Sur Instagram, le nombre de mentions « j’aime » et d’abonnés a pris une importance indéniable, et fait l’objet d’une féroce compétition – certes informelle – qui tend à valoriser bien davantage la popularité des utilisateurs… que la qualité réelle de leurs photos. Pour « rendre l’application plus agréable à utiliser » et corriger ce travers, Instagram teste actuellement la suppression pure et simple de l’affichage public des likes dans plusieurs pays avant un potentiel déploiement généralisé.

Un test limité à 7 pays dans le monde

En mai dernier, un changement dans le design de l’application avait été découvert dans le code source de l’application pour Android. Toutefois, il n’avait fait l’objet d’aucune annonce officielle de la part d’Instagram.

Dans un récent tweet, Instagram a dévoilé la liste des pays concernés par cette expérimentation : il s’agit de l’Australie, du Brésil, du Canada, de l’Irlande, de l’Italie, du Japon et de la Nouvelle-Zélande. On constate l’absence notable de pays tels les États-Unis, la Grande-Bretagne ou la France : Instagram cherche à tester ce nouveau fonctionnement en conditions réelles sans pour autant le déployer à grande échelle pour le moment.

Dans la pratique, les utilisateurs concernés ne peuvent plus voir le nombre de likes sous les publications s’affichant dans leur flux : à la place, une mention indique que la photo ou la vidéo a été aimée par un ou deux membres du réseau auquel l’utilisateur est déjà abonné(e).

« Nous voulons que vos abonnés se concentrent sur les images que vous partagez plutôt que sur le nombre de likes qu’obtient votre post », a ainsi déclaré un porte-parole d’Instagram en début d’année. « Pendant ce test, seule la personne à l’origine de la publication pourra voir le nombre de « j’aime » reçue par sa photo ».

« Nous sommes impatients d’en apprendre davantage sur la manière dont ce changement pourra profiter à l’expérience de tous les utilisateurs d’Instagram », a également ajouté la plateforme en commentaire.

La fin de la course aux likes sur Instagram ?

Le réseau social au milliard d’utilisateurs – filiale de Facebook – semblait avoir pris conscience de la course sans fin au nombre de likes et d’abonnés sur sa plateforme. Un phénomène qui, de l’avis de nombreux spécialistes, peut créer de nombreux troubles chez certains utilisateurs, et notamment auprès des plus jeunes.

Masquer le nombre de likes pourrait également faire diminuer l’effet « masse », qui peut pousser certains utilisateurs à ne liker des images que si elles ont déjà un important nombre de mentions « j’aime ».

De fait, cette mesure pourrait également encourager les utilisateurs à pratiquer la photographie selon leurs propres goûts, et non plus en fonction du nombre de likes potentiel que l’image pourrait générer. Un travers que de nombreux utilisateurs avaient d’ailleurs dénoncé, à l’instar du photographe américain Nick Fancher qui avait décidé de supprimer ses comptes Instagram, Twitter et Facebook en début d’année.

Dossier : quelle influence Instagram exerce-t-il sur les photographes professionnels ?

Quid du nombre d’abonnés ?

Ce petit changement de l’interface – dont les effets sur les utilisateurs pourraient être particulièrement importants – devrait prendre place dans un contexte plus vaste visant à rendre l’expérience utilisateur plus agréable et plus transparente pour les membres du réseau social.

Dans un autre tweet, Instagram a également annoncé avoir mis à jour ses règles en matière de désactivation automatique des comptes ayant enfreint les Community Guidelines. En parallèle, les utilisateurs recevraient une notification à chaque fois que l’un de leurs contenus entrerait en contradiction avec les règles régissant les publications du réseau social.

Toutefois, un autre changement semble particulièrement réclamé par la communauté – peut-être davantage que la suppression du décompte des likes. Il concerne l’affichage du nombre d’abonnés sur le profil des utilisateurs : la taille de ce dernier pourrait être considérablement réduite, donnant ainsi plus de place au nom et à la biographie de la personne.

Une telle modification du profil des utilisateurs avait été dévoilée par Instagram en décembre dernier ; toutefois, cet aspect n’a plus été évoqué récemment par la compagnie américaine.

Remettre les images au coeur de l’expérience utilisateur d’Instagram

L’enjeu de cette refonte est de taille pour le réseau social. Instagram fait en effet l’objet de critiques : bon nombre d’utilisateurs réclament le retour de l’affichage des publications par ordre chronologique à la place de la hiérarchisation – particulièrement opaque – opérée par l’algorithme de la plateforme. Étroitement lié à celui de Facebook, ce dernier détermine si une publication va intéresser (ou non) l’utilisateur à partir de ses centres d’intérêt en se basant sur ses interactions avec des posts similaires.

Instagram : comment l’algorithme choisit les photos que vous voyez quand vous ouvrez l’appli

En réduisant l’importance (et l’impact) du nombre de likes, Instagram vise à réduire le narcissisme, la jalousie et la faible estime de soi qui peuvent provenir de la course aux likes. Derrière ces mentions « j’aime » – en apparence totalement anodines – se dissimule bien souvent une véritable hiérarchie des statuts, le nombre de likes et d’abonnés devenant un indicateur de respectabilité : ainsi, de nombreux utilisateurs n’avaient pas hésité à acheter des abonnés pour accroître (artificiellement) leur popularité sur le réseau – une pratique contre laquelle Instagram lutte activement.

Si Instagram déploie plus largement ces fonctionnalités, la plateforme pourrait ainsi remettre l’accent sur le partage artistique et l’expression personnelle, plutôt que sur la course perpétuelle à une popularité somme toute virtuelle.