Après avoir lancé l’EOS R et sa nouvelle monture RF l’an dernier, Canon a dégainé son second boîtier, l’EOS RP, cette fois-ci adressé à une cible bien plus grand public. Nous avons profité du CP+ à Yokohama pour interviewer l’équipe Canon Japon au sujet de l’EOS RP, des nouveaux objectifs annoncés mais aussi parler technique (monture, stabilisation, defocus smoothing, etc.)

Face à nous, Go Tokura, Chief Executive Image Communication Business Operations, Yoshiyuki Mizoguchi, Group Executive ICB Products Group Image Communication Business Operations et Naoya Kaneda, Group Executive ICB Optical Business Group Image Communication Business Operations.

Photo de groupe : Yoshiyuki Mizoguchi, Go Tokura et Naoya Kaneda

Canon a introduit la nouvelle monture RF avec l’EOS R. Pourriez-vous nous rappeler pourquoi Canon a dû développer une nouvelle monture et ce que cela va permettre en termes de construction et de qualité d’image sur vos prochains produits ?

Naoya Kaneda : Cette nouvelle monture que nous avons introduit dispose d’un tirage plus faible et d’un large diamètre, ce qui permet plus de liberté sur la manière dont nous concevons la partie optique.

Le système EOS R avec les objectifs à venir en 2019

Quand nous concevons nos objectifs, nous ne faisons que répondre aux besoins de nos clients qui utilisent leur appareil pour photographier mais aussi réaliser des vidéos, une demande de plus en plus forte. Nous voulons répondre à ces demandes et permettre une nouvelle expression, et c’est pour cela que nous avons développé une monture avec un tirage plus faible et d’un large diamètre et nous pensons que cela devrait satisfaire les besoins de nos clients.

En termes techniques, qu’est-ce qu’il sera désormais possible grâce à cette nouvelle monture RF par rapport à la monture EF ?

Naoya Kaneda : Il y a plusieurs choses que cette nouvelle monture apporte en termes d’améliorations techniques. Cela va permettre une meilleure qualité d’image mais aussi un système plus compact [à caractéristiques identiques, NDLR]

Naoya Kaneda, Group Executive ICB Optical Business Group Image Communication Business Operations, Canon Japon

Nous pensons que les 4 premières optiques que nous avons annoncées permettent l’expression créative que nous recherchions. Mais si vous regardez les objectifs qui sont sur cette table – le zoom 28-70 f/2.0 par exemple – si nous avions fait le même objectif en monture EF, il serait bien plus gros et également plus lourd. Etre capable de réduire ces points est, je pense, l’une de nos plus grandes forces.

Pour nous, l’introduction de cette nouvelle monture arrive également à un moment où il était important de trouver de nouvelles façons pour que l’objectif et le boîtier communiquent ensemble, et nous avons énormément amélioré ce point. Parce que le système traditionnel a été développé il y a 30 ans, nous pensons qu’il était temps – un très bon moment – de permettre une vitesse plus rapide, qui puisse permettre à davantage de données de transiter entre l’appareil et l’objectif et cela offrira beaucoup de valeur à nos clients. Sans parler du fait que cette monture est en quelques sortes préparée pour le futur car ces points feront partie des demandes dans le futur.

Comparaison de taille entre le 70-200mm f/2.8 L IS III USM et le RF 70-200mm f/2.8 L IS USM

Aujourd’hui, le système EOS R est le seul système hybride plein format à ne pas disposer de la stabilisation d’image par le capteur (IBIS). Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez fait ce choix ?

Yoshiyuki Mizoguchi : Nous sommes conscients des bénéfices que l’IBIS apporte en termes de stabilisation d’images. Mais il faut également regarder les différents scénarios en photographie, les différentes distances focales que nous développons et la variété des distances focales auxquelles nous devons penser. Quand nous regardons le problème de manière général, nous pensons que les possibilités offertes par la stabilisation optique sont plus avancées car elle offre davantage de flexibilité pour s’adapter et fonctionner avec les différentes distances focales, c’est pourquoi nous travaillons encore avec la stabilisation optique sur nos boitiers.

EOS R + RF 24-105mm f/4 comparé à EOS 5D Mark IV + 24-105mm f/4

Ceci étant dit, nous sommes conscients des bénéficies de la stabilisation d’image par le capteur et nous sommes en train de développer cette technique à l’heure où nous discutons. En d’autres termes, dans le futur, lorsque cela sera possible, l’objectif disposera d’une très bonne stabilisation d’image ainsi que le boîtier grâce à la stabilisation du capteur. Et nous pensons que combiner ces deux méthodes de stabilisation d’image offrira plus de valeur au client. Nous pensons que cette combinaison sera une force pour Canon.

Nous avons été impressionnés par le tarif de l’EOS RP (1499€ nu avec un adaptateur), qui est le plein format le plus abordable chez Canon. Comment êtes-vous arrivé à prix si réduit ? Quel équilibre ou compromis avez-vous du trouver pour créer un tel produit ?

Yoshiyuki Mizoguchi : Je ne dirais pas que compromis est le bon mot, parce qu’avec l’EOS RP nous cherchons à toucher les utilisateurs qui viennent de l’APS-C mais aussi ceux qui prennent pour la première fois en main un appareil photo à objectif interchangeable et qui veulent vraiment passer au plein format mais ne l’ont pas encore fait. Nous voulons vraiment nous adresser à ce segment d’utilisateurs.

Les objectifs RF disposent d’une qualité optique et offrent une possibilité d’expression à leurs utilisateurs. Nous voulons proposer cette valeur au plus de photographe possible. En d’autres termes, pour les clients intéressés par ce pan de la photographie, nous voulons qu’ils puissent profiter de la haute qualité d’image et des fonctions améliorées et c’est la raison qui explique le tarif de cet appareil.

Pour les photographes amateurs et passionnés, nous avons l’EOS 5D en reflex et l’EOS R en hybride. Cet appareil n’a pas été développé pour eux : il s’adresse aux utilisateurs débutants qui veulent se lancer dans la photographie plein format pour la première fois et sera capable de les satisfaire. C’est notre objectif.

Nous pensons que tout cela est possible parce que Canon produit en interne ses propres capteurs, processeurs et optiques. Cela nous permet de proposer un produit aussi incroyable à un tarif aussi abordable.

Vous prévoyez de lancer un nouvel objectif 24-240mm, qui devrait être parfait pour l’EOS RP. Pouvez-vous nous dire à quel tarif il sera proposé ?

Naoya Kaneda : Le 24-240mm ? Bien sûr, nous ne pouvons vous dévoiler un prix final pour cet objectif pour le moment. Avec cet objectif, nous voulons vraiment répondre aux désirs des clients qui sont à la recherche d’une telle plage focale, de la facilité d’utilisation et nous aimerions étudier le sentiment de ces clients après utilisation, en espérant bien entendu leur offrir entière satisfaction. C’est ce qui déterminera le tarif que nous retiendrons, mais je ne peux rien vous dire pour le moment.

Durant notre première prise en main de l’EOS RP, nous avons conclu qu’il s’agissait d’un hybride plein format très attirant, sauf pour la vidéo 4K qui n’utilise pas la technologie Dual Pixel AF et qui est donc assez lent. Est-ce une façon de différencier l’EOS RP du R ou est-ce lié à une limitation technique ?

Yoshiyuki Mizoguchi : Lorsque nous avons développé et lancé l’EOS RP, nous étions conscients qu’il restait du travail à faire sur les fonctionnalités vidéo 4K. Cela dit, nous visons les utilisateurs qui souhaitent passer d’un boîtier APS-C et les nouveaux utilisateurs. Nous avons examiné toutes les fonctionnalités et l’équilibre de ce boîtier, ainsi que le prix auquel il devrait être proposé pour constituer un produit attrayant. Lorsque nous avons examiné la vidéo 4K, nous avons pensé que pour de tels utilisateurs, une fonctionnalité de vidéo Full HD performante est quelque chose de très satisfaisant. Nous avons donc décidé de suivre cette approche.

Canon EOS RP : prise en main de l’hybride plein format Canon le plus accessible

L’EOS RP dispose d’un mode de détection des yeux en mode Servo. Est-ce que cette fonctionnalité sera proposée pour l’EOS R avec une mise à jour de firmware ?

Yoshiyuki Mizoguchi : Je ne peux pas vous donner de date, mais nous allons proposer une mise à jour de firmware avec cette fonction dans les temps à venir.

Yoshiyuki Mizoguchi, Group Executive ICB Product Group Image Communication Business Operations, Canon Japon

Parmi les 6 objectifs que vous avez annoncés pour 2019, 4 sont stabilisés, même un zoom grand à ouverture constante f/2.8. C’est une nouveauté chez Canon. Pourquoi et comment intégrez-vous davantage de stabilisation optique sur un grand angle ainsi que des objectifs f/2.8 comme le 15-35mm et le 24-70mm en monture RF, par rapport aux objectifs EF ?

Naoya Kaneda : De toute évidence, la stabilisation est une caractéristique que nous souhaiterions tous, alors c’est une évidence d’introduire la stabilisation dans nos objectifs. Mais pour les objectifs L, qui sont destinés aux photographes amateurs avancés et aux professionnels, la qualité d’image est une priorité absolue. Nous nous sommes donc efforcés de trouver le meilleur équilibre entre l’introduction de ce système de stabilisation et le maintien de la qualité de l’image. C’est le cas depuis que nous développons des objectifs EF.

Eclatés d’objectifs RF

Cela dit, parce que la technologie et les capacités offertes par la monture RF à tirage plus faible et large diamètre le permettent, nous avons introduits la stabilisation optique sur de nouveaux objectifs car nous pensons que cela offrira de manière générale une plus grande valeur au client.

Qu’est-ce qui a motivé les ingénieurs de créer une version Defocus Smoothing (DS) du 85 mm f1/2L USM ? Pouvez-vous nous en dire plus sur la technologie utilisée sur cette objectif ?

Naoya Kaneda : Cette technique ne concerne pas les zones nettes, mais les zones floues à l’avant et à l’arrière, ce que nous appelons communément bokeh. L’objectif de cette technologie est de rendre ces zones plus douces. La raison pour laquelle nous avons une version normale et DS du 85mm c’est que nous pensons que certains clients voudront suivre l’approche normale, selon le type de photos qu’ils veulent prendre. Nous avons donc souhaité proposer cette option pour que les clients puissent choisir. Cette technologie correspond à un traitement de surface (coating) spécial que nous avons introduit et qui permet d’offrir ce rendu.

Cette version DS a été introduite maintenant en raison de la nouvelle monture, ou bien parce que vous étiez satisfait par l’état de développement de la technologie de Defocus Smoothing ?

Naoya Kaneda : La seconde partie. Nous avons étudiés cette technique et la manière dont nous pouvions la proposer dans nos produits, et désormais nous sommes satisfait par le résultat et nous pouvons l’intégrer dans nos produits, d’où la sortie de cet objectif.

Et pouvons-nous attendre d’autres objectifs avec une version DS, comme le 50mm f/1.2 par exemple. ?

Naoya Kaneda : Nous allons écouter le marché et ce qu’il souhaite, et nous verrons ce que nous déciderons à ce moment-là.

Pouvez-vous partager les premières réactions de clients des objectifs RF 50 mm f/1.2 et 28-70mm f/2 ? Comment est-ce que ces objectifs impressionnants ont été reçus par le public ?

Naoya Kaneda : Nous sommes vraiment satisfait des retours parce que ces objectifs proposent une grande ouverture alliée à une qualité d’image. La résolution est juste étonnante et nous recevons des retours très positifs.

Aussi, avec la grande ouverture, le boîtier doit disposer de très bonnes performances en termes d’autofocus, notamment en raison de la profondeur de champ qui peut être très courte, et c’est ce que nous proposons avec l’autofocus Dual Pixel CMOS des boitiers EOS R.

Pour les optiques EF/EF-S, vous proposez un adaptateur à la monture RF. Lors d’une prise en main, nous avons remarqué que les performances d’autofocus étaient meilleures pour ces objectifs EF que sur un boîtier reflex Canon EOS. Comment est-ce possible ?

Naoya Kaneda : Le fait d’ajouter l’adaptateur ne fait rien pour les objectifs EF. Par contre, l’adaptateur permet d’apporter à ces objectifs tout le potentiel de l’EOS R et de son autofocus. C’est la raison pour laquelle il semble plus fiable.

Nos objectifs EF sont développés en interne et nous collectons toutes les données optiques en termes de performances. Ainsi, lorsque nous avons conçu cet adaptateur, nous nous sommes assuré d’en tirer des enseignements et que nous utilisions tout le potentiel de l’autofocus du système R, je pense donc que c’est la raison pour laquelle la mise au point automatique est plus fiable sur certains objectifs EF.

Canon dispose désormais de trois montures : EF/EF-S, EF-M et la nouvelle monture RF. Vous avez déjà annoncé que vous vouliez assurer le développement de ces trois montures dans un futur proche, mais sur quels paramètres baserez-vous vos décisions pour aller dans une direction spécifique en termes de développement des produits ?

Go Tokura : Pour les boîtiers EOS R et les objectifs RF, parce que nous ne les avons lancé que l’an dernier, nous pensons qu’il y a beaucoup d’améliorations qui peuvent être proposées, donc dans un futur immédiat nous allons faire en sorte de mettre à jour et améliorer du mieux que nous pouvons le groupe EOS R et RF. En ce qui concerne la monture EF-M, notre objectif est de réduire la taille des boîtiers et des objectifs, donc c’est la direction que nous allons prendre.

Ensuite, de manière plus globale, nous voulons répondre à ce que le client recherche. Quelle est la demande et la tendance du marché, les caractéristiques attendues. Nos produits iront donc dans cette direction.

L’hybride plein format est nouveau pour Canon, mais vous avez un historique avec les reflex plein format et Canon dispose déjà d’une gamme d’hybrides APS-C. Comment cette expérience a aidé Canon à créer la ligne de produit EOS R ?

Go Tokura : Je pense que depuis 30 ans, avec l’histoire des produits EOS, nous avons toujours écouté les retours de nos clients, ce qu’ils voulaient, ce qu’ils demandaient et, dans cet esprit, je pense à la question que vous aviez concernant le prix et les fonctionnalités de l’EOS RP. Nous avons pu obtenir ce bon équilibre car nous comprenons les réactions et les tendances grâce à notre longue histoire.

Go Tokura, Chief Executive Image Communication Business Operation Canon Japon

Les Jeux olympiques d’été de Tokyo 2020 se dérouleront en juillet 2020. Nous savons que Canon travaille sur un boîtier hybride plein format destiné aux professionnels. Est-ce que les photographes professionnels peuvent s’attendre à tenir entre leurs mains un EOS Rxx ou bien conserver leur EOS 1D-X durant cet événement majeur pour la photographie sportive ?

Go Tokura : Les photographes professionnels utilisent leur appareil photo comme un outil de travail. La fiabilité est donc un impératif. Ils doivent pouvoir compter sur leur caméra. En outre, étant donné que ce sont des professionnels qui utilisent leur appareil photo quotidiennement, la facilité d’utilisation et leurs habitudes d’usage sont également très importantes. Donc, une fonctionnalité complètement nouvelle à venir peut ne pas être une chose positive pour les professionnels. Nous devons donc trouver le juste équilibre afin de pouvoir réellement satisfaire nos utilisateurs professionnels.

CP+ : un Canon EOS RP en or pour…


Merci aux responsables de Canon Japon d’avoir répondu à nos questions, ainsi qu’à Léa Chaland de Canon France pour avoir organisé cette rencontre au CP+.