Votez pour la série « Coexistence » de Pierre-Louis Ferrer aux Zooms 2024 du Salon de la Photo

5 livres photo à ne pas manquer – août 2023

Chaque mois, Phototrend vous propose de découvrir les livres photo qui nous ont marqués. En ce mois d’août 2023, voici 5 nouveaux ouvrages que nous avons sélectionnés pour vous.

Ce mois-ci, Françoise Denoyelle revient sur l’histoire des agences photo dans Les agences photo : Une histoire française. L’ouvrage After Dark de Liam Wong nous plonge dans les capitales du monde les plus célèbres, de nuit. Les éditions Taschen propose de découvrir les cyanotypes d’Anna Atkins, première femme à avoir utilisée la photographie dans une démarche scientifique. Instants très simples réunit les clichés noir et blanc résolument féministe de Claude Batho. Enfin, Anne de Gelas partage sa vision du deuil dans L’Amoureuse. Bonne lecture.

Cyanotypes

Née en 1799, Anna Atkins est l’une des première femme à avoir utilisé la photographie – encore à ses balbutiements – dans une démarche scientifique. Ayant pour objectif de documenter les espèces végétales, elle utilise la technique du cyanotype, récemment mise au point par son ami John Herschel. 

Ce procédé d’impression lui permet de fixer sur le papier les algues et fougères étudiées, et ce dans un bleu de Prusse hors du commun permis grâce à l’exposition d’un papier sensibilisé à la lumière du soleil. 

De la science résulte un procédé au potentiel artistique fascinant, permettant à Anna Atkins de produire des photogrammes saisissants, entre art et sciences. L’ouvrage publié chez Taschen réunit ainsi ses séries British Algae et Cyanotypes of British and Foreign Ferns, pour la première fois présentées dans leur intégralité. 

Ce très bel ouvrage de 2,55 kg pour 660 pages nous immerge alors dans ce bleu saisissant, et nous plonge dans les années 1850, lors desquelles Anna Atkins a su mélanger photographie, art et documentation scientifique avec succès.

Cyanotypes, Anna Atkins
Editeur : Taschen
100 €, 660 pages, format relié avec coffret, 24,3 x 30,4 cm
Acheter le livre : Taschen / Fnac

Instants très simples

Les éditions Contrejour mettent en lumière les photographies de Claude Batho dans une monographie– une belle initiative quand on sait que la dernière publication qui lui était entièrement consacrée date de 1982 !

Au sein d’un cadre familial et intime, Claude Batho s’est toujours attachée à photographier sa vie de tous les jours à travers un regard résolument féministe. Le travail éditorial et d’exposition de ces dernières années permet aujourd’hui d’honorer cette photographie à sa juste valeur ; une photographie qui a toujours existé mais qui a souvent été invisibilisée.

Il ne faudrait cependant pas réduire les images de Claude Batho à cela ; ce serait oublier la qualité de ses noir et blanc à la composition précise. Mieux que personne, elle nous fait entrer dans ses photographies avec un sentiment de familiarité, comme si on faisait partie du décor. Une poésie du quotidien servie par un ouvrage à la mise en page simple, idéale pour appréhender chaque image dans toute leur singularité.

À noter que Claude Batho est présentée à la Galerie Rouge jusqu’au 23 septembre 2023 dans une exposition intitulée « La vie des femmes », accompagnée par la photographe Erica Lennard.

Instants très simples, Claude Batho
Editeur : Contrejour
45 €, 184 pages, format relié, 24 x 30 cm
Acheter le livre : Editions Contrejour / Fnac

L’Amoureuse

C’est un véritable livre d’artiste que publient les éditions Loco avec la réédition de L’Amoureuse d’Anne De Gelas. Livre d’artiste, livre-objet : les larges rabats encadrent autant de photographies que d’extraits de journal intime et de croquis. Une réédition, donc, d’un ouvrage paru en 2013 et épuisé. On (re)découvre ainsi la chronique sensible et intime d’un deuil, de ce que la photographie permet suite à la perte.

Concernant Anne De Gelas, il s’agit de son amoureux et du père de son fils, décédé brutalement en 2010. La photographie, alors, permet-elle quelque chose de l’ordre de la réparation ? Médium privilégié pour rendre les instants éternels, la photographie sert ici à sublimer, pas seulement les sentiments intenses du deuil, mais aussi la vie qui continue malgré elle, l’après. Son fils qui grandit, ce « trop plein de vie qui bouillonnait en moi », selon ses mots… Toutes les choses qui constituent sa chronique, une chronique autobiographique.

C’est ainsi que cette publication mêle subtilement des portraits, des paysages ou des tableaux plus abstraits, dans des noir et blanc à la beauté indiscutable disposés dans une mise en page décousue – dans le bon sens du terme – travaillée, et qui rend tout à fait honneur à la pensée de l’artiste.

L’Amoureuse, Anne de Gelas
Editeur : Editions Loco
35 €, 96 pages, broché avec rabats et cahiers cousus-collés, 21 x 29 cm
Acheter le livre : Les Libraires / Fnac

After Dark

Entre le crépuscule et l’aube, Liam Wong sort avec son appareil pour photographier ses pérégrinations nocturnes dans les grandes villes. C’est ce que nous proposent de découvrir les éditions Thames & Hudson à travers un bel ouvrage au format atypique : panoramique, comme la plupart des images de Liam Wong.

Londres, Paris, Séoul… mais surtout Tokyo ; les rues des capitales du monde deviennent des terrains d’exploration pour le photographe, qui voit dans chaque scène un moyen d’approfondir une esthétique particulière. Empreint d’une certaine culture cinématographique – au-delà des dimensions de ses images –, Liam Wong s’inscrit dans une longue tradition d’artistes qui ont travaillé avec la nuit et tout ce qui lui est propre.

Wong Kar Wai, bien évidemment, ou plus récemment Philong Sovan, tous ont pour point commun l’insomnie et la volonté de documenter ce qu’il se passe après minuit, avec style. Des néons aux couleurs fortes et tout à fait contradictoires, de cette solitude inhérente à ces heures hors du temps, du travail de composition : tout y est dans le travail de Liam Wong. Et pourtant, loin de simplement imiter ou de répéter la même scène inlassablement, il offre un véritable portrait contemporain des mégalopoles et de leurs nuits, plus vivantes que jamais.

After Dark, Liam Wong
Editeur : Thames & Hudson
48 €, 192 pages, format relié, 32,5 x 23 cm, en anglais
Acheter le livre : Les Libraires / Fnac

Les agences photo, une histoire française

Si cet ouvrage n’est pas un recueil de photographies, il revient sur une période cruciale de l’histoire de la photographie, celle de la naissance des agences photo.

Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, professeure d’universités et auteure d’une trentaine d’ouvrage sur la photo, son histoire et ses acteurs, propose cette fois de revenir sur l’histoire des agences photo

Apparues au début du 20e siècle, les agences photo ont parfois vu passer entre leurs mains les travaux des plus grands photojournalistes et effectuent un travail essentiel pour la diffusion de la photographie. Pourtant, celles-ci ont été pendant longtemps ignorées des historiens, qui se concentraient plutôt sur les icônes de la photographie ou sur les clichés les plus célèbres.

Dans cet ouvrage très complet de 652 pages, Françoise Denoyelle revient sur la création, la croissance, la spécialisation, les évolutions et parfois les rachats de 85 agences de 1900 à nos jours. Elle a également constitué un répertoire d’agences – 350 au total – qui ont chacune joué un rôle dans l’histoire pour la photographie.

Véritable ouvrage de référence pour les passionnés de photojournalisme, les historiens, les curieux ou pour ceux travaillant dans la photographie patrimoniale, Les agences photo : une histoire française se présente comme une petite bible au format 16 x 23 cm.

Les agences photo, une histoire française de Françoise Denoyelle
Editeur : Les Editions de Juillet
25 €, 652 pages, format broché, 16,5 x 23 cm
Acheter le livre : Les Editions de Juillet / Fnac