Nikon dévoile aujourd’hui deux objectifs macro en monture Z, les NIKKOR Z MC 105 mm f/2,8 VR S et NIKKOR Z MC 50 mm f/2,8. Ces deux modèles FX viennent combler un vide sur la monture Nikon destinée aux hybrides et permettent enfin de gouter à l’infiniment petit sans avoir recours au FTZ. Revenons ensemble sur les caractéristiques techniques de ces deux modèles, pensés pour deux cibles et usages assez différents.

NIKKOR Z MC 105 mm f/2,8 VR S : le digne successeur macro

Chez Nikon, difficile de parler macro sans parler des objectifs Micro. Et parmi eux, l’objectif AF-S VR Micro-Nikkor 105 mm f/2,8G IF-ED, sorti en 2006, fait office de référence. 15 ans plus tard, Nikon apporte un successeur à cet objectif sur sa monture Z avec le NIKKOR Z MC 105 mm f/2,8 VR S dans la gamme S-Line pensée pour les professionnels.

Ce nouveau téléobjectif moyen de qualité professionnel est 16% plus léger (630 g contre 790 g), mais est cependant plus long, avec 2,4 cm de plus (140 cm). À la clé, Nikon indique proposer de meilleures performances. Monté sur un Z 7II, l’ensemble ne pèse que 1,335 kg.

Côté construction optique, ce 105 mm macro utilise 16 lentilles réparties en 11 groupes (dont 3 lentilles en verre ED et 1 lentille asphérique placée à l’arrière). Cette très grande lentille asphérique permet, selon Nikon, de proposer une très forte résistance aux aberrations chromatiques, mais aussi d’offrir une très grande homogénéité. Plusieurs verres disposent également d’un revêtement ARNEO (anti-reflet) ainsi que d’un traitement Nano Crystal pour limiter le flare et les images fantômes. La lentille frontale dispose quant à elle d’un traitement au fluor pour faciliter son entretien.

Voici les caractéristiques techniques du NIKKOR Z MC 105 mm f/2,8 VR S :

  • focale : 105 mm (157 mm au format DX)
  • objectif pour capteur FX
  • angle de champ : 23°10′ (FX), 15°20′ (DX)
  • ouverture max : f/2,8
  • ouverture min : f/32
  • construction optique : 16 lentilles en 11 groupes (dont 3 lentilles en verre ED et 1 lentille asphérique)
  • diaphragme : 9 lamelles, circulaire
  • distance minimale de mise au point : 29 cm
  • stabilisation d’image : oui
  • tropicalisation : construction résistante à l’humidité et à la poussière
  • rapport de reproduction max : 1:1
  • mise au point : autofocus, moteur STM
  • diamètre du filtre : 62 mm
  • dimensions : 85 x 140 mm (D x L)
  • poids : 630 g
  • accessoires fournis : pare-soleil, bouchons avant et arrière d’objectif et étui d’objectif
  • monture compatible : monture Z

Tirant parti de la stabilisation du capteur des hybrides plein format Nikon, la stabilisation VR de l’objectif permet d’atteindre jusqu’à 4,5 stops de stabilisation, contre 3 stops sur la version reflex. Cela permet de réaliser des clichés macro en faible lumière d’une facilité déconcertante.

Cet objectif dispose d’un rapport de reproduction maximal de 1:1. Sa distance minimale de mise au point de 29 cm le destine ainsi directement à de la macro, même s’il pourra également être adopté pour du portrait plus classique grâce à son rendu très détaillé et ses flous d’arrière-plan très doux.

Le NIKKOR Z MC 105 mm f/2,8 VR S dispose d’une construction tout temps grâce à ses 6 joints d’étanchéité. Il adopte également un écran OLED – apparu sur le NIKKOR Z 24-70mm f/2.8 S – qui permet d’afficher les informations de l’objectif comme l’ouverture, la focale, la profondeur de champ ou encore la distance de mise au point. Il dispose également d’un bouton L-Fn personnalisable, d’une troisième bague permettant notamment de contrôler la correction de l’exposition ou les ISO et d’un commutateur permettant de réduire la distance de MAP entre 0,29 et 0,5 m.

Petite pensée pour les habitués : cet objectif reprend le diamètre de filtre 62 mm du AF-S Micro-Nikkor 105 mm, utile pour migrer vers l’hybride avec ses filtres.

L’autofocus est assuré par un système multi-groupes avec moteurs pas-à-pas (STM) qui a fait ses preuves sur les zooms professionnels NIKKOR Z et permet une mise au point à la fois rapide, silencieuse et précise, en photo comme en vidéo. Dans ce mode, le focus breathing est d’ailleurs quasiment absent. On notera également qu’il est possible d’inverser le sens de la bague de mise au point, utile pour les utilisateurs venant d’un autre « monde ».

Voici quelques photos réalisées avec le NIKKOR Z MC 105 mm f/2,8 VR S (source Nikon) :

NIKKOR Z MC 50 mm f/2,8 : objectif macro plus abordable et plus polyvalent

Le second objectif macro présenté aujourd’hui par Nikon est un modèle plus abordable, le NIKKOR Z MC 50 mm f/2,8. Ce dernier ne fait pas partie de la gamme S-Line et offre une solution plus compacte et polyvalente que le 105 mm. Il vient succéder à l’objectif AF-S Micro NIKKOR 60mm f/2.8G ED en monture reflex.

Avec un rapport de reproduction maximale de 1:1, il permettra bien entendu de se frotter à la macro. Cependant, sa focale de 50 mm et son ouverture f/2,8 en font également un allié utile pour d’autres types de photos comme du portrait, de la photo de rue ou du paysage.

Sa distance minimale de MAP de 16 cm fait cependant de lui une solution toute trouvée pour la photo de détails. Par sa légèreté (260 g, bien moins que les 425 g du 60 mm en monture F ) et sa compacité (66 cm de long), cet objectif pourra rester vissé sur un boîtier comme le Nikon Z 5 pour en faire un objectif « passe-partout ». Par contre, la mise au point ne se fait pas ici de manière interne, ce qui implique que le fût sorte de l’objectif. Sur ce dernier, les différents facteurs d’agrandissement sont inscrits.

Côté construction optique, ce 50 mm macro utilise 10 lentilles réparties en 7 groupes (dont 1 lentille ED et 1 lentille asphérique). Il n’a pas le droit aux traitements ARNEO et Nano Crystal du 105 mm, mais conserve le traitement au fluor sur la lentille frontale ainsi que des joints d’étanchéité pour une résistance à l’humidité et à la poussière.

Voici les caractéristiques techniques du NIKKOR Z MC 50 mm f/2,8 :

  • focale : 50 mm (75 mm au format DX)
  • objectif pour capteur FX
  • angle de champ : 47° (FX), 31°30′ (DX)
  • ouverture max : f/2,8
  • ouverture min : f/22
  • construction optique : 10 lentilles en 7 groupes (dont 1 lentille ED et 1 lentille asphérique)
  • diaphragme : 9 lamelles, circulaire
  • distance minimale de mise au point : 16 cm
  • stabilisation d’image : non
  • tropicalisation : construction résistante à l’humidité et à la poussière
  • rapport de reproduction max : 1:1
  • mise au point : autofocus, moteur STM
  • diamètre du filtre : 46 mm
  • dimensions : 74,5 x 66 mm (D x L)
  • poids : 260 g
  • accessoires fournis : pare-soleil, bouchons avant et arrière d’objectif et étui d’objectif
  • monture compatible : monture Z

En termes d’ergonomie, l’objectif dispose d’un fût minimaliste, avec seulement un commutateur AF/MF ainsi qu’un limiteur de plage de mise au point (entre 0,16 et 0,30 cm). Ici, la bague de réglage est personnalisable, pour contrôler la mise au point manuelle, mais aussi l’ouverture ou encore la sensibilité ISO.

Clairement, Nikon cible avec ce modèle un public qui souhaite découvrir la photographie macro sans forcément adopter une focale très spécifique. Ainsi, l’objectif est facile d’usage et ne se limitera pas uniquement à la macro. Côté autofocus, ce 50 mm reprend un moteur STM pas-à-pas silencieux.

Voici quelques photos réalisées avec le NIKKOR Z MC 50 mm f/2,8 (source Nikon) :

Prix et disponibilités des NIKKOR Z MC 105 mm f/2,8 VR S et NIKKOR Z MC 50 mm f/2,8

Les objectifs NIKKOR Z MC 105 mm f/2,8 VR S et NIKKOR Z MC 50 mm f/2,8 seront disponibles à partir du 24 juin 2021. Comptez un prix de lancement de 1099 € pour le 105 mm f/2,8 et 729 € pour le 50 mm f/2,8.

Notre premier avis sur ces deux objectifs NIKKOR Z dédiés à la macro

Voici un beau coup de pouce à la macro en monture Z. Nikon signe ici deux nouveaux objectifs macro très attendus et qui montrent le savoir-faire de la marque dans ce domaine. Le 105 mm reprend le flambeau du « classique » disponible en monture F et s’avère plus léger et plus performant. De son côté, le 50 mm f/2,8 macro s’adresse à une cible plus large, qui pourra utiliser l’objectif de manière polyvalente pour photographier de la macro, mais pas que.