L’identité est l’un des thèmes de prédilection de la photographie de studio de Manjari Sharma. Pour l’explorer davantage, la photographe a proposé à ses modèles de poser dans un studio un peu particulier : la douche de son appartement de Brooklyn. De ces moments de calme et de vulnérabilité se dégagent différents récits, entre blessures, résilience et histoires personnelles.

©Manjari Sharma

Des portraits ruisselants et intimes

Ces dernières années, la photographe Manjari Sharma a invité ses amis, des connaissances ou des inconnus à se faire photographier dans un studio particulier : sa salle de bain.

Au cours du shooting, elle propose à ses modèles de prendre une douche. Délestés de la gêne et de l’embarras que l’on peut ressentir face à l’objectif, ses modèles en viennent alors à se confier dans sa salle de bain comme dans un confessionnal. Tandis que la fenêtre qui surplombe sa salle de bain permet des clichés d’une pâle clarté — baignés par la lumière naturelle.

©Manjari Sharma

Très vite, la photographe originaire d’Inde s’aperçoit que cet espace clos et intime, amène les modèles à parler d’anecdotes douloureuses, de leurs blessures, et de détails très intimes. Un lien exceptionnel se crée alors entre eux et la photographe, permettant à ce regard de percer au grand jour une partie de la nature profonde de chacun.

Entre blessures et figures héroïques, de ces parties retranchées émergent de nouveaux types d’allégories. C’est ce que la photographe a souhaité cristalliser dans ce projet. Ces allégories se déploient à partir d’histoires de naissance et de mort, de la perte de la figure parentale, de récits sur l’atteinte d’un sommet après une longue marche ou sur la recherche de l’amour à New York.

« À chaque nouvelle visite, arrivait un nouveau personnage, une nouvelle intrigue et une nouvelle parabole de la blessure et de l’héroïsme qui émergeaient de façon inachevée ».

Manjari Sharma

L’inspiration de l’identité et de la mythologie hindoue.

Manjari Sharma est née et a grandi en Inde, à Bombay. En 2001, elle déménage aux États-Unis afin d’étudier la photographie qu’elle pratique déjà en amateur. À la fin de ses études, elle retourne dans son pays natal afin de retrouver ses racines. Elle vit désormais à Brooklyn. En 2009, elle remporte le NYC Strand Photo.

©Manjari Sharma

Ses allers-retours entre l’Inde et les États-Unis la plongent entre deux cultures bien distinctes. La photographe évoquera d’ailleurs le choc culturel qu’elle ressent en emménageant aux États-Unis.

Finalement, ce qu’elle décrit comme une « paralysie culturelle » deviendra le moteur de sa passion pour la photographie. L’appareil photo, le moyen d’étudier, de construire et de déconstruire la mythologie indienne. Elle explorera d’ailleurs ce thème phare dans sa série « Darshan » [« apparition » ou « aperçu » en langage sanskrit].

La curiosité pour l’autre et pour la différence permettent à Manjari Sharma de sortir des sentiers battus afin de livrer des portraits bruts et intimistes. Ce studio photo singulier, se révèle agir en catalyseur et définir la thématique au travers du lien qui se crée entre modèle et photographe.

©Manjari Sharma

©Manjari Sharma

©Manjari Sharma

©Manjari Sharma

©Manjari Sharma

Pour découvrir les autres photographies de la série, rendez-vous sur le site de Manjari Sharma.