Le voilà enfin. Après plusieurs mois de rumeurs en tout genre, Google vient d’officialiser son Pixel 4a. Ce nouveau modèle de smartphone milieu de gamme mise sur un tarif très accessible349 € seulement – et aussi (et surtout) sur un appareil photo assisté par la force logicielle de Google. Retour sur les caractéristiques de ce nouveau smartphone séduisant.

Pixel 4a : une variante abordable du Pixel 4… en attendant le Pixel 5

Après des mois d’attente et de suspens, Google lève enfin le voile sur son terminal abordable, le Pixel 4a. Initialement prévu au printemps dernier, ce modèle a été plusieurs fois retardé en raison du Covid-19.

Concrètement, le Pixel 4a reprend les grandes lignes du Pixel 4, dévoilé en octobre dernier… mais sous une forme simplifiée. Ce qu’avait déjà fait Google avec le Pixel 3a, dévoilé au printemps 2019, et qui dérivait étroitement du Pixel 3.

Google a également levé le voile sur le Pixel 5, qui devrait être lancé « à l’automne prochain ». Cela étant, il est à craindre que le lancement de ce nouveau modèle ne soit reporté à la toute fin de l’année 2020, toujours en raison de la pandémie. De même, une version 5G de ce pixel 4a semble être prévue, sans que nous n’ayons de plus amples informations à ce sujet.

Avec son Pixel 4a, Google vient secouer le marché des smartphones milieu de gamme – où les smartphones chinois et coréens sont particulièrement présents. Avec son tarif de 349 €, il vient rivaliser directement avec le récent OnePlus Nord… et vient aussi titiller l’excellent iPhone SE (2020), vendu 140 € plus cher.

Test iPhone SE 2020 : la photo abordable chez Apple

Côté design : bonjour à l’écran poinçonné, exit le bandeau frontal

Une chose est sûre : le Pixel 4a est un smartphone particulièrement sobre. Malgré tout, il présente plusieurs différences avec ses prédécesseurs.

La première nouveauté de ce Pixel 4a, c’est évidemment son nouvel écran poinçonné. Pour ce modèle, Google semble avoir renoncé au bandeau qui ornait le haut des Pixel 4 et 4 XL. Place à un écran borderless, bien plus en phase avec les codes esthétiques du moment. Cet afficheur de 5,8 pouces est de type OLED, et opte pour une résolution de 1080 x 2340 pixels.

En revanche, n’espérez pas retrouver la puce radar Soli des Pixel 4 et 4 XL. Pour déverrouiller son smartphone, le Pixel 4a recourt à un « bon vieux » lecteur d’empreinte, situé à l’arrière de l’écran. Exit donc la reconnaissance faciale ultra-rapide et efficace et les interactions par gestes. Malgré tout, l’absence du radar a du bon, puisqu’elle a permis à Google d’agrandir la surface de l’écran.

Du reste, le Pixel 4a est un smartphone joliment dessiné, aux bords bien arrondis. Ses mensurations sont plutôt contenues : comptez 14,4 cm de haut, 6,9 cm de large et 8,2 mm d’épaisseur. C’est légèrement plus qu’un iPhone SE, mais la prise en main devrait être agréable. Un seul coloris sera proposé, baptisé « simplement noir ».

Côté photo : simple capteur photo aidé par les algorithmes made by Google

Au dos de l’appareil, on retrouve un module photo en carré, très similaire – en apparences – à celui des Pixel 4 et 4 XL. En apparences seulement, car le Pixel 4a n’est équipé que d’un unique capteur photo.

Ce faisant, Google se range aux côtés de l’iPhone SE, et refuse d’entrée dans la surenchère du nombre de capteurs photo. Mais au-delà de cette apparente simplicité, le module photo du Pixel 4a est un véritable concentré des technologies développées par Google.

Le capteur en lui-même compte « seulement » 12 Mpx… et est loin de nous être inconnu. Il s’agit en effet du même capteur qu’au sein des Pixel 3, 3a et Pixel 4 : un Sony IMX363 de 12 Mpx. Certes, ce capteur n’est pas bien grand (environ 5,7 x 4,3 mm, là où les capteurs les plus haut de gamme sur smartphone avoisinent les 10 mm de large). Malgré tout, il se dote de photosites de grande taille, mesurant 1,4 µm. De quoi emmagasiner plus de lumière et obtenir de meilleures photos de nuit.

On retrouve aussi l’autofocus dual pixel à détection de phase, ainsi que la stabilisation optique. Le capteur est surmonté d’une optique « classique » équivalent 24 mm, avec un angle de champ de 77 degrés et une ouverture lumineuse à f/1,7.

Naturellement, on retrouve toutes les subtilités algorithmiques conçues avec brio par Google. Comme le mode HDR+, qui offre une exposition très naturelle des scènes, même en cas de forts contrastes.

Pour pallier l’absence de zoom optique, le Pixel 4a mise à nouveau sur son Super Res Zoom. L’appareil capture un grand nombre d’images simultanément, qui sont fusionnées pour obtenir une image riche en détails. Nous avions déjà rencontré ce procédé sur le Pixel 4 XL, et avions été séduits par les résultats qu’il permettait d’obtenir. Dans tous les cas, il s’avère infiniment supérieur à un zoom numérique « classique », qui dégrade très fortement l’image.

On retrouve également avec plaisir le mode Night Sight. Dans la pratique, l’application capture jusqu’à 9 clichés en pose longue, qui sont ensuite fusionnées pour capturer davantage de lumière et produire des images plus détaillées et moins bruitées. De même, le mode Astrophoto est reconduit. Pour mémoire,  il permettait aux Pixel 4 et 4 XL de capturer de superbes images de la voûte céleste.

Même avec son unique capteur photo, le Pixel 4a doit être capable de produire de belles photos de portrait, avec un bel effet bokeh. Le tout, grâce aux algorithmes développés par Google. Comme à l’accoutumée, un petit curseur permet de régler l’intensité de l’effet de profondeur de champ.

En vidéo, le Pixel 4a permet de filmer en 4K à 30 i/s, et en Full HD jusqu’à 60 i/s. Deux modes de ralenti sont également proposés : un mode 120 i/s en Full HD et un mode 240 i/s, hélas en 720p seulement.

À l’avant, on retrouve un capteur de 8 Mpx, surmonté par une optique « standard » avec ouverture à f/2,0. Ce module est capable de capturer des images en 1080p à 30 i/s.

Une connectivité (presque) complète et une batterie a priori endurante

Pour propulser son terminal, Google a opté pour une puce Snapdragon 730, accompagnée par 6 Go de mémoire vive. Ce processeur est moins puissant que celui des Pixel 4 et 4 XL, mais il devrait se montrer plus économe en énergie… ce qui est loin d’être une mauvaise chose.

L’appareil intègre une batterie de 3184 mAh. Dans un accès de bonté, Google fournit un chargeur filaire rapide de 18W, qui devrait rapidement redonner des couleurs à l’appareil. Dans tous les cas, le Pixel 4a devrait être plus autonome que le Pixel 4 : ce dernier, doté d’une batterie seulement 2800 mAh, était loin de battre des records de longévité.

Du côté de la mémoire interne, le Pixel 4a intègre 128 Go de stockage – le double que la version plancher de l’iPhone SE. Les 2 terminaux ont en commun de ne pas permettre l’ajout d’une carte micro-SD, Google et Apple renvoyant vers leur espace Cloud respectif, Google Photos ou iCloud. Petite radinerie de la part de Google : la marque offre bien 100 Go de stockage sur Google One… mais seulement pendant 3 mois !

Du reste, le Pixel 4a intègre un port USB-C réversible – mais aussi une prise jack 3,5 mm, chose suffisamment rare pour être soulignée.

À l’heure actuelle, l’appareil tourne sous Android 10. Mais il sera commercialisé avec Android 11, la toute dernière version de l’OS de Google. Bien évidemment, le Pixel 4a intègre toute la galaxie des services du géant californien. Une grande place est accordée à Google Assistant, qui peut d’ailleurs être sollicité en pressant les bords inférieurs de l’appareil. L’expérience logicielle devrait, comme à l’accoutumée, être d’une grande fluidité.

Prix serré et disponibilité à l’automne

Ainsi paré, le Pixel 4a est vendu au tarif très raisonnable de… 349 €. L’appareil est d’ores et déjà proposé en précommande sur le Google Store. En revanche, il faudra attendre encore un peu pour profiter du dernier-né de Google, les livraisons débutant en octobre prochain.

Le Pixel 4a sera largement distribué. Vous pourrez l’acquérir à la Fnac et chez Boulanger, mais aussi chez Orange, Bouygues Telecom et SFR.

Notre premier avis sur le Google Pixel 4a

À l’automne 2019, Google dévoilait l’un des meilleurs photophones du marché. Aujourd’hui, le géant de Mountain View dévoile son petit frère abordable, le Pixel 4a. Avec son design minimaliste mais sympathique, sa taille réduite et son appareil photo dopé aux algorithmes de Google, ce nouveau terminal frappe un grand coup sur le marché du milieu de gamme. Si la qualité d’image est au rendez-vous, ce Pixel 4a pourrait tout simplement rafler la palme du meilleur rapport qualité-prix.