Mise à jour : lire notre test du Nikon D500

Comme en 2007 avec la sortie conjointe du D3 et D300, Nikon a annoncé aujourd’hui au CES 2016 un compagnon du Nikon D5 : le Nikon D500.

Tout le monde attendait un Nikon D400 comme digne successeur du D300s, mais pour coller à sa ligne de produits, Nikon a privilégié le chiffre 5 (D5/D500) et l’explique par un duo de boîtiers à destination des photographes professionnels.

D500_16_80E_front34l.high

Acheter le Nikon D500 au meilleur prix

La puissance d’un reflex FX et la souplesse du format DX

« La puissance d’un reflex FX et la souplesse du format DX », voici comment Nikon introduit ce nouveau boîtier reflex au format APS-C. Et ce n’est pas qu’un discours marketing : le D500 partage de nombreux composants avec le Nikon D5 et devrait devenir le nouvel emblème de la gamme DX chez Nikon. Et c’est vrai que depuis quelques années, les photographes à la recherche d’un boîtier APS-C pro n’avaient pas trop de solutions chez Nikon, à moins de se tourner vers la gamme D7000. Avec le D500, Nikon comble enfin le trou béant au top de sa gamme APS-C.

Capteur APS-C 20 Mpx et composants communs avec le Nikon D5

Le D500 est doté d’un capteur APS-C de 20 Mpx (la même résolution que le D5, mais en DX), du nouveau processeur de traitement d’images Expeed 5, du capteur RVB 180K et du même système Autofocus Multi-cam 20K 153 points que le D5. Pour connaître les détails, je vous invite à lire notre article sur le Nikon D5.

Sur capteur APS-C, ce nouveau système AF offre une plage de couverture très large facilitant le suivi de sujets en mouvement.

collimateurs-D500.jpg

L’AF est sensible jusqu’à -4 IL sur le collimateur central et -3 IL avec tous les autres ce qui permet d’utiliser ce boîtier même dans des conditions de luminosité très difficiles. Et cela tombe bien, car la plage ISO de 100 à 51 200 ISO en natif offre une nouvelle flexibilité, extensible jusqu’à 1 640 000 ISO si besoin. Mais comme pour le D5, l’image ne sera pas véritablement exploitable pour un photographe.

La rafale du Nikon D500 peut aller jusqu’à 10 i/s (contre 7 pour le D300s) en mode AF continu et tenir jusqu’à 200 images (Raw ou Jpeg), ce qui ravira sûrement les amateurs de photographie sportive ou animalière.

Vidéo 4K et écran inclinable tactile

Comme sur le D5, la vidéo fait son apparition, en 4K, et permet de filmer à 30p jusqu’à 29 min. Par contre, il faudra faire avec un crop 2,2x, ce qui posera certains problèmes pour les personnes souhaitant filmer avec un grand-angle. En mode HD ou full HD, Nikon offre une fonction de réduction de vibration électronique afin de stabiliser les mouvements de la caméra. Cela pourra ainsi permettre d’obtenir des rendus fluides même s’il est recommandé d’utiliser un objectif stabilisé pour filmer à main levée avec un reflex. Un D-Lighting actif en mode vidéo HD et full HD permet également de préserver les détails dans les hautes lumières et les ombres.

D500-video.jpg

D500_16_80E_back34r.high

Après le Nikon D750, c’est au tour du Nikon D500 d’être doté d’un écran inclinable qui devient également tactile. Cet écran permettra notamment la sélection rapide de photos et la saisie de texte (on pense tout de suite aux données IPTC) ainsi que la mise au point et le déclenchement en mode photo. Ce nouvel écran de 3,2 pouces reprend la définition de celui du D5, soit 2 359 000 pixels, ce qui permet d’apprécier ses images de manière très fine via l’écran et de l’utiliser à plein en mode Live View.

Tactile

Un boîtier APS-C résistant et tout temps

Avec un châssis en alliage de magnésium et l’usage de fibre de carbone en façade, le D500 est construit pour durer et reprend la construction robuste du Nikon D810 et D750. L’appareil dispose ainsi de nombreux joints d’étanchéité qui permettront au photographe de l’emmener partout. Niveau durabilité, le mécanisme de déclenchement est testé pour résister à plus de 200 000 déclenchements.

D500_BF1B_front.high

L’impasse sur le flash pop-up

Petit détail qui n’est pas passé inaperçu : le Nikon D500 ne dispose pas de flash pop-up, une triste nouvelle pour les photographes habitués à cet accessoire très pratique comme flash d’appoint pour du fill-in. Le D500 est cependant compatible avec le nouveau flash SB-5000 à fréquence radio annoncé avec le D5, moyennant un adaptateur WR-R10 ou WR-A10.

D500_16_80E_front34r.high

Une ergonomie professionnelle

Comme vous avez pu le noter, les Nikon D5 et D500 ont beaucoup de choses en commun. C’est également le cas de l’ergonomie très proche entre ces deux boîtiers pour qu’ils puissent être utilisés de manière interchangeable par un photographe sans perdre ses marques.

Le D500 utilise ainsi un trèfle, dispose de boutons rétroéclairés et d’un viseur confortable avec un œilleton circulaire ainsi que des boutons Fn personnalisables. Le bouton ISO se retrouve également sur le dessus de l’appareil, près du déclencheur, pour un réglage rapide.

D500_top.high

D500_back.high

D500_ambience_4.high

Connectivité permanente avec SnapBridge

Le Nikon D500 est le premier reflex de Nikon à disposer de SnapBridge, une nouvelle fonctionnalité de connexion permanente développée par Nikon. SnapBridge utilise le Bluetooth Low Energy (BLE) pour permettre au boîtier de se connecter avec des appareils mobiles et transférer de manière permanente et transparente ses photos vers un smartphone ou une tablette ainsi que vers Nikon Image Space, l’espace de stockage de photos en ligne made by Nikon.

SnapBridge

Depuis un appareil mobile, il sera également possible de consulter les photos présentes sur l’appareil et de prendre le contrôle pour un déclenchement à distance. Dépourvu de GPS, l’appareil pourra désormais géotagger vos photos grâce à cette connexion permanente en utilisant la puce GPS d’un smartphone. L’application SnapBridge permettra également de synchroniser la date et l’heure du boîtier en fonction du fuseau horaire où l’on se trouve, un très bon point pour les voyageurs qui oublient souvent d’effectuer ce changement.

SnapBridge devrait petit à petit se généraliser au reste de la gamme APS-C chez Nikon lors des prochains renouvellements de produits.

La grande inconnue reste cependant l’influence de cette connexion permanente sur l’autonomie du boîtier et du smartphone. Le boîtier reprend la batterie EN-EL15 utilisée dans de nombreux boîtiers Nikon, mais l’autonomie n’a pas été annoncée.

L’appareil est également doté du Wifi, mais les utilisateurs pros pourront lui adjoindre le nouveau système de transmission sans fil WT-7 (réseau sans fil et câblé) pour des fonctions étendues.

Double logement mémoire SD et XQD

Le D500 dispose d’un double logement pour cartes mémoires et pourra utiliser une carte XQD et une carte SD. Ce choix n’est pas anodin pour Nikon qui semble abandonner petit à petit le Compact Flash au profit du XQD. Pour profiter d’une rafale jusqu’à 200 images RAW, il faudra peut-être utiliser obligatoirement une carte XQD. Le boîtier est doté de l’USB 3.0.

Niveau connectique, le D500 est doté de l’USB 3.0, du HDMI type C, d’une sortie casque et entrée micro stéréo, d’un connecteur 10 pin, de la synchro flash, du Wi-Fi, du Bluetooth 4.1 et du NFC.

Notre premier avis

Nous n’avons pas encore pu prendre en main ce D500, mais cette présentation devrait avoir de quoi faire rougir les photographes semi-pro et pro à la recherche d’un boîtier reflex pro et compact au format APS-C. Cet appareil pourra ainsi très bien compléter un boîtier plein format en tant que boîtier secondaire ou bien même constituer le boîtier principal des photographes sportifs ou animaliers pour qui le format DX est un véritable avantage.

Aussi attendu que le D750 dans la gamme plein format, ce D500 ne déçoit pas sur le papier, avec une ergonomie et des fonctions véritablement professionnelles. Certains diront même qu’il dispose de l’ergonomie que le D750 aurait dû avoir. Les choix de Nikon sont en effet parfois difficiles à comprendre.

Mais une chose est certaine, le D500 redonne vie à la lignée du D300 et c’est une très bonne chose.

Prix et disponibilité

Le Nikon D500 sera disponible fin mars 2016 à un prix public de 2299€ nu.