OM System OM-5 : taillé pour l’aventure avec quelques nouveautés majeures

OM Digital Solutions dévoile son nouvel appareil photo hybride, l’OM System OM-5. Successeur direct de l’Olympus OM-D EM-5 Mark III, ce nouveau boîtier micro 4/3 de 20 Mpx se positionne comme l’appareil idéal pour accompagner vos aventures.

Capteur 20 Mpx, certifié IP53 et embarquant les dernières technologies OM System dont une stabilisation améliorée et de nouveaux modes de prise de vue permis par le processeur TruePic IX, l‘OM-5 est le second boîtier dévoilé par la marque cette année, et surtout le premier boîtier où il n’est aucunement fait mention d’Olympus. Est-ce que le changement de propriétaire a du bon ? Réponse dans cet article qui décrypte toutes les nouveautés.

Say hello to the OM SYSTEM OM-5

OM-5, le deuxième boîtier OM System en 2022

En début d’année, OM Digital Solutions (OMDS) dévoilait son premier boîtier OM System avec l’OM-1, un appareil photo hybride visant les professionnels, avec notamment un nouveau capteur rétroéclairé et empilé de 20 Mpx (une première dans le monde du micro 4/3). Accompagné du processeur TruePic X (la lettre X et non 10, précision utile), ce premier hybride mi OM System mi Olympus a montré que le nouveau propriétaire de la marque souhaitait courtiser les photographes pro et passionnés, notamment dans le domaine de la photographie sportive et animalière.

La même année, en plus d’avoir dévoilé deux zooms 40-150 mm f/4 Pro et 12-40 mm f/2,8 Pro II ainsi qu’un objectif 90 mm f/3,5 Macro IS PRO en cours de développement, OMDS dévoile un second boîtier, qui semble tout droit venu de la gamme Olympus avec E-M1, E-M5 et E-M10.

L’OM-5 reprend l’approche de l’OM-D E-M5 Mark III en se positionnant comme un modèle milieu de gamme. En pratique, ce boîtier semble reprendre les fonctionnalités de l’E-M5 Mark III d’Olympus en le complétant avec de nombreuses fonctionnalités et technologies présentes dans les boîtiers haut de gamme, positionnant l’OM-5 comme un boîtier plutôt complet, taillé pour les photographes à la recherche d’un système compact, léger et performant, notamment pour le voyage, grâce à sa protection IP53 – OMDS fait partie des rares à donner un indice de protection pour ses boîtiers ou objectifs.

En quoi ce boîtier est-il différent de l’E-M5 Mark III ? C’est ce que nous allons voir.

Capteur 4/3 Live MOS 20,4 Mpx et TruePic IX

L’OM System OM-5 est toujours doté d’un capteur 4/3 Live MOS de 20,4 Mpx. Par contre, il s’équipe d’un processeur TruePic IX que l’on retrouvait dans l’OM-D E-M1 Mark III. On retrouve donc le même couple capteur/processeur que l’E-M1 Mark III, hybride haut de gamme sorti en février 2020. A la clé, une meilleure réactivité, notamment autofocus, ainsi que de nouvelles fonctionnalités permises par ce surcroit de puissance.

La sensibilité ISO du boîtier va de 200 à 6400 ISO, extensible de 64 ISO à 25 600 ISO. Ici, le nouveau processeur permet d’obtenir une qualité d’image améliorée, même à sensibilité ISO élevée, avec des images aux tonalités plus naturelles.

La rafale de l’OM-5 reste la même : 10 i/s avec le suivi AF/AE en obturateur mécanique et jusqu’à 30 i/s en obturateur électronique avec les mesures faites sur la première photo. Il est possible d’enregistrer 149 images RAW et un nombre illimité de JPEG en obturateur mécanique et jusqu’à 18 RAW (et JPEG illimité) en obturateur électronique. Pour augmenter le buffer, des rafales à 6 i/s en mécanique et 10 i/s en électronique sont disponibles.

En termes de vitesse maximale, l’obturateur mécanique peut monter à 1/8 000 s et descendre à 30 s (et de 1/32 000 s à 60 s pour l’obturateur électronique).

Stabilisation améliorée et autofocus plus précis et réactif

On ne change pas une équipe qui gagne. Olympus était reconnu pour la qualité de sa stabilisation, et c’est toujours le cas avec ce boîtier OM System – les ingénieurs et les brevets technologiques ont été transférés à la nouvelle entité lors du rachat par JIP.

Ainsi, le mécanisme de stabilisation d’image 5 axes du capteur, fonctionnant avec un capteur gyroscopique, offre un gain de 6,5 stops selon OMDS. Couplé à la stabilisation optique sur certains objectifs M.Zuiko, comme le ED 12-100 mm f/4 IS Pro ou le 150-400 mm f/4,5 TC1,25x IS PRO, la double stabilisation de l’OM-5 permet de gagner jusqu’à 7,5 stops, soit 1 stop de plus que son prédécesseur. Ici encore, ce chiffre est identique à l’OM-D E-M1 Mark III et même à l’E-M1X.

OM SYSTEM OM 5: Image Stabilization

Côté autofocus, ce boîtier fait jeu égal avec l’E-M5 Mark III, qui reprenait déjà la technologie de l’OM-D E-M1 Mark II. Ainsi, il dispose d’un autofocus à détection de phase avec 121 collimateurs AF en croix. Les collimateurs peuvent être groupés en 5, 9, 25 ou 121 points pour un contrôle précis et le boîtier dispose d’un mode MF Assist.

Grâce au processeur TruePic IX, l’OM-5 est capable de mieux détecter les visages dans le cadre, même lorsqu’ils prennent peu de place dans l’image. La détection des yeux a également été améliorée, tout comme le suivi des visages, notamment avec des sujets de profil. Enfin, lorsque plusieurs visages sont détectés dans l’image, il est possible de choisir le visage où faire l’AF grâce à l’écran ou à l’aide d’une touche personnalisée.

High Res Shot 50 Mpx à main levée et de nombreux modes utiles

Depuis quelques générations, les boîtiers Olympus étaient bourrés de fonctionnalités utiles au photographe. L’OM-5 reprend le flambleau et intègre les derniers modes permettant de faciliter certaines images.

OM SYSTEM OM-5: Computational Features

Ainsi, le mode Pro Capture – lancé avec l’OM-D E-M1 Mark II – permet de photographier un événement imprévisible, puisque le boîtier va enregistrer une rafale de 14 i/s en JPEG ou RAW (avec obturateur électronique) sans recadrage lors d’un appui à mi-course sur le déclencheur. Ensuite, le boîtier poursuit sa rafale à 30 i/s.

La fonction High Res Shot a été améliorée. Vous n’avez plus besoin de trépied pour réaliser des images haute définition de 50 Mpx avec l’OM-5. Ce dernier capture 12 images à main levée et joue sur les minuscules décalages du photographe pour générer une image plus définie directement sur le boîtier. Un léger recadrage doit sûrement avoir lieu dans l’opération, et nous ignorons si le fichier final est un JPEG ou un RAW. Sur trépied, il est possible de réaliser des clichés jusqu’à 80 Mpx par micro-déplacements du capteur.

L’OM-5 intègre désormais la fonction Live ND avec 4 niveaux (ND2, ND4, ND8, ND16) qui permet de réaliser des poses longues sans trépied. C’est une nouveauté dans cette gamme, même si le boîtier ne va pas aussi loin que l’OM-1, capable d’aller jusqu’à ND64. Selon Olympus, ce choix s’explique par la volonté de conserver la netteté maximale à main levée : au-delà de ND16, un trépied aurait été nécessaire pour éviter les photos floues.

Nouveauté également : la fonction AF Starry Sky introduire sur l’OM-1. Ce mode, qui se base sur les informations de luminosité du capteur, permet de faire la mise au point automatiquement sur les étoiles.

On retrouve aussi la fonction de Live Composite qui permet de réaliser des poses longues en superposant plusieurs prises de vue à une vitesse d’obturation plus courte et en ne combinant que les zones lumineuses pour réaliser des traînées de lumière comme pour les phares de voitures par exemple, ou du light-painting. Il est toujours possible de contrôler l’effet en temps réel depuis l’écran en Live View et l’avantage premier est qu’une première exposition sert de base pour ne pas sur-exposer l’arrière-plan de la scène, peu importe le temps d’exposition. Les modes Bulb et Live Bulb (qui permet d’afficher et vérifier en temps réel l’évolution de la composition sur une pose longue) sont également présents.

Enfin, le boîtier dispose des modes Focus Bracketing et Focus Stacking pour obtenir des profondeurs de champ plus grandes. Le Focus Bracketing permet de capturer jusqu’à 999 images avec à chaque fois un décalage de mise au point. Les images enregistrées pourront être assemblées sur ordinateur. La fonction de Focus Stacking intégrée au boîtier se limite à 8 photos fusionnées. Un petit atout pour la photographie macro, mais aussi pour le paysage, car il n’est plus nécessaire de fermer à f/16 pour avoir tous les plans nets. A la clé, une meilleure qualité d’image, car à ces ouvertures on observe souvent un effet de diffraction sur les optiques.

La compensation trapézoïdale, la prise de vue via intervallomètre, le time-lapse, mode HDR, créateur de couleur et les filtres artistiques sont également présents. En bref, l’OM-5 reprend les modes de l’E-M5 Mark III d’Olympus, en y ajoutant les modes Live ND 16, AF Starry Sky ainsi qu’un mode Handheld High Res Shot à 50 Mpx.

Compact, léger et… identique à l’E-M5 Mark III

L’OM System OM-5 reprend exactement le même chassis que l’E-M5 Mark III, pour un boîtier compact et léger. Il mesure ainsi 125,3 x 65,2 x 49,7 mm (L x H x P) et dispose d’un petit grip et d’un repose pouce pour une meilleure préhension. Sur la balance, l’OM-5 pèse 366 g sans batterie, et 412 g avec batterie. C’est 2 grammes de moins que l’E-M5 Mark III.

Sur ce point OMDS reprend la force d’Olympus, qui est de proposer un écosystème complet léger et compact. Avec un 17 mm f/1,8 (équivalent 35 mm en 24x36), le boîtier fait moins de 500 g. Avec deux objectifs 12-45 mm f/4 PRO et 40-150 mm f/4 PRO (couvrant une plage équivalent à du 24-300 mm en 24x36), le kit OM-5 dépasse légèrement le kilo avec 1050g. Ici, la stratégie est bien définie : proposer une alternative aux boîtiers lourds et encombrants.

Le positionnement des boutons est identique à l’E-M5 Mark III, avec une roue de choix du mode sur l’épaule droite.

Un viseur OLED d’une résolution de 2,36 Millions de points couvrant environ 100% du cadre est utilisé. Il dispose d’un rapport de grossissement d’environ 1,2x et d’un dégagement oculaire de 27 mm. L’écran tactile dispose d’une dalle 1,04 million de points et d’un mécanisme sur rotule. Ici encore, on retrouve les mêmes attributs que l’OM-D E-M5 Mark III.

Mode vidéo : 4K30p, vidéo verticale et webcam USB

En vidéo, l’OM-5 reprend les mêmes formats que l’E-M1X, avec notamment le Cinema 4K en 24p (237 Mbps), la 4K à 30p, 25p, 24p (102Mpbs) et un mode slow motion en Full HD 120p. L’OM-Log400, le profil flat d’Olympus, permet également une plus grande latitude dans la postproduction. L’ensemble du capteur est utilisé lors de la prise de vue vidéo.

Pour des performances vidéo supérieures, l’OM-5 utilise l’autofocus à détection de phase pendant la vidéo, offrant un AF rapide et précis. La stabilisation optique sur 5 axes du capteur peut également se combiner avec une stabilisation électronique (au prix d’un recadrage) pour compenser les vibrations du boîtier lors de la prise de vue vidéo.

OM SYSTEM OM 5: Handheld Video

Nouveauté à destination des amateurs de stories qui utilisent la vidéo sur les réseaux sociaux : l’OM-5 prend en charge le format vidéo vertical, en ajoutant une métadonnée dans la vidéo, afin que celle-ci soit directement importée à la verticale sur smartphone par exemple. A la clé, un gain de temps considérable et surtout la possibilité de partager des séquences vidéo de haute qualité très facilement en utilisant l’application mobile OI.Share OM Image Share.

Enfin, l’OM-5 peut se brancher en USB à un ordinateur et est directement reconnu comme un webcam, sans nécessiter de drivers ou programmes supplémentaires grâce au protocole UVC/UAC.

Un boîtier IP53 tropicalisé et taillé pour l’aventure

Durant la présentation de ce boîtier, OMDS a insisté sur l’usage de ce boîtier, qui peut être emporté avec soi n’importe où, que ce soit pour une simple escapade photo le temps d’un weekend ou un voyage au bout du monde.

OM SYSTEM OM 5: Weather sealing IP53

Grâce à son indice de protection IP53 (résistant à la poussière ainsi qu’à des projections d’eau jusqu’à 60° de la verticale), ce boîtier offre une tropicalisation poussée – ne le plongez cependant pas dans une bassine d’eau – notamment avec les optiques M.Zuiko également protégées. D’ailleurs, le boîtier peut toujours fonctionner jusqu’à -10°C.

A noter que le capteur dispose, tout comme l’E-M1X, d’un filtre anti-poussières à ultrasons pour éviter que ces dernières ne viennent se déposer sur le capteur. D’ailleurs, le capteur n’est pas à nu lors du changement d’objectif, ce qui limite davantage les risques.

Connectivité et autonomie de l’OM-5 d’OM System

L’OM-5 dispose d’une connectique standard. En plus du Wifi et du Bluetooth 4.2 pour partager ses images ou contrôler son appareil depuis un smartphone, le boîtier dispose d’une prise micro 3,5 mm, d’un port HDMI micro type D, d’une prise télécommande 2,5 mm et d’une connectique micro USB 2.0. Un unique slot compatible SDXC UHS-II est proposé. Ici encore, rien de nouveau par rapport à l’E-M5 Mark III.

L’appareil reprend la batterie BLS-50 introduite avec l’E-M10 Mark III, qui est plus légère que la BLN-1 utilisée jusqu’à l’E-M5 Mark II. Elle permet ici une autonomie de 310 vues (norme CIPA) et jusqu’à 60 min d’enregistrement (norme JEITA).

La batterie peut être rechargée directement en USB, et OMDS fournit un chargeur USB secteur.

Prix et disponibilité de l’OM System OM-5

L’appareil photo OM-5 d’OM System est disponible en deux versions noir et silver et aux tarifs suivants :

  • OM System OM-5 boîtier nu : 1 299 €
  • OM System OM-5 avec objectif M.Zuiko Digital ED 12-45mm f/4 PRO : 1 699 €
  • OM System OM-5 avec objectif M.Zuiko Digital ED 14-150mm f/4-5,6 II MSC : 1 699 €

Jusqu’au 30 novembre, une offre de lancement permet de bénéficier de 5 ans de garantie offerte.

L’OM System OM-5 est disponible chez Digit-Photo, Miss Numérique, Photo-Univers, Fnac, Camara ainsi que dans les magasins photo spécialisés.

Notre premier avis sur l’OM-5

Après l’OM-1 lancé en février dernier, OM Digital Solutions dévoile aujourd’hui le successeur de l’E-M5 Mark III, sûrement le boîtier le plus équilibré de la gamme Olympus. A la fois compact et léger, l’OM-5 reprend l’apparence de l’E-M5 Mark III et ses caractéristiques principales, tout en s’améliorant sur plusieurs points, grâce notamment à son nouveau processeur.

A la clé, une meilleure stabilisation, une détection des visages et des yeux plus améliorée, de nouveaux modes autofocus, l’arrivée des modes Handheld High Res Shot 50 Mpx, Live ND, Starry Sky AF ainsi que le support de la vidéo verticale et du mode webcam.

En bref, ce nouveau membre de la série OM System ne fait pas les choses à moitié, et montre qu’OMDS est décidé à améliorer ses boîtiers en misant notamment beaucoup sur les capacités logicielles, tout en conservant son look inimitable. Ce nouveau boîtier devrait ainsi séduire les fans de la marque, ainsi que les photographes/vidéastes à la recherche d’un petit boîtier à emporter avec soi, tout le temps.

OMDS semble avoir conservé la base de l’E-M5 Mark III pour accélérer la mise sur le marché d’un nouveau produit, tout en y ajoutant quelques nouveautés et améliorations majeures permises par son nouveau processeur, à voir si la stratégie sera la bonne.