L’imprimante Instax Share SP-3 est le troisième modèle de la gamme après la SP-1 et la SP-2. Compacte et portable, elle est cependant le premier modèle compatible avec les films Instax Square, le nouveau format carré de Fujifilm.

Elle se connecte via le Wifi aux smartphones et appareils photo compatibles (Fujifilm X) et permet d’imprimer ses images préférées sur du papier argentique en mobilité. Nous avons testé l’Instax Share SP-3 et voici notre avis sur cette imprimante instantanée portable.

Comme les appareils photos instantanés Fujifilm, l’imprimante Instax Share SP-3 est un produit très simple, minimaliste et plutôt intuitif. Elle troque la forme arrondie des Instax pour des courbes plus saillantes et stylisées. L’Instax Share SP-3 est légèrement plus imposante que ses ainés SP-1 et SP-2 compatibles avec le format Instax Mini, car elle est la première compatible avec le nouveau format de film carré. Elle mesure ainsi 116 mm x 130.5 mm × 44.4 mm pour 312g, des mensurations qui lui assurent tout de même un format compact et appréciable.

Voici les caractéristiques techniques :

  • impression par OLED avec exposition à 3 couleurs sur 256 niveaux par couleur (RGB)
  • film utilisé : Instax Square par pack de 10 photos
  • taille de l’image : 62 x 62 mm
  • taille d’image : 800 x 800 points
  • taille du support : 86 x 72 mm
  • résolution d’impression : 318 dpi
  • durée d’impression : 13 secondes à partir de l’envoi de la photo
  • autonomie : environ 160 impressions
  • batterie : NP-50
  • taille : 118 x 130,5 x 44,4 mm
  • poids : 312 g (sans batterie ni film)

Une imprimante minimaliste

Minimalisme est le maître mot pour désigner cette imprimante portable. Seuls deux boutons physiques, positionnés de part et d’autre de l’imprimante sont visibles : le bouton d’allumage et le bouton reprint, pour réimprimer immédiatement une image. La cartouche de film est positionnée au dos. L’accès à celle-ci est sécurisée par un bouton poussoir et à pression qui évite que la trappe s’ouvre malencontreusement, ce qui risquerait de gâcher toute la cartouche. Le nombre de vues restantes dans la cartouche est représenté par plusieurs petites leds. Comme sur les appareils, un repère jaune permet de positionner correctement la cartouche. A l’arrière, nous retrouvons la batterie et le port micro USB qui permet de la recharger.

Leds indiquant le nombre de vues restantes

L’insertion de la cartouche Instax Square

Dommage que l’imprimante se mette en veille trop rapidement ou qu’il n’y ai pas de possibilité de paramétrer ce réglage pour pouvoir enchaîner les vues tranquillement.

L’imprimante est également compatible avec la plupart des hybrides Fujifilm pour pouvoir se connecter automatiquement et imprimer ses images.

L’application Instax Share: l’intermédiaire indispensable

L’instax Share SP-3 a une ergonomie très simple. L’essentiel de la manœuvre pour imprimer ses images s’effectue via l’application dédiée gratuite et disponible sous iOS et Android : Instax Share. Sous iOS, la connexion en Wi-Fi s’effectue aisément. Sous Android, nous avons dû activer la géolocalisation afin que l’imprimante s’appaire avec notre smartphone, parfois nécessaire lorsque l’on utilise Android 6.0 ou une version plus récente. Heureusement, nous avons trouvé l’information grâce à la mise en garde donnée par Fujifilm dans le descriptif de l’application. Mieux vaut le savoir en avance plutôt que de s’acharner en vain.

Comme l’imprimante, l’application s’avère de prime abord très simple d’utilisation. Le menu d’entrée est clair et propose d’enregistrer une photo via l’application, de prendre une photo en temps réel avec les informations de géolocalisation, de date, d’heure et même de température, de sélectionner une image à partir de la galerie, de réimprimer des impressions effectuées précédemment via l’historique ou encore de choisir parmi des modèles pré-faits pour personnaliser ses impressions. Vous trouverez ensuite les réglages principaux de l’imprimante et le partage sur votre galerie, Dropbox, Google Photos ou encore Flickr.

Instax Share : une organisation de l’application à revoir

Sur Android, la sélection dans la galerie permet de choisir parmi les photos enregistrées sur son smartphone, d’accéder directement à son compte Instagram ou Facebook ou d’autres comptes tels que Dropbox, Google Photos ou encore Flickr.

L’organisation de la galerie via l’application n’est pas cohérente et ne rend pas son utilisation agréable. Toutes les images sont réunies d’un bloc au lieu d’être classées par média ou par application comme c’est généralement le cas. L’organisation est réalisée dans l’ordre décroissant, de l’image la plus récente à la plus ancienne, toutes images confondues (captures d’écran, photos, téléchargement, etc) et il n’y a aucun moyen de modifier ce réglage.

Autant dire que pour retrouver une image bien précise, il faut s’armer de patience. Si vous avez effectué une retouche récente, vous retrouverez alors votre image en tête de liste. Dans l’autre cas, sélectionnez l’image dans la galerie de votre téléphone, puis partagez-là avec l’application pour pouvoir l’imprimer immédiatement. Il n’est toutefois pas possible de partager plusieurs images en même temps par ce biais.

Notre astuce a été de sélectionner les photos en amont, de les ouvrir dans une application de retouche externe et de les enregistrer telle quelle ou avec quelques retouches afin qu’elles apparaissent en tête de liste, prêtes à être imprimer. Une manipulation de trop qui aurait pu être évitée, si l’application était mieux optimisée. Heureusement, l’accès direct au compte Instagram et Facebook facilitent un peu la manœuvre si les images à imprimer sont essentiellement sur les réseaux sociaux.

Une application simple, mais trop légère

L’application Instax Share propose plusieurs réglages interne de retouche. Vous n’êtes ainsi pas obligés de passer par une application de retouche intermédiaire. Au contraire, vous pouvez également préférer retoucher en amont et utiliser l’application uniquement pour imprimer. Il est en tout cas possible de faire pivoter l’image, de zoomer, d’y ajouter des filtres dont un filtre intelligent, un filtre noir et blanc et un filtre sépia. Nous sommes tout de même loin de la diversité de filtres proposés pour les application Instagram, Snapseed, Lightroom et autres. La personnalisation de l’image concerne la luminosité, le contraste et la saturation de l’image.

L’application propose également différents modèle d’impression afin d’imprimer plusieurs images sur une seule et même vue (jusqu’à 9 images au maximum) ou encore la séparation d’une photo pour imprimer une image sur deux vues différentes. Pour ajouter du texte, il faut s’orienter vers les modèles pré-faits et modifier le texte.

Ces réglages de base sont toujours bienvenus pour une petite retouche rapide, mais si vous voulez pousser les choses un peu plus loin, mieux vaut utiliser une application annexe pour cela et imprimer ensuite via l’application.

Fujifilm aurait pourtant tout interêt à rendre son application vraiment interactive et l’enrichir en filtres, en intégrant ses célèbres filtres (Velvia, Provia, Astia, Classic Chrome…) implantés au sein des hybrides de la marque par exemple. L’application est ici très simple, mais vraiment légère et ne permet pas d’être totalement exploitée. Nous espérons qu’avec les prochaines mises à jour, elle pourra proposer plus.

Réactivité

L’impression d’une image s’effectue en 10 secondes environ, ce qui est relativement rapide. Il faut ensuite attendre 2 à 3 minutes pour que l’image apparaisse totalement puisqu’il s’agit ici de papier argentique, contrairement à la technologie Zero Ink où l’impression apparaît immédiatement.

Qualité d’impression de l’Instax Share SP-3

Le format Square de 86 x 62 mm propose une impression carrée de 62 x 62 mm. Loin d’être parfaits, les films Fujifilm sont cependant relativement précis via une restitution des couleurs fidèles par rapport à l’image d’origine.

L’impression n’offrira toutefois pas le rendu d’une imprimante à sublimation thermique telle que les imprimantes Kodak Photo Printer Dock et Kodak Photo Printer Mini ou encore la Canon Zoemini qui fonctionne via la technologie Zero Ink, puisque les noirs sont généralement beaucoup plus denses, le contraste plus élevé et qu’un léger voile typique de l’argentique apparaît. Cela offre aux images un charme particulier recherché. Les détails sont toutefois bien restitués sur ce petit format d’impression, même si le fichier original ne profite pas d’une haute définition.

Ces impressions offrent un rendu très proche des appareils photos instantanés hybrides SQ10 et SQ20, puisque le système d’impression intégré au sein de ces appareils n’est autre que celui des imprimantes portables Instax Share.

Test Fujifilm Instax Square SQ20 : l’appareil photo instantané hybride toujours plus créatif

Coût à la photo

L’imprimante Fujifilm Instax Share SP-3 utilise des cartouches de films argentique qui se développent. Une cartouche contient 10 vues, mais il existe des packs disponibles ainsi que des éditions spéciales :

Le papier argentique est actuellement l’un des plus chers du marché, surtout face aux autres technologies d’impression qui concernent la majorité de la concurrence. L’imprimante Instax Share SP-3 n’est pas la plus abordable sur ce secteur, même si les amoureux du format carré et du rendu vintage n’hésiteront sans doute pas à mettre le prix.

Conclusion

L’instax Share SP-3 est une imprimante portable simple, compacte et facile d’utilisation. Nous apprécions la qualité des impressions, ainsi que l’effet vintage recherché avec ce type de papier, qui implique cependant un tarif plus élevé que la moyenne.

Nous en attendions un peu plus de l’application qui va principalement servir à lancer les impressions et qui manque encore d’optimisation au niveau de l’organisation des images et des différentes possibilités de retouches et d’effets.

Cette imprimante n’en est pas moins un produit agréable à utiliser qui fera toujours son petit effet à l’occasion d’évènements particuliers pour repartir avec sa photo imprimée.

L’Instax Share SP-3 est disponible en deux coloris – blanche ou noire – au tarif de 179€.

Test Instax Share SP-3, l'imprimante compacte de Fujifilm au format Instax Square
Compacité, minimalisme et simplicité d'utilisationBatterie rechargeable en USBQualité d'impression : contraste et détailsRapidité de l'impression
Organisation des images au sein de l'applicationNous aurions souhaité plus de filtres d'effets et de retoucheCoût de l'impression
7.4Note finale
Ergonomie (imprimante et logiciel)6.5
Qualité d'impression9
Performances (rapidité, autonomie, etc)8
Coût à la page/photo6