En décembre dernier, Samyang annonçait l’arrivée prochaine d’une version compatible avec la monture RF de son ultra grand-angle Samyang AF 14 mm f/2,8. Il s’agit de la 4e déclinaison de cette optique, qui fait suite aux versions pour Canon EF, Sony E et Nikon F.

Cet objectif est intéressant à plus d’un titre. Nativement conçu pour les Canon EOS R et RP, il offre une focale inédite au catalogue de Canon – la marque japonaise n’ayant pas encore dévoilé d’optique équivalente pour ses hybrides plein format. Disponible prochainement au tarif de 749 €, il bénéficie d’un tarif attractif.

Doté d’un mécanisme d’autofocus, il doit offrir un plus grand confort d’utilisation sur le terrain. Cette optique vise à répondre aux besoins des photographes de paysage, d’architecture ou encore d’astrophotographie ayant besoin d’un champ de vision ultra-large.

S’avère-t-il à la hauteur de nos attentes ? Pour le savoir, nous avons passé 2 semaines avec cette optique, montée sur un Canon EOS R. Voici donc notre test du Samyang AF 14 mm f/2,8 RF.

Présentation du Samyang AF 14 mm f/2,8 RF

Cette nouvelle optique signée Samyang s’inscrit dans la gamme Samyang AF. Comme son nom l’indique, celle-ci se compose d’optiques dotées d’un mécanisme d’autofocus. On retrouve ainsi un total de 10 objectifs à focale fixe pour une plage focale allant de 14 mm à 85 mm – la plupart de ces optiques étant à l’heure actuelle dévolues à la monture Sony E. Samyang propose aussi une gamme MF, composée d’objectifs manuels.

Le nouveau Samyang AF 14 mm f/2,8 RF est ainsi le premier objectif autofocus de la marque coréenne à être compatible avec les hybrides plein format de Canon. Jusqu’à présent, seules les optiques manuelles MF 14 mm f/2,8 et MF 85 mm f/1,4 étaient disponibles en monture RF.

Ce nouvel objectif 14 mm Samyang est aussi la première optique ultra grand-angle (avec autofocus) à être proposée pour les propriétaires d’hybrides Canon, puisque le fabricant japonais n’a pas (ou pas encore) indiqué travailler à une optique aussi large. Pour l’heure, le catalogue Canon à monture RF ne permet pas de bénéficier d’un angle de champ supérieur à celui du Canon RF 15-35 mm f/2,8 L IS USM (vendu pour la modique somme de 2500 €). Le Samyang AF 14 mm f/2,8 RF offre donc un angle de champ de 113,9°.

Affichant 484 grammes sur la balance, l’optique s’avère également assez compacte : elle mesure 95,6 mm de long pour 90,5 mm de large. En comparaison, l’objectif Canon EF 14 mm f/2,8 L II USM – en monture EF – s’avère légèrement plus lourd (645 grammes) mais ses mensurations s’avèrent très proches du dernier-né de Samyang (80 mm de diamètre pour 94 mm de long). Du reste, cet objectif est assez minimaliste : une seule bague de réglage (dédiée à la mise au point manuelle) et un interrupteur AF/MF.

Le Samyang AF 14 mm f/2,8 RF est constitué de 14 éléments optiques répartis en 10 groupes, donc 3 lentilles asphériques, une lentille HR (High Resolution, conçue pour de meilleurs résultats avec les capteurs très définis comme celui de l’EOS R) et 2 verres ED (destinées à minimiser les aberrations chromatiques).

La formule optique en 14 éléments du Samyang AF 14 mm f/2,8 RF

L’optique se munit d’un diaphragme circulaire à 7 lamelles pouvant ouvrir à f/2,8, permettant – dans une certaine mesure – de jouer sur la profondeur de champ. Notons aussi la distance minimale de mise au point à 20 cm, ainsi que le grandissement maximum de 0,12x. L’autofocus est assuré par un moteur STM linéaire ; grâce à ses 12 contacteurs présents à l’arrière de l’objectif, le boîtier et l’optique communiquent parfaitement. Nous aurons l’occasion de revenir sur ses performances dans la suite de ce test. En revanche, l’optique n’est pas stabilisée. Aucun des deux hybrides de Canon n’étant muni d’un capteur stabilisé, il conviendra donc de garder un œil attentif à la vitesse d’obturation.

Enfin, on notera la présence de joints d’étanchéité placés aux points les plus stratégiques de l’objectif. Cela étant, nous vous conseillons de ne pas passer l’objectif sous une cascade ou dans la neige…

Caractéristiques complètes de l’objectif Samyang AF 14 mm f/2,8 RF :

  • type d’objectif : focale fixe
  • distance focale : 14 mm
  • ouverture maximum : f/2,8
  • ouverture minimale : f/22
  • construction optique : 14 éléments répartis en 10 groupes dont 3 lentilles asphériques, 1 HR et 2 ED
  • diaphragme : 7 lamelles circulaires
  • rapport de grossissement maximal : 0,12x
  • angle de champ : 113,9° (24 x 36 mm) – 89,8° (APS-C)
  • distance de mise au point minimale : 20 cm
  • tropicalisation : joints d’étanchéité
  • autofocus : oui
  • poids : 484 grammes
  • pare-soleil : oui
  • stabilisation : non
  • dimensions : 95,3 mm x
  • monture compatible : Canon RF

Prise en main du Samyang AF 14 mm f/2,8 RF

Le Samyang AF 14 mm f/2,8 RF est un objectif de belle facture. Tout de noir vêtu, il dispose d’une très bonne qualité de fabrication d’où se dégage une impression de qualité et de solidité. Seul le pare-soleil (non-amovible) est en plastique, mais celui-ci s’avère épais et donc plus robuste que ceux de Canon.

Visuellement, Samyang nous livre une copie extrêmement proche de ses précédentes optiques. Et c’est tant mieux : le feeling général est très bon, grâce à un fût en aluminium noir rehaussé de deux fins liserés argent et rouge. Ce dernier permet (presque) à l’objectif de ressembler aux optiques de la série L de Canon – même si ce trait rouge est commun à tous les objectifs de Samyang.

Affichant 484 grammes sur la balance, l’optique reste relativement légère et s’avère assez équilibrée. Montée sur un Canon EOS R, l’optique ne paraît pas démesurément grande. Cependant, sa lentille frontale d’environ 8 cm de diamètre – protégée par le pare-soleil – est assez proéminente.

On notera également l’aspect légèrement bombé de la lentille frontale : il est ainsi impossible de visser le moindre filtre à l’avant de l’objectif. Toutefois, Samyang a eu la bonne idée d’intégrer un porte-filtres en gélatines à l’arrière de l’objectif, permettant de glisser un filtre au plus près du capteur.

Vissé à un Canon EOS R, l’ensemble pèse à peine plus d’un kilo ; sur un EOS RP, le couple boîtier-optique bat des records de légèreté et affiche seulement 969 grammes (l’EOS RP étant un gramme plus lourd que l’objectif de Samyang). L’optique pourra donc être glissée très facilement dans le sac des photographes férus d’architecture ou de paysage.

La bague de mise au point est positionnée à l’avant de l’objectif et tombe naturellement sous la main. Large et confortable, sa course s’avère très fluide… peut-être même un peu trop. Elle autorise un réglage de la mise au point sans difficulté. Toutefois, on relèvera l’absence de butée et la trop longue course de la mise au point. Et même si l’objectif communique correctement avec le boîtier, ce dernier n’affiche pas d’échelle des distances pour aider à la mise au point – ce qui est le cas avec les optiques EF ou RF. De même, aucune échelle graduée n’est présente sur l’objectif – contrairement aux optiques de la marque Irix. Heureusement, le focus peaking est d’une grande aide pour effectuer le focus de l’objectif sur les différents sujets.

La bague de mise au point n’étant pas reliée mécaniquement à la motorisation STM, il n’est pas possible de retoucher manuellement le point lorsque l’autofocus est activé. Il vous faudra donc utiliser le petit commutateur situé à gauche de l’objectif. Ce dernier s’avère suffisamment souple pour être confortable.

Enfin, notons que le Samyang AF 14 mm f/2,8 RF est livré avec un bouchon arrière, un (large) cache pour la lentille frontale et un étui de transport (lequel n’était pas inclus avec notre version de test).

Qualité d’image du Samyang AF 14 mm f/2,8 RF

Ouvrons maintenant le chapitre consacré à la qualité des images capturées avec le dernier-né de Samyang. Malgré une météo légèrement inconstante, nous avons parcouru les rues de Paris pour tester cet objectif en conditions réelles et mesurer ses performances avec notre Canon EOS R (en firmware 1.6.0). Malheureusement, nous n’avons pas pu utiliser l’objectif pour pratiquer l’astrophotographie, les ciels nuageux ne se prêtant guère à cette pratique photo.

Comme indiqué précédemment, le Samyang AF 14 mm f/2,8 RF repose sur une formule optique composée de 14 éléments dont 3 éléments asphériques. Selon son constructeur, cette formule doit « minimiser la distorsion et les différentes aberrations tout en confortant un fort pouvoir de résolution ».

Phototrend Jean-Nicolas Lehec

Entre deux averses… Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/7,1 – 1/400s – 100 ISO

Nous avons été agréablement surpris par la qualité des photos produites avec ce Samyang AF 14 mm f/2,8 RF. Si son angle de champ particulièrement large demande un cadrage des plus rigoureux, l’objectif permet d’obtenir des images de très belle facture.

Phototrend Jean-Nicolas Lehec

Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm f/4,5 – 1/160s – 3200 ISO

La sensation de piqué est élevée à f/2,8… mais devient meilleure à partir de f/4. Comme souvent sur les objectifs ultra grand-angle, c’est surtout au centre de l’image que l’optique est la plus performante. Plus on s’en éloigne, et plus le piqué diminue. Sur le terrain, le piqué maximal au centre de l’optique est atteint en fermant le diaphragme. Ainsi, de très bons résultats peuvent être obtenus dès f/5,6, même si ce Samyang AF 14 mm donne le meilleur de lui-même entre f/7,1 et f/11.

Le même constat peut être fait au niveau de l’homogénéité. Ainsi, la qualité des bords de l’image s’améliore réellement à partir de f/6,3. Toutefois, le comportement de l’optique s’avère très cohérent et ses performances optiques sont très bonnes (surtout au vu de son tarif assez contenu). À f/8, les images sont remarquablement homogènes… mais il faudra évidemment shooter avec un trépied dans les environnements les moins lumineux, puisque les hybrides de Canon ne disposent pas (encore ?) d’un capteur stabilisé.

Phototrend Jean-Nicolas Lehec

Le plafond et les vitraux de la Sainte-Chapelle, Île de la Cité – Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/8 – 1/4s – 2500 ISO

Nous avons également été surpris par l’absence d’aberrations chromatiques. Les lentilles ED (à dispersion ultra-faible) semblent œuvrer efficacement contre les artefacts lumineux, offrant ainsi des images très propres.

La gestion des distorsions par cet objectif Samyang s’avère correcte… sur ce point, il ne faudra pas attendre de miracles. Ainsi, on observe une distorsion en barillet assez prononcée et les bâtiments présents aux bords de l’image ont souvent tendance à se prendre pour la tour de Pise. À noter que notre Canon EOS R proposait une fonctionnalité de correction de la distorsion intégrée au boîtier – mais que nous n’avons pas utilisée.

Phototrend Jean-Nicolas Lehec

Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/6,3 – 1/320s – 100 ISO

De même, on constate une certaine déformation des lignes droites, même lorsque celles-ci se trouvent très proches du centre de l’image. Les amateurs d’architecture devront donc se montrer particulièrement rigoureux dans la composition de leurs images : à ce titre, nous vous recommandons donc d’utiliser un trépied (ou un monopode) pour parfaire le cadrage de vos photos.

Phototrend Jean-Nicolas Lehec

Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/9 – 1/640s – 3200 ISO

Le vignettage est également un peu présent sur les images capturées avec cet objectif – même si ce phénomène est fréquent avec les grand-angle et les ultra grand-angle. Sur le terrain, le vignettage est présent à toutes les ouverture mais se remarque surtout entre f/8 et f/10… même s’il reste plutôt doux et progressif. Un bon point pour cet objectif.

Vignettage et distorsions au Palais Royal – Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/8 – 1/320 – 100 ISO

D’ordinaire, les focales les plus courtes sont rarement celles qui permettent de jouer sur la profondeur de champ. Toutefois, la grande ouverture de cet objectif (f/2,8) offre un peu de bokeh en plaçant le sujet très près de l’objectif – d’autant que notre Samyang AF 14 mm est capable d’effectuer la mise au point extrêmement près de la lentille frontale. Son constructeur affiche une distance minimale de mise au point de 20 cm par rapport au capteur du boîtier ; toutefois, l’objectif permet de de photographier des objets situés à seulement 8 cm de ladite lentille frontale.

Dans ces conditions, la profondeur de champ n’est pas aussi saisissante qu’avec une focale plus longue, mais nous avons été agréablement surpris par le flou d’arrière-plan qui s’avère assez doux et progressif.

Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/2,8 – 1/60s – 125 ISO

Autofocus du Samyang AF 14 mm f/2,8 RF

Disons-le d’emblée : le Samyang AF 14 mm f/2,8 RF fait honneur au mécanisme d’autofocus du Canon EOS R. Il tire pleinement parti des capacités du système Dual Pixel AF et offre une mise au point très rapide et précise grâce à sa motorisation STM linéaire. Il peut ainsi basculer rapidement d’un point à un autre, même lorsque la luminosité diminue. En revanche, notons qu’il n’est pas possible de retoucher le point manuellement lorsque l’autofocus est activé. 

Phototrend Jean-Nicolas Lehec

Une vieille dame à la gare de l’Est : la locomotive BB 25236 en tête du Pullmann Orient-Express – Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/2,8 – 1/60s – 6400 ISO

Cette optique est davantage destinée à être utilisée pour des photos d’architecture, de paysage ou d’astronomie : les besoins en matière de réactivité ne sont donc peut-être pas les mêmes que pour une optique plus « standard » comme un 24-70 mm ou un télézoom. Cela étant, nous avons grandement apprécié la rapidité de ce 14 mm Samyang. L’objectif s’avère aussi très silencieux et pourra donc être utilisé par les vidéastes.

En définitive, l’autofocus du Samyang AF 14 mm f/2,8 RF est une très bonne surprise. Il n’a donc pas à rougir face aux optiques Canon pour la monture RF.

Sans doute l’une sorties du métro les plus originales… Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm f/2,8 ) 1/80s – 640 ISO

Quelles sont les alternatives au Samyang AF 14 mm f/2,8 RF ?

Comme indiqué au début de ce test, cette focale est inédite au catalogue Canon pour la monture RF. Disponible à partir de 749 €, elle offre un rapport qualité-prix très intéressant pour tous les propriétaires d’un Canon EOS R ou EOS RP.

On mentionnera toutefois l’existence d’une version sans autofocus de cet objectif, nommée Samyang MF 14 mm f/2,8 RF. S’il présente des caractéristiques fort similaires, son poids s’avère autrement plus élevé (800 grammes). En revanche, son prix le rend très accessible, puisqu’il est proposé à partir de 400 €.

Il est également possible – via l’une des 3 bagues d’adaptation EF-RF – de monter un objectif en monture EF sur les hybrides Canon. On retrouve ainsi le Canon EF 14 mm f/2,8 L II USM, doté d’un angle de champ équivalent et lui aussi dénué de stabilisation optique. Toutefois, son positionnement tarifaire s’avère « légèrement » différent de celui du Samyang : comptez 2049,99 € pour cette optique premium Canon.

Mentionnons également le Canon EF 11-24 mm f/4 L USM : certes moins lumineux, il se montre plus polyvalent en offrant une plage focale bien plus grande… au prix d’un niveau de vignettage et de distorsions assez élevés. Cependant, il représente une solution intéressante pour les photographes voulant voir (très) large et bénéficiant d’un compte en banque bien garni : son tarif de 2499 € ne le place certainement pas à portée de toutes les bourses.

Moins onéreux et plus lumineux, le Sigma 14 mm f/1,8 DG HSM ART (en monture EF, lui aussi) représente une alternative très intéressante. Membre de la prestigieuse série ART de Sigma, il bénéficie de finitions premium et profite, de surcroît, d’un autofocus HSM. S’il s’avère assez lourd (1,12 kg), son prix est aussi plus élevé que notre Samyang, puisqu’il est commercialisé à 1499 €.

D’un certain point de vue, la concurrence peut également venir du côté des objectifs d’Irix… même si ses optiques sont dépourvues d’autofocus et sont, elles aussi, pourvues de la monture EF de Canon. On notera ainsi l’Irix 15 mm f/2,4 (dont nous avions testé la version Blackstone, plus premium, en 2017). Bénéficiant d’une construction très soignée, il offre un angle de champ quasi-équivalent et est proposé à partir de 428,90 € pour la version Firefly et de 569 € pour la version Blackstone.

Test : l’ultra-grand-angle Irix 11mm f/4 Blackstone vu par Cédric Emeran

Pour voir encore plus large, le constructeur propose également l’Irix 11 mm f/4 : s’il est un peu moins lumineux, il offre une excellente qualité d’image et s’avère disponible à partir de 459 € en version Firefly et de 599 € en version Blackstone.

À qui s’adresse le Samyang AF 14 mm f/2,8 RF ?

De par sa focale ultra-courte, cet objectif 14 mm s’adresse évidemment aux amateurs de photographie de paysage : il permettra de capturer de belles photos panoramiques et de donner une impressionnante sensation d’espace qui valorisera aux mieux les étendues les plus vastes.

Jeu de reflets, Carrousel du Louvre – Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/13 – 1/80s – 100 ISO

Il sera également fort utile pour la photographie d’architecture où il permettra aussi bien de mettre en valeur les édifices aux dimensions les plus imposantes que de faire passer un modeste studio de 25 m2 en un loft des plus spacieux.

Certains photographes pourront éventuellement l’utiliser pour de la photographie de sport en se plaçant très près du sujet. L’ouverture à f/2,8 permettra aussi de jouer, dans une certaine mesure, sur la profondeur de champ. Si le sujet est suffisamment éloigné de l’arrière-plan, la faible distance de mise au point (8 cm par rapport à la lentille frontale) peut offrir un léger flou d’arrière-plan assez intéressant.

Phototrend Jean-Nicolas Lehec

Clair-obscur – Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/13 – f/80s – 80 ISO

L’ouverture maximale à f/2,8 ouvre également la possibilité de jouer avec les basses lumières sans (trop) monter la sensibilité ISO… mais au prix d’une certaine baisse des performances de l’optique. L’optique étant dénuée de stabilisation (de même que les EOS R ou RP sur lesquels il pourra être monté), nous vous conseillons de garder un œil attentif à la vitesse d’obturation pour éviter les photos floues.

Conclusion

De par la qualité des images qu’il permet de capturer, la qualité de ses finitions et la rapidité de son autofocus, le Samyang AF 14 mm f/2,8 RF est un très bon objectif que l’on prend plaisir à utiliser – ce qui peut parfois nécessiter un léger temps d’adaptation au vu de la largeur de l’angle de champ. Il s’avère bien construit et reste léger (484 g) et compact : il forme donc un tandem bien assorti avec un hybride Canon EOS R ou RP. On apprécie la restitution des détails au centre de l’image et l’absence quasi-totale d’aberrations chromatiques.

Toutefois, cette optique n’est pas totalement exempte de défauts. On regrettera par exemple l’absence de mécanisme de stabilisation : Canon ayant malheureusement fait l’impasse sur la stabilisation du capteur de ses hybrides (pour le moment), il convient de rester vigilant quant la vitesse d’obturation lorsque la lumière vient à diminuer. Cela étant, l’intégration d’un mécanisme aurait sans doute fait perdre à cette optique sa légèreté… et aurait sans doute fait grimper la facture. On notera aussi la présence du vignettage, même s’il est assez doux et progressif.

En termes d’homogénéité, le dernier-né de Samyang s’avère un bon élève… à condition de fermer le diaphragme. À l’ouverture maximale (f/2,8), les bords de l’image souffrent d’un manque de netteté assez prononcé, qui se corrige progressivement à partir de f/5,6 et disparaît (heureusement) vers f/7,1. À f/11, les images sont très homogènes et l’objectif dévoile son plein potentiel. La sensation de piqué, quant à elle, est présente au centre de l’image dès f/4 et est optimale entre f/7,1 et f/11.

Phototrend Jean-Nicolas Lehec

Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/4 – 1/160s – 3200 ISO

Enfin, la gestion de la distorsion est correcte… même si les bâtiments les plus hauts convergent nettement vers le haut de chaque côté du champ. Un point qui n’a rien de vraiment étonnant pour un ultra grand-angle et qui, dans le cas du Samyang AF 14 mm, demeure assez facilement corrigeable en post-production.

Au final, la copie rendue par le constructeur coréen s’avère équilibrée et permet d’obtenir de belles images. Ainsi, elle devrait convaincre sans souci les photographes d’architecture, d’astronomie ou de paysage.

Disponible à partir de 749 €, cette optique lumineuse ne souffre d’aucune concurrence directe en monture RF, puisque Canon n’a pas encore dévoilé de focale équivalente pour ses hybrides plein format.

Au final, le Samyang AF 14 mm f/2,8 RF est donc un très bon objectif ultra grand-angle, qui vient compléter harmonieusement le parc optique dédié aux hybrides Canon plein format.

Phototrend Jean-Nicolas Lehec

Canon EOS R – Samyang AF 14 mm f/2,8 RF – 14 mm – f/10 – 1/125s – 100 ISO

Test Samyang AF 14 mm f/2,8 RF : l'ultra grand-angle pour hybride Canon plein format
Qualité de fabricationOptique homogèneTrès bon piqué dès f/7,1Poids très contenuAutofocus rapide, même en basses lumièresAbsence d'aberrations chromatiquesBon rapport qualité-prix
Léger vignettageManque de netteté des bords à pleine ouvertureDistorsions un peu prononcées
8.2Note finale
Fabrication / Finitions8
Qualité d'image8
Ergonomie générale / praticité8.5