C’est au cours du X Summit à Dubai, le 8 février dernier, que Fujifilm dévoile l’air de rien une maquette de son moyen format GFX au design modulaire ultra-compact.

Au cours de la conférence, dont une captation a été réalisée et disponible ci-dessus, – plus précisément à l’occasion de la discussion n°3 qui concerne le futur design des appareils photos hybrides à 59 : 40 – qu’ont été dévoilés 4 design de maquettes basés sur le moyen format GFX dont un concept modulaire qui réduit considérablement la taille de l’appareil.

Dévoilée pour la première fois lors de la photokina 2016, la nouvelle famille d’hybrides moyen format GFX, inaugurée par le GFX 50s, affichait déjà des mensurations records face à la concurrence en moyen format.

Avec ce nouveau concept modulaire, Fujifilm profite de cette technologie sans miroir pour rendre le design de sa gamme encore plus compact en dévoilant l’unité centrale de base qui comprend le capteur, l’obturateur et les principales fonctions de compensation de l’exposition, de sensibilité ISO, ainsi que l’écran arrière et bien entendu, la batterie.

Capture d’écran qui laisse apercevoir les différents boutons

Viseur et poignée sont ainsi à ajouter en option et peuvent être personnalisés selon l’usage, même si l’unité centrale fonctionne seule pour un design minimum.

GFX + grip

Si ce concept est encore à l’état de maquette, Fujifilm cherche ici à montrer le potentiel futur de ses hybrides moyen format en réduisant considérablement leur poids et leur taille. Certaines contraintes techniques doivent encore être résolues et Fujifilm travaille sur une unité d’obturation plus petite en y introduisant un obturateur global par exemple.

Un très grand capteur dans un gabarit toujours plus réduit : c’est la promesse des hybrides et Fujifilm compte s’y tenir, tandis que d’autres constructeurs inversent la tendance (nous pensons aux derniers S1 et S1R de Panasonic à capteur plus petit 24 x 36 mm ou encore à l’Olympus OM-D E-M1X à capteur micro 4/3).

Si ce futur format réduit voit le jour, Fujifilm pourrait convaincre encore un peu plus les professionnels, trop souvent équipés en boitiers lourds, sans pour autant omettre la qualité d’image et pourquoi pas emmener un plus large public vers ce type d’appareils.

Projet à venir ou rêve d’ingénieur, nous aurons peut-être la chance d’en savoir davantage sur ce design modulaire lors de notre déplacement au CP+ au Japon à la fin du mois. Affaire à suivre.