Pour stabiliser son matériel photo ou vidéo, un trépied reste indispensable, même si les technologies de stabilisation du capteur ou optique continuent de faire des progrès. Le choix de trépieds photo est pléthore, et cette fois-ci nous avons décidé de tester un trépied de la marque Leofoto, une société peu connue mais qui réalise des trépieds et rotules de haute qualité en aluminium et carbone.

Pour ce test, nous avons choisi de découvrir le trépied Leofoto LS-324C équipé de la rotule LH-40. Ce trépied est présenté comme le haut de gamme de la série Ranger de Leofoto, dédiée au voyage avec des trépieds légers, compacts et très stables. Composé de 10 couches de fibres de carbone et supportant jusqu’à 15kg pour moins de 2 kg sur la balance, ce trépied offre sur le papier une solution professionnelle robuste et légère. Voyons ce qu’il en est en réalité avec notre test terrain du trépied Leofoto LS-324C.

Quelques mots sur Leofoto

Leofoto, ce nom ne vous dit rien ? C’est peut-être normal, car cette marque de matériel photographique, née en Chine à Guangdong, n’est pas encore très connue en France. Derrière Leofoto, on retrouve la société chinoise Zhongshan Laitu photographic Equipment Co, créée en 2014. En 4 ans, Leofoto est devenu l’un des principaux fabricants d’équipement photo spécialisés en Chine, notamment grâce à la conception et fabrication de trépieds de haute qualité en aluminium et carbone à des prix compétitifs.

Si le design de ces produits vous dit quelque chose, c’est sûrement parce que Leofoto fournit depuis quelques années certains fabricants de trépieds, rotules et autres accessoires.

En trépieds, Leofoto propose plusieurs gammes : Ranger, Urban, Mountain, Traveller, Armour et Hiker. Entre certaines gammes, difficiles de s’y retrouver, mais le trépied que nous avons testé provient de la gamme Ranger, correspondant aux trépieds de voyage de Leofoto.

Prise en main et accessoires

Le kit trépied + rotule que nous avons testé est le trépied Leofoto LS-324C équipé d’une rotule LH-40. Les deux produits sont vendus ensemble, mais il est bien entendu possible de ne choisir qu’un ou l’autre des produits.

Le trépied Leofoto LS-324C est un modèle 100% carbone composé de jambes à 4 sections. Il est livré avec une housse de transport et plusieurs accessoires comme une colonne centrale amovible, des piquets pour remplacer les pieds en caoutchouc, un jeu de clés Allen et une clé multifonctions permettant de resserrer toutes les vis de trépied.

Avant d’aller plus loin dans le test, voici une présentation de ses caractéristiques :

  • trépied avec jambes en carbones 4 sections
  • diamètre des jambes : 32, 28, 25, 22 mm
  • poids : 1,383 kg (sans rotule)
  • charge maximale supportée : 15 kg
  • hauteur replié : 48 cm (sans rotule)
  • diamètre replié : 9,65 cm
  • hauteur maximale sans colonne centrale et sans rotule : 130 cm
  • hauteur minimale sans colonne centrale et sans rotule : 7,8 cm
  • hauteur maximale avec colonne centrale et rotule : 159 cm (1 section de la colonne centrale dépliée), 172 cm (2 sections de la colonne centrale dépliées)

En ouvrant le carton du trépied, on retrouve le sac de transport dans lequel se trouvent le trépied et la rotule dans la poche principale, et les accessoires dans une petite poche sur le côté. Ce sac de transport dispose d’une bandoulière, pratique pour l’emporter avec soi.

La première prise en main du trépied confirme que nous sommes en présence d’un modèle haut de gamme chez Leofoto. Le trépied, dont les jambes sont tout en carbone, avec une plaque de trépied en aluminium aéronautique 7075, respire la solidité et la qualité. Les matériaux utilisés sont de qualité, les serrages résistent sans pour autant entraver le photographe, nous sommes en présence d’un trépied soigné aux allures mêmes minimalistes. Son poids de 1,38 kg (sans rotule) en font un modèle vraiment léger, même si pour être complètement opérationnel il faudra lui ajouter la rotule – dans notre cas la LH-40 – qui pèse tout de même 530g, soit un poids total de 1,91 kg.

En regardant de plus près, on aperçoit les motifs torsadés du carbone. Ce trépied utilise du carbone Toray, composé de 10 couches de fibre de carbone (contre 8 couches ou moins chez d’autres) ce qui garantit à l’ensemble une résistance aux torsions et une meilleure absorption des vibrations – l’un des avantages du carbone. Par contre, les performances d’un trépied carbone ne sont pas uniquement liées au nombre de couches, mais également au ratio entre fibre et résine, la manière dont les fibres sont liées ensemble, etc. Nous n’avons pas d’informations à ce sujet pour ce trépied, mais la qualité des tubes carbone est très bonne.

Dommage, il n’y a pas de revêtement en mousse antidérapante sur l’une des jambes du trépied, très utile pour avoir une bonne préhension du trépied et aussi protéger les doigts du froid. C’est d’autant plus dommage que certains produits de Leofoto en disposent.

Contrairement à certains trépieds de voyage, ce trépied de Leofoto ne dispose pas de jambes qui se replient à 180° autour de la colonne centrale, puisque par défaut la colonne centrale n’est pas fixée sur le trépied. Celle-ci est amovible, et vient se visser sur le plateau du trépied, entre la rotule et le trépied. C’est un bon point car cela permet d’obtenir un trépied plus compact, avec notamment un diamètre de 9,65cm seulement. C’est l’équivalent d’une optique Canon 85mm f/1.2 indique le constructeur. Mais pour augmenter la hauteur maximale du trépied, il faut retirer la rotule, ce qui engendre une gymnastique supplémentaire.

A l’extrémité des jambes du trépied, on retrouve un pas de vis sur lequel sont placés par défaut des patins en caoutchouc. Ces derniers sont à utiliser sur des sols meubles, comme le bitume ou le béton, et permettent de réduire les vibrations. Pour d’autres sols, comme le gravier, le sable ou la terre, des piquets en acier inoxydable sont également fournis. A noter que Leofoto propose également des embouts avec griffe pour la glace ou bien des embouts avec une mini rotule et une base en caoutchouc pour une adhérence parfaite même avec des angles de prise de vue extrêmes.

Un trépied compact, robuste et stable

Sans rotule et replié, le trépied Leofoto LS-324C mesure 48cm de longueur. Pour déplier les jambes du trépied, composées de 4 sections, il suffit d’un quart de tour et d’étendre les sections en carbone. Ce système, plus rapide que les ouvertures à clapets, permet d’être en place en un minimum de temps.

Déplié, le trépied atteint une hauteur de 130 cm sans rotule ni colonne centrale. Une fois la rotule LH-40 placée dessus, on atteint une hauteur de 139 cm sans compromis sur la stabilité puisque sans colonne centrale. Cette hauteur pourra être suffisante pour certains photographes utilisant un appareil photo avec écran orientable, mais d’autres voudrons une hauteur plus conséquente. Pour cela, la colonne centrale amovible permet de monter jusqu’à 172 cm de hauteur, mais implique une double section déployée au-delà de la base du trépied, ce qui peut réduire la stabilité de l’ensemble.

Durant notre test, nous avons équipé le trépied d’un Nikon D800 + 24-70mm f/2.8, soit un poids d’environ 2 kg. Nous sommes ici très loin des 15 kg que peut soutenir ce trépied. C’est cependant un bon premier test afin de connaître la stabilité du trépied avec un matériel photo relativement lourd. Nous avons ainsi véritablement ressenti la stabilité de ce trépied, même en écartant les jambes au minimum et en montant la colonne centrale, ce qui n’est pas toujours recommandé. C’est l’avantage de la structure en carbone 10 couches couplée à une rotule aux finitions professionnelles.

Malgré tout, et de manière générale, nous vous conseillons, comme souvent sur un trépied, de ne pas utiliser la colonne centrale sans raison, car cela joue forcément sur la stabilité de l’ensemble. Dans le cas de ce trépied Leofoto, notre conseil serait ainsi d’utiliser la colonne centrale déployée avec une seule section, soit une hauteur de 159cm avec la rotule, largement suffisant pour de nombreuses utilisations.

A l’opposée, si vous souhaitez être au plus près du sol, l’absence de colonne centrale est un plus non négligeable sur ce trépied. En ajustant l’angle des jambes du trépied, on peut passer d’un angle de 25° à 55° puis 85°, soit presque un angle droit avec le sol. Chaque changement d’angle se fait grâce à un blocage semi-automatique à pallier, mécanisme que l’on retrouve sur de nombreux trépieds.

Une fois à 85°, la hauteur minimale du trépied (sans rotule) par rapport au sol est de 7,8 cm seulement, ce qui permet de réaliser des plans très proches du sol, de la macrophotographie ou même placer l’appareil pour filmer sans le poser au sol. On notera que la colonne centrale n’est pas réversible, un point qui aurait pu intéresser certains photographes et surtout le pas de vis est déjà présent sous le trépied mais incompatible avec la largeur de la colonne centrale amovible.

En termes de stabilité, nous avons noté que le trépied est capable de répondre à toutes les situations qu’on lui a proposé, sans soucis. C’est notamment possible grâce au diamètre de ses jambes en carbone. La section la plus grosse fait 32mm et la plus fine fait 22mm, ce qui reste très bon et permet une rigidité supérieure. Capable d’endurer 15 kg, il n’y a donc rien à craindre pour votre matériel photo, y compris pour supporter de gros téléobjectifs ou têtes pendulaires

Connecteur Easylink et maintenance facilitée

Avant d’aborder la rotule LH-40 proposée avec ce trépied, attardons-nous sur deux petits détails de ce trépied.

Premièrement, le connecteur Easylink présent sur le côté du trépied permet d’accrocher différents accessoires au trépied grâce à un pas de vis 1/4’’. Par exemple, vous pouvez y ajouter un bras magique pour pouvoir maintenir un smartphone, une GoPro pour du making-of, un écran d’enregistrement, etc. Ce type de connecteur est présent sur peu de trépieds et il est donc important de le mentionner.

Avec le trépied, on retrouve un mousqueton attaché à un pas de vis 1/4’’ qui peut être placé sur ce connecteur, mais également sous le plateau du trépied, où un pas de vis 1/4’’ se trouve également. Bien pensé, ce petit mousqueton permettra de lester le trépied grâce à son sac photo par exemple, même si on aurait préféré un véritable crochet.

L’autre détail se situe à l’intérieur des sections carbones de ce trépied. Bien souvent, en voyage, on utilise son trépied dans des conditions difficiles, et le trépied peut vite récupérer des saletés diverses. Pour faciliter le nettoyage des jambes, les tubes peuvent être démontés en dévissant au maximum la vis de serrage d’une section. Habituellement, lorsque l’on fait cela, on se retrouve avec des ressorts ou bouts de plastique qui se détachent. Ici, le mécanisme est conçu pour ne pas se détacher trop facilement ; on ne risque pas de perdre un petit accessoire en plein nettoyage.

Rotule Ball LH-40

En kit avec le trépied Leofoto LS-324C, la rotule ball LH-40 est le compagnon idéal de ce trépied haut de gamme, avec là aussi une haute qualité de fabrication.

La rotule à tête fluide (diamètre de 40mm pour la boule) peut supporter une charge de 15kg, comme le trépied. Elle pèse 530g, ce qui peut paraître très lourd pour certains photographes, mais le poids dans une rotule est souvent gage de qualité. Ici, c’est clairement le cas. Constituée d’aluminium aéronautique anodisé noir avec un diamètre de 57mm à sa base, la rotule offre une sensation de solidité et de durabilité, tout comme une précision grâce à diverses graduations.

Compacte avec seulement 83mm de hauteur, cette rotule est compatible avec le système de fixation Arca-Swiss – très bonne chose – et dispose d’une plateau d’attache rapide large avec des patins anti-dérapants pour plus de stabilité. Ce point est notamment important si vous comptez utiliser votre trépied pour photographier à la verticale. On aurait tout de même apprécié l’ajout de petits ergots pour éviter la rotation du boitier, comme c’est le cas sur la rotule K-20X de Sirui.

Sur la partie supérieure de la rotule, on retrouve donc un plateau rapide Arca Swiss avec des vis permettant de bloquer tout glissement du boîtier vers l’avant ou l’arrière lorsque l’on desserre la vis de serrage. Une graduation en millimètres de 4 cm permet de placer précisément le plateau sur la rotule. Le boîtier se place sur le plateau rapide sans clé nécessaire.

Un niveau à bulle est présent, mais uniquement sur le plateau rapide. Lorsque le boîtier est positionné, la bulle est inaccessible et devient inutile. On aurait apprécié ici un niveau à bulle sur la base du trépied et pas seulement sur la rotule, ce qui permettait notamment de mettre la base à niveau pour la réalisation de photos panoramiques.

la grosse molette pour desserrer la tête fluide

la molette de précision et la molette pour le plateau panoramique

La rotule dispose de 3 molettes de réglage :

  • une molette pour débloquer le plateau 360° et effectuer une prise de vue panoramique, avec 360 graduations
  • une grosse molette pour desserrer la tête fluide
  • une petite molette de précision qui permet de contrôler la tension de la rotule ball, permettant ainsi de rajouter de la résistance à la tête fluide même lorsque la grosse molette est desserrée.

La façon dont ces molettes sont positionnées est très bien pensée. Il faut juste faire attention lorsque vous dévissez la grosse molette et que votre boîtier est sur la rotule : si la vis de contrôle de tension est trop desserrée, la tête fluide peut contrebalancer violemment sous le poids du boîtier.

Une autre fonctionnalité de cette rotule, que les amateurs de prises de vue verticales apprécieront, c’est la double encoche permettant d’incliner le boîtier à 90°.

A l’issue de ce test, nous pouvons dire que cette rotule fait partie des plus robustes et précises que nous ayons testé.

Petit détail appréciable : de petites protections en caoutchouc permettent de protéger les vis de la rotule et de la colonne centrale amovible.

Garantie de 10 ans

Leofoto garantie ce trépied ainsi qu’une grande partie de sa gamme sur une période de 10 ans, prouvant la qualité et la robustesse de ses produits. Cette garantie fonctionne avec la petite carte fournie avec le trépied, à ne pas perdre. Pour la rotule, LH-40, la garantie s’étend également sur 10 ans.

A qui s’adresse ce trépied ?

Nous arrivons à la fin de ce test et comme à notre habitude, nous abordons désormais le public ciblé par ce trépied.

Leofoto a segmenté sa gamme de trépieds de manière très précise, allouant ce modèle à la série Ranger dédiée au voyage. Certes, ce trépied est une solution idéale pour le voyage, grâce à une compacité et un poids maitrisé, notamment par l’absence de colonne centrale fixe.

Pourtant, ce trépied est bien plus polyvalent que cela – après tout un trépied est un trépied, et peut servir divers usages – et il serait réducteur de le cantonner à la photographie de voyage, sachant que dans ce domaine, des modèles encore plus compacts le concurrencent, notamment si vous possédez un hybride plus léger. Chez Leofoto, le LS-224C, lui aussi en carbone et doté de 4 sections, pèse 715g pour une charge maximale de 6kg, ce qui est bien suffisant pour un hybride ou reflex d’entrée de gamme. Par contre, le diamètre des jambes sera plus faible, ce qui peut engendrer une moindre stabilité par rapport à un trépied plus robuste.

Finalement, on peut donc dire que ce trépied se destine aux photographes à la recherche d’une solution de stabilisation avancée et robuste, à utiliser notamment avec un boîtier reflex plein format ou avec des objectifs lourds qu’il faut pouvoir soutenir. Avec une capacité de 15kg, ce trépied vaut bien un matériel lourd sur ses épaules.

Avec une seule section dépliée

Leofoto LS-324C avec rotule LH-40 : un trépied de voyage plus robuste que compact

En conclusion de ce test, nous pouvons dire que Leofoto est une marque qui mérite à être connue, surtout auprès d’un public de photographes exigeant sur la qualité. Le trépied Leofoto LS-324C ainsi que sa rotule LH-40 proposent un système compact, robuste et stable idéal pour le voyageur, mais aussi pour les plus sédentaires à la recherche d’une solution relativement légère mais stable. Il ne s’agit clairement pas du trépied le plus compact du marché, mais le compromis stabilité / encombrement est vraiment bon.

Capable de supporter 15kg de matériel, ce trépied carbone 10 couches constitue un excellent choix pour un trépied sans compromis 100% carbone et base aluminium, avec des sections au diamètre supérieur à 22mm.

La marque Leofoto est distribuée en France par Degreef & Partner. Vous pouvez retrouver le kit trépied Leofoto LS-324C + LH-40 au tarif de 369€ chez Camara ou auprès d’un revendeur physique. Ce produit est ainsi positionné à un rapport qualité / prix plutôt intéressant pour ce niveau de construction et la qualité des matériaux utilisés.

Merci à Degreef & Partner qui nous a permis de tester ce trépied et de découvrir Leofoto.

Test trépied de voyage Leofoto LS-324C avec rotule LH-40
compact et légeret pourtant très robustebonne hauteur sans colonne centralerotule compatible Arca-Swissproposé en kit avec rotule à un bon rapport qualité/prix
pas de revêtement antidérapant sur l’une des jambesnécessite un démontage/remontage pour augmenter la hauteur maximale avec la colonne centraleniveau à bulle masqué par le boitier une fois montécolonne centrale non réversible
8.3Note finale
Fabrication / Finitions9
Fonctionnalités8
Ergonomie générale / praticité8