En juin dernier, Nikon annonçait deux objectifs macro en monture Z, dont le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S. Cet objectif offre un rapport de reproduction maximal de 1:1 sur les hybrides plein format et se présente comme le successeur de l’AF-S VR Micro-Nikkor 105 mm f/2,8 G IF-ED.

Doté d’une construction moderne, d’une stabilisation VR, d’un autofocus et de fonctions supplémentaires comme un écran OLED et un bouton L-Fn, cet objectif est présenté comme l’optique macro d’excellence en monture Z. Est-ce vraiment le cas ? Nous avons pu tester cet objectif pendant plusieurs semaines et voici notre test terrain de l’objectif Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S de Nikon.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Présentation du Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Nikon nous aura fait patienter un petit peu avant de lancer sa première optique macro en monture Z. Cet été, le constructeur n’a pas dévoilé une, mais deux optiques macro, avec ce 105 mm f/2,8 VR S ainsi qu’un 50 mm f/2,8 (non S), toutes deux capables d’un rapport de reproduction de 1:1.

Voici notre article de présentation sur ces deux optiques :

NIKKOR Z : deux nouvelles optiques Macro 105 mm et 50 mm f/2,8 en monture Nikon Z

Comment reconnaître une optique macro chez Nikon ? Le constructeur, contrairement aux autres, utilise la nomenclature Micro (abréviation MC) pour ses optiques macro. Celles-ci disposent d’un rapport de reproduction de 1:2 ou 1:1. Avec un rapport 1:1, le sujet que vous photographiez a la même taille sur l’image enregistrée par le capteur que dans la vie réelle. Par exemple, si pour un insecte de 1 cm, ce même insecte mesure 1 cm sur le capteur, le rapport de grandissement est de 1/1 ou 1:1 (ou 1x).

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Ce nouveau Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S est un objectif dédié à la photographie macro. Membre de la gamme S-Line, il a été pensé par Nikon pour être l’optique macro par excellence sur la monture Z.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Comparé au précédent modèle 105 mm Micro pour reflex, cet objectif est 16% plus léger (630 g contre 790 g), mais est cependant plus long, avec 2,4 cm de plus (140 cm). Monté sur un Z 7II, l’ensemble ne pèse que 1,335 kg.

Le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S dispose de 16 lentilles réparties en 11 groupes (dont 3 lentilles en verre ED et 1 lentille asphérique placée à l’arrière). Cette très grande lentille asphérique permet, selon Nikon, de proposer une très forte résistance aux aberrations chromatiques, et d’offrir une très grande homogénéité.

Construction optique du Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Plusieurs traitements sont appliqués à cet objectif, avec des verres disposant d’un revêtement antireflet ARNEO ainsi que d’un traitement Nano Crystal pour limiter le flare et les images fantômes et conserver un haut niveau de contrastes, même en photographiant en contre-jour par exemple. La lentille frontale dispose d’un traitement à la fluorine pour faciliter son entretien et réduire les traces.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Traitement fluorine sur la lentille externe

L’autofocus est assuré par un système multi-groupes avec moteurs STM pas-à-pas. À la clé, Nikon promet une mise au point rapide, silencieuse et précise. Sa distance de mise au point minimale est de 29 cm, ce qui permet de ne pas être collé à son sujet, utile lorsque l’on photographie des insectes par exemple.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Bague de mise au point large et confortable

Grâce à sa stabilisation optique VR combinée à la stabilisation IBIS du capteur sur 5 axes des hybrides plein format Sony, Nikon prétend pouvoir atteindre jusqu’à 4,5 stops de stabilisation, contre 3 stops sur la version reflex. Étant donné l’ouverture plus réduite en macro (f/4,5 à 1:1), cette stabilisation est plus que bienvenue et nous verrons ses performances dans la suite du test.

Voici les caractéristiques techniques du NIKKOR Z MC 105 mm f/2,8 VR S :

  • focale : 105 mm (157 mm au format DX)
  • objectif pour capteur FX
  • angle de champ : 23°10′ (FX), 15°20′ (DX)
  • ouverture max : f/2,8 (f/4,5 au ratio 1:1)
  • ouverture min : f/32 (f/51 au ratio 1:1)
  • construction optique : 16 lentilles en 11 groupes (dont 3 lentilles en verre ED et 1 lentille asphérique)
  • diaphragme : 9 lamelles, circulaire
  • distance minimale de mise au point : 29 cm
  • stabilisation d’image : oui
  • tropicalisation : construction résistante à l’humidité et à la poussière
  • rapport de reproduction max : 1:1
  • mise au point : autofocus, moteurs STM
  • diamètre du filtre : 62 mm
  • dimensions : 85 x 140 mm (D x L)
  • poids : 630 g
  • accessoires fournis : pare-soleil, bouchons avant et arrière d’objectif et étui d’objectif
  • monture compatible : monture Z
Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S et Nikon Z 7II, un duo gagnant

Prise en main du Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

En prenant en main le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S, nous sommes surpris par sa légèreté, proportionnellement à son encombrement. L’objectif pèse 630 g pour 140 mm de long (sans compter le pare-soleil verrouillable, qui ajoute 63 mm de long) et 85 mm de diamètre. Avec un tel gabarit, on s’attend à ce qu’il pèse bien plus lourd. Monté sur un Nikon Z 7II – boîtier sur lequel nous l’avons testé – on obtient un système vraiment bien équilibré, avec 1,335 kg.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Avec le pare-soleil, ajouté environ 6 cm de long

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Cette impression d’équilibre est aussi liée à la répartition des lentilles au sein de l’objectif : en effet, les éléments optiques sont répartis à l’avant et à l’arrière de l’objectif, avec notamment une lentille asphérique placée au plus près de la baïonnette. L’ensemble n’est pas des plus compact, mais agréable à utiliser.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Côté finitions, nous sommes en présence de ce que Nikon sait faire de mieux avec sa gamme S-Line. L’objectif est très bien construit, respire la qualité et dispose d’une baïonnette en alliage d’aluminium pour une meilleure résistance. On retrouve le badge « S » de la S-Line, sauf qu’ici ce dernier est argenté et non blanc. Une touche de plus pour indiquer que nous sommes en présence d’une optique haut de gamme.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Grâce à ses nombreux joints d’étanchéité, l’objectif est protégé contre la poussière et les éléments, même si nous ne l’avons pas emporté dans le désert pour vérifier cela. L’objectif accepte les filtres de diamètre 62 mm, soit la même dimension que pour le 105 mm Micro-Nikkor pour reflex, un atout pour réutiliser vos accessoires.

Ce Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S dispose d’une large bague de mise au point (30 mm) très bien placée et confortable grâce à un revêtement caoutchouc texturé. La mise au point étant contrôlée de manière électronique, il n’y a pas de butée. Heureusement, le réglage manuel bénéficie d’une bonne réactivité – même si ce n’est pas aussi réactif qu’avec un système mécanique direct.

La MAP manuelle se fait en mode non linéaire, ce qui signifie que si vous tournez très vite la bague, le changement de mise au point se fera rapidement. Au contraire, si vous tournez doucement la bague, vous pourrez faire le point de manière précise. Ce réglage ne semble pas modifiable, mais pour une optique macro le comportement est cohérent.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

La retouche du point s’effectue peu importe le mode autofocus. Ainsi, même en AF-C, vous pouvez ajuster la mise au point de manière manuelle avec cette bague. Simple et très efficace, il n’y aucun réglage à faire sur le boîtier. La bonne position de la bague de mise au point permet de la manipuler uniquement avec l’index placé en dessous.

Une autre bague de réglage, texturée et plus étroite, est présente sur le fût. Son fonctionnement est entièrement paramétrable. Par défaut, elle contrôle l’ouverture, mais peut également servir à corriger l’exposition, régler les ISO, etc. Comparé aux autres optiques Nikkor Z, son emplacement un peu plus éloigné de la monture la rend plus accessible. Elle dispose également d’une meilleure résistance, mais ne bénéficie toujours pas d’une option pour un réglage cranté.

On pourrait penser à la présence d’une 3e bague à l’avant de l’optique, mais il n’en est rien : il s’agit simplement d’un espace permettant de maintenir l’objectif sans poser le doigt sur la bague de MAP.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

L’objectif dispose d’un interrupteur AF/MF et d’un commutateur pour limiter la plage de mise au point : complète, ou seulement entre 29 et 50 cm. C’est pratique pour éviter que l’objectif ne fasse le point sur un sujet éloigné, et cela accélère également la mise au point. Un bouton L-Fn personnalisable est également présent sur le côté du fût, pour verrouiller la mise au point par exemple.

Enfin, le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S reprend l’écran OLED présent sur certains zooms de la marque et qui permet d’afficher des infos comme l’ouverture, la distance de mise au point ou la profondeur de champ. Nouveauté sur ce modèle, il permet également d’afficher le rapport de reproduction. La luminosité est réglable sur le boîtier et l’écran s’éteint au bout de 10 secondes après avoir appuyé sur le bouton DISP. Pour être honnêtes, nous n’avons pas vraiment utilisé cette fonction, préférant les infos affichées dans le viseur ou sur l’écran.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Un point à noter concernant l’ouverture maximale. L’objectif est présenté comme un 105 mm f/2,8, mais cette ouverture n’est atteignable qu’avec un sujet placé au moins à 1,5 m de distance. En dessous, l’ouverture maximale est moindre. Par exemple, pour un sujet placé entre 1,5 et 0,7 m, c’est f/3, puis f/3,2 pour un sujet entre 0,7 et 0,5 m, etc., pour atteindre au final f/4,5 entre 0,3 et 0,29 m environ. L’ouverture varie automatiquement selon la distance de mise au point et le diaphragme électromagnétique permet de conserver une exposition constante, notamment en vidéo.

On retiendra donc qu’au rapport 1:1, l’ouverture maximale est de f/4,5. À l’opposé, l’ouverture minimale est de f/51 à cette distance. Cela pourra étonner les canonistes, pour qui le boîtier indique toujours l’ouverture maximale, mais Nikon a toujours indiqué l’ouverture réelle dans le viseur.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

L’écran OLED permet d’afficher certaines informations, comme l’ouverture, ou le rapport de reproduction actuel

Dans tous les cas, photographier à f/2,8 avec une optique macro n’a de toute façon que très peu de sens, étant donné la très faible profondeur de champ obtenue. À 29 cm (du capteur), il est d’ailleurs très difficile d’avoir un bon niveau de netteté, d’où l’intérêt de fermer le diaphragme.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Enfin, ne cherchez pas à utiliser cet objectif avec un téléconvertisseur : celui-ci n’est pas compatible, contrairement au modèle reflex qui pouvait notamment être utilisé avec le TC-20E 2x pour aller au-delà du rapport 1:1. À ce sujet, Nikon fait d’ailleurs moins bien que la concurrence : Laowa propose des optiques macro pouvant aller jusqu’à 2x, le Canon RF 100 mm f/2,8L Macro IS propose 1,4x et le Sigma 105 mm f/2,8 DG DN Macro Art au rapport 1:1 peut être utilisé avec les téléconvertisseurs de la marque pour atteindre 1,4x et 2x.

Qualité d’image du Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Nous avons eu l’occasion de tester le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S avec le Nikon Z 7II doté d’un capteur plein format de 45,7 Mpx, afin d’évaluer les performances de cette optique y compris sur un boîtier haute définition. N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les afficher en meilleure qualité.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₄₀₀ s – ƒ / 3,3 – ISO 640

Est-ce que la qualité d’image du Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S est au rendez-vous ? La réponse est oui, avec un grand oui.

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 3,5 – ISO 1600

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₃₂₀ s – ƒ / 3,5 – ISO 640

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₈₀₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 640

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₄₀₀ s – ƒ / 4,5 – ISO 640

Ce sont 7 artisans – Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 4,2 – ISO 2000

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₈₀₀₀ s – ƒ / 3,0 – ISO 560

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Jean Valjean – Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 6,3 – ISO 11400

Cet objectif macro offre en effet une excellente qualité d’image, avec un piqué de haute volée dès la pleine ouverture, peu importe la distance. En macro – c’est ce qui nous intéresse – l’ouverture maximale de f/4,5 offre de très bons détails, un très bon niveau de contraste et un très bon piqué au centre. En fermant à f/5,6, la qualité d’image s’améliore encore plus, avec un très bon niveau d’homogénéité dès f/8.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₆₄₀ s – ƒ / 9,0 – ISO 640

Attention, en fermant un peu trop le diaphragme, la diffraction apparaît. C’est le cas à partir de f/16, encore plus à f/22 où l’image devient un peu molle. N’allez donc pas fermer à f/51 au rapport 1:1, mieux vaut faire un bracketing de mise au point, d’autant plus que les Nikon Z offrent cette possibilité en interne.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Lire le test de cet objectif Sony FE 70-200 mm f/2,8 GM OSS II – Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₂₅₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 160

En usage hors macro, soit à une distance minimale de 1,5 m, l’image est piquée au centre dès f/2,8, avec un très bon rendu global. Bien sûr, les bords sont un peu mous, et ici encore encore il faut fermer, jusqu’à f/5,6 voire f/8 pour une meilleure homogénéité.

Phototrend Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 2,8 – ISO 500

Sur cet objectif, le vignettage n’est pas présent au rapport 1:1 (f/4,5), mais est assez présent à f/2,8. Il se réduit à f/4 et disparaît dès f/5,6. Pensez d’ailleurs à activer la correction du boîtier pour le réduire.

Si vous cherchez les distorsions, passez votre chemin, elles sont quasiment inexistantes – et surtout bien corrigées une fois encore par le boîtier.

Flare bien maîtrisé – Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₈₀₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 64

Les aberrations optiques sont également très contrôlées sur cet objectif, avec très peu d’aberrations chromatiques, surtout en usage macro.

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₆₀ s – ƒ / 4,5 – ISO 160

Zoom 100%, on voit la couleur des pixels – Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₆₀ s – ƒ / 4,5 – ISO 160

Parlons maintenant du bokeh. Le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S offre une belle qualité de bokeh dans toutes les situations, notamment en usage téléobjectif avec un sujet à distance d’environ 1 m. En macro, le flou d’arrière-plan est très doux et agréable.

Des bubulles – Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₂₅₀ s – ƒ / 3,2 – ISO 640

Hors macro, les bulles de bokeh sont présentes et également assez douces, mais avec un effet œil de chat sur les bords de l’image. Cet effet se réduit en fermant à partir de f/5. On remarquera que les bulles ne sont jamais complètement rondes. Ce 105 mm peut être utilisé en portrait, mais ce n’est clairement pas celui qui vous fera le bokeh le plus parfait.

Il est temps de nettoyer le four – Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 4,5 – ISO 10000

Dans l’ensemble, cet objectif macro signé Nikon délivre des photos très piquées et très détaillées. Au-delà de la macro, cet objectif pourra ainsi servir pour du portrait, mais également pour de la photographie de packshot, grâce à sa très faible distance de mise au point. À la rédaction, nous avons d’ailleurs éprouvé cet objectif sur plusieurs shootings pour illustrer nos tests avec le plus grand plaisir.

Packshot Samyang AF 24 mm f/1,8 FE – Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₅₀₀ s – ƒ / 3,2 – ISO 640

Comme l’impression d’avoir mal fait ce café – Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 4,0 – ISO 1600

Autofocus et stabilisation

Le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S utilise un système autofocus multi-groupes STM avec moteurs pas-à-pas avec une retouche du point dans tous les modes. En pratique, ce fonctionnement est très agréable et utile pour un objectif macro, puisqu’il est très fréquent de devoir se passer de l’AF pour faire une mise au point manuelle très précise.

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₀₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 640

Mais est-ce que l’autofocus est efficace ? Oui et non, dirons-nous. En situation de tous les jours, avec un sujet relativement éloigné, l’autofocus est réactif et précis. C’est une excellente nouvelle, et cet objectif peut donc être utilisé hors macro. On notera toutefois que si l’autofocus est très discret, il n’est pas complètement silencieux en photo.

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₅ s – ƒ / 29 – ISO 640

En vidéo, l’autofocus est plus discret, mais au prix d’un autofocus assez lent et d’un focus breathing assez présent, surtout aux rapports de reproduction les plus élevés.

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₆₄₀₀ s – ƒ / 3,5 – ISO 640

Par contre, à distance macro ou pour de la proxy, l’autofocus est moins réactif, même avec le limiteur de plage de mise au point qui permet de réduire l’amplitude de 0,29 m à 0,50 m. Ici, l’autofocus fonctionne, mais est un peu longuet, notamment si l’on fait le point sur un élément éloigné, puis rapproché. Cela peut prendre quelques secondes pour faire le point d’une extrémité à l’autre.

Un jour sans – Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₆₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 500

Une fois la netteté trouvée, le boîtier refait le point relativement rapidement, à condition de ne pas chercher à viser quelque chose sur un autre plan. Là, rebelote, la mise au point est assez lente. Nous avons eu beau chercher dans les réglages s’il fallait modifier quelque chose, c’est le comportement de l’objectif. Nikon n’est pas en faute ici, c’est plutôt lié aux objectifs macro en général, même si on s’attendait à mieux. Peut-être qu’une mise à jour firmware pourra améliorer les performances AF.

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 11 – ISO 180

Cela n’enlève en rien à la performance générale de l’optique, d’autant plus qu’à un rapport 1:1, l’AF est peu utile tellement la profondeur de champ est réduite. À ce moment-là, la retouche du point AF, même en AF-C, est très pratique et la mise au point manuelle est facile à utiliser, notamment grâce au fonctionnement non linéaire expliqué plus haut.

On notera également que depuis le firmware v3.30 pour les Nikon Z 6 et Z 7 (et v2.10 pour le Z 50), tous les boîtiers Nikon disposent d’une fonction permettant d’enregistrer la position de mise au point lorsque vous éteignez le boîtier. Nous recommandons chaudement l’activation de ce mode, notamment en macro, au risque de vous retrouver avec le point à l’infini en rallumant l’appareil.

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 7,1 – ISO 640

Côté stabilisation, Nikon promet un gain de 4,5 stops grâce à la stabilisation optique couplée à la stabilisation capteur de ses hybrides plein format. Dans les faits, cet objectif facilite la vie des photographes à main levée. En macro, il est ainsi possible de photographier des sujets très proches sans avoir forcément recours à un trépied et surtout avec moins de tremblements. Cela facilite également le cadrage. Pour certains sujets en mouvement – fleurs, insectes ou autres – la vitesse ne doit cependant pas être trop basse.

En situation hors macro, la stabilisation permet de réaliser des poses longues à main levée. Durant notre test, nous avons pu photographier un sujet net à 1/5 s. La scène était cependant assez éloignée, et nous avons dû beaucoup fermer pour avoir une bonne exposition, ce qui réduit la qualité de l’image.

Le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S face à la concurrence

Avec ce Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S, Nikon propose une optique macro haut de gamme. Sur la monture Z, il n’existe que peu d’alternatives autofocus, si ce n’est le Nikkor Z MC 50 mm f/2,8 qui a été annoncé au même moment.

Offrant une solution plus compacte, plus légère avec également un ratio 1:1, le Nikkor Z MC 50 mm f/2,8 n’est pas exactement destiné aux mêmes usages. Il n’est pas stabilisé, a une focale plus large et devra être utilisé plus proche du sujet pour arriver au rapport 1:1. En bref, ce n’est pas l’optique pour photographier les insectes. Il est proposé à 729 €.

 

Laowa 100 mm f/2.8 2x Ultra Macro APO

De son côté, Laowa propose un 100 mm f/2,8 2x Ultra Macro APO disponible en monture Z. Cet objectif macro est capable d’un rapport de grossissement 2:1. Avec un poids de 638 g et un encombrement plus faible que le modèle Nikkor, il permet de se rapprocher encore plus près de son sujet. Par contre, l’optique est 100% manuelle et ne dispose pas de connecteurs électroniques pour régler l’ouverture. Elle est également non stabilisée et reposera donc sur la stabilisation capteur des Nikon Z. Elle est disponible à 599 €.

Chez Nikon, l’objectif AF-S VR Micro-Nikkor 105 mm f/2,8 G IF-ED disponible en monture F pourrait intéresser certains photographes, d’autant plus qu’on en trouve d’occasion à un tarif intéressant. Un peu plus courte – mais pas avec le FTZ, cette optique est également un peu plus lourde (720g) tout en étant stabilisée et avec autofocus. Neuve, l’optique est à 899 €, soit 200 € moins cher que la solution native en monture Z.

Enfin, mentionnons également le Samyang 100 mm f/2,8 ED UMC Macro qui date de 2015 et est disponible en monture F. Il offre un rapport 1:1 en macro et est complètement manuel tout comme le Laowa. Il n’a pas non plus de stabilisation d’image et n’offrira pas la même qualité d’image que le Nikkor, mais on le trouve à 500 € neuf, et moins cher d’occasion.

À qui se destine le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S ?

La réponse courte : à ceux qui ont un boîtier Nikon Z et souhaitent faire de la macro. La réponse longue : à ceux qui disposent d’un boîtier Nikon Z plein format et qui veulent photographier en macro avec un objectif doté d’une très haute qualité d’image.

Ce Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S est principalement destiné à de la macro, notamment pour des sujets un peu craintifs, puisqu’au rapport de reproduction 1:1 il peut y avoir environ 9 cm (ou 15 cm sans pare-soleil) entre vous et le sujet. Cet objectif pourra également servir – de temps en temps – comme téléobjectif moyen, malgré une ouverture maximale f/2,8 réduite et un AF un peu lent, surtout si vous photographiez des sujets à moins de 1,5 m de vous.

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₂₀₀ s – ƒ / 4,5 – ISO 640

Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S : objectif macro haute définition

Avec le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S, Nikon a trouvé un digne successeur à son objectif macro de référence, même si cela lui aura pris un peu de temps. Cet objectif offre une très haute qualité optique, avec des images qui fourmillent de détails. Avec lui, vous pourrez photographier le monde sous un nouvel œil, grâce à un rapport de reproduction 1:1. Le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S exploite parfaitement le capteur haute définition d’un boîtier comme le Z 7 II.

Côté ergonomie, mission réussie, avec une construction soignée et équilibrée, une bague de mise au point confortable qui facilite grandement la mise au point manuelle.

Bien sûr, on aurait pu s’attendre à un rapport de reproduction plus élevé, comme ce que propose Canon (1,4x) ou des constructeurs tiers comme Laowa, mais cela n’entache en rien la qualité d’image de cet objectif, qui offre également une stabilisation optique très efficace.

Malgré l’usage d’un système autofocus multi-groupes STM qui a fait ses preuves sur de nombreuses optiques Nikkor Z, l’AF en macro ou proxy est un peu mou, surtout si vous cherchez à faire le point sur un sujet loin de votre zone de netteté. Cela lui fait perdre des points en praticité. Heureusement, l’autofocus est précis, et la retouche du point via la large bague de mise au point permet d’ajuster finement votre mise au point. Les puristes de la macro diront d’ailleurs que l’autofocus est inutile sur ce type d’objectif. À vous de choisir.

Le Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S est disponible au tarif de 1099 € chez Digit-PhotoMiss NumériquePhoto-Univers et dans toutes les bonnes boutiques photo spécialisées. Un tarif qui le positionne très bien comme optique macro autofocus sur hybride.

Nikon Z 7II – NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S – ¹⁄₃₂₀ s – ƒ / 4,5 – ISO 640

Test Nikkor Z MC 105 mm f/2,8 VR S : le roi de la macro en monture Nikon Z ?
qualité d'image exceptionnellehaut niveau de finitionstrès bonne gestion des aberrations optiquesstabilisation efficacepiqué dès la pleine ouvertureoptique macro, mais pas que
autofocus poussif à la distance macro 1ouverture f/2,8 uniquement hors macro, f/4,5 à la plus courte distanceencombrementécran OLED peu utile
8.7Note finale
Fabrication / finitions9
Qualité d'image9.5
Ergonomie générale / praticité7.5