Canon se lance enfin sur le marché des appareils photo instantanés en proposant deux boîtiers hybrides : les Canon Zoemini S et Zoemini C, basés sur l’imprimante de poche Zoemini et sur la technologie d’impression Zero Ink.

Photographier et imprimer instantanément, c’est le principe de ces deux appareils photo hybrides mi-appareil photo, mi-imprimante. Le concept n’a rien de nouveau, déjà exploité par Polaroid (avec ses Polaroid Snap) et Fujifilm (avec ses Instax Square). Comme Polaroid, les appareils instantanés de Canon utilisent la technologie Zéro Ink, une technologie d’impression thermique.

Canon Zoemini : imprimante photo de poche Zink

Le papier photo Zink compatible est autocollant, résistant aux déchirures et à l’humidité et autorise une surface d’impression rectangulaire de 5 x 7,6 cm. Nous savons d’ores et déjà que ce papier ne procure pas la meilleure qualité d’image, contrairement aux films argentiques Instax de Fujifilm, mais a l’avantage d’être moins coûteux.

Canon propose d’emblée deux versions d’appareils photo instantanés. Le Canon Zoemini S intègre un capteur de 8 millions de pixels pour une résolution d’impression de 314 x 600 ppp et le Zoemini C de 5 millions de pixels pour une résolution de 314 x 500 ppp. Le Zoemini S se distingue également par l’intégration de son miroir à l’avant et par l’éclairage annulaire pour la réalisation de selfie.

La principale différenciation concerne l’intégration du Bluetooth qui permet de se connecter à l’application Canon Mini (disponible sous iOS et Android) et d’imprimer ses photos depuis un smartphone/tablettte ou de contrôler l’appareil à distance. Un vrai plus, qui manque cruellement aux Instax Square de Fujifilm par exemple et que l’on retrouve seulement sur les imprimantes Instax Share.

Sur le Zoemini S, il est également possible de sélectionner son mode de flash et de le désactiver, ce qui ne semble pas être le cas sur la version C, risquant ainsi de surexposer le sujet en cas de bonnes conditions lumineuses.

La sensibilité du capteur des appareils s’étend de 100 à 1600 ISO et l’essentiel des réglages est automatique (balances des blancs, exposition et sensibilité). L’appareil photo a l’entière main mise sur l’exposition des images puisque nous n’observons pas de mode manuel. Il n’y a aucune information sur l’angle de champ des objectifs des appareils, même si nous imaginons qu’ils sont relativement larges. Nous savons seulement que l’objectif du Zoemini S autorise une distance de mise au point minimale de 30 cm et celui du Zoemini C de 50 cm.

Les Zoemini S et C disposent d’un logement pour carte mémoire micro SD (jusqu’à 256 Go) qui permet ainsi l’enregistrement les images numériquement en JPG. Les appareils sont tous deux équipés d’une batterie de 700 mAh rechargeable en USB pour une autonomie de 25 impressions en moyenne, ce qui nous semble relativement peu. Nous ignorons l’autonomie de la prise de vue.

Les boîtiers peuvent contenir 10 feuilles de papier d’impression Zink au maximum. La vitesse d’impression est annoncée à 50 secondes par image. L’impression est logiquement plus longue qu’une sortie de papier argentique qui doit laisser l’image se développer a posteriori, revenant finalement à peu près au même.

Prix et disponibilité des Canon Zoemini S et C

Le Canon Zoemini S sera disponible en rose doré, noir mat et blanc perlé au prix indicatif de 169,99 €. Le Zoemini C sera disponible en 4 couleurs (jaune, rose, bleu et vert) au prix indicatif de 119,99 €. Ils seront disponibles à partir du 25 avril 2019. Chaque appareil sera fourni avec 10 feuilles de papier Zink.

Pour information, un pack de 20 feuilles Zink coûte environ 12 €, soit environ 0,60 centime la vue. C’est deux fois moins cher que le papier Fujifilm Instax, qui revient à 1 € la photo en général.

Notre premier avis sur les Canon Zoemini S et C

Basés sur le look minimaliste et le gabarit compact de la Zoemini, les Zoemini S et C s’avèrent particulièrement faciles à transporter partout avec soi, et cela malgré l’intégration d’un capteur photo et d’un objectif. Canon ne prend pas beaucoup de risques en reprenant les principales fonctionnalités de son imprimante, mais s’implante finalement dans le marché des appareils photo hybrides dominé par Polaroid et Fujifilm.

Polaroid est d’ailleurs son principal concurrent, en termes de technologie et de prix très proches. Ils ont tous deux l’avantage d’être les moins onéreux et de proposer une vraie solution tout en un, capable de photographier, d’être connectée à un smartphone et d’imprimer. Les Zoemini S et C auront-ils le succès escompté ? Rendez-vous fin avril pour le savoir.

En savoir plus sur le site de Canon France.