On ne l’attendait plus, et pourtant le voici ! Après plusieurs rebondissements, le Pentax K-3 Mark III est enfin officialisé par la marque japonaise. Dans un contexte marqué par la multiplication des boîtiers hybrides, Pentax réussit à nous surprendre avec ce nouveau reflex APS-C haut de gamme, qui mise sur une fiche technique très fournie. Il sera disponible fin avril au tarif de 1999 € nu.

Pentax K-3 Mark III premium kit

Pentax K-3 Mark III : le nouveau reflex APS-C est enfin là

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce nouveau Pentax K-3 Mark III a su se faire désirer. Fin 2019, déjà, le constructeur japonais avait indiqué l’arrivée du successeur du K-3 Mark II. Nous avions d’ailleurs pu apercevoir une première mouture de l’appareil (sous vitrine) au Pentax Café, ouvert par la marque lors de ses 100 ans.

Initialement prévue à l’occasion du salon CP+ 2021, qui s’est tenu (virtuellement) à Yokohama au début de cette année, l’arrivée du Pentax K-3 Mark III avait été reporté à une date ultérieure. En cause, une pénurie de composants. Quelques semaines plus tard, le boîtier revient sur le devant de la scène, et cette fois pour de bon. Le K-3 Mark III est maintenant officiel, et il est d’ores et déjà disponible en précommande.

Pentax K-3 Mark III argent

Au fil du temps – et des différentes annonces –, la grande majorité des caractéristiques de ce nouveau reflex s’étaient déjà dévoilées. Ainsi, nous savions déjà que le boîtier inaugure un nouveau capteur APS-C, comptant 25,73 millions de pixels. Ce capteur est de type rétroéclairé (BSI), à l’image de ceux fabriqués par… Sony.

Il est dépourvu de filtre passe-bas, afin d’offrir une plus grande netteté ; toutefois, une fonctionnalité devrait permettre d’émuler celui-ci, notamment pour la vidéo. De la même manière, le boîtier intègre une fonction de simulation de filtre anti-aliasing, à l’instar du Ricoh GR III.

Ce capteur est couplé à un nouveau processeur Prime V, couplé à une « unité accélératrice » de seconde génération. Ainsi paré, le K-3 Mark III doit offrir une plage de sensibilité record, allant de 100 à 1 600 000 ISO (non non, nous ne sommes pas trompés dans les zéros). Une plage très impressionnante, mais qu’il faudra cependant aborder avec prudence, notamment sur les sensibilités les plus hautes.

Pentax fête ses 100 ans : « notre communauté est extrêmement attachée à notre marque »

Pentax K-3 Mark III : capteur stabilisé sur 5 axes et fonction « Pixel Shift Resolution »

Point notable, le capteur du Pentax K-3 Mark III est stabilisé sur 5 axes. D’après son constructeur, le gain maximal atteint 5,5 stops. Une mesure obtenue avec l’objectif HD Pentax-DA 16-85 mm f/3,5-5,6 ED DC WR, à une longueur focale de 85 mm. Ceci devrait permettre d’apporter la stabilisation aux anciennes optiques Pentax – très prisées par les fans de la marque –, et qui sont dépourvues de la stabilisation optique.

Une nouvelle fonctionnalité d’alignement automatique de la ligne d’horizon fait aussi son apparition : elle doit pouvoir compenser l’inclinaison horizontale de l’image sur une plage de+/- 2 degrés.

Pentax K-3 Mark III stabilisation 5 axes

Le K-3 Mark III intègre également un nouveau mode « Pixel Shift Resolution ». Une fonction que nous avions déjà croisée sur certains boîtiers de Sony, Fujifilm ou encore Panasonic, mais aussi sur les reflex Pentax K-1 Mark II et K-3 Mark II. Ce mode permet de capturer des images très définies grâce aux micro-déplacements du capteur. Toutefois, Pentax se garde bien de communiquer la résolution des images ainsi capturées.

La marque indique cependant que « ce système révolutionnaire récolte toutes les données couleur pour chaque pixel pour bénéficier d’une super haute définition, pour des images riches en couleur et plus détaillées ». Le K-3 Mark III bénéficie en outre d’un nouveau mode de « correction du mouvement ». Il doit détecter automatiquement les sujets en mouvement pendant la capture des images, et « en réduit les effets indésirables lors du processus de synthétisation ».

Nouveau pentaprisme, nouvel obturateur et rafale à 12 images/seconde

Le Pentax K-3 Mark III étant un boîtier reflex, il mise aussi – et surtout – sur un nouveau pentaprisme. Ce dernier couvre 100 % du champ et offre un grossissement du champ de 1,05x.

Il comprend un verre à haut indice de réfraction ; d’après Pentax, il doit livrer une visée 10 % plus lumineuse qu’avec son prédécesseur, le K-3 Mark II. Enfin, le dégagement oculaire est de 20,5 mm. Dans un monde dominé par les hybrides et leur viseur électronique, l’arrivée de ce nouveau viseur optique a quelque chose de rafraîchissant.

Le mécanisme d’obturation a également été revu par la marque japonaise. Ainsi, le K-3 Mark III mise sur un obturateur à lame. Ce dernier doit offrir un déclenchement plus doux et minimiser les micro-tremblements de l’appareil photo lors du déclenchement. Par ailleurs, la nouvelle « unité accélératrice » doit réduire considérablement le laps de temps entre l’appui sur le déclencheur et l’entraînement du miroir et de l’obturateur. Pentax aurait aussi veillé à réduire au maximum l’effet de rebond du miroir lors du déclenchement. D’après le constructeur, l’obturateur doit pouvoir endurer 300 000 déclenchements.

Ainsi paré, le K-3 Mark III offre une vitesse en rafale de 12 images par secondes en mode AF-S (single) et 11 images par secondes en mode AF-C (continu). Un chiffre qui place ce nouveau reflex au niveau de la plupart des hybrides du marché ; cependant, ces derniers misent aussi sur le déclencheur électronique pour atteindre des valeurs plus élevées (20 i/s, voire davantage). La mémoire tampon devrait permettre de capturer une trentaine d’images.

Du reste, l’obturateur peut capturer des images à des vitesses comprises entre 1/8000s et 30 secondes. Le mode Bulb, quant à lui, offre un temps de pose compris entre 1 seconde et 20 minutes.

101 collimateurs AF et suivi automatique de l’œil du sujet

Du côté de l’autofocus, le Pentax K-3 Mark III inaugure le nouveau système de mise au point automatique SAFOX 13. Il mise également sur un nouveau capteur RGB-IR de 307 000 pixels – et sur le processeur Prime V. Par ailleurs, le nombre de collimateurs passe de 27 à 101. La zone de mise au point automatique est maintenant plus large ; par ailleurs sur les 41 points sélectionnables, 25 sont des collimateurs en croix. En basse lumière, l’AF est sensible jusqu’à -4IL. À l’arrière du boîtier, un joystick permet de sélectionner plus facilement le/les point(s) AF.

Par ailleurs, le boîtier doit être capable de détecter et de suivre automatiquement le visage et l’œil du sujet. Le K-3 Mark III intègre également un système d’apprentissage automatique (Deep Learning), disponible en mode d’exposition « analyse de la scène automatique ». Ce dernier doit offrir une détection du sujet à la fois plus précise, plus fiable et plus rapide. En revanche, ce système ne semble pas (a priori) être un mécanisme d’auto-amélioration interne au boîtier – un point qui nécessite quelques éclaircissements.

Dans tous les cas, Pentax promet que ses algorithmes doivent être capables d’anticiper avec précision les mouvements du sujet, même lorsque ses déplacements ne sont pas réguliers (accélérations, arrêts et redémarrages, etc). De même, il doit mieux gérer l’apparition d’obstacles dans le champ.

Un reflex (presque) compact

Du reste, le Pentax K-3 Mark III conserve un gabarit très proche de son prédécesseur. D’après son constructeur, la largeur et la hauteur du boîtier restent inchangés. En revanche, le reflex se montre légèrement moins épais. Dans les faits, le K-3 Mark III mesure 134,5 x 103,5 x 73,5 mm, pour un poids de 820 grammes (avec batterie et carte mémoire).

Hélas, le K-3 Mark III hérite d’un écran fixe, ce qui ne facilite pas les cadrages en contre-plongée ou à bout de bras. Nous aurions largement préféré retrouver l’écran orientable monté sur 4 branches, comme sur le Pentax K-1 (Mark I et II). Ou, plus simplement, un écran sur rotule.

Comptant 1,62 millions de points, cet écran de 3,2 pouces est tactile (et heureusement). Il dispose en outre d’un « mode nuit », qui vient réduire considérablement son intensité lumineuse pour ne pas éblouir le photographe. Enfin, on retrouve l’écran LCD « secondaire », placé sur la tranche supérieur du boîtier.

Le boîtier doit proposer de nombreuses options de personnalisation des commandes. Ainsi, un nouveau bouton « Smart Function » fait son apparition, et vous permet de préprogrammer jusqu’à 5 fonctions – parmi une liste de 22 options. Les fonctions sélectionnées s’affichent dans la fenêtre du viseur pour une plus grande praticité lors de la prise de vue. Enfin, le boîtier dispose d’un total de 10 boutons de commandes : de quoi vous permettre de personnaliser entièrement le fonctionnement de votre boîtier.

Le corps de l’appareil est conçu en alliage de magnésium, pour un bon équilibre entre légèreté et durabilité. Fidèle à ses bonnes habitudes, Pentax livre un boîtier résistant aux températures extrêmes. Ainsi, le K-3 Mark III doit fonctionner entre -10 et 40°C, et à un taux d’humidité allant jusqu’à 85 %.

Vidéo : 4K à 24 ou 30 i/s

En vidéo, le Pentax K-3 Mark III est intéressant… mais limité. En effet, il se contente de filmer en 4K à 24 ou 30 i/s, mais fait l’impasse sur la capture en 4K à 60 i/s, pourtant très pratique pour obtenir des séquences plus fluides – ou pour obtenir un effet de ralenti. En Full HD, il permet de capturer des séquences en 24, 30 ou 60 i/s. La durée d’enregistrement, quant à elle, est limitée à 25 minutes ou 4 Go de données.

Connectivité et batterie du Pentax K-3 Mark III

Le boîtier embarque un double-logement pour cartes SD. Malheureusement, seul l’un des deux est compatible UHS-II.

Du côté de la connectivité, le K-3 Mark III s’avère très complet. Il embarque une prise casque et une prise pour micro, un port HDMI, un port X-Sync, et une prise jack 2,5 mm pour la télécommande.

Sans oublier la prise USB type C : cette dernière doit permettre de recharger l’appareil – ce qui permet à Pentax de ne plus inclure le chargeur secteur dans la boîtier de l’appareil. Heureusement, le K-3 Mark III conserve la même batterie D-LI90 que son prédécesseur (et que les K-1, K-5 et K-7, entre autres).

Pour accroître l’autonomie du boîtier, Pentax propose son grip D-BG8, qui sera vendu pour la modique somme de 329 €.

Du côté de la connectivité sans-fil, le Pentax K-3 Mark III est équipé du Wifi et du Bluetooth Low Energy (4.2). Le boîtier pourra être contrôlé à distance avec l’application Image Sync, disponible pour iOS et Android.

Prix et disponibilité du Pentax K-3 Mark III

Le Pentax K-3 Mark III est d’ores et déjà disponible en précommande. Le boîtier est proposé en noir ou en argent. Le boîtier nu est vendu 1999 €.

Un pack Premium est également disponible en quantité très limitée (1000 exemplaires pour le monde entier). Il comprend le reflex (en noir ou argent), une batterie supplémentaire, le grip vertical, ainsi qu’une courroie en cuir. Ce kit sera proposé au tarif de 2299 €.

Notre premier avis sur le Pentax K-3 Mark III

Alors que le tournant du reflex à l’hybride tend à s’achever, Pentax continue de nager à contre-courant et nous livre un reflex à la fiche technique très fournie, qui devrait ravir les photographes sportifs. Ce boîtier semble assurément séduisant, grâce à son viseur optique que l’on présume très confortable, sa vitesse de rafale à 12 i/s et son nouveau système d’autofocus abreuvé à l’IA.

Très attendu par les fans de Pentax, le K-3 Mark III devrait séduire facilement les possesseurs d’un reflex APS-C de la marque, et dont le boîtier se faisait vieillissant. Néanmoins, l’enjeu pour Pentax est aussi de séduire les photographes au-delà de sa base actuelle d’utilisateurs. Malgré d’évidentes qualités, le reflex signé Pentax aura fort à faire pour séduire celles et ceux qui recherchent un boîtier pour l’été, et qui lorgnent déjà vers un hybride léger et compact.

En revanche, la sortie de ce reflex est une excellente nouvelle pour les inconditionnels du format reflex et de la visée optique – et ils sont nombreux.