Votez pour la série « Coexistence » de Pierre-Louis Ferrer aux Zooms 2024 du Salon de la Photo

DJI RS 3 Mini : une version compacte et plus abordable du stabilisateur phare de DJI

DJI débute l’année 2023 sous le signe de la légèreté. Le constructeur chinois dévoile son DJI RS 3 Mini, un stabilisateur photo/vidéo compact et léger (795 seulement), conçu pour accompagner un hybride Micro 4/3 ou APS-C (voire plein format). Incarnant l’entrée de gamme de la série RS3, il vient aussi se placer entre les DJI RSC 2 et Ronin-SC. Retour sur ses caractéristiques.

Meet DJI RS 3 Mini | Our Smallest Pro-Level Gimbal Yet

DJI RS 3 Mini : chérie, j’ai rétréci la gimbal !

En juin 2022, DJI dévoilait ses stabilisateurs RS3 et RS3 Pro. En ce début d’année 2023, la marque chinoise revient sur le devant de la scène avec une déclinaison plus compacte, moins onéreuse, destinée aux amateurs éclairés (et aux professionnels).

Il mise sur une certaine simplicité – sans pour autant être « basique ». Il vise ainsi à accompagner les créateurs de contenu dotés d’un boîtier hybride. Concrètement, le DJI RS 3 Mini pèse 795 g – contre 1,3 kg pour le RS 3. Le corps de la gimbal peut être « prolongé » par une poignée supplémentaire, qui se déplie pour former un trépied de table. Selon DJI, l’ensemble est suffisamment compact pour être transporté facilement dans un sac besace. Un point qui devrait notamment intéresser les vloggers.

Sur le terrain, le DJI RS 3 Mini est conçu pour recevoir une charge utile maximale de 2 kg. Selon les dires de la marque, il peut ainsi accueillir sans problème un hybride plein format et un zoom professionnel (un duo formant Sony A7 IV et un objectif Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM II pesant un peu plus de 1,3 kg, à titre d’exemple). On imagine cependant qu’il est davantage conçu pour accompagner des boîtiers APS-C ou Micro 4/3 comme les Canon EOS R7, Fuji X-H2S ou Panasonic Lumix GH6.

Des vidéos à la verticale ou à l’horizontale

DJI en profite pour intégrer son support « double-couche » à démontage rapide. Plus simple et plus rapide à manier qu’un support Arca Swiss, il permet de repositionner rapidement l’appareil.

Ce dispositif permet aussi (et surtout) au DJI RS 3 Mini de proposer nativement la capture de vidéos à la verticale. Un point qui devrait séduire celles et ceux réalisant beaucoup de contenus destinés aux réseaux sociaux. Selon les dires de la marque, le passage du mode horizontal au mode vertical est facile et prend une vingtaine de secondes seulement.

Enfin, la gimbal est dorée d’un port NATO. On devrait ainsi pourvoir ajouter un certain nombre d’accessoires : une poignée supplémentaire, un micro ou encore un panneau à LED.

Les mêmes algorithmes de stabilisation que les RS 3 et RS 3 Pro

Bonne nouvelle : la nouvelle RS 3 Mini intègre la 3e génération de l’algorithme de stabilisation de DJI, inauguré avec les DJI RS 3 et RS 3 Pro. D’après la marque chinoise, le gain de performances est de l’ordre de 20 %. On doit ainsi obtenir une stabilisation encore plus efficace, même en cas de mouvements brusques (en courant, par exemple, ou en tenant la gimbal à bout de bras). 

En revanche, le constructeur n’a pas fait mention du mode SuperSmooth, conçu pour les longues focales. (100 mm maximum) Ce dernier reste visiblement l’apanage du RS 3. Cependant, on retrouve le mode permettant d’effectuer une rotation à 360°, pour plus de dynamisme dans vos plans.

Des contrôles simplifiés

Le DJI RS 3 Mini intègre également un écran tactile OLED couleur – mesurant 1,4 pouce de diagonale. Ce petit écran dispose d’une interface tactile pour contrôler facilement la nacelle, sans devoir recourir à l’application mobile. On retrouve également le commutateur de modes « M ». 

Ce dernier permet de permuter rapidement entre les différents modes de stabilisation : PF (Pan Follow), PTF (Pan & Tilt Follow) et FPV (Pan, Tilt and Roll Follow). Une manière de donner plus de contrôle aux opérateurs pendant leur tournage.

Enfin, le constructeur veut libérer les vidéastes des câbles. Comme sur les modèles plus haut de gamme, la gimbal propose une liaison Bluetooth avec les boîtiers Canon et Sony. Une fois le boîtier appairé, la connexion se fait automatiquement. De même, il est possible de lancer directement l’enregistrement en appuyant sur le bouton idoine sur le corps du stabilisateur. À la clé, selon DJI, moins de temps perdu et plus d’efficacité lors des tournages.

Last but not least, la batterie intégrée à la poignée doit fournir une autonomie maximale de 10h, permettant de filmer pendant une journée complète. Comptez 2h et demie pour une recharge complète. Bon point : la batterie peut être rechargée pendant utilisation.

Prix et disponibilité de la DJI RS 3 Mini

La gimbal DJI RS 3 Mini est disponible dès aujourd’hui au tarif de 389 €.

Le DJI RS 3 Mini est disponible chez StudioSport, Digit-Photo, Photo-Univers, Miss Numérique, Fnac ainsi que dans les magasins photo spécialisés.

À titre de comparaison, le DJI RSC 2 est proposé à 429 €, tandis que les DJI RS 3 et RS 3 Pro sont vendus au tarif respectif de 549 € et de 869 €.

Notre premier avis sur la DJI RS 3 Mini

Avec la RS 3 Mini, DJI continue d’étoffer sa gamme. La marque chinoise adopte un positionnement judicieux, ciblant les créateurs de contenu ayant besoin d’une gimbal simple mais a priori très efficace. Une sorte de « version best-of » des RS 3 et RS 3 Pro. Le constructeur vise ainsi une population sans doute plus jeune, plus mobile, cherchant une solution moins onéreuse et surtout plus légère, qui reprenne les fonctionnalités essentielles des stabilisateurs plus haut de gamme..

Cela étant, ce nouveau venu devra affronter la concurrence (en interne) de la DJI RSC 2. Certes moins compacte et plus lourde, cette dernière a de sérieux arguments à faire valoir, comme une plus grande capacité d’emport (3 kg) une autonomie supérieure (14h) et plus de possibilités pour ajouter des accessoires.