Au cours de deux visites et de dix jours passés en Italie près de la Cathédrale historique de Florence, Oleg Tolstoy, descendant du géant Léon Tolstoï, transforme dans un retournement de situation comique les touristes prenant des clichés en sujets de ses propres photographies.

Oleg Tolstoy est un photographe basé à Londres, spécialisé dans le portrait. Il a étudié à l’University of the Arts de Londres où il effectue un Bachelor en photographie. Son travail a été exposé à travers le monde : « The Saatchi Gallery and The Future Can Wait » à Londres, ‘British Art Now’ à Berlin, « Contact Photo Festival » à Toronto, « CameraWorks Gallery » à San Francisco ou encore à la « Walls Gallery » à Tokyo.

L’artiste réalise la série « The Tourist Trap » à partir de quelques prises sélectionnées. Tel est pris qui croyait prendre : on peut observer sur ces clichés des touristes comme piégés dans l’image, dans la foule, dans une ville étrangère qu’ils appréhendent au moyen de casques audio et objectifs photographiques. Donnant l’impression d’être immergés dans une sorte de réalité virtuelle, ils semblent parfois comme perdus dans cette immensité.

Pleines de couleurs à tonalités disparates, de motifs et fleurs à profusion, d’expressions faciales étranges, les photographies sont concentrées sur les visages des touristes alors qu’on ne voit jamais les monuments ou paysages qu’ils photographient. Une sorte de volte-face comme l’a également documenté Olivier Curtis.

Lorsqu’ils sont accroupis, Oleg Tolstoï s’accroupit à la hauteur de ses sujets permettant au spectateur de voir à leur échelle et d’être plus proche du touriste et de son état émotionnel. On observe ces personnes soit noyées par le cadrage dans la multitude, devant des kiosques de souvenirs, ou bien isolées avec leurs guides audio, smartphones, caméras à fixation et appareils photo en tout genres : compacts, reflex à téléobjectifs pour les plus téméraires ; parfois combinant plusieurs appareils électroniques.

Oleg Tolstoy explique : « Tout le monde était tellement occupé à prendre des photographies, à écouter son guide audio et regarder bouche bée vers le haut qu’ils ont à peine remarqué ma présence, même quand je n’étais qu’à quelques pas. »

La frénésie et l’ardeur que semblent mettre ces touristes dans la captation du souvenir et de leur environnement fait presque penser à une représentation picturale religieuse de la vénération d’un Dieu. Le photographe Oleg Tolstoy fait un parallèle entre les expressions des personnes qu’on retrouve sur ses photographies et certaines représentations de l’extase religieuse qu’elles lui inspirent. Il ajoute : « Comme les pèlerins par le passé, ces visiteurs de la Cathédrale de Florence sont aux mains d’une force plus puissante qui les dépasse, mais dans ce cas il s’agit de la technologie moderne. »

Vous pouvez retrouver l’ensemble des photos de cette série sur le site de Oleg Tolstoy.