DxO PhotoLab, l’un des principaux concurrents à Adobe Lightroom, vient de passer en version 3.0. Cette nouvelle itération mise sur un tout nouvel outil TSL (Teinte, Saturation, Luminance) basé sur l’emploi d’une roue chromatique, ainsi que sur une meilleure gestion des masques. Sans oublier un nouvel outil Réparation plus performant, visant à corriger plus facilement les défauts de vos images. Retour sur les principales caractéristiques de DxO PhotoLab 3.

DxO PhotoLab 3 : une nouvelle version du logiciel

La version 2 du logiciel, dévoilée il y a tout juste un an, apportait un certain nombre de nouveautés. On se souvient notamment de l’arrivée d’un DAM (Digital Asset Management) permettant de classer et d’organiser facilement ses photos. À la croisée des chemins entre Adobe Bridge et Lightroom Classic, ce module ne requiert pas l’importation des photos : il suffit de parcourir l’arborescence des fichiers et des dossiers pour ouvrir l’image directement dans le logiciel.

Cette version 2.0 de DxO PhotoLab mettait également en lumière un nouvel outil ClearView Plus, qui permet de supprimer efficacement le voile atmosphérique présent sur les photos, mais aussi – et surtout – la technologie U Point, qui permet de définir plus facilement les zones de l’image à retoucher – avec laquelle les utilisateurs de Nik Software sont certainement familiers.

La nouvelle version 3.0 de DxO PhotoLab s’appuie sur ces différentes avancées et vise à offrir une expérience de retouche à la fois plus efficace et plus facile à utiliser.

DxO PhotoLab 3 interface principale

L’interface principale de DxO PhotoLab 3

DxO ColorWheel : le nouvel outil de gestion des couleurs

Avec sa nouvelle ColorWheel, DxO vise à proposer une alternative aux traditionnels curseurs de réglages des teintes, de la saturation et de la luminance des couleurs (TSL). Ce nouvel outil se veut à la fois beaucoup plus puissant, innovant et ludique… et n’est pas sans analogie avec ce que propose Capture One.

La nouvelle ColorWheel de DxO PhotoLab 3, une des principales nouveautés de cette version

Reposant sur l’utilisation d’une roue chromatique, ce nouvel outil permet de sélectionner une plage de couleur parmi huit canaux. Différents points sur la roue permettent ensuite de définir la teinte cible ainsi que les teintes voisines. Un nouveau curseur d’uniformité permet également de lisser les écarts de teinte sur une plage donnée – un point qui se montrera particulièrement utile pour de la retouche de portraits, par exemple. Enfin, les réglages de saturation et de luminance permettent d’ajuster plus finement le rendu des couleurs.

Selon le développeur du logiciel, ces deux curseurs fonctionnent de manière plus indépendante, et permettra d’obtenir une plus grande latitude de réglages. Lors du travail sur des images en noir et blanc, la roue chromatique peut également être utilisée en tant que mélangeur de couleurs.

Dans la pratique, l’outil s’avère très intuitif. La petite poignée située sur le cercle extérieur de la roue chromatique permet de changer la teinte d’un canal très précisément ; de même, les points situés sur la roue elle-même offrent des réglages très poussés au niveau de la gestion des teintes voisines. Les photographes expérimentés pourront donc obtenir plus facilement le rendu désiré, tandis que les utilisateurs novices apprécieront la convivialité de cette nouvelle roue chromatique.

Outil Réparation revisité : pour un pinceau correcteur plus précis et plus intelligent

L’outil Réparation n’est pas nouveau en soi ; toutefois, il se pare de nouvelles fonctionnalités pour offrir plus de précision tout en respectant davantage les couleurs et les contrastes.

Visant à effacer rapidement les éléments indésirables d’une image, le pinceau correcteur doit détecter plus efficacement la zone source à utiliser, y compris sur les zones présentant des textures complexes.

En parallèle, l’outil offre désormais un mode « Dupliquer ». Comme son nom l’indique, il permet de copier à l’identique les pixels de la zone source : un point qui n’est pas sans rappeler le fonctionnement de l’outil Correcteur de Photoshop et Lightroom. Enfin, on notera la possibilité de déplacer la zone source pour une plus grande flexibilité dans la retouche.

Nouveau panneau de gestion des masques

La DxO PhotoLab 3 vient aussi inaugurer une nouvelle palette Réglages locaux, qui permet de gérer les différents masques de corrections locales – et dont le fonctionnement est assez analogue aux calques de Photoshop. Ces masques permettent ainsi une retouche plus précise mais aussi non-destructrice des images.

Ce nouveau panneau de gestion des masques permet ainsi d’activer ou de désactiver un masque – ou de le supprimer plus rapidement. Par ailleurs, un nouveau curseur permet de définir l’intensité de la correction appliquée par ce masque. Là encore, l’influence de Photoshop se fait sentir.

Toutefois, ce nouveau procédé de gestion des masques apporte de nouvelles fonctionnalités : on notera la possibilité de peindre sur une zone à retoucher – faisant ainsi apparaître l’égaliseur permettant une retouche locale. Enfin, l’outil permet d’inverser le masque sélectionné en un seul clic (à la manière de l’inversion d’une sélection dans Photoshop). Selon DxO, ce nouvel outil doit procurer « davantage de flexilité et un gain de temps significatif » dans la retouche.

Photothèque : gestion des mots-clés

La Photothèque, qui avait fait son apparition dans la précédente itération du logiciel, continue de gagner en fonctionnalités. Ainsi, il devient possible d’appliquer des mots-clés à vos images afin de les classer plus efficacement. Dans la pratique, une nouvelle section éponyme prend place dans la catégorie « Métadonnées » de la fenêtre principale du logiciel, intitulée « Personnaliser ». À noter que le logiciel doit être capable d’importer les mots-clés appliqués dans d’autres logiciels de retouche.

Dxo PhotoLab 3 mots-clés

Située à gauche de la fenêtre, la section réservée aux mots-clés permet d’en ajouter/supprimer très facilement et de les utiliser dans la le module bibliothèque.

On retrouve la possibilité d’ajouter, de supprimer ou de renommer les mots-clés sur plusieurs images simultanément ; en revanche, la recherche multicritères n’est pour l’heure disponible que sur la version Mac du logiciel.

Enfin, l’éditeur mentionne la possibilité de définir des mots-clés parents/enfants grâce à l’emploi des signes .

DxO PhotoLab 3 : nouveaux matériels pris en charge

Comme à chaque nouvelle version, le logiciel supporte de nouveaux boîtiers et objectifs. On note ainsi la prise en charge des récents compacts Canon G5 X Mark II et G7 X Mark III, des Sony A7R IV et RX 100 VII, du Nikon P1000, du Ricoh GR III, des Panasonic Lumix G90, Lumix FZ1000 II et Lumix TZ95.

Selon son éditeur, le logiciel doit supporter plus de 3000 nouveaux modules optiques, faisant monter à 50000 le nombre total de combinaisons boîtiers-objectifs inclus dans DxO PhotoLab.

Enfin, le logiciel doit se montrer plus performant dans le débruitage des fichiers RAW issus de boîtiers Canon et Olympus.

Prix et disponibilité de DxO PhotoLab 3

La nouvelle version de DxO PhotoLab est d’ores et déjà disponible pour Mac et PC sur le site de DxO. Deux versions sont proposées : la version Essential et la version Elite. À noter que toutes deux sont disponibles sans abonnement.

Jusqu’au 24 novembre 2019, vous pouvez bénéficier d’un tarif spécial pour le lancement de cette nouvelle version : la version Essential est proposée à 99,99 € au lieu de 129 €, tandis que la version Elite est vendue 149,99 € au lieu de 199 €. Les deux versions reposent sur la même base, mais la version Elite permet de gérer les profils ICC de calibration boîtier, les profils de rendus couleurs, ou encore la création d’autoréglages.

Par ailleurs, les titulaires d’une licence de DxO Optics Pro ou de DxO PhotoLab 2 pourront bénéficier d’un tarif préférentiel de 49,99 € pour l’achat de la mise à jour vers l’édition Essential de DxO PhotoLab 3 édition, et de 69,99 € pour la mise à jour en édition Elite.

Enfin, une version d’essai complète de DxO PhotoLab 3 est disponible sur le site DxO, et vous permettra de prendre en main et d’en tester les différentes fonctionnalités pendant un mois.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site Internet de DxO.

Notre avis sur DxO PhotoLab 3

Cette troisième itération de Dxo PhotoLab n’apporte pas une véritable révolution dans le fonctionnement du logiciel. Toutefois, elle se pare de nouveautés qui pourront s’avérer très intéressantes pour les photographes de portrait – on pense notamment à la ColorWheel, qui offre une gestion bien plus intuitive des réglages de teinte, de luminance et de saturation des couleurs.

Du reste, PhotoLab 3 demeure un logiciel performant, qui offre un très grand nombre de réglages pour tirer le plein potentiel de vos photos, tout en demeurant suffisamment intuitif et convivial. À noter que les prochaines mises à jour – devant arriver courant 2020 – devraient apporter de nouvelles fonctionnalités liées à l‘intelligence artificielle, et que nous sommes impatients de pouvoir tester.