A chaque fois que vous appuyez sur le déclencheur de votre appareil photo, l’obturateur de votre appareil photo s’ouvre et se ferme pour laisser rentrer une certaine quantité de lumière sur la surface sensible de votre appareil (pour les appareils photo numérique, il s’agit du capteur).

La durée pendant laquelle l’obturateur reste ouvert s’appelle la vitesse d’obturation ou le temps de pose.

Pour mieux expliquer ce mécanisme, voici une vidéo de The Slow Mo Guy filmée en slow motion (10 000 images / seconde) qui permet de bien voir ce que notre oeil a du mal à apercevoir à l’oeil nu, ne serait-ce que parce que lorsque notre appareil photo se déclenche, il y a souvent une optique visée dessus — je vous le conseille, ça fonctionne beaucoup mieux ainsi.

Dans cette vidéo, on découvre qu’à chaque prise de vue, le miroir permettant la visée optique du reflex se relève pour permettre à l’obturateur de s’ouvrir et de laisser la lumière atteindre le capteur.

Vous comprendrez également le phénomène de rolling shutter lié à l’obturateur déroulant présent sur la majeure partie des réflex numériques. Expliqué simplement, l’appareil photo enregistre les données de l’image par bandes, et les informations présentes sur le haut de l’image sont enregistrées quelques millisecondes avant celles présentes sur le bas de l’image. En photo, cela ne pose pas de problème, mais lors de mouvements rapides en vidéo, on constate ce phénomène de rolling shutter.