Une nouvelle année vient de commencer, et avec elle, prochaines sorties de films et publications de livres sont annoncées. Avant de se laisser entraîner par cette nouvelle vague de lectures, Phototrend vous propose une petite rétrospective de quelques livres photo qui ont marqué 2017. Récits photographiques, reportages journalistiques, documentaires dénonciateurs, portraits et séries d’auteurs, tous ces livres se sont distingués par la qualité de leur contenu, l’habileté de leur angle, l’originalité de leur format ou de leur design.

Paris + Klein, William Klein, Marval Editions

Voici notre exception à la règle ! Bien que le livre « Paris + Klein » soit initialement sorti en 2002, il a cependant fait partie de l’actualité de 2017. Car, c’est de janvier à mars derniers que la galerie Polka a présentée l’exposition, du même nom, issue de ce livre. Alors, autant en profiter pour ressortir un monument de la photographie d’après-guerre et des années 1960.

Parmi ces pages, qui révèlent en tout 197 photos, le New-Yorkais William Klein déclare son affection authentique pour la capitale française. Parfois en noir et blanc, parfois en couleurs, les images se succèdent pour dévoiler la vie parisienne dans toute la splendeur de son quotidien : des manifestations, des courses, quelques politiciens et autres figures du moment, du sport, de la mode, et tous ces inconnus qui forment les foules et incarnent les inconnus des coins de rues.

Kuwait, Sebastião Salgado, Taschen

Les monographies de Sebastiao Salgado sont bien souvent des incontournables parmi les livres photo à conserver dans sa bibliothèque. Même si Kuwait, que nous avions parcouru l’an dernier, a été publié toute fin 2016, nous ne pouvions passer à côté de ce travail monumental, qui, bien que témoignant d’un événement de 1991, ne peut que faire écho à des thématiques actuelles.

Incluant en tout plus de 80 photos et un texte d’introduction relatant le contexte, ce livre est bien plus qu’un recueil d’images, il est un témoignage puissant des désastres environnementaux que peut causer l’humanité. Face à ces puits de pétrole en flammes remontant le temps depuis le Golfe de 1991, que le livre au design sobre met majestueusement en avant, le lecteur ne peut se sentir qu’impuissant, à l’image des travailleurs épuisés.

© Sebastião Salgado – Kuwait – Un désert en feu – Taschen

Willy Ronis – Instants dérobés, Taschen (réédition)

Sorti pour la première fois en 2005, les « Instants dérobés » de Willy Ronis, que nous avions déjà remarqués sur Phototrend en mars dernier, ont été réédités en 2017 par la maison Taschen. Comprenant pas moins de 192 pages et 170 photos, ce livre retrace en fait 70 ans de la carrière de ce photographe humaniste qui s’est intéressé tout autant à la vie citadine qu’au monde ouvrier et rural.

Bien que reconnu sur le tard dans sa carrière, Willy Ronis compte parmi les photographes les plus éminents du 20e siècle. Ce livre, qui reprend bon nombre de ses images au regard sensible et poétique, bercées par la simplicité du quotidien, reste un classique à avoir dans sa bibliothèque. Le tout pour un prix mini !

© Willy Ronis – Instants dérobés – Taschen

En bas la ville, Gaël Turine et Laurent Gaudé, Le bec en l’air

Fruit de nombreux voyages sur l’île d’Haïti, « En bas la ville » est un travail commun entre le photographe Gaël Turine, membre de l’agence VU’, et l’écrivain Laurent Gaudé. Il est porté par les images sensibles du photographe et les textes de l’auteur inspiré par cet univers visuel, qui l’amène à composer long poème imaginant les paroles d’une mère à sa fille dans un camp de réfugiés, et le récit autobiographique de ses voyages au côté de son partenaire.

Par son format original, ce livre-accordéon (aussi appelé leporello) offre de multiples narrations décrivant la vie quotidienne des Haïtiens, bercés entre misère ambiante, dignité et énergie inébranlables. Il permet de s’immerger complètement dans ce pays aux sentiments contradictoires, qui laisse paraître sa faiblesse tout autant que sa force et son dynamisme.

Monsanto : une enquête photographique, Mathieu Asselin, Actes Sud

Bien plus qu’une enquête photo, le travail de Mathieu Asselin sur le géant agroalimentaire Monsanto est un projet documentaire de longue haleine, approfondi et unique. Durant 5 ans, le photographe rassemble archives, documents officiels, témoignages et matériaux de presse pour les compiler ensuite dans un livre exceptionnel fourmillant d’informations, de dénonciations et d’images révélatrices. Les portraits des victimes de l’agent orange s’opposent ainsi aux publicités propagandistes des produits Monsanto.

Encore sous forme de brouillon, le livre avait déjà reçu un prix, le « Dummy Book Award Kassel » en 2016. Il est sorti, sous sa forme définitive, en juin dernier et a participé depuis à plusieurs festivals comme les Rencontres d’Arles et le Gazebook Festival. Un livre emblématique de nos sociétés versées dans la surenchère et l’irrespect de la dignité humaine.

© Mathieu Asselin – Livre « Monsanto. A Photographic Investigation »

Pure Colère, Camille Lepage, Les Éditions La Martinière

Le 12 mai 2014, à l’âge de 26 ans, Camille Lepage est assassinée dans une embuscade en Centrafrique alors qu’elle y effectuait un reportage à la frontière camerounaise. Photojournaliste talentueuse, empreinte de curiosité et d’empathie, avait pour but de “témoigner des conditions de vie des populations en souffrance, innocentes et oubliées dans les pays en conflit”.

C’est pour son combat, son travail de fond, son engagement que sa mère, Maryvonne Lepage, décide de faire publier en août 2017 plusieurs des photos des reportages de sa fille dans un livre de 160 pages. À ses images engagées, humaines et sensibles, s’ajoutent la préface du journaliste-reporter Adrien Jaulmes, des témoignages et textes de proches et autres professionnels ayant côtoyé Camille et apprécié son travail de qualité.

East / West, Harry Gruyaert, Les Éditions Textuel

Membre de l’agence Magnum depuis 1982, Harry Gruyaert est un incontournable pionnier de la photographie couleur en Europe. Très inspiré par l’univers américain des années 70-80 et du monde du cinéma, il développe un style très proche de photographes contemporains tels que Stephen Shore, Joel Meyerowitz, Saul Leiter. Sa palette de couleurs, particulière, vibrante, est aujourd’hui facilement reconnaissable.

Édité en octobre 2017, ce coffret de 2 livres, East et West, reprend une grande partie de son oeuvre colorée, de Moscou, pour le premier tome, à Los Angeles et Las Vegas pour le second. Ces photos, issues du début des années 1980, nous plongent dans l’histoire précédant la chute du mur de Berlin et dans celle de la période clinquante de Hollywood. Véritables petits trésors d’archives, ces 2 livres témoignent de la sensibilité de Harry Gruyaert et de son talent pour manier couleurs, contrastes et lumières dans n’importe quel environnement.

Portraits 2005-2016, Annie Leibovitz, Phaidon

Depuis plus de 40 ans maintenant, Annie Leibovitz immortalise les plus grands de ce monde et révèle leur personnalité intime dans un style pur et authentique. Cette monographie réunit 150 portraits, en noir et blanc, et en couleur, dont certains sont publiés pour la première fois. Politiciens, artistes, musiciens, réalisateurs, comédiens, chefs d’entreprise, tous passent devant l’objectif de la photographe et des facettes d’eux-mêmes, inconnues du grand public.

Faisant suite à deux ouvrages magistraux, Annie Leibovitz 1970-1990 et La Vie d’une photographe 1990-2005), ce livre se consacre aux portraits les plus cultes de l’Américaine. Serrés, posés, larges ou environnementaux, affichant Barack Obama ou Cate Blanchett, les portraits se succèdent, mais ne se ressemblent pas.

68, année choc – L’album photo, Patrick Mahé, Plon

Sorti en novembre dernier à l’occasion du prochain cinquantenaire de l’année 1968, cet album photo souvenir recueille un panel, large et riche, de photographies issues de cette époque mythique. Afin de faire revivre cette année choc, il s’appuie sur les images emblématiques et les textes authentiques des grands noms de la photographie tels que Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson, Gilles Caron, etc.

Le point fort de ce recueil, c’est qu’il ne se limite pas qu’aux pavés de Mai dans l’Hexagone. Il survole aussi l’hécatombe du Vietnam, zoome sur les soulèvements du Printemps de Prague, témoigne de la fin de Martin Luther King, et reprend les figures symboliques de l’époque, dans leur chute ou leur ascension. Un beau saut dans le temps pour se mettre à la page de l’anniversaire !

Les JO de Raymond Depardon, 100 photos pour la liberté de la presse, RSF

En décembre dernier, à l’occasion de son 56e numéro de la collection “100 photos pour la liberté de la presse”, RSF a livré un portfolio inédit du travail photo de Raymond Depardon lors des Jeux olympiques qu’il a couverts tout au long de sa carrière. Ces archives, noires et blanches, font toutes revivre l’ambiance des stades de Tokyo en 1964, de Mexico en 1968, de Munich en 1972, de Montréal en 1976, de Moscou en 1980.

En se consacrant à l’un des grands pontons de la photographie française, RSF ne rend pas seulement hommage au travail sensible et empathique de Raymond Depardon. Ce numéro cherche aussi à représenter les JO comme un moyen de remettre en cause des régimes liberticides et de défendre la liberté de la presse.

Cette sélection, qui n’a pas pour vocation à être exhaustive, présente quelques ouvrages photo, monographies ou reportages, qui ont marqué l’année 2017. Certains ont pu reprendre les influences de photographes reconnu(e)s ou dévoiler de nouvelles facettes de leur travail, quand d’autres ont pu faire découvrir des talents de la photographie d’aujourd’hui.

Et vous, quels sont les livres photo qui vous ont marqué ?