Des milliers de portraits s’agrègent maintenant dans Humanæ pour célébrer nos diversités et nos couleurs. Grâce aux photos d’Angélica Dass et aux gammes Pantone, toutes les nuances de nos peaux humaines sont affichées dans une mosaïque photographique globale et colossale.

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ 67 5 C © Angélica Dass

Tout a commencé en 2012 après le mariage d’Angélica. Née au Brésil, l’artiste a grandi dans une famille remplie de couleurs de peaux différentes.

Dans sa conférence TED Talks, elle expliquait que son père était un fils de domestique à la peau noire « comme du chocolat ». Il a été adopté par un couple « blanc comme des yaourts à la fraise ». De l’autre côté, la mère d’Angélica Dass est une Brésilienne à la « peau noisette ». Et pour couronner le tout, elle s’est mariée à un Espagnol qui devient « rouge comme un homard » quand le soleil brille sur sa peau.

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ 317 3 © Angélica Dass

Toutes ces couleurs l’ont toujours accompagné dans sa vie et beaucoup d’incompréhensions ont surgi pendant son enfance et son adolescence. Les crayons couleur chair de l’école n’étaient pas de la même couleur que sa chair à elle. Les inconnus la prenaient pour une servante quand elle était dans la cuisine de ses amis, ou pour une prostituée quand elle se baladait avec des amis européens.

Angélica acceptait ces remarques, mais elle était révoltée que le reste du monde la juge pour ses cheveux et sa couleur de peau, alors qu’elle-même est née dans une famille très hétéroclite.

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ 57 7 C © Angélica Dass

Lorsqu’elle s’est mariée, Angélica Dass a commencé à s’interroger sur la couleur de peau de ses futurs enfants. Avec ces mélanges, seront-ils noisette, plus blanc, plus noir ? Elle a alors eu l’idée de réaliser un projet photographique pour exposer les vraies couleurs de peau des personnes et en faire ressortir la mixité infinie des nuances humaines.

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ © Angélica Dass

« Moi, Angelica, à chaque fois que je prends une photo, j’ai l’impression d’être devant mon thérapeute. Toute la frustration, la peur, la solitude que j’ai pu ressentir se transforment en amour. »

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ 322 1 C © Angélica Dass

Sa famille et ses amis ont été les premiers à se faire tirer le portrait. Par la suite, l’appel sur les réseaux sociaux a regroupé de plus en plus de monde. Grâce à une vaste couverture médiatique, le projet a pris une ampleur considérable. Ils sont aujourd’hui 4 000 à apparaitre dans le projet Humanæ, venus de 17 pays différents et de 27 villes.

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ 97 7 C © Angélica Dass

Ce projet montre la beauté de l’être humain et de toutes ses couleurs qui se mélangent pour en créer des nouvelles. En plus d’avoir une revendication sociale et universaliste visant à abolir les discriminations et les inégalités entre les peuples, les photographies en elles-mêmes sont une prouesse artistique originale et révolutionnaire.

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ 64 5 C © Angélica Dass

Le guide Pantone permet de mettre tout le monde sur un pied d’égalité en classant les couleurs horizontalement pour permettre de diluer la fausse prééminence de certaines populations par rapport à leur couleur de peau.

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ © Angélica Dass

D’ailleurs, les coordinations avec les couleurs Pantone ne sont pas le fruit du hasard pour ces portraits. La photographe utilise une méthodologie respectée pour tous les portraits. Tout d’abord, les sujets sont photographiés sur fond blanc. Ensuite, l’artiste extrait la couleur de peau sur un carré de 11 pixels au niveau du nez. Angélica fait ensuite le rapprochement avec le nuancier Pantone et remplit le fond avec la couleur correspondante.

Grâce à cette pratique, les personnes photographiées se retrouvent sur un pied d’égalité avec les autres, même si elles sont de couleur différente, d’origine différente, de nationalité différente ou encore de rang social différent.

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ 321 2 C © Angélica Dass

En effet, les modèles viennent d’horizons différents ce qui donne au projet toute sa symbolique. Il n’y a pas de sélection, ceux qui veulent participer participent. Des étudiants suisses aux écoliers des favelas de Rio, des migrants en Méditerranée aux fortunes Forbes, des juifs aux musulmans en passant par les bouddhistes, les chrétiens, les transgenres, les nouveau-nés, les enseignants, les fonctionnaires, les homosexuels ou encore les bisexuels, tout le monde a sa place dans Humanæ.

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ 331 8 C © Angélica Dass

Et la photographe brésilienne ne compte pas s’arrêter là. Le projet ne sera fini que quand les habitants du monde entier auront pu avoir leur portrait et leur couleur. Ainsi, pour pouvoir sensibiliser plus de monde et attirer davantage de participants, Angélica Dass a fait de nombreuses apparitions dans les médias. Son passage dans les conférences TED Talks a été remarqué et a contribué grandement à sa notoriété. La vidéo ci-dessous comprend l’intégrale de la prestation d’Angélica et les sous-titres français sont disponibles dans les options.

L’artiste a également reçu de nombreuses réactions personnelles de modèles ou de personnes qui se sentent concernées par le projet. Certaines ont repris confiance en elles, d’autres ont trouvé le projet très utile pour l’avancé de l’acceptation de tous. Malheureusement, comme pour beaucoup de projets de ce genre, les spectateurs touchés sont les plus convaincus. Les intolérants se tiennent souvent à l’écart de ces initiatives pourtant puissantes et justes.

Humanæ © Angélica Dass

Humanæ 317 5 C © Angélica Dass

Pour en savoir plus sur le travail d’Angélica Dass, n’hésitez pas visiter son site. Pour plus de photographies sur le projet Humanæ, un Tumblr rassemble une multitude de photographies.