Deuxième journée au CP+, et nous sommes toujours là, avec un nouvel épisode de Kesketavu au CP+ pour partager nos découvertes sur le salon japonais aujourd’hui. Retrouvez notre premier épisode :

Kesketavu au CP+ : jour 1, comme un sushi dans l’eau

Vendredi matin, 9h50, les portes s’apprêtent à ouvrir et j’arrive sur place car nous avons rendez-vous à 10h pour une interview avec Canon. Je m’attendais à voir une petite queue de personnes qui arrivent un peu avant l’heure pour ne rien manquer du CP+, mais une queue très longue s’est déjà formée. Pas de doute, la photographie est une vraie passion au Japon.

Et en attendant l’heure fatidique, tout le monde garde son sang froid.

Après un petit sprint dans les allées du CP+ pour me faufiler parmi les premiers visiteurs de la journée (qui eux aussi couraient dans tous les sens, sûrement pour aller taper le stock de stylos ou porte-clés de tel ou tel constructeur, ou peut-être alors pour tester les appareils, car sur le CP+, il faut faire la queue pour pouvoir prendre en main un appareil, c’est très organisé.

Notre interview avec Canon débute donc, en compagnie de messieurs Tokura, Mizoguchi et Kaneda, autant dire le gratin de Canon ! Nous parlons EOS RP, monture RF, vidéo 4K mais aussi stratégie de développement pour les objectifs ainsi que l’écosystème Canon global. L’interview sera publiée dans les jours à venir sur Phototrend.

Au sortir de l’interview, passage sur le stand de Canon où dans un recoin se trouve un mur où sont présentés des « concepts », ces appareils photo qui n’existent pas encore et ne verront peut-être jamais le jour, mais sur lesquels Canon planche. Vous allez-voir, c’est amusant.

Parce qu’un salon photo ne serait pas vraiment un salon sans une découpe d’objectif ou d’appareil photo, nous découvrons l’EOS R et le 24-105mm f/4 L IS USM tranché en deux, sous une plaque de verre très intelligente (ou réfléchissante ?) qui gâche un peu la photo.

Et pour ne pas faire de jaloux, Nikon y va aussi de sa créativité avec une présentation de son fameux objectif Noct 58mm f/0.95 S. En regardant tout ce verre, on comprend mieux l’encombrement et surtout le poids de cet objectif – ces informations ne sont pas encore publiques, tout comme son prix.

Panasonic n’a pas dit son dernier mot avec le micro 4/3, et le 10-25mm f/1.7 (soit un équivalent 20-50 en 24×36) est exposé pour la première fois au grand public. Une belle bête, de la taille du 50-200mm f/2.8-4 également en monture MFT.

Nikon présente aussi quelques godes sur son stand, comme ces sangles colorées « pour les pros ».

Sur le stand Sony, changement de décor et on est là pour vous faire craquer, ou presque. Le constructeur présente sa fonction Eye AF pour animaux avec des firmwares fonctionnels sur des boîtiers Alpha, l’occasion de tirer le portrait de Titi et Toto, les chats jumeaux qui ne sont vraiment pas farouches (« Roger, c’est des peluches ! »).

Toujours chez Sony, un présentoir expose les optiques du constructeur, avec notamment au centre les boîtiers Alpha et la série d’optiques G Master. Sur les bords, les optiques E-Mount plus traditionnelles. Vous ne remarquez pas quelque chose ? Ici, là, en bas. Oui, Sony a changé le logo de sa gamme Alpha. Désormais, en plus du symbole Alpha (qui passe du orange au blanc), on retrouve le terme Alpha en dessous. C’est plus clair ?

Pendant ce temps-là, dans les couloirs extérieurs du Salon, la vie suit son cours…

Je ne sais pas lire les kanjis japonais, mais c’est plutôt classe sur la route non ?

Bon, trêve de plaisanterie, on retourne à la photo ! En ce début d’après-midi, nous avons rendez-vous avec Nikon pour parler monture Z, vidéo et optique. Et ce sont Kazuharu Imafuji, responsable du département développement Image (à gauche) et Satoshi Yamazaki : responsable du département ingénierie optique (à droite) qui m’accueillent. Yamazaki-san me fait même l’honneur d’un schéma au tableau pour expliquer par A+B l’avantage de la nouvelle monture Z par rapport à la monture F. On vous en parle sur Phototrend dans un article interview à venir…

Tu la vois la masse de travail qui s’amasse au fil des journées ? Oui, mais c’est le Japon, donc c’est cool !

Entre l’espace presse et le Salon, je tombe sur un groupe de chanteuses Bioman que je ne peux que photographier, comme d’ailleurs la vingtaine de photographes japonais braqués sur eux hors-champ…

Allez, il est déjà 16h et on termine (presque) la journée avec une visite du stand Olympus avant d’aller retrouver l’équipe d’Olympus pour la troisième interview de la journée. Voici les différents mockups (il y en aurait eu plus de 200) qui ont servis d’étape avant le design final des derniers OM-D E-M1X.

Pour présenter sa fonction Live ND, qui permet de simuler l’effet d’un filtre ND à l’image, Olympus a été malin : en diffusant une vidéo de cascade à l’écran, il suffit de viser avec le boîtier pour avoir le rendu instantané à l’écran, avec l’eau qui devient floue et soyeuse. Une belle manière de présenter cette fonction, à tester à la maison sur une série Netflix ?

Interview Olympus terminée, la traditionnelle photo de groupe s’impose. Interview à venir où l’on parle E-M1X et de la persévérance d’Olympus sur le Micro4/3.

Victorinox au CP+ ? Oui Michel, et c’est chez Vanguard, qui semblent avoir fait un partenariat pour une série limitée – mais je ne comprend pas le japonais pour comprendre ce prospectus. Peut-être que vous gagnez un couteau si vous achetez un trépied ? En tout cas en regardant bien l’attache du plateau rapide, on note qu’il y a une boucle qui justement évite d’utiliser un couteau ou une pièce de monnaie. Fail.

Si je vous ai épargné les femmes modèles du CP+ jusqu’à maintenant, je ne pouvais pas faire l’impasse sur Marylin Monroe version japonaise sur le stand de Synology. On essaie d’attirer les photographes comme on peut j’ai envie de dire…

Petite pensée pour Bruno qui comprendra, il aime bien le Billingham bleu à priori, et vous ?

Ça y est, la petite musique douce d’hier soir revient, « ce n’est qu’un au revoir ». Il nous reste encore quelques minutes avant la fermeture, et inconsciemment, comme hier, je repasse sur le stand Fujifilm, mais cette fois, c’est cette caméra Broadcast 8K qui me fait m’arrêter. On a du mal à saisir la taille – oui ma photo est ratée c’est ça ? – mais cette bête est vraiment imposante.

Ah, je ne vous ai pas dit, mais je me suis fait des copines aussi, toujours chez Fujifilm. Des fans de la marque on dirait, et il y a même un X-T3 entre les mains de la femme en robe jaune si vous avez l’oeil.

Oups, spotted ! Synology, you got me!

Mais où sommes-nous ?

Ça y est, un peu d’air frais, la journée CP+ se termine, il est temps de rentrer à l’hôtel. Mais sur la route, impossible de ne pas sortir son boîtier pour faire quelques photos « artistiques » après cette journée passée dans les allées du temple de la technologie, et la pose longue sera mon arme.

Sur le bord de l’Ooka River, de nombreux photographes sortent leurs trépieds pour photographier la grande roue et les reflets sur l’eau. A l’aide de mon Gorillapod 5K, je m’accroche à un pont métallique et 15 secondes après, c’est cuit !

Nikon Z6 – Nikkor Z 24-70mm f/4 S – 24mm – 15s – f/16 – ISO 100

La journée se termine donc sur cette image, et je vous donne rendez-vous pour le Kesketavu au CP+ jour 3.