Aujourd’hui, Sony a dévoilé le Sony Alpha 7c, un nouvel appareil photo hybride plein format aux allures d’APS-C, avec un design compact et un nouveau look par rapport à la série Alpha débutée en 2013. Il s’agit, selon Sony, du boîtier hybride plein format à capteur stabilisé le plus compact et léger du marché avec un gain de 20% en taille.

Capteur 24,2 Mpx rétroéclairé, BionZ, rafale 10 i/s, vidéo 4K 30p 8 bits et bien d’autres caractéristiques font du Sony A7c un A7 III qui aurait été rétréci. Il est également équipé d’un nouvel objectif zoom rétractable FE 28-60mm f/4-5,6 compact et léger. Heureusement, ce n’est pas seulement une question de réduction de taille, comme nous allons le voir.

Look d’APS-C, mais capteur plein format

Le Sony A7c est le boîtier hybride doté d’un capteur plein format le plus compact chez Sony. Il inaugure ainsi un nouveau design qui n’est pas sans rappeler celui du Sony A6600, doté d’un capteur APS-C plus petit.

Avec des dimensions de 124 x 71,1 x 59,7 mm (L x H x P), l’A7c ressemble de face à un A7 III auquel on aurait supprimé la protubérance du viseur. Sur le dessus, la ressemblance est plus frappante avec l’A6600 auquel on aurait ajouté quelques grammes. Du reste, la poignée est moins profonde et un peu moins large que l’A7 III, avec un nouveau revêtement, ce qui donne un ensemble moins encombrant, plus compact et plus léger. En effet, l’A7c ne pèse que 509 g (avec batterie et carte mémoire) contre 650 g pour l’A7 III. Le boîtier dispose d’une construction monocoque en alliage de magnésium et une résistance à la poussière et à l’humidité (sans être tropicalisé).

À l’arrière, l’A7c ressemble davantage à un A6600, avec une différence de taille : un écran tactile articulé sur rotule de 3 pouces de 921 000 points au lieu d’un écran orientable uniquement sur un axe. C’est une différence de taille pour certains, notamment pour la vidéo et le vlog, mais aussi un avantage pour photographier dans des angles difficiles. On notera qu’il s’agit du même écran vari-angle que celui qui équipe l’A7s III, mais moins défini.

Au niveau ergonomique, cet A7c simplifie les commandes, avec un bouton dédié à la vidéo sur la tranche, une molette de correction d’exposition ainsi qu’une molette de sélection des modes. Le boîtier n’a pas de bouton C1 C2 C3 et perd également le joystick. Il ne dispose également que d’une seule molette de réglage, à l’arrière, ce qui le rapproche en termes d’usage du A6600, même si cette omission est selon nous assez peu compréhensible pour un boîtier plein format.

L’A7c ne fait cependant pas l’impasse sur le viseur électronique, qui est ici placé sur la gauche du boîtier, comme sur les hybrides APS-C de la marque. Le viseur de l’A6600, un XGA OLED Tru-Finder avec une résolution de 2,36 millions de points a été reconduit, avec un grossissement de 0,59x. Il sera donc moins confortable que le viseur de l’A7 III.

Voici une comparaison visuelle qui permet de montrer la différence de gabarit entre le Sony A6600, le Sony A7C et le Sony A7 III :

Comparaison Sony A6600, le Sony A7C et le Sony A7 III – © CameraSize

Capteur CMOS BSI Exmor R 24,2 Mpx stabilisé et BionZ X

Le nouveau Sony A7c reprend à son compte le capteur 24,2 Mpx du Sony A7 III. Il s’agit d’un capteur plein format rétroéclairé (BSI) CMOS Exmor R de 24 Mpx offrant une dynamique de 15 IL. Ce capteur fonctionne de pair avec le processeur Bionz X qui permet une réactivité et une gestion de la sensibilité déjà connue avec l’A7 III.

Test Sony A7 III : l’hybride plein format « basique » qui cache bien son jeu

L’A7c peut ainsi aller de 100 à 51 200 ISO (extensibles de 50 à 204 800 ISO, jusqu’à 102 400 ISO en vidéo) et capturer des photos au format RAW 14 bits.

Le capteur du Sony A7c est toujours stabilisé sur 5 axes et permet de gagner jusqu’à 5 stops. Sony indique avoir du retravaillé la nacelle de stabilisation et l’obturateur pour qu’ils puissent être intégrés à un boîtier plus compact, sans lésiner sur les performances.

Autofocus, suivi du sujet et rafale

Côté autofocus et performances, le Sony A7c reprend ici encore les capacités de l’A7 III : 693 points AF à détection de phase qui couvrent 93% du cadre. 425 points à détection de contraste viennent également les compléter pour offrir des performances de mise au point, même en faible lumière grâce à une sensibilité AF jusqu’à -4 EV. Ici, on s’attend donc à des performances identiques ou presque à celles du A7 III.

Au niveau du suivi, Sony A7c reprend les dernières technologies de suivi en temps réel des visages, Real Time Eye-AF pour les humains et les animaux. Il est également possible de suivre le sujet en appuyant à mi-course sur le déclencheur. Si les performances semblent celles de l’A7 III, Sony propose sur l’A7c une meilleure intégration du suivi et de la détection des yeux dans les différents modes AF, sans devoir maintenir une touche pour utiliser la détection des yeux.

En termes de rafale, le Sony A7c fait aussi bien que l’A7 III avec jusqu’à 10 i/s avec obturateur mécanique et suivi AF/AE en continu, et ce pendant 223 images en JPEG, 115 en RAW compressé ou 45 en RAW sans compression, ce qui est un peu plus que sur l’A7 III grâce à un traitement d’image amélioré. Si vous souhaitez être silencieux, il est aussi possible de photographier en rafale continue silencieuse via le Live View à 8 i/s avec une latence réduite à l’écran LCD ou EVF.

L’obturateur revu du A7c permet d’aller jusqu’à 1/4000 s (1/8000 s en obturateur électronique) et est donné pour 200 000 déclenchements.

Vidéo 4K 30p 8 bits et Real-Time Eye AF en tournage

Le Sony A7c est capable de filmer en 4K 30p 4:2:0 8 bits en utilisant toute la largeur du capteur (lecture complète du capteur soit 6K) puis en suréchantillonnant le flux pour obtenir davantage de détails. Cela vous semble familier ? C’est parce que c’est exactement ce que fait l’A7 III. À 30p, la vidéo sera légèrement recadrée, ce qui ne sera pas le cas à 24p.

Ce qui change, c’est que l’A7c enlève la limite de durée d’enregistrement de 29 min. En passant, Sony n’indique pas de consigne particulière quant à la surchauffe de son boîtier.

Le boîtier est également estampillé « 4K HDR » grâce à l’utilisation d’un profil d’image Hybride Log-Gamma (HLG) pour produire des vidéos compatibles avec les téléviseurs HDR. Des courbes S-Log2, S-Log3 et S-Gamut, le zebra, le focus peaking, l’affichage des niveaux sonores permettent une captation vidéo de qualité. L’appareil est également capable de filmer en slow motion 1080p à 120p. L’appareil est également compatible avec la vidéo au format vertical et intègre les métadonnées au clip vidéo pour une édition à la verticale dans le but d’un montage pour les réseaux sociaux.

En plus de cela, l’Alpha 7C utilise le Real-Time Eye AF en mode vidéo pour suivre l’oeil de son sujet de manière automatique et précise, offrant un véritable gain pour le caméraman. La vitesse de transition AF peut être réglée sur 7 niveaux alors que la sensibilité de transition AF dispose de 5 niveaux.

En mode vidéo, l’écran articulé tactile prend tout son sens et un gros bouton d’enregistrement VIDEO fait son apparition sur le dessus du boîtier.

Côté audio, le Sony A7c est compatible avec le micro canon ECM-B1M lancé l’an dernier et qui embarque huit capsules avec trois directivités possibles pour le plus de polyvalence. Le kit adaptateur XLR-K3M peut aussi être utilisé pour ajouter jusqu’à canaux en 48kHz/24 bit.

Voici un extrait vidéo tourné avec le Sony A7c :

USB-C et autonomie très raisonnable

Le Sony A7c, en raison de sa taille, n’embarque qu’un seul slot SD, compatible UHS-II V90. Le boîtier dispose du WiFi 2,4 / 5 GHz et Bluetooth pour faciliter l’appairage et le partage de photos vers un smartphone. Un port 3.2 USB-C est de la partie pour un transfert rapide et une recharge en USB. Une prise casque, une prise micro et un port micro-HDMI équipent également l’A7c.

Grâce à la batterie haute capacité NP-FZ100, le Sony A7c est très endurant pour sa taille. Il est ainsi capable de capturer jusqu’à 740 images (avec écran LCD) et jusqu’à 680 images (avec EVF) (norme CIPA), soit ici encore un peu plus que l’A7 III.

Dommage, ce nouveau boîtier n’intègre pas les derniers menus présentés avec l’A7S III. Sony explique que c’est à cause du processeur BionZ X qui équipe l’appareil.

Sony FE 28-60mm f/4-5,6, nouvelle optique de kit compacte

Avec le boîtier A7c plus compact, Sony a dévoilé un objectif zoom 28-60mm f/4-5,6 en monture FE qui sera proposé en kit. Il s’agit d’un zoom très compact et très léger qui dispose d’un mécanisme rétractable pour réduire son encombrement. Pour Sony, c’est l’occasion de proposer un modèle adapté au A7c pour ne pas faire peser la balance.

Avec un poids de 167 g et des dimensions de 66,6 x 45 mm, cet objectif offre une compacité inédite et sera très facile à transporter. Il dispose d’une ouverture variable f/4-5,6 et est résistant à l’humidité et à la poussière. Monté sur un A7c, on obtient un kit pesant 676 g.

Voici les caractéristiques techniques complètes du Sony FE 28-60mm f/4-5,6 :

  • plage focale : 28-60 mm (équivalent 42-90 mm en APS-C)
  • format : plein format et APS-C
  • ouverture maximale : f/4-5,6
  • ouverture minimale : f/22-32
  • construction optique : 8 éléments répartis en 7 groupes dont 3 lentilles asphériques
  • diaphragme : 7 lamelles
  • rapport de grossissement maximal : 0,16x
  • distance de mise au point minimale : 0,30 m à 28 mm, 0,45 mm à 60
  • diamètre du filtre : 40,5 mm, pare-soleil non fourni
  • tropicalisation : résistant à la poussière et l’humidité
  • autofocus : oui, moteur linéaire interne
  • poids : 167 g
  • stabilisation : non
  • dimensions : 67 x 45 mm (diamètre x longueur)
  • monture compatible : Sony E

Certes, cet objectif dispose d’une plage focale plus réduite qu’un zoom standard et n’est pas le plus lumineux, mais il pourra intéresser les photographes à la recherche de la solution la plus compacte en monture Sony.

Flash HVL-F28RM

Cela ne vous aura pas échappé, l’A7c ne dispose pas de flash intégré. Sony profite ainsi de cette annonce pour dévoiler un flash cobra compact, le modèle HVL-F28RM.

Comparé au HVL-F32M, ce flash est 12% plus compact et 7% plus léger. Avec un nombre guide de 28, une orientation de 0 à 120 degrés, une communication sans fil pour un contrôle multiple des flashs, ce flash offrira tout ce que peut attendre un photographe professionnel. Sony a également retravaillé la griffe du flash pour que celle-ci soit plus résistante aux chocs, tout en étant résistant aux poussières et à l’humidité.

Couplé avec un boîtier a7C, a7S III, a7R IV ou a9 II, ce flash sera capable de récupérer les données de détection de visage pour adapter l’intensité du flash ainsi que la balance des blancs, afin d’obtenir des couleurs de peau naturelles.

Le flash fonctionne à l’aide de deux piles LR6 et l’autonomie d’une charge complète est donnée pour 110 flashs continus.

Prix et disponibilité du Sony A7c, Sony FE 28-60mm f/4-5,6 et flash HVL-F28RM

Le Sony A7c sera disponible à partir de novembre 2020 en deux coloris argent et noir. Il sera commercialisé nu au tarif de 2099 € et en kit avec le FE 28-60 mm f/4-5,6 au tarif de 2399 €.

Jusqu’au 30 octobre 2020 et pour toute précommande d’un Sony A7c nu ou en kit, Sony vous permet de bénéficier de 200€, 400€ ou 600€ de remise pour l’achat simultané de 1, 2 ou 3 d’optiques de la sélection. L’offre est valable chez de nombreux revendeurs photo comme à la Fnac et chez Digit-Photo.

L’objectif Sony FE 28-60mm f/4-5,6 sera d’abord proposé en kit avec l’A7c et sera disponible début 2021 seul au tarif de 500 €.

Le flash HVL-F28RM sera disponible cet hiver 2020/2021 au tarif de 280 €.

Notre premier avis sur le Sony A7c

Après Nikon, Canon et Panasonic, c’est au tour de Sony d’annoncer un nouvel appareil photo hybride plein format plus léger et plus compact. Le Sony A7c reprend beaucoup de choses de l’A7 III, l’un des hybrides les plus vendus chez Sony, le tout dans un boîtier 20% plus compact et très léger. Le résultat est un modèle doté d’une excellente qualité d’image et d’un autofocus réactif dans un format proche de celui de l’A6600, l’hybride haut de gamme APS-C de Sony.

Malheureusement, Sony fait quelques concessions sur l’ergonomie, avec la disparition du joystick, une molette de réglage en moins à l’avant et surtout un viseur électronique moins confortable que sur les boîtiers plein format Alpha.

Pourtant, ce boîtier séduit par son écran tactile articulé, son nouveau design – j’ai toujours trouvé que les boîtiers de la gamme A6000 devaient exister avec un capteur plein format – et une meilleure intégration du suivi des sujets en temps réel (Real-Time AF). Sans oublier son autonomie de 740 images qui en font l’un des meilleurs élèves sur ce segment.

Selon nous, ce modèle n’est pas plus orienté vidéo que photo, et devrait rendre le plein format plus accessible, ne serait-ce parce que ce boîtier devrait attirer davantage de photographes et vidéastes qui veulent une solution compacte et légère, sans s’encombrer, tout en ayant une qualité d’image supérieure.

Finalement, l’A7c semble sur le point de devenir l’hybride plein format grand public de Sony, sauf lorsque l’on regarde son prix, au même niveau que celui du Sony A7 III qui offre une ergonomie plus professionnelle.