Votez pour la série « Coexistence » de Pierre-Louis Ferrer aux Zooms 2024 du Salon de la Photo

Lumix GH6 : capteur 25,2 Mpx, vidéo ProRes 5,7K interne, 4K 120p dans un mini S1H

Mise à jour : le firmware v2.0 ajoute le ProRes RAW en HDMI et la 4K ProRes 422/422HQ en interne.

Panasonic dévoile son nouvel appareil photo Lumix GH6. Membre de la série GH, cet hybride micro 4/3 orienté vidéo veut réitérer le succès des GH4 et GH5. Doté d’un nouveau capteur 25,2 Mpx et d’un processeur Venus Engine nouvelle génération, le GH6 est capable de filmer jusqu’en 5,7K60p 10 bit ainsi qu’en ProRes 422 HQ en interne, de manière illimitée dans tous les formats.

Avec cette caméra, Panasonic veut entrer “dans une nouvelle ère créative”. Nous avons eu l’occasion de prendre en main l’appareil (firmware de pré-série non final) avant son lancement. Voici une présentation détaillée des nouveautés et améliorations apportées avec le Lumix GH6.

Lumix GH6
Introducing LUMIX GH6 | A New Creative Dimension

Panasonic GH, l’ADN vidéo

Depuis 2009 avec la sortie du GH1, le plus petit appareil photo hybride capable de filmer en Full HD, Panasonic a développé sa gamme Lumix GH avec un véritable ADN vidéo.

Chaque produit ou presque introduisait une nouveauté majeure pour l30a captation vidéo. Ainsi, le GH4 a été le premier hybride en 2014 à proposer l’enregistrement 4K en interne et a été le véritable tremplin pour la série. En 2017, il est suivi par le GH5 qui intégrait la 4K 60p ainsi que l’enregistrement 4K 30p en 4:2:2 10bit interne, gage de profondeur de couleur. En 2018 et 2021, Panasonic a respectivement dévoilé les GH5S et GH5 II, afin de continuer à aider les créateurs de contenu vidéo.

Après une annonce de développement du GH6 en mai 2021, Panasonic souhaite repenser ce qu’il est possible de réaliser avec un boîtier micro 4/3, voire même hybride. Depuis la sortie du GH5, cependant, la concurrence a réagi, notamment chez Sony avec la série A7 et les modèles A7S dédiés à la vidéo, ainsi que chez Canon, Nikon et Fujfifilm.

Afin de conserver sa position de spécialiste de la vidéo, Panasonic a énormément travaillé sur GH6. Le constructeur a ainsi indiqué avoir finalisé l’aspect technique de ce boîtier depuis 2020, en travaillant depuis deux ans uniquement sur la partie logicielle, afin de tirer pleinement parti des algorithmes de traitement vidéo et autofocus pour proposer son hybride le plus puissant jamais mis au point.

LUMIX GH6 | "Carrying Traditions, Creating the Future" by Osamu Hasegawa

Avec le GH6, Panasonic souhaite ainsi renouveler l’effet “waouh” des précédents GH4 et GH5. Panasonic dévoile également son nouveau slogan pour Lumix : Motion. Picture. Perfect. Autant dire que les ambitions sont très élevées.

Nouveau capteur 4/3 25,2 Mpx et processeur Venus Engine

Ce 22 février, Panasonic dévoile le Lumix GH6, son nouvel appareil photo sans-miroir au format micro 4/3. La principale nouveauté concerne un nouveau couple capteur / processeur.

Un capteur 25,2 Mpx sans filtre passe-bas

Ainsi, Panasonic va enfin au-delà d’un capteur 20 Mpx, avec l’utilisation d’un nouveau capteur 4/3 de 25,2 Mpx. Ce dernier, toujours de type Live MOS 4/3, dispose d’un traitement de surface anti-reflet (comme le GH5 II) et est dépourvu de filtre passe-bas. Panasonic ne s’étend pas sur la technologie intégrée au capteur, mais il ne semble pas qu’il s’agisse d’un capteur BSI ou empilé comme sur le dernier OM System OM-1, autrement cela aurait été spécifié.

Capteur Lumix GH6

Le constructeur indique cependant que la plage dynamique a été améliorée, avec jusqu’à 12+ stops en enregistrement V-Log – nous y reviendrons – et 13+ stops en mode plage dynamique boostée. Ce dernier se base sur un double circuit de gestion ISO : ainsi, au-delà de 800 ISO (ou 2000 ISO en V-Log ou HLG), le GH6 est capable de capturer deux images complémentaires (une avec une saturation importante, l’autre à faible ISO) puis de les combiner afin d’obtenir une séquence avec une plus grande plage dynamique sans pour autant augmenter le bruit numérique.

Il s’agit ainsi du premier hybride micro 4/3 a dépassé la barre des 20 Mpx, ce qui permet notamment d’aller jusqu’à la définition 5,7 K en vidéo, mais pas de 8K attendue sur ce boîtier. Ce choix de capteur n’est ainsi pas anodin, car on sait que l’augmentation du nombre de photosites sur une même surface peut entraîner une augmentation du bruit numérique.

Processeur Venus Engine

C’est pour cette raison que Panasonic intègre un processeur Venus Engine de nouvelle génération – le constructeur ne dévoile pas de numéro de version – présenté comme 2x plus rapide que la précédente version.

Ce nouveau processeur est censé permettre une réduction du bruit numérique engendré par le capteur ainsi qu’un meilleur contrôle 3D des couleurs. Le processeur intervient également pour proposer un autofocus plus réactif.

Autofocus du Lumix GH6 : détection de contraste avec technologie DFD améliorée

Panasonic le sait : son GH6 est attendu sur le plan de l’autofocus. Le constructeur japonais n’a pas changé son fusil d’épaule et propose toujours un autofocus à détection de contraste, avec la technologie Depth from Defocus (DFD).

Ce procédé fonctionne en faisant un petit ajustement de la mise au point et en analysant l’impact sur l’image finale. En comprenant les caractéristiques de flou de l’objectif utilisé, l’appareil photo peut interpréter ces changements et créer une carte de profondeur de la scène, et ainsi adapter la mise au point pour obtenir un sujet net.

Pour cette raison, la technologie DFD avait souvent pour conséquence de générer un effet de pompage plus ou moins prononcé selon les générations d’appareils, même lorsque la mise au point était effectuée.

L’AF assisté par le Deep Learning

Avec l’arrivée de l’apprentissage profond et aux techniques de Machine Learning en photographie, Panasonic a cependant fait quelques efforts intéressants. Déjà sur le Lumix S5, la détection de sujets a ainsi été “entrainée” avec une très grande base de sujets afin de faciliter la détection et le suivi de sujets. Panasonic a également amélioré ses algorithmes pour un autofocus plus rapide et fluide.

Lumix GH6

Mais le Lumix GH6, avec son nouveau processeur 2x plus rapide, devrait ouvrir les portes d’un autofocus beaucoup plus performant. « La détection de contraste peut très bien fonctionner à condition d’avoir le processeur qui suit », indique Panasonic.

Toujours basé sur 315 zones, le mode AF du GH6 est ainsi présenté comme 5x plus rapide que celui du GH5, notamment grâce à la puissance de calcul supplémentaire apportée par le processeur Venus Engine et à l’usage de l’intelligence artificielle pour la reconnaissance des sujets – non, l’appareil n’est pas intelligent, mais a été entrainé pour reconnaître de nombreuses scènes mais aussi anticiper le déplacement d’un sujet.

Durant notre première prise en main d’un GH6 (firmware pré-série non finalisé), nous avons en effet noté un autofocus plutôt réactif en vidéo, notamment lorsqu’un sujet bien identifié était présent dans le cadre. En photo également, l’autofocus semble plus réactif, même si l’effet de pompage reste parfois présent.

Pour bénéficier des meilleures performances autofocus, vous devrez mettre à jour vos optiques avec un nouveau firmware qui sera disponible à la sortie du boîtier.

Stabilisation d’image : jusqu’à 7,5 stops gagnés et mode 100 Mpx à main levée

Le Lumix GH6 est pensé comme appareil run & gun, avec une configuration ultra-légère. Pour cette raison, le GH6 mise beaucoup sur la stabilisation des plans, en faisant appel à un nouveau gyroscope interne. Doté d’un capteur stabilisé sur 5 axes, le GH6 est capable de compenser efficacement les mouvements jusqu’à 7,5 stops en stabilisation capteur uniquement, ou bien en utilisant une optique compatible Dual IS 2, notamment utile lors de l’usage de téléobjectifs.

A la clé, un usage sans gimbal pour filmer plus librement. Cette meilleure stabilisation est d’ailleurs compatible avec toutes les optiques.

Mode haute résolution 100 Mpx à main levée

Cette double stabilisation permet d’utiliser le mode Haute Résolution 100 Mpx à main levée, sans utiliser de trépied. Dans ce mode, huit images sont capturées par déplacement du capteur, pour être combinées en une seule image de 100 Mpx (11552 x 8672 pixels) en RAW ou Jpeg.

Enfin, notons que la capture Anamorphique – 5,8K 30p ou 4,4K 60p/50p en 4:2:0 10bit – tire elle aussi avantage de la stabilisation avec un mode adapté.

Rafale jusqu’à 75 i/s en RAW

Si le Lumix GH6 a été conçu pour les vidéastes, il ne fait cependant pas l’impasse sur la photographie, notamment en termes de rafale. Ainsi, le boîtier peut capturer jusqu’à 75 i/s en RAW + Jpeg en AFS et obturateur électronique (avec un buffer jusqu’à 200 images). Par contre, en obturateur mécanique, la rafale tombe à 8 i/s en AFC et 14 i/s en AFS, soit une petite déception…

Panasonic indique que l’effet de rolling shutter a été minimisé avec l’obturateur électronique.

Enregistrement vidéo : 5,7k et C4K 4:2:2 10 bit en interne

Le Lumix GH6 n’offre pas (encore) d’enregistrement vidéo au format RAW. Une fois que cela est dit, attardons-nous sur les possibilités très étendues du boîtier. Le GH6, doté d’un capteur 25,2 Mpx, est capable d’enregistre dans de nombreux formats vidéos en interne.

Ainsi, le boîtier permet de générer des séquences vidéos en 5,7k 60p/50p 4:2:0 10bit, C4K ou 4K 60p/50p 4:2:2 10bit ainsi qu’au format anamorphique jusqu’en 5,8k 30p/25p 4:2:0 10bit. Si vous aimez les ralentis, le boîtier peut enregistrer en 120p/100p 4:2:0 10bit LongGOP en C4K/4K.

ProRes 422 HQ en interne

Si vous optez pour l’enregistrement à compression haute qualité ProRes 422 ou 422 HQ, le Lumix GH6 peut filmer en 5,7K 30p/25p, toujours en interne, et sans limite de durée d’enregistrement. Il s’agit d’une première pour un boîtier hybride, et une mise à jour firmware permettra également de filmer en ProRes 422 et 422 HQ en C4K et 4K.

Il est également possible d’enregistrer le flux vidéo en simultanée via HDMI sur un enregistreur externe. Le boitier est d’ailleurs doté d’une prise HDMI 2.1 capable de transmettre un flux jusqu’en 4K 120p.

En slow motion, le GH6 peut monter jusqu’à 300p en FHD VFR, soit un slow motion de 12,5x, ainsi qu’en 240p 4:2:2 10 bit en FHD HFR avec audio.

Le roi des LUTs

Au-delà des débits, le GH6 intègre les aperçus LUTs à l’écran, compatible avec les fichiers .Cube. Le boîtier intègre l’espace colorimétrique V-Gamut pour aller au-delà du Rec.2020 et capturer des séquences HDR.

Le boîtier intègre notamment 35 LUTs compatibles avec les caméras Varicam et EVA1 pour un flux de travail accéléré : il sera ainsi possible d’intégrer un GH6 sur un tournage cinéma, notamment en crash cam aux côtés de caméras vidéo professionnelles.

Capture vidéo facilitée

Fidèle à son ADN vidéo, le GH6 dispose d’un écran 3 pouces inclinable et orientable sur rotule et tactile de 1,84 millions de points. Ce dernier peut être incliné même en restant dans l’axe, ce qui permet également un déploiement déporté sans gêner la connectique HDMI et USB.

Côté visée, on retrouve le même EVF que le GH5, soit une dalle OLED de 3,680 millions de points, avec grossissement 0,76x.

Pour faciliter la captation, le GH6 dispose de nombreux assistants de tournage, comme le spotmètre de lumiance, le waveform, le vector scope ainsi qu’un cadre marquant l’enregistrement, le marqueur de cadre ou de zone de sécurité. Deux tally light (à l’avant et à l’arrière) permettent d’indiquer quand le boîtier enregistre.

Un assistant de transition de mise au point permet de créer des transitions en assignant des distances AF à des boutons du boîtier. A noter également que le grossissement MF est désormais disponible même en cours d’enregistrement, les habitués savent.

La bague de mise au point de certaines optiques compatibles peut aussi être réglée en linéaire, utile en vidéo, avec également la possibilité de définir l’angle de rotation, de 90 à 1080°.

Le GH6 dispose d’un port HDMI Type A 2.1 avec un bloqueur de câble fourni dans la boîte pour éviter tout risque d’arrachement. Un câble timecode BNC est également proposé de série.

GH6, le mini S1H

Pour intégrer un système de refroidissement actif, le GH6 se devait de prendre de l’embonpoint par rapport au GH5. Le boîtier ressemble ainsi à un S1H au format micro 4/3.

Le GH6 dispose d’un châssis en alliage de magnésium moulé pour assurer une bonne robustesse. Le boîtier est également tropicalisé et fonctionnera à des températures jusqu’à -10°C.

En termes d’encombrement, le GH6 est très proche d’un Lumix S5. Il mesure ainsi 138,4 mm de long, 100,3 mm de haut et 99,6 mm de profondeur. Sur la balance, le GH6 pèse 823 g avec batterie et carte SD. Par rapport au GH5, le boîtier est ainsi 100g plus lourd, quasiment aussi large, un peu plus haut et surtout beaucoup plus profond, en raison du ventilateur.

Le grip est bien plus creusé que sur le GH5, pour une meilleure prise en main. Le revêtement anti-dérapant a également été amélioré, pour plus de sécurité. La trappe de carte mémoire a également été renforcée pour une plus grande longévité.

En apparence, le GH6 reprend l’identité visuelle du S1H, avec notamment deux boutons d’enregistrement : un sur le dessus du boîtier et l’autre à l’avant, pour un usage facilité dans de nombreuses situations.

A noter également que les menus du GH6 reprennent la hiérarchie des boîtiers plein format Lumix : à la clé, une organisation en 5 panneaux, puis des sous-panneaux. On gagne en lisibilité, même si les options sont nombreuses.

V-Log installé d’office sur le GH6

Si le profil d’image V-Log est indispensable pour capturer une image flat afin de faciliter l’étalonnage en post-production, de nombreux vidéastes se souviennent que l’option était payante sur les précédents modèles, notamment les GH-4 et GH5. Ainsi, il fallait débourser 100 € supplémentaire pour une petite boîte et un code qui permettait de débloquer l’option sur le boîtier.

Le GH6 ne renouvelle pas cette technique, avec un profil d’image V-Log installé d’office. Vu le public pro de cette caméra, c’est certainement une bonne idée, d’autant plus qu’il est possible d’enregistrer en interne en 4:2:2 10bit sur de nombreux formats, et ainsi tirer parti du V-Log sans enregistreur externe.

Le boîtier dispose également de profils plus accessibles, comme les préréglages Cinelike D2 et Cinelike V2.

Ventilateur et carte CF Express Type B

Pour soutenir un tel débit vidéo sans chauffer, le GH6 se dote d’une ventilation passive et active avec des grilles d’évacuation d’air situées à l’arrière du boîtier. Ce système permet de refroidir le capteur mais aussi la carte mémoire, qui peut rapidement chauffer. En plus d’un slot SD compatible UHS-II U3 V90, le boîtier dispose d’un slot CF Express 2.0 Type B, nécessaire pour l’enregistrement vidéo en 5,7K.

A la clé, Panasonic indique une durée d’enregistrement illimitée, ou plutôt limitée par la batterie ou l’espace sur la carte mémoire. A titre d’information, une carte de 128 Go permet d’enregistrer environ 17 min en 5,7K ProRes 422 HQ.

Durant nos premiers tests, nous n’avons pas constaté de chauffe particulière, et le ventilateur s’est mis en marche à un niveau sonore relativement bas.

Connectique et autonomie du Lumix GH6

Le Lumix GH6 dispose d’une connectique complète : un port HDMI Type A 2.1, un port USB-C 3.2 Gen 2, une prise casque et une prise micro 3,5 mm, une prise télécommande et une prise synchro flash (également utilisée pour le Timecode BNC).

En plus de cela, le boîtier dispose du Bluetooth 5.0 Low Energy et du Wifi 2,4/5 GHz, afin de pouvoir contrôler le boîtier à distance avec l’application mobile. Il est également possible de brancher le boîtier en Tethering USB en photo et vidéo.

Côté autonomie, le GH6 reprend la batterie DMW-BLK22 utilisée par le S5 et permet d’enregistrer en continu environ 80/90 min en 4K60p. En réalité, l’autonomie est plutôt aux alentours de 40 min, et une seconde batterie sera nécessite. En photo, on est aux environs de 350/380 images (jusqu’à 900 images en mode éco).

A noter que le boîtier peut être rechargé et alimenté en continu grâce au port USB-C 3.2 Gen 2.

Le son n’est pas en reste

En plus de la vidéo, le GH6 mise également sur le son, avec la possibilité d’enregistrer jusqu’à 4 canaux 48kHz ou 96kHz 24bit (micro externe) avec un adaptateur XLR.

Ainsi, il est possible d’enregistrer le son d’une scène avec une plus grande souplesse. Le GH6 permet également de choisir le canal de contrôle pour l’écoute via la prise casque. Un bouton Info Son permet également d’accéder rapidement au monitor du son, utile en plein tournage.

Nouveau firmware à venir en 2022

Panasonic annonce dès le lancement du GH6 une mise à jour firmware à venir. Le constructeur avait fait de même pour le GH5 et la mise à jour 4:2:2 10 bit interne.

Ainsi, courant 2022, le GH6 bénéficiera des éléments suivants :

  • Enregistrement C4K et FHD en ProRes 422 / 422 HQ
  • Enregistrement direct sur SSD via USB
  • 4K 120p via sortie HDMI en RAW avec Atomos Ninja V+

Cette mise à jour sera gratuite et arrivera courant 2022 selon Panasonic.

Prix et disponibilité du Lumix GH6

Le Panasonic Lumix GH6 sera disponible dès le mois de mars 2022.

Le boîtier GH6 nu sera proposé au tarif de 2199 €. Deux kits sont également proposés :

  • Lumix GH6 + 12-60 mm f/3,5-5,6 à 2399 €
  • Lumix GH6 + 12-60 mm f/2,8-4 à 2799 €

Le GH6 est disponible chez IPLN, Digit-Photo, Miss Numérique, Fnac et toutes les boutiques photo vidéo spécialisées.

Du 22 février au 30 avril 2022, pour tout achat d’un Lumix GH6 et enregistrement sur le site de Panasonic (du 15 mars au 31 mai 2022), vous pouvez bénéficier d’une année de garantie supplémentaire et d’une carte CF Express Type B Lexar 128 Go offerte (d’une valeur de 239 €)

Notre premier avis

Panasonic était très attendu sur son GH6 et semble vouloir délivrer un boîtier qui marque le début d’une nouvelle série. Avec un duo capteur 25,2 Mpx et processeur beaucoup plus rapide, le japonais mise avant tout sur la polyvalence du boîtier à lui tout seul.

Capable de filmer dans de nombreux formats en interne, jusqu’en 5,7K 60p, le GH6 est un rêve pour qui souhaite réaliser des vidéos en run & gun sans équipement superflu. Panasonic souhaite même s’attaquer aux gimbals avec une stabilisation jusqu’à 7,5 stops. Sans oublier l’anamorphique, particulièrement bien géré sur ce boîtier.

Là où la concurrence avance la 8K, Panasonic semble indiquer que cette définition n’est pas encore d’actualité. La 5,7K est davantage demandée, notamment pour obtenir de la 4K de haute qualité, standard que les créateurs affectionnent particulièrement. A noter que la 4K 60p et 120p devrait plaire aux amateurs de plans B Roll ralentis.

Avec un positionnement tarifaire ambitieux – 2199 € nu et pas de V-Log à acheter en supplément – le GH6 est une belle promesse pour les vidéastes, surtout avec des performances AF en hausse. Certains créateurs pourraient même se laisser tenter et abandonner la mise au point manuelle.