Votez pour la série « Coexistence » de Pierre-Louis Ferrer aux Zooms 2024 du Salon de la Photo

Apple MacBook Pro 14 et 16″ et Mac mini : cuvée 2023 avec puces M2 Pro, M2 Max et HDMI 2.1

RIP le Mac Intel

En catimini, Apple vient de lever le voile sur de nouveaux MacBook Pro et Mac mini. Ces modèles, dotés de nouvelles puces M2, dont de nouvelles déclinaisons M2 Pro et M2 Max, apportent leur lot de puissance, sans révolution esthétique. Retour sur ces nouveautés sous le capot qui marquent un tournant pour Apple.

Apple M2 Pro et M2 Max, deux nouveaux SoC surpuissants

Apple l’avait indiqué en novembre 2020 : une période de transition de 2 ans devait se faire avec les processeurs Intel, adoptés depuis 2005 sur les Mac. C’est désormais (presque) chose faite avec l’annonce du jour des nouveaux processeurs M2 Pro et M2 Max – 2 ans et 2 mois pour être précis. Apple a définitivement tourné la page Intel, et ne propose sur ses Mac que des processeurs ARM maison, hormis le Mac Pro.

Ainsi, deux nouvelles puces ARM maison destinées aux professionnels sont disponibles : les puces M2 Pro et M2 Max.

Basés sur la même architecture que les puces M1 Pro et M1 Max, ces nouveaux SoC (système sur une puce) viennent apporter encore plus de performance, avec davantage de coeurs CPU et GPU et jusqu’à 96 Go de RAM unifiée (contre 64 Go sur la puce M1 Max).

Voici le détails de ces puces :

  • M2 Pro : CPU 10 coeurs ou 12 coeurs (jusqu’à 8 coeurs haute performance et 4 coeurs à haute efficacité énergétique), GPU 16 ou 19 coeurs, Neural Engine 16 coeurs, 16 ou 32 Go de RAM unifiée, jusqu’à 200 Go/s de bande passante mémoire
  • M2 Max : CPU 12 coeurs (8 coeurs haute performance et 4 coeurs à haute efficacité énergétique), GPU 30 ou 38 coeurs, Neural Engine 16 coeurs, jusqu’à 96 Go de RAM unifiée, jusqu’à 400 Go/s de bande passante mémoire

Ainsi, la puce M2 Pro, qui intègre 40 milliards de transistors, dispose d’un CPU nouvelle génération qui offre des performances multithread jusqu’à 20% plus rapide que le CPU du M1 Pro. De son côté, le GPU de la puce M2 Pro creuse l’écart avec jusqu’à 3 coeurs de plus, selon les versions. A la clé, selon Apple, jusqu’à 30% de performances graphiques en plus avec « une expérience digne d’une console de jeux vidéo ».

De son côté, la puce M2 Max offre encore plus de puissance que la M1 Max. Avec 67 milliards de transistors, elle est capable de gérer une mémoire unifiée jusqu’à 96 Go (!), ce qui lui permet de travailler sur des fichiers très lourds ou de faire du multitâche d’applications très gourmandes sans aucun ralentissement. Dotée d’un CPU 12 coeurs (contre 10 coeurs sur la puce M1 Max), elle bénéficie surtout d’un GPU bien plus véloce avec jusqu’à 38 coeurs et un cache N2 plus étendu. A la clé, des performances graphiques ici encore jusqu’à 30% plus performantes que sur M1 Max.

Coté Neural Engine, si les puces sont toujours à 16 coeurs, elles sont jusqu’à 40% plus rapide dans leurs opérations que sur la précédénte génération selon Apple. Cela promet ainsi un gain substantiel dans les projets faisant appel au Machine Learning, à condition que les logiciels soient optimisés.

Enfin, ces puces intègrent une nouvelle enclave sécurisée et disposent toujours d’accélérateurs matériels afin d’encoder et décoder de la vidéo H.264, HEVC, ProRes et ProRes RAW afin de gérer plusieurs flux de vidéo juqu’en ProRes 8K sans mettre la batterie du Mac à genou. La puce M2 Max comprend toujours deux moteurs ProRes.

Enfin, ces processeurs disposent du dernier processeur de signal d’image (ISP) qui permet la réduction du bruit et une meilleure qualité d’image de la caméra intégrée aux Mac.

Comme toujours, Apple met en avant la capacité de ces puces à fonctionner avec le maximum d’efficacité énergétique, offrant des autonomies conséquences aux Mac qui les accueillent.

Deux nouveaux MacBook Pro M2 Pro et M2 Max

Ces deux nouvelles puces M2 Pro et M2 Max trouvent légitimement leur place dans les MacBook Pro 14 et 16 pouces de 2023. Ainsi, l’ordinateur portable professionnel d’Apple dispose d’encore plus de puissance sous le capot, tout en étant toujours aussi économie en énergie, pour une autonomie jusqu’à 18 heures sur le 14 pouces et 22 heures sur le 16 pouces, un record !

Meet the new MacBook Pro and Mac mini | Apple

Si l’on sait que ces puces sont plus puissantes et rapides que les MacBook Pro de 2021, Apple indique surtout les gains par rapport aux derniers Mac dotés des processeurs Intel i9, une façon d’enfoncer le clou. On sait cependant qu’avec le MacBook Pro à Puce M2 Pro, « le traitement d’images dans Adobe Photoshop est jusqu’à 80 % plus rapide que sur le MacBook Pro à processeur Intel le plus performant, et jusqu’à 40 % plus rapide que sur les modèles de génération précédente. »

La version M2 Max, disponible sur le 14 ou le 16 pouces, offre quant à elle jusqu’à 30% de performances en plus dans le rendu d’effets dans Cinema 4D ou l’étalonnage dans DaVinci Resolve. Quand on connaît les performance des MacBook Pro M1 Pro et M1 Max, on se dit que ces machines vont être surpuissantes.

Et bien sûr, ces Mac sont toujours capable de faire fonctionner les applications Intel grâce à l’émulation Rosetta 2, même si de plus en plus d’éditeurs proposent des versions natives pour les puces ARM d’Apple.

Côté design, les portables d’Apple n’évoluent guère. Ils reprennent le nouveau design complètement revu des MacBook Pro 14 et 16 pouces lancés fin 2021, avec un nouveau châssis en aluminium et un écran Liquid Retina XDR aux bordures plus fines, avec comme résultante une surface plus grande et le fameux « notch » afin de conserver une webcam, désormais en 1080p.

Nous vous renvoyons donc vers notre sujet sur les MacBook Pro M1 Pro M1 Max 2021 pour en savoir plus sur le design.

La dalle de l’écran reste donc identique, avec une gamme dynamique étendue (XDR) ainsi qu’un rapport de contraste de 1 000 000 : 1, le tout avec une luminosité de 1000 nits et une pointe de luminosité à 1600 nits. Cet écran permet d’afficher du contenu HDR et dispose de ProMotion pour un taux de rafraîchissement jusqu’à 120 Hz.

Enfin, petite nouveauté, le port HDMI de ces Mac cuvée 2023 passe au HDMI 2.1, offrant une bande passante de 48 Gbit/s. A la clé, la prise en charge d’écrans jusqu’à 8K 60 Hz ou 4K 240 Hz là où le HDMI 2.0 plafonnait à 4K 60 Hz. Pour le moment, les moniteurs avec de telles définitions ou fréquences de rafraîchissement sont rares, mais Apple répond sûrement aux remarques et permet de voir venir. On notera d’ailleurs que la déclinaison M2 Max pourra supporter jusqu’à 4 écrans externes.

On notera également que le WiFi 6 est remplacé par le WiFi 6E et que le Bluetooth 5.3 est adopté.

On retrouve également 3 ports Thunderbolt 4 (USB 4), un lecteur de carte SDXC compatible UHS-II ainsi qu’un port jack 3,5 mm, toujours compatible avec les casques audio à haute impédance. Petit détail qui a son importance pour les puristes, le câble MagSafe pour recharger le Mac est désormais adapté à la couleur du Mac choisie, avec un câble gris pour le gris sidéral.

Mac mini M2 : le plein de puissances

En novembre 2020, Apple présentait le Mac mini M1, la 5e génération de Mac mini et surtout la première basée sur la puce Apple Silicon. Si ce modèle offrait puissance et silence à un tarif abordable, il souffrait de quelques limitations, notamment en en termes d’écrans externes, comme nous l’indiquions dans notre test complet.

Apple corrige aujourd’hui cela en intégrant la puce M2 et surtout la nouvelle puce M2 Pro à ce Mac de bureau ultra compact. Ici encore, le design ne change pas, avec toujours un bloc d’aluminium carré aplati de quelques centimètres d’épaisseur.

Pour rappel, voici les détails de la puce M2 : CPU 8 coeurs (4 coeurs haute performance et 4 coeurs haute efficacité énergétique), GPU 10 coeurs (2 de plus que la puce M1), Neural Engine 16 coeurs, jusqu’à 24 Go de mémoire unifiée, bande passante mémoire de 100 Go.

Ainsi, avec cette nouvelle déclinaison M2 / M2 Pro, le Mac mini offre suffisamment de performance pour mettre au rebut le dernier processeur Intel présent sur sa gamme d’ordinateurs. Avec la puce M2, le Mac mini offre des performances bien supérieures à la version M1, avec par exemple un transcodage ProRes jusqu’à 2,4x plus rapide dans Final Cut Pro, des performances jusqu’à 50% plus rapides dans Adobe Photoshop pour les filtres et les fonctions. Si vous vous équipés de la puce M2 Pro, ce mini Mac offre des performances graphiques jusqu’à 2,5x plus rapide sur Affinity Photo et un transcodage 4,2x plus rapide dans Final Cut Pro pour le ProRes.

Avec cette machine, Apple réduit ainsi l’écart présent entre le Mac mini et le Mac Studio sorti en mars dernier et, pour le moment, le seul Mac doté de la puce M2 Ultra.

Côté connectique, le Mac mini dispose désormais de deux ports Thunderbolt 4 (USB 4) sur la version M2, 4 ports Thunderbolt 4 sur la version M2 Pro, avec deux ports USB-A, un port HDMI, un port Ethernet Gigabit option 10 Gb, une prise jack haute impédance, ainsi que le WiFi 6E et le Bluetooth 5.3.

Cette nouvelle plateforme M2 permet surtout de palier la limite des Mac mini M1 au niveau des écrans externes. Ainsi, le modèle M2 peut gérer 2 moniteurs en Thunderbolt 4 avec un écran 6K 60 Hz ainsi qu’un second moniteur jusqu’à 5K 60 Hz. Sur le port HDMI 2.0, il est possible de brancher un écran 4K 60 Hz. Le modèle M2 Pro va encore plus loin, avec la possibilité de brancher 2 écrans 6K 60 Hz en Thunderbolt ainsi qu’un écran 4K 60 Hz en HDMI. Grâce au HDMI 2.1, il permet également de connecter un seul écran jusqu’en 8K 60 Hz ou 4K 240 Hz.

Prix et disponibilité des MacBook Pro 14 et 16 M2 2023 et des Mac mini M2

Les nouveaux MacBook Pro et Mac mini sont disponibles en précommande dès maintenant, avec des livraisons à partir du 24 janvier, voire début février pour certaines configurations.

Le MacBook Pro 14 pouces est disponible à partir de 2399 € avec un CPU M2 Pro 10 coeurs, GPU 16 coeurs, 16 Go de RAM et un SSD 512 Go. Le prix passe à 2999 € pour un CPU 12 coeurs et un SSD 1 To, avec des configurations qui montent vite dans les tours si vous optez pour une puce M2 Max, 96 Go de RAM et un SSD jusqu’à 8 To. Pour cette configuration, il vous en coûtera 7379 €.

Le MacBook Pro 16 pouces est quant à lui proposé à partir de 2 999 € avec une puce M2 Pro 12 coeurs, GPU 19 coeurs, 16 Go de RAM et SSD 512 Go. Comptez 3299 € pour monter à un SSD 1 To. Si vous souhaitez la plus grosse configuration, avec notamment 96 Go de mémoire unifiée, il faudra obligatoirement opté pour la puce M2 Max la plus véloce, avec un GPU 38 coeurs. Couplée au SSD 8 To, le tarif est de 7599 €.

Selon les configurations, on remarque une hausse de 100 à 200 euros par rapport aux modèles précédents, même si les specs ne sont pas toujours comparables, avec davantage de coeurs CPU et GPU.

De son côté, le Mac mini cuvée 2023 débute à 699 € avec la première configuration M2 doté d’un CPU 8 coeurs, GPU 10 coeurs, 8 Go de RAM et SSD 256 Go. C’est 100 € de moins que le premier Mac mini M1, une très bonne chose. Pour passer à 512 Go, il faudra ajouter 230 €, pour un tarif de 929 €. De son côté, la version M2 Pro (avec un CPU 10 coeurs et GPU 16 coeurs) est proposée à 1549 € avec 512 Go.

Ici encore, la version la plus musclée fait rapidement monter l’addition. Ainsi, il est possible de choisir la puce M2 Pro avec un CPU 12 coeurs et GPU 19 coeurs, 32 Go de mémoire unifiée, 8 To de stockage et l’option Ethernet Gigabit 10 Gb pour un total de 5229 €. Raisonnable ? A vous de voir.

A côté de cette annonce, Apple en a profité pour appliquer une hausse de 100 € sur son iMac 24 pouces M1. Avec un modèle de base qui débute ainsi à 1549 € sur le Store d’Apple.

Notre premier avis

Apple vient de mettre à jour en toute discrétion ses MacBook Pro et Mac mini avec sa seconde génération de puces M2. Grâce aux SoC M2 Pro et M2 Max, le MacBook Pro bénéficie d’une mise à jour attendue avec un gain de performance de l’ordre de 30% par rapport à la version M1 Pro / M1 Max. On apprécie notamment le port HDMI 2.1 qui permet de connecter des écrans dotés d’une meilleure résolution. Cette évolution, mineure pour certains, puisqu’elle ne concerne que le coeur du réacteur, devrait pour autant permettre à Apple de conserver son avance sur les ordinateurs haut de gamme, notamment pour les traitements de flux vidéo, d’images ou le développement logiciel. Dommage que le tarif des MacBook Pro ait augmenté de plusieurs centaines d’euros par configuration, même si les configurations sont plus puissantes de base.

De son côté, le Mac mini, déjà très séduisant avec la puce M1, devient une machine encore plus irrésistible, surtout avec son prix de base de 699 €. Doté de la puce M2 déjà lancée sur le MacBook Air ainsi que de la nouvelle M2 Pro pour le modèle haut de gamme, il devrait offrir une solution encore plus performante, avec ici encore le support de davantage d’écrans externes.

Edit : (presque) bye bye Intel, il reste encore des puces Xeon dans le Mac Pro, qui pourrait être mis à jour cette année avec des puces M2 surpuissantes.