Alors que Nikon vient d’annoncer le D500, son nouveau boîtier reflex APS-C orienté pro, une question nous a été posée sur notre page Facebook concernant l’intérêt pour un photographe professionnel d’acheter un reflex APS-C :

« Quel intérêt un pro peut-il avoir à acheter un APS-C ? (C’est une vraie question) » – Damien

Parce que Damien n’est sûrement pas le seul à se poser cette question, nous allons aborder dans le Mercredi Pratique de cette semaine le format APS-C et ses avantages (cachés pour certains face à ceux du reflex plein format). Oui, l’APS-C a des avantages par rapport au plein format.

Cet article se lira en complément de l’article Comprendre le full-frame et ses avantages.

Les reflex APS-C sont moins chers que les reflex plein format

Cette affirmation est à la fois vraie et fausse. En effet, aujourd’hui les boîtiers APS-C sur le marché sont bien moins chers que les boîtiers plein format. La raison est simple : le coût de fabrication d’un boîtier plein format et toutes ses fonctionnalités est plus élevé qu’un boîtier APS-C doté d’un plus petit capteur. Malgré cela, on trouve des reflex plein format moins chers que les derniers boîtiers APS-C pros. Par exemple, le tout nouveau D500 est annoncé à un prix de 2299€ alors que les D750 et D800 sont disponibles sous les 2000€. Certes, leurs prix de lancement étaient bien plus élevés, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont dépassés, loin de là.

Appareil photo billet Origami

Si vous ne choisissez pas un reflex APS-C d’entrée de gamme, vous pouvez profiter d’une qualité d’image et d’un boîtier bien construit et performant sans vous ruiner.

Mais vous allez alors me rétorquer que les D500 et 7D Mark II (pour ne prendre que ces exemples) sont tellement chers qu’il serait peut-être plus intéressant de s’équiper d’un boîtier plein format pour bénéficier d’un capteur plus grand, capable de mieux gérer les sensibilités élevées et offrant un plus beau rendu (relire notre article sur les avantages du plein format) ?

Voici les autres avantages à disposer d’un boîtier APS-C.

Un coefficient multiplicateur favorable pour les longues focales

La principale différence entre les boîtiers APS-C et plein format se trouve au niveau du capteur. Le capteur d’un appareil photo APS-C est plus petit que le capteur d’un appareil photo plein format (et un capteur 1 pouce est plus petit qu’un capteur APS-C, etc.).

Cette différence de taille de capteur a une implication forte sur la longueur focale perçue de votre objectif. À focale identique, le champ de vision est plus petit pour l’APS-C que pour le plein format : on parle de coefficient multiplicateur pour expliquer cela.

Plein-format-vs-APS-C

Prenons un exemple : si je monte un objectif 50mm sur un reflex plein format, j’obtiens une distance focale de 50mm. Pas de problème jusque là.

Par contre, si je monte ce même objectif sur un reflex APS-C, la distance focale perçue sera différente et liée au coefficient multiplicateur du capteur. Chez Canon, ce coefficient est de 1,6x et chez Sony, Nikon, Pentax il est de 1,5x. Il ne change pas et s’applique pour toutes les focales.

Mon 50mm aura donc une longueur focale équivalente à 75mm sur un APS-C Nikon et 80mm sur un APS-C Canon.

Par conséquent, l’angle de champ sera moins large avec un capteur APS-C qu’avec un capteur plein format. C’est pour cette raison (entre autres) que les photographes souhaitant photographier au très grand angle se tournent vers le plein format, car un objectif 18mm donne une longueur focale de 18mm alors qu’en APS-C elle sera d’environ 28mm (donc moins grand-angle).

À l’inverse, les photographes de sport ou animaliers sont à la recherche de la plus grande distance focale possible (afin de pouvoir se rapprocher de leur sujet qui est souvent très éloigné) et dans ce cas-là l’APS-C offre un avantage indéniable : il permet de convertir un 200mm en 300mm. C’est un zoom « gratuit ».

Les optiques APS-C sont moins onéreuses et plus légères

Saviez-vous que les objectifs d’un constructeur ne sont pas compatibles avec tous les appareils photo de ce même constructeur ? Il y a tout d’abord la monture de l’objectif qui entre en jeu (le mécanisme pour le visser à l’appareil), mais même deux objectifs utilisant la même monture peuvent être différents : l’un peut être compatible plein format et pas l’autre.

De manière générale (et c’est quasiment toujours vrai), les appareils photo APS-C nécessitent des objectifs moins chers, plus compacts et plus légers que les appareils plein format. Pourquoi donc ? Tout simplement parce que le capteur APS-C est plus petit et nécessite des optiques moins complexes.

Attention, APS-C et plein format ne sont pas incompatibles, mais fonctionnement seulement dans un sens :

  • une optique dédié à un appareil photo APS-C n’est pas compatible avec un appareil photo plein format (si vous pouvez la mettre sur l’appareil, vous verrez un vignettage noir important sur les bords de l’image et devrez recadrer)
  • une optique dédiée à un appareil plein format est quant à elle compatible avec un appareil photo APS-C (ouf !), mais vous n’utiliserez qu’une partie de l’optique (le centre) et cela risque de vous revenir bien plus cher qu’avec de l’APS-C. Ce sera comme utiliser une Formule 1 en plein centre-ville, coincé dans les bouchons.

Si vous pensez passer au plein format un jour et voulez choisir le bon objectif, pensez à vérifier que votre objectif soit bien compatible plein format (sigle FX chez Nikon, EF chez Canon, FE chez Sony).

Une profondeur de champ plus grande

Aujourd’hui, de nombreux photographes cherchent la photo avec le moins de profondeur de champ possible pour obtenir cet effet de flou très agréable à l’oeil.

Street of Chennai

Mais dans certains cas, comme en photographie de rue, d’architecture ou de paysage, une grande profondeur de champ est souvent recherchée : c’est ici qu’un capteur APS-C est très utile, car à ouverture égale, vous avez une plus grande profondeur de champ.

Boîtier APS-C pro : meilleure rafale et AF taillé pour le sport

09072011-DSC_3350

Pourquoi acheter un boîtier APS-C pro au lieu d’un reflex plein format ? En partie pour sa capacité à photographier en rafale. Si vous êtes photographe sportif ou reporter, une rafale est souvent la seule solution pour ne pas rater un moment. Avec une rafale plus rapide, les boîtiers APS-C pros ont un avantage sur les premiers reflex plein format. Bien sûr, le Canon EOS 1DX ou le Nikon D5 écrasent tout sur leur passage, mais au prix d’un trou dans le compte en banque de la plupart des photographes.

Au niveau de l’autofocus, les reflex APS-C dans la gamme professionnelle (Canon 7D Mark II, Nikon D500) disposent d’une couverture AF impressionnante, ce qui permet d’effectuer un suivi AF aux petits oignons, notamment pour de la photographie sportive par exemple.

Les collimateurs AF sur le Nikon D500

Les collimateurs AF sur le Nikon D500

Moins de poussière sur le capteur d’un appareil photo APS-C

Avant d’avoir goûté au plein format, vous ne comprendrez sûrement pas ce point. Mais une chose est certaine : les capteurs plein format, plus grands, sont beaucoup plus sujets à la poussière que les capteurs APS-C, surtout si vous utilisez un objectif zoom qui a tendance à faire office d’aspirateur à poussière.

Les avantages du plein format

En corrigeant l'exposition et le contraste, ce noir et blanc est très proche de la version couleur, mais plus fort

Heureusement pour lui, le plein format dispose tout de même d’avantages de taille que nous avons déjà présenté dans un précédent Mercredi Pratique. Parmi eux, on peut citer :

  • la qualité du bokeh et la profondeur de champ plus faible très plaisantes.
  • une meilleure montée en ISO grâce à des photosites plus grands et espacés sur le capteur. Les photos sont bien moins bruitées et exploitables même pour de très hautes valeurs ISO. Si vous devez photographier dans des conditions de lumière faible, privilégiez ainsi un reflex plein format qui vous offrira plus de souplesse.
  •  une meilleure définition de l’image, même à résolution identique. C’est en partie lié au capteur et en partie lié aux optiques compatibles plein format, bien plus couteuses, mais aussi bien plus « piquées ».  C’est sûrement cette qualité qui empêche de nombreux photographes de repasser sur un appareil à plus petit capteur (excepté peut-être leur dos) et les fait même repasser du côté obscur du plein format après y avoir goûté.
  • pas de facteur de conversion : la focale que vous voyez inscrite sur l’objectif est celle que vous aurez, c’est plus simple et il n’y a aucun calcul à faire. C’est d’autant plus utile si vous avez besoin d’une focale très courte type très grand-angle.
  • un confort de visée et de prise de vue appréciable : le viseur optique est un régal et très confortable pour apprécier la scène et peaufiner votre cadrage.

Conclusion

En conclusion, et pour répondre à la question de Damien, un photographe professionnel a tout intérêt d’acheter un reflex pro APS-C s’il souhaite disposer d’un boîtier reflex APS-C compact, avec une bonne qualité d’image, d’une rafale importante et du coefficient multiplicateur de l’APS-C (et du gain en zoom qui en résulte) sans se ruiner. D’ailleurs, de nombreux photographes professionnels ne font tout simplement pas le choix en achetant… les deux. Un boîtier plein format comme outil de travail principal et un boîtier APS-C secondaire en sauvegarde ou bien pour effectuer des images difficiles à réaliser en plein format (rafale, photo nécessitant une très longue focale). Bref, à trop vouloir les confronter on en oublie que chacun a ses avantages (et ses inconvénients).

Les nouveaux boîtiers APS-C sont souvent annoncés à des prix élevés (2299€ pour le nouveau D500 qui sortira en mars), mais les prix ont tendance à baisser rapidement. Et n’oubliez pas que le plus important n’est pas le capteur, mais l’optique que vous placez devant, car comme pour la musique, le dicton « caca in, caca out » se vérifie en photo avec des optiques de piètre qualité.

Vous pouvez retrouver nos conseils d’achat pour les reflex APS-C ou plein format dans nos guides d’achat.

Et vous, quel est votre avis sur la question ?