« Plus, c’est mieux » ! Tel semble avoir été le motto de Xiaomi, qui a récemment dévoilé son Mi Note 10. Ce nouveau smartphone, qui sera proposé à partir du 18 novembre 2019 au tarif très serré de 549 €, mise sur des caractéristiques dignes des appareils les plus hauts de gamme. Grand écran de 6,47 pouces, grosse batterie de plus de 5000 mAh, mais aussi – et surtout ! – quintuple module dorsal basé sur un capteur principal de « seulement » … 108 millions de pixels. Retour sur les caractéristiques techniques de ce nouveau terminal de tous les superlatifs.

Xiaomi Mi Note 10 : cinq capteurs photo et 108 millions de pixels

Et de 5 ! Alors que les différents constructeurs tendent tous à multiplier le nombre de modules photo à l’arrière de leurs smartphones, Xiaomi jette un pavé dans la mare et dévoile son premier smartphone muni de 5 capteurs photo. À la barre, un capteur comptant pas moins de 108 millions de pixels. Ce capteur ne nous est pas inconnu : il s’agit du Samsung ISOCELL Bright HMX (conçu en partenariat avec Xiaomi), dévoilé par le constructeur coréen en septembre dernier.

Rumeur : Xiaomi préparerait 4 smartphones dotés d’un capteur photo de … 108 Mpx !

Ce capteur est le premier – sur mobile, tout du moins – à dépasser le cap des 100 millions de pixels. Par ailleurs, il se montre (légèrement) plus grand que ceux de la concurrence : avec une diagonale de 1/1,33 pouce, il dépasse les capteurs des Samsung Galaxy S10 et Note 10 (1/2,55 pouce) et du Huawei P30 Pro (1/1,7 pouce).

Offrant des images d’une taille maximale de 12 032 x 9 024 pixels, ce capteur fait appel à la technologie du pixel binning – également présente sur le capteur Sony IMX 586 de 48 millions de pixels, que l’on retrouve au sein de nombreux smartphones. Dans la pratique, le capteur regroupe 4 pixels en 1 pour produire des images de 27 millions de pixels. Le but : générer des images plus définies et limiter la perte de détails lors de l’utilisation du zoom numérique.

Les 5 capteurs du Xiaomi Mi Note 10 sont ainsi regroupés de la manière suivante :

  • Le capteur principal de 108 Mpx évoqué ci-dessus, accompagné d’une optique grand angle stabilisée (25 mm) ouvrant à f/1,7 et muni d’un AF à détection de phase avec mise au point laser
  • Un capteur secondaire de 12 Mpx, surmonté d’un zoom x2 (50 mm) ouvrant à f/2.0 et avec autofocus Dual Pixel AF
  • Un troisième capteur de 5 Mpx, doté d’un télézoom x5 stabilisé (125 mm) ouvrant à f/2,0 et muni d’un AF à détection de phase avec mise au point laser
  • Un quatrième capteur de 20 Mpx, muni d’une optique ultra grand-angle (13 mm) avec ouverture à f/2,8 et mise au point laser
  • Un cinquième capteur de 2 Mpx avec une optique dédiée à la macrophotographie ouvrant à f/2,8.

Point notable, ce nouveau smartphone intègre non pas une mais 2 optiques dédiées au télézoom : le premier offre un zoom x2 et est dédié à la capture de photos de portraits, tandis que le second permet un zoom x5 et sera plus adapté à la capture des sujets les plus lointains. Ce choix technique est – en théorie – fort judicieux, car il permet de supprimer l’écart entre l’optique principale (25 mm) et le télézoom x5 (125 mm) que nous avions notamment constaté sur certains modèles (le P30 Pro pour ne pas le citer).

À noter que seule l’optique x5 est dotée de la stabilisation optique.  Par ailleurs, le Mi Note 10 devrait lui aussi proposer un zoom « hybride » x10, ainsi qu’un zoom numérique classique x50.

Enfin, on notera également l’optique dédiée à la macrophotographie qui permet une mise au point entre 2 et 10 cm. Certains photographes seront heureux de retrouver la capture d’images au format RAW ; on mentionnera aussi le mode « Nuit 2.0 », qui viendra rivaliser avec le mode « Night Sight » des Google Pixel pour offrir des images nocturnes de meilleure facture.

Les cinq capteurs sont disposés à la verticale sur la partir gauche du dos du terminal… une disposition qui n’est pas sans rappeler, là aussi, le Huawei P30 Pro.

En vidéo, le Xiaomi Mi Note 2 permet de tourner des séquences en 4K à 30 i/s. Pour shooter des vidéos à 60 i/s, il faudra vous rabattre sur la capture en Full HD. Trois modes de ralentis sont proposés : deux fonctionnent en Full HD (120 et 240 i/s), tandis que le super-ralenti à 960 i/s génère des images en 720p. La marque chinoise insiste également sur son mécanisme de stabilisation numérique ShootSteady, qui doit éliminer efficacement tremblements et vibrations. Elle met également l’accent sur un nouveau mode Vlog, qui permet de créer des vidéos avec 7 effets cinématographiques différents.

Grand écran de 6,3 pouces et mini-encoche en goutte d’eau

À l’avant, le Xiaomi Mi Note 2 se dote d’un (très) grand écran AMOLED de 6,47 pouces, offrant une résolution de 1080 x 2340 pixels, et dont les bords sont incurvés. Là aussi, l’influence du P30 Pro se fait sentir… On notera aussi la présence d’un capteur d’empreinte digitale placé sous l’écran, une caractéristique jusque-là réservée aux terminaux les plus haut de gamme.

Le haut de l’afficheur est marqué par une petite encoche, qui vient héberger le capteur frontal de 32 millions de pixels. Pour satisfaire l’appétit égotique de son propriétaire, le Mi Note 10 intègre une fonctionnalité nommée AI Beautify, qui s’appuie sur un mécanisme d’IA pour sublimer les selfies. Enfin, l’appareil permet la capture de selfies panoramiques.

 

Si les bordures en haut et en bas de l’appareil sont extrêmement fines, l’appareil affiche toutefois des dimensions plus que généreuses : comptez 15,8 cm de haut, 7,4 cm de large et 0,97 cm d’épaisseur. Certains terminaux se montrent plus fins ; toutefois, le Mi Note 10 se différencie en proposant une batterie « grande capacité » de 5260 mAh (à comparer avec les 4200 mAh du Huawei P30 Pro, qui offrait déjà une excellente autonomie). Ainsi pourvu, le dernier-né de l’équipementier chinois devrait pouvoir tenir plus de 2 jours loin d’une prise secteur.

Pour recharger cette généreuse batterie, Xiaomi propose son chargeur de 30 W. Il doit permettre de faire passer la jauge de 0 à 58 % en une demi-heure ; pour une recharge complète, comptez – en théorie – 65 minutes environ.

Pour des raisons logiques d’économie, le Mi Note 10 fait l’impasse sur la recharge sans fil, malgré la présence d’un dos en verre.

Pour cette même raison, Xiaomi a choisi d’intégrer un processeur Snapdragon 730. Il se montrera peut-être (un peu) moins puissant que le Snapdragon 855 – qui équipe les terminaux les plus haut de gamme… mais il devrait aussi être moins énergivore. Le terminal se dote de 6 Go de mémoire vive et offre 128 Go de stockage (hélas non-extensible).

L’ensemble est animé par Android 9.0, recouvert par la surcouche MIUI 11. Cette nouvelle mouture vient modifier profondément le look d’Android et vient rajouter des fonctionnalités supplémentaires.

Prix et disponibilité du Xiaomi Mi Note 10

Alors que certains smartphones voient leurs tarifs s’envoler bien au-delà de la barre (hautement symbolique) des 1000 €, le prix du Mi Note 10 s’avère d’une grande sobriété. Il sera proposé à partir du 18 novembre 2019 pour la somme de 549,90 €.

Trois coloris seront proposés, nommés vert boréal, blanc glacier et noir de minuit.

Enfin, notez que la marque chinoise vous offre un bracelet connecté Mi Smart Band 4 pour tout achat du Mi Note 10 avant le 31 décembre 2019.

Notre premier avis sur le Xiaomi Mi Note 10

Avec ce nouveau Mi Note 10, Xiaomi dévoile un smartphone très fourni… et réitère ses ambitions sur le segment hautement concurrentiel des flagship killers. La marque chinoise, décidément en très grande forme, vient justement d’annoncer avoir vendu plus d’un million de smartphones en France depuis son implantation en 2018.

Côté photo, ce nouveau modèle joue la surenchère avec pas moins de 5 capteurs photo (!), dont un module de « seulement » 108 millions de pixels. Toutefois, la marque indique l’arrivée prochaine d’une version « Pro », qui incorporera la bagatelle de 8 capteurs dorsaux !

Dépassant allègrement les 48 millions de pixels du Sony IMX 586, ce nouveau capteur mise lui aussi sur la technique du pixel binning pour offrir des images de meilleure facture, notamment en basses lumières.

Ce faisant, Xiaomi rejoint le Fujifilm GFX 100 au niveau du nombre de millions de pixels. Mais comme l’a « aimablement » fait remarquer la marque japonaise dans un récent post sur le réseau social Weibo, son propre capteur demeure autrement plus grand… et permet donc de capturer beaucoup plus d’informations.