Avez-vous déjà eu envie de réaliser une vidéo making-of de vos sorties photo, séances shooting, mariages, etc. sans jamais passer à l’action car vous pensiez que c’est trop compliqué ?

Un bon making-of requiert en effet au moins une autre personne, spécialisée en vidéo, pour vous filmer lors de votre shooting, sous différents angles; Mais entre cela et rien du tout, peut-être que vous n’avez pas exploré le juste milieu : placer une caméra directement sur votre appareil photo et filmer vos shootings à la première personne.

GoPro-Studio

© Clay Cook

Filmer en même temps que l’on shoote pour réaliser un making-of est une technique utilisée par de plus en plus de photographes, comme Clay Cook qui filme ses shootings de mode à la première personne grâce à une GoPro. Et ils auraient tord de s’en priver car comme vous allez voir, on peut réaliser de très bonnes choses avec un minimum de temps et d’investissement.

Bien sûr, vous n’allez pas placer n’importe quelle caméra sur votre appareil photo, mais une action cam type GoPro, qui a l’avantage d’être légère, compacte, tout en délivrant une qualité vidéo excellente (et un grand angle, on en parle plus bas) pour un prix contrôlé.

Quel équipement acheter pour fixer une action cam sur son boîtier ?

Avant tout, vous devez avoir une action cam type GoPro. Si jamais vous n’êtes pas sûr d’en avoir l’utilité, n’hésitez pas à en louer une ou à demander à votre ami fan de sports extrêmes de vous prêter la sienne.

Ensuite, selon la fixation de votre action cam, il vous suffit d’acheter un petit kit de fixation pour reflex (ou tout appareil doté d’une griffe porte accessoire/flash). Pour les GoPro, la marque XCSource propose cet adaptateur que l’on trouve à moins de 6€ (parfois même moins cher sur Ebay) pour fixer votre caméra sur un reflex, mais également un trépied (ça pourrait vous servir pour réaliser des time-lapse).

61QmVOHOMoL._SL1200_

Kit fixation GoPro sur Reflex

A moins de filmer dans des conditions difficiles, il est recommandé de ne pas utiliser la coque protectrice de la GoPro mais plutôt un cadre de bordure qui permettra de fixer votre GoPro tout en la laissant à l’air libre, pour une meilleure qualité d’image et surtout un meilleur son, plus aéré. Le cadre The Frame de la marque GoPro est bien, mais un peu cher (40€), c’est pourquoi nous vous conseillons ce cadre de XCSource disponible à moins de 9€.

61ucBMCuZWL._SL1200_

Cadre de bordure pour GoPro

Et voilà, c’est tout ce qu’il vous faut pour fixer une GoPro sur votre boîtier reflex.

Pourquoi filmer ce que vous photographiez en même temps que vous photographiez ?

Avant d’aller plus loin et de sauter le pas, vous devez vous poser la question suivante : « pourquoi faire cela ? ». Sans but défini et sans idée, vous allez avoir du mal à accrocher et surtout vous aurez fait un investissement (une GoPro et quelques accessoires) inutile.

Filmer ce que l’on est en train de photographier, sur le même plan, est un moyen très simple de véhiculer à votre public les sensations du terrain qu’on a du mal à avoir en regardant une photo (c’est d’ailleurs souvent ce qui différencie une excellente photo d’une simple photo) ainsi que votre processus photographique.

Plus ancien, le photographe James Nachtwey utilisait déjà cette technique sur ses reportages photos en Indonésie, à découvrir en partie dans son film War Photographer

Nachtwey

En effet, si vous êtes dans une optique pédagogique, il manque parfois pas mal d’informations à une photo pour bien comprendre la scène, la manière dont vous avez approché votre sujet, vos interactions (ou l’absence d’interactions) avec lui, etc. Pour de la photo studio, c’est également utile pour donner de la vie à vos sujets figés, et pour que le lecteur comprenne le type d’éclairage utilisé par exemple.

C’est également un moyen de générer du contenu en plus de vos photos, qui pourra être utile si jamais vous voulez faire une vidéo un peu plus tard, ou ne serait qu’un petit montage.

Quels avantages de mettre une GoPro sur son boîtier reflex ?

Après avoir abordé la question métaphysique, abordons la question technique. Il est possible de filmer avec de nombreux types de caméra, mais pourtant, nous en revenons souvent à la GoPro, ou à d’autres action cams équivalentes.

En effet, une GoPro est relativement bon marché pour la qualité des images qu’elle produit, et cette solution est donc très économique pour réaliser une vidéo making of de qualité, à moindre frais.

413siE2QGoL

Bien sûr, la GoPro est une caméra d’action et elle dispose donc d’un très grand angle, parfois peu apprécié des photographes. Sachez que vous pouvez réduire l’angle de la caméra dans les réglages, avec l’option Narrow (étroit).

Mais nous vous conseillons de n’en rien faire car le grand angle de la GoPro permet de pouvoir intégrer de nombreux détails et informations environnants, pour un résultat très didactique.

Sur le terrain par exemple, vous pourrez intégrer votre sujet, mais également les personnes présentes autour, comme un assistant, ou bien d’autres inconnus. Pourquoi avoir choisi de photographier cette personne plutôt qu’une autre, c’est intéressant.

Le grand angle de la GoPro est également un bon moyen d’ouvrir le champ, surtout si par exemple vous avez monté un téléobjectif sur l’appareil. De cette manière, on se rend compte de la distance, et aussi de l’environnement dans lequel le photographe évolue (ce n’est pas pour rien que l’on appelle ces caméras des actions cam).

Le montage vidéo

Une fois votre vidéo tournée, il vous faudra passer par l’étape du montage vidéo pour couper les plans inutiles (pensez bien à éteindre votre caméra quand vous ne l’utilisez pas, car la batterie de la GoPro est très limitée) mais surtout pour ajouter, au coeur même de votre vidéo, certaines photos prises durant cette session.

Un bon moyen de le faire est de laisser la vidéo tourner, et lorsque vous déclenchez, vous affichez brièvement la photo prise, même si elle est ratée d’ailleurs, ce qui est encore plus intéressant que les photos réussies. A la fin de la vidéo, vous pourrez même rajouter un diaporama de toutes les photos que vous avez retenu de cette session, ce sera très formateur, et également un moyen de présenter votre travail final aux lecteurs de la vidéo.

Par exemple, dans cette vidéo, le photographe de rue Erik Kim nous montre en temps réel dans la vidéo les photos qu’il a réussi.

Les limites de ce système

Comme expliqué en introduction, une bonne vidéo de making-of est souvent composée de plusieurs angles de vue, et malheureusement, la caméra fixée sur le boîtier ne permet pas de faire varier l’angle de vue, surtout si vous êtes autonome. Le risque est donc de créer une vidéo un peu lassante.

Pour limiter cela, nous vous conseillons donc de faire une vidéo relativement courte (pas plus de 5 minutes) et surtout de l’entrecouper des images que vous avez réalisé, comme expliqué plus haut. Cela permettra de donner du rythme à votre vidéo.

La seconde limite de ce système apparaît si vous utilisez déjà votre griffe flash pour un flash ou un émetteur radio. Dans ce cas, il faudra trouver une autre façon pour fixer votre caméra. Souvenez-vous aussi que cette dernière doit être stable pour éviter les tremblements dans l’image. Le photographe de mode Clay Cook s’est confronté à ce problème car dans son studio, il déclenche des flashs à distance avec un émetteur PocketWizard. Sa GoPro n’est donc pas fixée directement sur la griffe de son boîtier, mais elle tient à l’aide d’un autre système bien plus élaboré (et admettons-le, compliqué) qui est présenté dans cette vidéo :

 

Si vous faites de la photo de studio, vous devriez donc réfléchir à la manière de fixer votre caméra.

Quelques exemples de vidéos GoPro sur reflex

Voici quelques exemples de vidéos réalisées à l’aide d’une GoPro montée sur un boîtier reflex.

Merci à Thomas pour nous avoir fait découvrir les Street Hunts de Spyrros Papaspyropoulos qui nous explique ses astuces de photographe de rue :

En conclusion, attacher une GoPro à votre reflex est une excellente idée pour filmer ce que vous êtes en train de photographier et créer du contenu supplémentaire à intégrer dans une vidéo, à moindre frais et surtout en toute simplicité. Malgré tout, pour réaliser un making-of, cela risque de ne pas être suffisant et d’être un peu monotone si vous vous contentez de ce point de vue durant toute la vidéo. Pensez d’ailleurs à ajouter dans cette vidéo les images prises lors de votre session.

Enfin, si votre flash prend déjà la place sur la griffe, il faudra trouver une autre installation qui risque d’être bien plus compliquée.

Si vous avez déjà réalisé des vidéos GoPro de cette manière, n’hésitez pas à partager un lien dans les commentaires de cet article.