Test Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM : un excellent zoom ultra grand-angle mais pas sans défaut

La suite après cette publicité

8.3
sur 10

Lancée il y a moins de 5 ans, la monture RF de Canon compte déjà pas moins de 5 objectifs ultra grand-angle. Parmi eux, le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM, dévoilé en juin 2021, se distingue par un gabarit réduit, une ouverture constante à f/4 et une plage focale plus courte de 2 mm que les « habituels » objectifs 16-35 mm. Il offre ainsi la focale la plus large disponible à cette date (hors 5.2 mm f2.8L Dual Fisheye 3D). Quelles performances pouvons-nous obtenir de cet objectif prometteur ? L’autofocus et la stabilisation optique se montrent-ils à la hauteur de nos espérances ? Nous avons utilisé cet objectif pendant plusieurs mois : voici donc notre test complet du Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM.

Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Présentation du Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Le zoom ultra grand-angle s’est imposé comme un incontournable du kit de tout photographe amateur comme professionnel. Il permet en effet de couvrir un champ très large – et de basculer en un clin d’œil à la focale « standard » 35 mm. Ce qui les a rendus très populaires auprès des photographes d’architecture, de paysage comme d’immobilier.

À côté du zoom f/2.8 lumineux mais également très coûteux et encombrant, Canon (et les autres constructeurs) a toujours proposé une seconde version plus légère à la fois dans nos sacs et pour nos portefeuilles. C’était le cas à l’époque des reflex et cette stratégie reste applicable en hybride aujourd’hui. Le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM se veut cette alternative plus accessible face à l’excellent RF 15-35 mm f/2.8 L IS USM que nous avons testé précédemment. Attention, la définition « d’accessible » de Canon est ici de 1829 €, niveau certainement inhabituel pour une ouverture f/4.

Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM est donc le premier membre d’une trinité de zoom f/4 sur la monture RF. Il ne se contente cependant pas d’être « juste » une nouvelle itération du prédécesseur en monture EF mais introduit son lot de « nouveautés ».

D’une part, on peut noter que le zoom f/4 à l’époque reflex était un 16-35 mm f/4. Nous avons ici gagné 2 mm au grand angle en conservant la même lentille frontale plane, qui autorise le montage d’un filtre de 77mm. Ceci reste rare et sera certainement très apprécié par les vidéastes ou photographes de paysage. À ce propos, 77 mm est le diamètre de filtre commun de l’ensemble des zooms f/4. Un détail anodin en apparence, mais qui vaut de l’or sur le terrain quand il s’agit d’alterner les objectifs et les filtres.

Source : Canon

Illustrons ci-dessous ce que représente précisément le champ additionnel à la plus courte focale de ce zoom RF (14 mm, soit 114°) face à celui qu’il remplace (16 mm, soit 108°).

La seconde nouveauté introduite avec le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM est un rapport de grossissement de 0,38x contre 0,23x précédemment. Ce qui augmente significativement la polyvalence de cet objectif pour générer du flou ou simplement faire de la proxiphotographie. Attention toutefois, ceci implique de travailler à seulement 9 cm de la lentille avant, ce qui n’est pas toujours pratique. Ces évolutions sont autorisées par une formule optique de 16 éléments répartis en 12 groupes dont 3 lentilles UD et 3 asphériques.

La suite après cette publicité
Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Nous nous réjouissons de voir une formule optique aussi complexe tenir dans un gabarit de seulement 10 cm de long. Cette taille réduite peut être considérée comme la troisième évolution la plus notable en comparaison à la version EF. D’autant que cette dernière nécessite d’être couplée à la bague d’adaptation EF/RF pour fonctionner avec les hybrides Canon. De ce point de vue, la différence de longueur est assez notable entre les deux objectifs.

Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Voici la liste complète des caractéristiques du Canon RF 14-35 mm f/4L IS USM :

  • plage focale : 14-35 mm
  • objectif pour capteur plein format
  • ouverture max : f/4
  • ouverture min : f/22
  • angle de champ : 114° – 63°
  • construction optique : 16 lentilles réparties en 12 groupes, dont 3 lentilles UD et 3 lentilles asphériques (dont une lentille asphérique à faible dispersion)
  • diaphragme : 9 lamelles (circulaire)
  • distance de mise au point minimale : 20 cm
  • stabilisation : oui
  • tropicalisation : résistant à l’eau et à la poussière
  • grossissement maximal : 0,15x (à 14 mm), 0,38x (35 mm)
  • mise au point : autofocus, moteur Nano USM
  • diamètre du filtre : 77 mm
  • dimensions : ø 84,1 x 99,8 mm (D x L)
  • poids : 540 g
  • accessoires fournis : bouchons avant et arrière, pare-soleil
  • monture compatible : Canon RF

Prise en main

Au chapitre prise en main, nous sommes en terrain connu à un détail près que nous évoquerons plus bas. Construction et présentation sont celles que l’on connaît : plastiques rigides et joints d’étanchéité, bagues bien texturées et anneau de contrôle à l’avant du fût. L’objectif s’avère ainsi très agréable à utiliser. La miniaturisation n’a pas que des avantages cependant : en hiver par exemple, la bague de mise au point est devenue un peu « étroite » si vous utilisez des gants.

Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Toujours au sujet de la construction et de l’ergonomie, nous commençons à avoir un peu de recul sur la manière dont sont conçus les objectifs en monture RF, les premiers étant sortis il y a 4 ans et demi. Nous constatons avec plaisir que la tropicalisation semble très satisfaisante mais l’épaisseur du plastique du fût extérieur est peut-être un chouïa en retrait par rapport aux objectifs en monture EF de la série L. Rien d’alarmant mais ce nouveau composé tolère un peu moins d’abus. Ce constat n’est pas spécifique à Canon car, hors gamme Sigma Art, l’ensemble des fabricants sont désormais très engagés dans une stratégie de réduction du poids de nos sacs photo et ceci passe aussi par la résistance du fût des objectifs.

Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Nous retrouvons toujours sur le fût le commutateur AF/MF et celui du stabilisateur ON/OFF qui, sur des capteurs stabilisés, commande à la fois la stabilisation de l’objectif et celle du boîtier. Sur les Canon R3/R5/R6, il est impossible de dissocier l’un de l’autre.

Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Notre véritable critique à la prise en main va venir du déploiement du zoom. La position la plus compacte (repliée) est située à 21 mm. À 14 mm comme à 35 mm, le zoom se déploie d’un centimètre.

Voilà un fonctionnement assez curieux. 21 mm n’est pas vraiment une focale que l’on trouve naturellement, ce n’est même pas une focale apparaissant sur la graduation. Devoir chercher cette position particulière chaque fois que l’on range son matériel est tout simplement pénible.

La suite après cette publicité

Il aurait été plus apprécié d’avoir le fût 1 cm plus long pour offrir un encombrement constant – avec un bénéfice sur la tropicalisation. Soit exactement l’architecture que proposait la version EF en son temps.

Enfin, un mot sur le pare-soleil. Avec une focale aussi « large » que 14 mm, ce dernier n’est pas forcément toujours indispensable. De plus, il est tellement fin qu’on imagine mal son utilité, au-delà de protéger physiquement la lentille frontale en cas de chocs externes.

Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Qualité d’image du Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Nous avons testé cet objectif sur un Canon EOS R avec son capteur de 30,4 Mpx. Vous pouvez cliquer sur chaque image pour la voir en meilleure qualité.

Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM
Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 23 mm – f/11 – 8 s – ISO 100
Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM
Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 23 mm – f/5.6 – 1/400 s – ISO 400
Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM
Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 14 mm – f/7.1 – 1/5 s – ISO 640

Le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM est un digne membre de la série L avec un niveau de performance optique toujours en ligne avec ce qu’on peut attendre d’un objectif professionnel. Il y a toutefois quelques petites subtilités que nous allons détailler ici.

Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM
Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 14 mm – f/4 – 1/10 s – ISO 160

À 14 mm, le piqué est très bon sur l’ensemble de l’image dès f/4. Oui, les coins sont en léger retrait à la pleine ouverture mais pas suffisamment pour s’alarmer. Le léger retrait des coins n’est pas le fait d’un manque de résolution mais plutôt une conséquence des corrections numériques en arrière-plan.

En effet, la section entre 14 mm et 18 mm souffre d’un niveau de distorsion en barillet particulièrement important et le profil doit redresser l’image pour compenser. Parlant de profil de correction, nous ne sommes pas totalement satisfaits de la qualité de ce dernier. D’une part parce que l’on continue d’observer de très légères courbures après traitement. D’autre part parce qu’il effectue un recadrage dans l’image plus que nécessaire (en Jpeg comme en RAW dans Lightroom).

Ci-dessous, l’image prise en RAW

La suite après cette publicité
Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM
À 14mm, on croirait un objectif fish-eye

La distorsion est ensuite corrigée comme suit :

Test Phototrend Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Observons maintenant le résultat corrigé dans le boîtier ou en standard dans Lightroom à gauche, puis notre correction manuelle, qui est un peu plus large.

Par ailleurs, le vignetage est très important à 14 mm. C’est une conséquence de plus en plus fréquente de la course à la miniaturisation des objectifs. La correction de la distorsion et du vignetage engendre un redécoupage de l’image (donc une petite perte de pixels) et une dégradation des bords, d’une part parce qu’ils sont étirés, mais aussi parce qu’il faut booster le signal pour éclairer les bords. À ISO 100 ceci n’est pas perceptible mais si vous êtes déjà très haut dans les ISO, le bruit s’amplifiera dans les coins.

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 14 mm – f/4 – 1/125 s – ISO 12800

Le milieu de zoom est particulièrement savoureux. La netteté de bord à bord de la pleine ouverture est maximale à f/11. Le RF 14-35 mm brille par son homogénéité.

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 20 mm – f/4 – 1/160 s – ISO 800

35 mm est la focale la plus faible. « Faible » est ici un terme relatif, l’image reste très satisfaisante mais moins mordante qu’au grand-angle. C’est assez courant sur les zooms grand-angle d’être optimisé pour l’extrémité la plus large. Ici, il faut attendre f/8 pour avoir l’image la plus homogène.

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 35 mm – f/4 – 1/10 s – ISO 100

Avoir un peu plus de douceur à 35 mm a l’avantage de révéler un bokeh particulièrement doux si l’on peut mettre à profit la faible distance de mise au point (20 cm seulement). L’ouverture à f/4 n’est pas impressionnante à ce chapitre mais si l’on peut se rapprocher de son sujet, le bokeh saura satisfaire les plus exigeants.

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 35 mm – f/4 – 1/1000 s – ISO 100

Nous achèverons cette section en notant notre satisfaction devant la gestion du flare et des aberrations chromatiques : encore une excellente performance.

La suite après cette publicité
Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 14 mm – f/11 – 1/500 s – ISO 100

Outre l’important niveau de distorsion et de vignetage à 14 mm, il n’y a pas grand-chose à reprocher à notre objectif du jour. Étendre la plage de zoom de 2 mm au grand-angle devait se faire avec un compromis et celui-ci est probablement plus digeste que d’autres car il peut se corriger numériquement.

Les nombreuses manipulations nécessaires à ces corrections nous coûtent toutefois un peu de pixels, un peu de bruits dans les coins et surtout l’impossibilité de recourir à une fonction comme l’exposition multiple avec cet objectif.

Autofocus : rapide et silencieux

Le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM reprend la recette à succès déjà employée pour tous les autres zooms de la série L. La technologie Nano USM est toujours aussi rapide et silencieuse. Il vous sera possible d’utiliser le micro interne du boîtier en vidéo sans être pénalisé par les bruits de mise au point s’invitant dans vos prises.

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 18 mm – f/4 – 1/100 s – ISO 250

La profondeur de champ étendue d’un grand-angle ouvrant à « seulement » f/4 n’a probablement pas vocation à mettre en difficulté le système mais nous apprécions sa fiabilité et l’absence totale de focus breathing. Notons toutefois que lorsque la lumière fait défaut, la mise au point devient plus brouillonne, ce qui peut être problématique sur un dancefloor mal éclairé avant le déclenchement d’un flash.

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 14 mm – f/4 – 1/160 s – ISO 400

Une excellente stabilisation optique

Depuis l’introduction de la monture RF, Canon rappelle à chaque nouveau lancement à quel point il maîtrise la technologie de stabilisation optique. Le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM offre de solides prestations dans ce domaine. Nous arrivons aisément à tenir une seconde à main levée sans avoir à retenir notre souffle… et sans recourir à un capteur stabilisé.

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 18 mm – f/10 – 1 s – ISO 100

Combiné à un R3/R5/R6, le gain peut être encore plus important. En vidéo, il est possible de combiner la stabilisation optique avec une stabilisation électronique au prix d’un crop plus ou moins important selon le niveau de la stabilisation.

À qui s’adresse le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM ?

À 1829 €, Canon a fait de cet objectif un caillou réservé à une niche de professionnels… ou aux amateurs éclairés et fortunés. On imagine aisément les professionnels du voyage adhérer à sa polyvalence et son encombrement réduit.

La suite après cette publicité
Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 19 mm – f/4 – 1/500 s – ISO 100

Les photographes de paysages sont aussi clairement visés. Un grand-angle compatible avec des filtres circulaires est certainement une combinaison gagnante.

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 14 mm – f/5.6 – 20 s – ISO 100 + ND1000

Les amateurs de paysages urbains s’offriront, avec 14 mm, une bonne amplitude pour les corrections de lignes convergentes.

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 14 mm – f/8 – 1/500 s – ISO 500

Les photographes d’immobilier et architecture seront également séduits par la largeur du champ offerte par ce zoom, surtout pour des photos d’intérieur.    

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM – 14 mm – f/4 – 1/10 s – ISO 400

Enfin, les photographes de reportages sauront apprécier la compacité et la discrétion possible avec ce kit.

Le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM face à la concurrence

L’alternative évidente est l’objectif prédécesseur Canon EF 16-35 mm f/4 L IS USM en monture EF, vendu 1389 €. Même s’il n’est plus tout jeune (2014), il avait été conçu pour supporter le capteur très défini du Canon EOS 5Ds R et était déjà une référence en matière de piqué. Nous ne notons pas de différence significative entre ces 2 objectifs au chapitre de la résolution sur un Canon R5. Ainsi, le photographe de paysage qui veut le meilleur piqué peut choisir la version en monture EF et économiser 500 € (ou plus d’occasion). Les 2 millimètres de plus au grand-angle ne nous sont pas vraiment apparus déterminants – sauf pour l’architecture et l’immobilier où chaque millimètre vaut de l’or.

Au sein de la famille RF, on pense ensuite au Canon RF 15-35 mm f/2.8 L IS USM. Proposé à 2799 €, il représente « un surcoût de plus de 900 € », ce qui dans ce contexte de tarifs professionnels est presque bon marché pour gagner un IL. Votre poignet sentira clairement les 300 grammes de différence entre ces deux cailloux mais ce gain d’un IL peut avoir énormément d’impact sur le terrain.

Le 15-35 mm f/2.8 sera beaucoup plus compétent pour la mise au point en cas de faible luminosité. Le 15-35 mm f/2.8 ouvre aussi des possibilités en astrophotographie – plus délicate à pratiquer avec un zoom ouvrant à f/4 sans avoir recours à des techniques d’empilement. Il faudra cependant composer avec plus de vignetage pour la version f/2.8… et plus de distorsion pour la version f/4, à ceci près, les performances optiques sont similaires.

La suite après cette publicité

Si vous êtes à la recherche du zoom le plus petit et le plus léger, Canon offre également le RF 15-30 mm f/4.5-6.3 IS STM. L’omission de la mention L traduit quelques compromis comme l’absence de pare-soleil et une construction plus plastique, sans tropicalisation. Il ne rivalise pas directement en piqué avec les objectifs évoqués plus haut mais, fermé à f/9, il se défend très bien. Le vignetage est encore plus marqué à sa pleine ouverture que le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM et la résistance au flare moins bonne. Une fois dit ceci, le RF 15-30 mm f/4.5-6.3 IS STM est très léger, stabilisé et relativement bon marché, étant vendu à 699 €.

Enfin, le Canon RF 16 mm f/2.8 STM est l’objectif ultra grand-angle le plus abordable en monture RF. C’est un équivalent grand-angle du très populaire 50 mm f/1.8 dont il reprend le fût. Sur le terrain, on note toutefois sa construction assez plastique, autofocus peu réactif et son piqué assez moyen. Sa formule optique très simple l’expose un peu plus aux aberrations chromatiques et à l’astigmatisme à sa pleine ouverture. Il est également nettement plus sujet au flare. Enfin, s’il n’a pas la polyvalence d’un zoom, son format miniature assure que vous l’aurez toujours avec vous. Vendu 339 €, on peut aisément lui pardonner ses petits défauts.

Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM : excellent, mais pas sans défauts

Le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM est assurément un très bel objectif. Piqué, compact et très performant, il s’avère particulièrement séduisant. Nombreuses sont les raisons d’adhérer à cette nouvelle proposition de Canon.

Comparée à son ancêtre en version EF, elle apporte plusieurs améliorations, notamment du côté de la stabilisation. Ainsi, il est désormais possible d’atteindre 1 seconde à main levée sur un capteur non stabilisé. Combiné à un R6/R5/R3, les plans vidéos seront nettement plus fluides, avant même d’avoir à recourir à un stabilisateur externe.

De plus, les 2 millimètres supplémentaires au grand-angle peuvent être une véritable bénédiction en photographie immobilière. La prouesse de Canon réside probablement dans sa capacité à proposer cette focale avec une lentille frontale plate – et les possibilités de filtres qui vont avec.

Toutefois, à 1829 € on peut rester dubitatif lorsque les objectifs équivalent Nikon et Sony s’échangent à 1399 €. Aussi excellent soit-il, le 14-35 mm f/4 L IS USM nous impressionne probablement moins qu’il aurait pu.

Car son prédécesseur, le Canon EF 16-35 mm f/4 L IS USM, a déjà établi un standard d’excellence. Le gain de poids entre les deux ne se fait pas vraiment sentir dans le sac. Le piqué est grandiose certes, mais il l’était déjà avant. Et surtout, certaines des imperfections de ce zoom sont un poil difficiles à accepter – comme sa gestion du vignetage et des distorsions. Qu’un objectif premium nécessite autant de corrections numériques et empêche le recours à une fonction comme l’exposition multiple nous paraît très mal venu.

La suite après cette publicité

Enfin, nous ne sommes pas fans du fût qui se déploie aux 2 extrémités et n’est compact qu’à 21 mm. Ces points ne renvoient pas immédiatement aux standards habituels en série L. Chacun devra se prononcer en fonction de ses cas d’usage si oui ou non ces nouvelles caractéristiques justifient le surcoût de 30 % réclamé par Canon.

Le Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM est disponible au tarif de 1829 € chez Digit-Photo, Miss Numérique, Digixo, Camara, Photo-Univers, IPLN et à la Fnac.

Test Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM : un excellent zoom ultra grand-angle mais pas sans défaut
Qualité d'image
8.5
Fabrication / finitions
8.5
Fonctionnalités
9
Vitesse autofocus et précision
9
Qualité du bokeh
8
Ergonomie
8
Taille et poids
9
Rapport qualité/prix
6.5
Points forts
Compact
Excellent piqué
Stabilisation très efficace
Autofocus très réactif et silencieux
Rapport de grossissement en évolution
Points faibles
Vignetage excessif
Distorsion importante
Position rétractée à 21 mm
Tarif déraisonnable
8.3
sur 10