. La semaine dernière, une rumeur faisait état de la fermeture prochaine de la division Image du constructeur japonais – rumeur démentie peu de temps après. Mais le 19 novembre, le journal américain Bloomberg faisait état d’une potentielle mise en vente des activités liées à la photographie d’Olympus. Des propos aujourd’hui démentis par Yasuo Takeuchi, PDG du groupe. Retour sur une polémique en trois actes autour de l’avenir de la division Image d’Olympus.

Acte 1 : la rumeur

La semaine dernière, une rumeur faisait état de la fermeture prochaine de la division Image d’Olympus. En cause : des résultats en nette baisse par rapport à l’année passée. Le constructeur japonais vient de répondre à cette rumeur : que les fans d’Olympus se rassurent, la marque est loin de disparaître..

S’il est vrai que les résultats d’Olympus ne sont pas exactement au beau fixe (avec des revenus en repli de 17 % par rapport à l’année 2018 à la même époque), cette rumeur avait de quoi nous surprendre. En effet, elle évoquait une fermeture des activités liées aux appareils photo vers le milieu de 2020.

Dans une déclaration au site économique chinois Sina Finance News (relayée par le site 43Rumors), Olympus a précisé ses grandes orientations stratégiques pour l’année à venir et a démenti toute rumeur d’arrêt de ses activités Image et Son. D’après la marque japonaise, « l’activité Imaging et l’activité Solutions Scientifiques étant des activités importantes qui soutiennent le groupe, nous continuerons à travailler à l’amélioration de la rentabilité et de l’efficacité de ces deux secteurs d’activité ».

Olympus au CP+ 2019 : « Nous nous concentrons sur le format Micro 4/3 »

Selon le plan de gestion actuel à moyen terme d’Olympus, les objectifs du groupe sont fixés à 6 % de croissance annuelle (croissance externe incluse), ainsi qu’une marge opérationnelle de 20% : « Le plan d’affaires pour le prochain exercice vise à assurer le développement de l’activité Solutions Scientifiques et la stabilité de l’activité Imaging et à se concentrer sur le meilleur marché pour chaque portefeuille de produits », indique l’entreprise.

Si cette déclaration se montrait (plutôt) rassurante, certains observateurs s’étaient montrés perplexes. En effet, Olympus n’avait pas directement répondu en parlant de l’activité Imaging, mais mentionnait aussi l’activité Solutions Scientifiques. Par ailleurs, notons que ces domaines d’activité sont réparties en deux entités séparées ; qui plus est, la division réservée aux applications scientifiques s’avère rentable, ce qui n’est pas le cas de la branche consacrée à la photographie.

Acte 2 : les propos alarmistes de Bloomberg

L’histoire aurait pu s’en arrêter là. Mais contre toute attente, le PDG du groupe Olympus, Yasuo Takeuchi, est revenu sur les propos tenus plus tôt cette semaine. Dans une récente entrevue avec le journal américain Bloomberg, ce dernier a annoncé son intention de réduire la masse salariale du groupe afin de « doubler la marge opérationnelle à moyen terme ».

D’après l’article de Bloomberg, le PDG d’Olympus aurait également indiqué que la division Image pourrait bel et bien être mise en vente prochainement – venant ainsi contredire ses précédentes déclarations. Par ailleurs, les activités d’Image et Son du groupe seraient celles qui enregistreraient la plus faible marge et le plus faible taux de croissance au sein du portfolio d’activités du groupe. « Olympus travaille à la stabilisation de ses activités liées à l’image en se concentrant sur son cœur de marché », a déclaré une représentante de l’entreprise.

Olympus Stratégie Du Groupe Slide 11

IMD, la division Imaging, est celle qui dégage le moins de marges et a la croissance la plus faible dans le portefeuille d’activités d’Olympus

Visant à faire croître ses marges opérationnelles de 11 à 20 % d’ici 2023, le groupe a ainsi déclaré vouloir se focaliser sur ses activités médicales – un domaine où il doit également affronter d’autres acteurs comme Boston Scientific Corp ou… Fujifilm Holding Corp.

Acte 3 : le démenti d’Olympus

Contactée par Phototrend, la direction d’Olympus France a réagi en communiquant une déclaration du PDG du groupe, Yasuo Takeuchi. Et ce dernier vient démentir toute rumeur d’une éventuelle vente des activités liées à la photo.

« Par principe, toutes nos entités doivent dégager des profits et contribuer aux objectifs business du groupe. En conséquence, nous évaluons en permanence notre portfolio d’activités. Nous n’avons actuellement aucune intention de vendre la division Imaging », indique-t-il dans ce communiqué. « Notre objectif est donc de stabiliser et de renforcer sa position sur le marché. Pour y parvenir, nous menons activement différentes opérations marketing et nous disposons d’une roadmap clairement définie pour les mois et les années à venir ».

« Nous n’avons actuellement aucune intention de vendre la division Imaging. »

Yasuo Takeuchi, PDG d’Olympus Corp

Enfin, Yasuo Takeuchi réaffirme les ambitions de la branche Image et Son d’Olympus : « nous poursuivons activement le développement des technologies qui amélioreront la photographie et la vidéo. De plus, l’activité Imaging est et demeurera un important moteur d’innovation technologique pour nos autres activités ».

En clair, Olympus n’aurait donc aucune intention de se séparer de ses activités liées aux optiques et aux capteurs photo, ces derniers étant par ailleurs amenés à servir aux autres solutions développées par le groupe. Malgré ses difficultés financières, la branche Imaging continue donc d’être un pilier du groupe.

Olympus OM-D E-M5 Mark III : l’hybride milieu de gamme qui se prend pour le pro

Cela étant, ces différentes déclarations n’auront pas manqué de semer le trouble parmi les observateurs du groupe japonais. En 2018, Olympus a vécu une « année blanche » liée à la fermeture de leur usine, réouverte au Vietnam en fin d’année. Pour cette raison, aucun produit n’avait été dévoilé. Mais depuis 2019, la marque s’est montrée particulièrement dynamique en dévoilant en janvier l’hybride micro-4/3 professionnel OM-D E-M1X ainsi qu’une nouvelle roadmap d’objectifs dont un 150-400mm f/4.5, ainsi que l’OM-D E-M5 Mark III, un hybride orienté milieu de gamme aux caractéristiques très fournies.

Olympus : nouvelle roadmap d’objectifs et développement d’un 150-400mm F4.5 TC1.25x IS PRO

Toutefois, ces derniers événements s’inscrivent dans un contexte global compliqué, marqué par la diminution des chiffres de vente de boîtiers photo. Ainsi, Nikon a récemment dévoilé des résultats financiers en net recul au premier semestre 2019, avec des profits en recul de 21,1 % par rapport à l’année 2018. En conséquence, la marque jaune et noire s’apprête à effectuer d’importants changements, cherchant sans nul doute à réduire drastiquement ses coûts.