Avec l’annulation en cascade des salons en France liée à la Covid-19, le réseau photo Phox a décidé de transformer son événement Innov’Tec en créant une édition 2020 100% digitale. Nous avons échangé avec Lilian Rodriguez, directeur de Phoxdistri, pour en savoir plus sur Innov’Tec et faire un point sur le marché photo en France.


Bonjour Lilian. En quoi consiste l’événement Innov’Tec Digital ?

InnovTec, c’est l’événement B2B que l’on organise habituellement en fin d’année. C’est un salon pour nos adhérents [magasins et professionnels membres du réseau Phox. NDLR] : toutes les marques que l’on distribue sont présentes. C’est un forum d’échange et de business, c’est l’esprit du salon.

Page d’accueil Innov’tec 4.0

Il y a plusieurs aspects importants pour les adhérents : rencontrer les marques, découvrir les nouveautés, assister à des formations et programmer sa fin d’année. Il y a également des offres importantes de la part des constructeurs pour que les magasins soient compétitifs sur des événements comme le Black Friday.

On est fier que nos partenaires : Canon, Nikon, Panasonic, Sony, Fujifilm, Olympus, Tamron, Sigma, Samyang, Manfrotto, Lowepro, Peak Design, DJI, Zhiyun, etc, toutes les marques qui comptent dans le monde de la photo soient présentes.

Cette année, l’événement prend une tout autre forme avec la Covid-19. Qu’est-ce qui change ?

Ce salon classique avait habituellement lieu à Lyon, couplé avec un autre événement du groupe GPdis MDA qui regroupait environ 4 000 professionnels sur 2 jours, soit plus de 1 500 points de vente qui se retrouvaient. Phox s’occupait de l’univers photo.

Cette année, avec les conditions sanitaires que l’on connaît, nous avons créé un événement 100% digital. Nous avons développé une plateforme web sur mesure, les adhérents ont pu prendre des rendez-vous avec leurs interlocuteurs pour des face-à-face en visioconférence les lundi 12 et mardi 13 octobre. Ils ont également pu s’inscrire à des formations organisées par les principales marques. Ils ont pu découvrir les nouveautés produits grâce à un espace de présentation des produits (avec des fiches techniques PDF et des vidéos).

Nous avons essayé de reproduire en digital toutes les actions importantes d’un salon, pour garder ce lien particulier que l’on a en fin d’année avec les fournisseurs.

Est-ce que c’est le premier événement photo matériel 100% digital depuis la crise sanitaire ? Comment assurez-vous le lien entre les participants ?

Chez Phox c’est en effet la première initiative 100% en ligne et sans doute en France. On aurait bien entendu préféré le faire en physique, mais il y a un vrai engouement pour cet événement digital, avec plus de 450 inscriptions à des face-à-face.

Les adhérents ont vraiment envie de voir les marques pour dialoguer et préparer leur fin d’année. Évidemment, c’est du face-à-face en visio, il y a de l’échange, mais c’est moins sympa que lorsque l’on peut se rencontrer, boire un café ou autre chose. Pour nous, l’idée c’était d’éviter de dire « on vous envoie des bons de commande, et c’est tout ». On voulait garder l’esprit d’échange et de partage.

Aujourd’hui, avec la Covid-19, tout le monde a découvert les applications de visio, que ce soit au niveau professionnel et personnel. Là on est en plein dedans. Pour le moment, le pari est rempli pour cet événement avec de nombreux inscrits.

Avec la situation sanitaire, nous avons senti quand on a lancé le projet qu’il y avait une vraie attente de la part des marques et des adhérents parce qu’ils ont besoin d’échanger. On a tous été chez nous pendant plusieurs mois à ne pas bouger, le retour au monde professionnel est assez compliqué et contraignant donc tout le monde a ce besoin de partage.

On a fait un petit bar Phox virtuel : c’est une salle ouverte en permanence durant ces deux jours. Il y a tout le temps des gens de nos équipes en ligne et les adhérents passent 5 min, pour discuter, dire bonjour ou boire un café à distance.

Au niveau technique, nous avons fait développer toute la plateforme (espace de marques, prise de rendez-vous) par notre partenaire CLEATRADE, elle s’appuie sur des outils de visioconférence existants. Je suis assez fier de cette réalisation, on l’a imaginé début septembre et monté en moins de 4 semaines, le pari est gagné.

Et tous les constructeurs jouent le jeu ?

Tous les constructeurs étaient attentifs à notre décision. En France, il y a deux réseaux de photo spé : SCAN Camara et nous. La SCAN a pris un autre pari : elle n’a pas fait de salon. Nous on imagine que cette année en B2B le nerf de la guerre sera l’approvisionnement, parce que les usines en Asie n’arrivent pas à fournir et que le marché est très soutenu en vente depuis juin.

Nous voulions donc faire ce salon pour avoir une visibilité sur ce qui va se passer sur le dernier trimestre et pouvoir caler nos programmations et partager avec les marques les objectifs de vente sur la fin d’année.

Le Salon de la Photo a été annulé, est-ce que cela a un impact pour Phox ?

Non, cela ne nous impacte pas spécialement puisque nous n’étions pas au village de vente, donc nous ne faisions pas de ventes là-bas. J’espère que ces ventes se feront durant le Black Friday, et pourquoi pas chez Phox.

Salon de la Photo : édition 2020 annulée en raison de la Covid-19

En tant que réseau de magasins, comment voyez-vous le marché de la photographie en France depuis la crise sanitaire ?

Toutes les crises accentuent les tendances. La tendance lourde sur notre métier de vendeur de matériel photo c’est que l’entrée de gamme compact voire reflex chutait tous les ans. Là c’est une accélération incroyable, il y a toujours un marché pour la vente de ce type de produits, notamment pour les gens qui ne veulent pas photographier avec leur smartphone, mais pour tous les produits photo à moins de 200 €, c’est un pan du marché qui s’effondre.

Cela ne nous impacte pas spécialement, car nous n’étions pas très présent sur ce segment. Notre marché c’est la vente de produits avec objectifs interchangeables et surtout avec des paniers moyens à partir de 600 €. On voit aussi une accélération de l’hybride et du plein format et c’est vraiment une locomotive sur la partie spécialiste photo.

Et au niveau des accessoires ?

Ce qui est incroyable c’est qu’on a vendu de très grosses pièces et des objectifs à plus de 10 000 €. C’est, je pense, l’effet de la crise sur certaines personnes qui se disaient jusqu’alors « j’en ai toujours rêvé et j’ai toujours une voix qui me rapporte à la raison », mais là ils se sont lâchés. Certains se sont vraiment fait plaisir.

Zhiyun Crane 2S : stabilisateur 3 axes vidéo compatible avec les derniers appareils photo hybrides et reflex

Les produits à la mode sont également les stabilisateurs DJI et Zhiyun. Il y a 10 ans, nous étions vraiment revendeurs d’appareil photo. Aujourd’hui Phox est revendeur photo ET vidéo. Les passionnés ne font pas que de la photo, mais aussi de la vidéo. Ensuite, sur les accessoires on voit une vraie hype sur Peak Design, qui réalise un coup marketing, communautaire, avec un produit haut de gamme incroyable et cela fonctionne très fort.

Après, on a de nouvelles marques comme Jusino, Benro qui viennent chambouler le marché. Autant Peak Design a un marketing à la Apple et peut se permettre d’avoir des prix stratosphériques. Mais on constate aussi que les photographes comptent et sur le trépied par exemple il n’y a plus de référent comme Manfrotto a pu l’être, des marques comme Jusino, Benro ont vraiment des coups à jouer en proposant des trépieds carbone de bonne qualité à des prix attractifs.

Est-ce que l’organisation de Phox évolue pour répondre à de nouvelles attentes de la part de vos clients ?

Oui, la crise sanitaire, nous a mis un gros coup de pression pour la sortie de notre site internet marchand. On prévoit une sortie d’ici la fin de l’année, on savait que cet outil était indispensable, mais quand on voit l’évolution du comportement des consommateurs durant cette crise crise sanitaire cela devient plus qu’indispensable.

La sortie du site est l’événement principal pour Phox d’ici la fin de l’année. L’autre temps fort est le Black Friday, c’est devenu le momentum de la vente de matériel photo en fin d’année. Et on n’exclut pas de faire un petit salon de la photo dans les magasins.

Vous pensez également que le comportement de vos clients a changé, notamment pour les courses de Noël ?

Nous l’avons déjà constaté depuis deux ans et cela va s’accélérer, une grande partie des gens font leurs courses de Noël durant le Black Friday. Les marques animent le marché avec de nombreuses offres de remboursement, c’est le bon moment pour faire des affaires.

C’était un évènement numérique, mais aujourd’hui dans nos magasins nous avons des offres très attractives, c’est devenu un évènement global et primordial. Et même si c’est plus compliqué durant la semaine du Black Friday où cela se bouscule au portillon, nos magasins spécialistes continuent d’apporter du conseil et du service aux consommateurs.

Quelle est la vision de Phox pour le marché de la photo en cette fin d’année et pour 2021 ?

Je pense qu’il y a un mouvement de fond sur les boîtiers à objectifs interchangeables. On va de plus en plus vers l’hybride et particulièrement l’hybride plein format. Quand Sony sort un Alpha 7C, c’est vraiment un hybride plein format qui devient de plus en plus accessible, même pour des primo-accédant. Tous les produits entrée de gamme compact et reflex disparaissent au fur et à mesure.

Sony A7c : hybride plein format compact et léger, fusion entre A7 III et A6600

Aujourd’hui le marché de l’hybride en France pèse déjà près de 55%, même si le reflex conserve une part de marché la plus importante d’Europe, c’est notre esprit village gaulois qui résiste, je pense qu’en 2021 la tendance hybrides et plein format va encore s’accélérer.

Merci Lilian d’avoir répondu à nos questions. En attendant le nouveau site Phox.fr, vous pouvez découvrir le magazine Phox et la chaîne Youtube Phox TV.