NYC Double Exposure

On vous a parlé du projet Double Exposition de Monsieur M dans un article précédent, alors c’est l’occasion rêvée pour vous parler de cette technique photographique un peu particulière qu’est la double exposition.

La double exposition (ou surimpression) est un procédé qui permet de superposer deux images prises à deux moments différents pour n’en faire qu’une seule. Cette technique existait déjà à l’époque de l’argentique, et on retrouve cette option sur certains appareils numériques actuels. Le terme « double exposition » provient de la technique utilisé avec un appareil argentique, que nous allons expliquer dans le paragraphe suivant.

Réaliser une double exposition avec un appareil argentique

Pour réaliser une double exposition, il y a deux méthodes possibles en argentique.

Si votre appareil est compatible et vous propose cette option, le procédé est simple : passez en mode « exposition multiple » (se référez à votre manuel, la fonction se symbolise par deux rectangles se chevauchant) avant de réaliser une double exposition. De cette manière, le film n’est pas avancé après votre premier déclenchement, et la deuxième photo sera « exposée » sur le même morceau de pellicule, ce qui crée donc une « double exposition ». Certains appareils proposaient jusqu’à 9 déclenchements sur le même morceau de pellicule, créant des photos parfois très peu compréhensibles…

double exposition

Mais comment réaliser une double exposition avec un appareil qui, à priori, ne le permet pas ?

Certains appareils argentiques disposent d’un petit bouton en dessous du boitier qui permet de libérer le film afin de le rembobiner. Il vous suffit donc de prendre votre première photo, d’appuyer sur ce bouton en vérifiant bien qu’il est resté enclenché, puis il vous suffit de tourner la molette pour passer à la vue suivante, mais le film reste sur la vue actuelle. Malin, non ?

double exposure

Quelques précautions à prendre en réalisant une double exposition

Chaque exposition supplémentaire imprime de la lumière sur la pellicule. Prenez donc soin de ne pas saturer la pellicule avec trop de lumière, en restant dans la limite de la sensibilité de votre film. Pour éviter cela, il faut diminuer l’exposition de chaque vue. Par exemple, pour la deuxième exposition, sous exposée de 1.0 IL, pour la troisième exposition de 1.5 IL, etc…

double exposition-2

Réaliser une double exposition en chambre noire

Une autre méthode consiste à passer par la chambre noire pour réaliser une double exposition. Je ne vais pas rentrer dans le détail mais c’est assez simple (dans l’idée, car en pratique cela se corse car il faut être très méticuleux). Il vous suffit d’utiliser deux négatifs et les placer en « sandwich », gélatine contre gélatine, dans le support du négatif, et d’effectuer l’agrandissement. En pratique, je ne suis pas un spécialiste, mais l’idée est là. Si quelqu’un souhaite détailler cette étape, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Réaliser une surimpression avec un appareil numérique

Pour réaliser une surimpression (ou une exposition multiple), c’est le même principe en numérique qu’en argentique, sauf que cette fois-ci l’appareil prend deux photos distinctes (ou plus) et les combines de manière logicielle. Sur de nombreux appareils, il est possible de faire 2, 3 voir 9 expositions sur une seule et même image finale.

double exposition

Il existe également certains filtres permettant d’effectuer une double exposition sans superposer deux images. Par exemple, chez COKIN, le filtre P346 permet de séparer l’image en deux : le filtre comporte une moitié qui obstrue l’objectif, permettant de composer une image en deux parties.

filtredoubleexpo

Réaliser une surimpression en post-traitement

Enfin, il est également possible de réaliser une surimpression en post-traitement en utilisant un logiciel de retouche d’image comme Photoshop ou The GIMP. Il vous suffit de créer autant de calques que le nombre de photos souhaitées pour votre surimpression, et de jouer sur l’opacité de ces calques.

double exposition

Toutes les combinaisons sont possibles, et ce travail est très difficile car le résultat dépend très souvent de la manière dont vous organiser vos calques (premier plan, arrière plan, …). Vous pouvez également jouer avec les masques de fusion en dégradé sur les calques pour masquer certaines parties.

Quelques conseils esthétiques

Pour aborder la double exposition, il faut prendre en compte quelques règles très importantes :

  • la composition de vos images joue un rôle très important. Si votre première image possède une zone foncée en bas et une zone claire en haut, votre deuxième prise de vue devra être composée d’une zone claire en bas et d’une zone plus foncée en haut, sinon vos deux photos vont se mélanger et aucun élément des deux ne ressortira.
  • réfléchissez un minimum à ce que vous voulez faire avant d’appuyer sur le déclencheur. Pensez aux formes que vous voulez faire ressortir, à la manière dont les deux images vont être superposées.
  • essayez de prendre une photo avec le flash, et l’autre sans.
  • vous pouvez cependant laisser parler votre imagination, et même votre chance, et vous verrez peut être un miracle se produire 😉

Double Exposure and Bokeh

Conclusion

Au final, la double exposition n’est pas une technique nouvelle, mais beaucoup la redécouvrent avec la facilité des appareils photos numériques. Et si la double exposition est très souvent faite à l’aveuglette, et que le résultat est assez souvent décevant… cela ne vous empêche pas de réessayer pour avoir un résultat qui vous convient.