La photo de studio suscite beaucoup d’idées reçues. Perçue comme trop compliquée, coûteuse et peu accessible, on imagine qu’il est nécessaire de posséder un local de 50 m²  avec des fonds de toutes les couleurs et d’investir dans un flash monobloc professionnel à 1700 € pour éclairer son modèle. Dans cet article, nous allons vous démontrer qu’il est possible de transformer rapidement son salon en studio photo minimaliste et compact pour moins de 300 € afin d’obtenir des portraits au rendu professionnel.

© Alex-Michel Ngningha

Kit minimaliste pour studio photo portrait

Avant d’aller plus loin, il est important de comprendre qu’un « studio » est un lieu où l’on peut contrôler le placement et l’éclairage de son sujet. Ainsi, une pièce à vivre peut devenir un studio idéal pour réaliser des portraits en l’aménageant avec quelques accessoires d’éclairage.

Dans ce dossier, nous présenterons un kit d’éclairage minimaliste et rapide à mettre en place pour débuter la photo de studio entre la table à manger et le canapé. Nous évoquerons également ensemble quelques exemples d’utilisation. Rien ici ne se veut exhaustif et une fois les grandes lignes de principe assimilées, imagination et créativité vous permettront de modifier ce setup à votre guise.

Kit minimaliste et extrêmement portatif pour installer un studio n’importe où

Flash déporté et déclencheur

S’il est fréquent de multiplier les sources de lumière, ceci n’est pas toujours nécessaire. Une seule source de lumière bien positionnée peut suffire et pour avoir cette liberté de positionnement, il est important d’avoir à minima un flash déporté. Il s’agit d’un flash connecté à votre boitier mais qui ne se situe pas sur le sabot de celui-ci. A quelques exceptions près, la plupart des fabricants de flashs cobra proposeront des modèles avec récepteurs intégrés et des déclencheurs compatibles.

Godox V860ii et son déclencheur Godox XPro

Ici, nous utilisons un flash Godox V860ii (180€) et son déclencheur Godox XPro (80€) monté sur un boîtier Fujifilm. Si ce produit dépasse de notre budget, l’alternative à Godox qui reste abordable et efficace est le Yongnuo YN-560 IV (90 €) et son déclencheur Yongnuo YN560-TX Trigger (40 €) avec lesquels il est possible d’obtenir des résultats similaires.

Qu’est ce qui justifie les écarts de prix entre les flashs ?

Outre l’image de marque, la solidité et la réputation, quatre principaux paramètres peuvent influencer le prix d’un flash : la puissance, le temps de recharge, la fiabilité du signal et les fonctionnalités de type TTL ou HSS que nous n’évoquerons pas ici bien qu’importantes elles aussi. Nous n’allons pas vous proposer un guide pour choisir son flash, ceci mériterait un article complet mais nous allons expliquez ce que l’on sacrifie en choisissant une alternative premier prix :

  • la puissance : La plupart des flashs cobra proposent des puissances entre 60 et 80 Watts, ils sont assez similaires à ce sujet. Au dessus des flashs cobra on trouve des unités plus puissantes comme un Godox AD200 de 200 Watts ou les 500 Watts du Profoto B10. Pour notre exercice du jour, un flash Cobra en intérieur est amplement suffisant pour un studio maison. Si vous souhaitez éclairer une église toute entière ou combattre le soleil de midi en extérieur, une solution à 600 Watts s’imposera.
  • le temps de recharge : Il désigne la durée nécessaire à un flash pour recycler ses accumulateurs et opérer un nouveau déclenchement. Le Godox V860ii recycle entre 1,5 s et 2 s alors que le Yongnuo YN-560 IV requiert 3 secondes. Ce n’est important que si vous avez un modèle qui bouge beaucoup ou souhaitez faire des photos en rafale, autrement dans une pratique posée, ceci n’est pas un gros handicap. A titre de comparaison, le Profoto A1 recycle en 1,2 s et s’affiche à 569€
  • la fiabilité du signal : Les utilisateurs Profoto citent régulièrement la fiabilité du déclenchement comme l’une des raisons pour avoir investi dans cette marque. Il peut arriver que des marques plus abordables ne déclenchent pas à chaque coup ou aient une latence d’une demi-seconde avant déclenchement. Si nous avons déjà expérimenté ces petits « loupés » avec Godox, nous ne trouvons pas qu’ils soient suffisamment fréquents pour s’en inquiéter.

En résumé, un flash premier prix est plus limité pour éclairer fortement son sujet en extérieur ou pour des déclenchements en rafale. Mais dans notre contexte de studio minimaliste, ce dernier reste très intéressant.

Support de flash, pied d’éclairage et large parapluie

Le second accessoire sur notre liste est un support de flash à monture Bowen. Il existe des attaches plus simples et moins onéreuses mais la monture Bowen est extrêmement polyvalente et permettra d’adapter un parapluie, une softbox, un bol beauté et bien d’autres modeleurs au flash cobra.

Pour fixer notre lumière, un pied d’éclairage est essentiel. Le modèle choisi ici est de la marque K&F Concept qui monte à 2,3 m et peut supporter 4 kg, tout en étant très compact une fois replié. A seulement 49 €, il n’est pas assez robuste pour une lampe de 600 Watts ou un usage en extérieur si vous avez beaucoup de vent. Mais pour un setup studio photo en intérieur avec un flash cobra et une petite boîte à lumière, il est suffisant.

Une fois le flash et sa monture installés sur le pied, nous allons l’équiper d’une boîte à lumière, ici un parapluie Walimex Pro 109 cm. Son rôle est d’étendre la source de lumière et d’adoucir le rendu sur le sujet de sorte à éviter des ombres trop marquées. Il existe pléthore de parapluies de différents formats mais celui-ci est assez généraliste et permet de nombreuses applications.

Le noir et blanc en toile de fond

La dernière étape sera l’installation d’une toile de fond réversible Neewer de 150 x 200 cm. Cette dernière se range facilement en se repliant sur elle-même et offre au choix un fond noir ou blanc. La principale limite de ce setup est que le fond présenté ici ne s’étend pas sur le sol et il ne sera pas possible de faire des portraits de plein pied.

Il est également possible d’utiliser simplement son mur si celui-ci est parfaitement blanc et d’employer des techniques de post-traitement pour lui donner la couleur désirée.

Mur blanc transformé en bleu en post-traitement – © Alex-Michel Ngningha

Ainsi, avec quelques accessoires savamment choisis, nous pouvons installer en 10 minutes un coin studio dans n’importe quelle pièce de la maison et ceci pour un budget raisonnable. Il ne reste plus qu’à mettre un modèle en face de l’objectif.

3 setups d’éclairage pour studio photo

Nous allons maintenant évoquer 3 setups d’éclairage faciles à reproduire pour vous permettre de démarrer tout en travaillant des looks différents. Afin de simplifier le propos, nous allons imaginer que notre scène est une horloge et que notre sujet se trouve au centre de celle-ci

Setup d’éclairage n°1

© Alex-Michel Ngningha

Photographe à 6h et lumière à 8h (ou 4h pour une éclairage par la droite). L’idée est de former un angle de 45° entre le flash et le sujet. La lumière doit être au moins 20 cm au dessus de la tête du sujet pour simuler un éclairage par le haut. Ceci est le look le plus courant pour un setup à une seule lumière. On peut modifier la position du flash pour contrôler les ombres sur la face opposée du visage. Il est important d’éviter que l’ombre du nez ne recouvre la bouche par exemple.

Setup d’éclairage n°2

© Alex-Michel Ngningha

Photographe à 7h et lumière à 3h. Dans cet exemple, la photo est prise depuis la face sombre du sujet. Cela permet d’utiliser la lumière pour dessiner les contours et non pour éclairer la totalité du visage.

Vous pouvez retrouver les setups d’éclairage les plus utilisés dans cette vidéo :

Vidéo : 5 setups d’éclairage avec lumière naturelle venant d’une fenêtre

Setups d’éclairages créatifs

Une fois que vous avez compris où positionner votre lumière, vous pouvez laisser place à votre créativité en utilisant divers accessoires pour façonner la lumière. Ici, des masques permettent de créer une barre de lumière dirigée, et une spatule de cuisine permet d’obtenir un éclairage moins homogène.

 

Studio photo pas cher : mission accomplie

Il y a quelques années, un studio photo nécessitait des investissements lourds. Aujourd’hui, du matériel d’éclairage abordable est disponible et permet de considérablement abaisser la barrière à l’entrée, comme nous l’avons vu dans cet article. Avec un setup d’éclairage pour moins de 300 €, vous pouvez obtenir des clichés très intéressants. En passant par le marché de l’occasion, il sera possible de se prêter à l’exercice pour un coût encore plus contenu.

La photographie de studio est avant tout un exercice de maitrise de la lumière. La pratique vous permettra de mieux appréhender la technique, comprendre votre matériel et en exploiter le plein potentiel.

© Alex-Michel Ngningha