Le Canon G1 X Mark III est aujourd’hui l’appareil qui représente la quintessence du savoir-faire du fabricant japonais en matière de compacts experts. Annoncé à la fin de l’année dernière, le G1 X Mark III mise sur sa légèreté (399g sur la balance, batterie et carte mémoire incluses), ainsi que sur la présence d’un viseur électronique et d’un grand écran tactile orientable.

Mais il s’appuie aussi (et surtout !) sur son capteur APS-C de 24,2 millions de pixels avec autofocus Dual Pixel. Un capteur que nous avions déjà rencontré sur l’hybride EOS M5, mais aussi sur le reflex EOS 80D. L’appareil est également muni d’une optique 24-72 mm stabilisée. Enfin, il se distingue des autres appareils de la marque par sa taille : à peine 11,5 centimètres de large.

Ce compact expert est-il de taille à remplacer un appareil de type reflex, comme le vante son constructeur ? Nous avons profité d’un voyage à San Francisco pour le tester en conditions réelles et mesurer les performances du plus petit des appareils experts Canon.

Canon G1 X Mark III arrière

Design, prise en main et ergonomie

Lors de la première prise en main, le Canon G1 X Mark III impressionne par sa compacité ainsi que la qualité de ses finitions. Le boîtier tient parfaitement dans la main et respire la solidité. De par le positionnement du flash et des différentes molettes, le G1 X Mark III fait penser à un mini-reflex, alliant la performance d’un capteur APS-C, un viseur électronique et un zoom 24-72 mm, le tout dans un format bien plus respectueux du dos de son utilisateur. En outre, Canon indique avoir prémuni son appareil des aléas de la poussière et de l’humidité.

La poignée, située à droite de l’appareil, permet une préhension agréable et intuitive. Le revêtement antidérapant assure une très bonne préhension de l’appareil en toutes circonstances.

L’ergonomie générale du boîtier est très proche de celle des reflex Canon. À gauche du couple viseur-flash, on retrouve la traditionnelle molette PASM ; à droite, les boutons on/off et de zoom se placent à côté de la molette de correction d’exposition (-3 à +3 IL). Au dos de l’appareil, on retrouve un grand écran tactile de trois pouces très réactif, et monté sur une rotule.

Canon G1 X Mark III haut

Au premier abord, le tactile peut sembler relativement secondaire, mais permet de sélectionner très rapidement la zone de l’image sur laquelle doit se faire la mise au point. Il permet également de naviguer facilement dans les menus de l’appareil, lesquels sont simples et clairs tout en permettant d’ajuster un grand nombre d’options.

Canon G1 X Mark III Écran et viseur électronique

Le grand écran tactile du G1 X Mark III, surmonté du viseur électronique et de la griffe porte-flash

A droite de l’écran se trouvent une molette crantée entourant la croix directionnelle, ainsi que différents boutons donnant accès aux fonctionnalités de prise de vue et au menu. On notera également la présence d’un bouton déclenchant l’enregistrement vidéo (à partir de n’importe quel mode de prise de vue), toujours appréciable. A l’avant, le bloc optique est accompagné d’une seconde molette permettant d’ajuster, notamment, la vitesse d’obturation ou l’ouverture. Le comportement de cette molette est paramétrable depuis les menus de l’appareil.

Canon G1 X Mark III

Placée verticalement, cette molette peut s’avérer un peu déroutante, même si l’on finit par s’y habituer aisément. En revanche, le pouce de l’utilisateur peut facilement venir entrer en contact avec le coin supérieur droit de l’appareil, au risque de déclencher inopinément certaines fonctions.

Le bloc optique se déploie assez rapidement à chaque démarrage de l’appareil. L’objectif 15-45 mm (équivalent 24-72 mm en format 24×36), est doté d’une ouverture allant de f/2.8 à f/5.6. Nous aurions préféré une ouverture constante à f/2.8, mais les ingénieurs de chez Canon ont sans doute été contraints par la taille réduite de l’objectif.

Celui-ci est entouré d’une bague rotative (elle aussi paramétrable), permettant par défaut de zoomer/dézoomer. En théorie, la présence de cette bague aurait pu être une bonne initiative, mais sa course est beaucoup trop longue, obligeant à faire plus d’un tour complet pour atteindre une extrémité de la longueur focale à une autre. Dommage.

Notons également que, contrairement à de nombreux compacts, l’objectif n’est pas protégé par des lamelles venant se positionner devant la lentille frontale quand l’appareil est mis hors-tension. A la place, Canon fournit un bouchon, qu’il faudra penser à enlever lors du déploiement de l’objectif. Un détail ergonomique qui peut devenir rapidement agaçant.

Canon G1 X Mark III objectif déployé

Le Canon G1 X Mark III vu du dessus, objectif déployé

L’objectif est surmonté d’une protubérance assez importante, abritant le flash et le viseur électronique. Comme sur l’EOS M5, Canon a eu la bonne idée de ne pas rendre automatique le déploiement du flash. Lorsque celui-ci est requis, un message « ériger le flash » s’affiche à l’écran. Il suffit alors de relever manuellement le flash (aucun bouton n’est prévu à cet effet), évitant l’habituel flash pop-up qui vient si facilement se déclencher inopinément.

Enfin, le viseur électronique est composé d’un écran OLED d’environ 2,3 millions de pixels couvrant 100% de la scène. En théorie, celui-ci aurait dû permettre d’assurer une visée confortable… Malheureusement, la pratique est assez différente. L’écran OLED affiche un rendu assez froid, et est trop sombre si la scène est très lumineuse et trop éclatant quand la lumière se fait plus douce. Mais surtout, ce viseur s’avère beaucoup trop petit, et assez inconfortable à l’utilisation.

Un appareil à la fois complet et compact

Les dimensions de l’appareil sont très réduites (11,5 cm de large, 7,8 cm de haut et 5,1 cm de profondeur une fois l’objectif déployé). En outre, il ne pèse que 399 grammes avec batterie et carte mémoire. Il s’avère donc encore plus facilement transportable que le Canon EOS M5, auquel il faut ajouter un objectif. Nous avons grandement apprécié le très faible volume du Canon G1 X Mark III : il est extrêmement facile à glisser dans un sac à dos et peut même être glissé dans une poche de veste. La même chose ne saurait être dite à propos d’un reflex à capteur APS-C… Dans l’ensemble, le concept du G1 X Mark III est très séduisant.

Canon G1 X Mark III compacité

Le G1 X Mark III est agréablement compact, et tient parfaitement en main

Fonctionnalités

Troisième itération de la gamme G1 X, le Canon G1 X Mark III est le modèle le plus expert des compacts Canon. Il mise sur la qualité d’image et la réactivité de par son capteur APS-C, emprunté au Canon EOS 80D.

Caractéristiques techniques du Canon G1 X Mark III :

  • Capteur CMOS APS-C de 24,2 Mpx
  • Processeur Digic 7
  • Longueur focale : 15-45 mm (équivalent 24-72 mm en full-frame)
  • Zoom optique x3
  • Zoom numérique x4
  • Ouverture f/2,8 – f/5,6
  • Construction optique : 9 éléments répartis en 8 groupes
  • Stabilisation photo : optique par décentrement de lentille
  • Stabilisation vidéo : électronique (Dynamic IS)
  • Autofocus CMOS Dual Pixel avec détection de phase
  • Distance minimale de mise au point : 10 cm en grand angle, 30 cm en téléobjectif
  • Sensibilité maximale : 25 600 ISO
  • Obturation de 30 s à 1/2000 s
  • Viseur électronique avec écran OLED
  • Écran LCD de 3 pouces
  • Dimensions : 115,0 × 77,9 × 51,4 mm
  • Poids : 399 g

Mise au point Dual Pixel AF

Canon a choisi de reconduire la technologie Dual Pixel AF, lancée avec le Canon EOS 70D et dont nous avions pu apprécier les performances sur l’EOS M5. Son procédé repose sur l’utilisation conjointe de chaque pixel du capteur pour la mise au point et la capture de la photo. Deux photodiodes, présentes à l’intérieur de chaque pixel, permettent d’utiliser l’autofocus à corrélation de phase, chacune recevant le même signal (avec une légère différence, liée au décalage physique). Aussi, cette technologie permet au G1X Mark III d’embarquer un autofocus précis et très rapide. Il s’avère également très large : 80% de la surface du capteur peut ainsi être utilisée pour faire la mise au point.

Dans la pratique, l’autofocus s’avère très efficace et détecte très rapidement les sujets. Le suivi des objets en mouvement s’avère également très performante.

G1 X Mark III Streetcars terminus

Canon G1 X Mark III, 15 mm, 1/1250s, f/4, 100 ISO

Stabilisation optique et numérique du G1 X Mark III

L’appareil embarque une optique stabilisée (par décentrement de lentille). Celle-ci permet de gagner 4 stops et se révèle particulièrement efficace sur le terrain. La stabilisation permet ainsi de shooter à main levée avec une vitesse d’obturation très lente. A ¼ de seconde, les images s’avèrent nettes et détaillées. Sur l’image ci-dessous, le train dessine un joli flou de mouvement, tandis que le pilier de la station demeure net. Une vraie réussite.

G1 X Mark III flou de vitesse

Canon G1 X Mark III, 15 mm, 1/4s, f/4, 100 ISO

En mode vidéo, le G1X Mark III s’appuie sur un mécanisme de stabilisation numérique sur 5 axes, baptisé « Dynamic IS ». Le but : rendre les images produites plus fluides, pour un rendu de meilleure qualité. Nous ne manquerons pas de revenir en détails sur ce point dans la partie vidéo.

Modes de prise de vue

Le Canon G1 X Mark III embarque un grand nombre de modes prédéfinis. Si ceux-ci sont avant tout orientés grand public, certains d’entre eux s’avèrent intéressants. Le mode Auto (baptisé ici Smart Auto), censé savoir reconnaître jusqu’à 58 types de scène, est particulièrement efficace, et délivre des clichés de bonne facture.

On retrouve les traditionnels modes PASM, qui permettent de « déverrouiller » la prise de vue en RAW… Mais au détriment du zoom numérique x6. En effet, ce dernier n’est pas disponible en RAW, un choix technique difficilement explicable. Celui-ci est relativement intéressant, mais les images obtenues dans des conditions de faible luminosité sont très bruitées, tout en observant un lissage assez prononcé (voir la photo ci-dessous).  On appréciera toutefois la possibilité (mais en JPEG uniquement…) de capturer des sujets très éloignés. Néanmoins, il ne s’agira pas ici de remplacer le télézoom 70-200 mm d’un reflex.

G1 X Mark III Zoom numérique

Le bruit numérique tend à s’envoler quand le zoom numérique est poussé au maximum. Attention : cette photo n’a pas été prise à San Francisco. Canon G1 X Mark III, 45 mm, zoom numérique x4, 1/160s, f/4, 3200 ISO

On retrouve également un certain nombre de modes créatifs. Les modes portrait et autoportrait vont essentiellement jouer sur la profondeur de champ, mais d’autres sont assez avancés. Le mode panorama permet de réaliser des photos par balayage de gauche à droite et est toujours appréciable. Les modes destinés à la prise de vue nocturne sont très efficaces : mention spéciale au mode « scène de nuit main levée », permettant de réaliser des images nocturnes sans trépied. L’appareil prend 4 images et les fusionne pour un résultat éliminant le flou de bougé et le bruit numérique, à condition de rester stable pendant la prise de vue. Nous reviendrons sur ce mode dans le chapitre consacré à la qualité d’image de l’appareil.

Canon G1 X Modes créatifs

Le G1 X Mark III et ses différents modes créatifs

Enfin, on notera la présence de modes plus anecdotiques, mais qui plairont sans doute à certains utilisateurs : un mode noir et blanc granuleux, un mode Fisheye, des effets peinture à l’huile et aquarelle, ainsi que des modes permettant, entre autres, d’imiter le rendu d’une caméra-jouet ou d’une photo miniature.

Connectivité du G1X Mark III : WiFi, Bluetooth, NFC au programme

A l’image des boîtiers récents de Canon, le G1X Mark III embarque toutes les normes de communication sans-fil présentes dans le monde de la photographie numérique : WiFi, Bluetooth basse consommation et NFC. Grâce à l’application Canon Camera Connect, l’utilisateur peut ainsi visualiser ses photos depuis son smartphone ou sa tablette, les télécharger en local pour les retoucher et les partager en ligne. L’application permet également de contrôler la prise de vue à distance, ainsi que de géotagger les photos prises avec l’appareil.

L’utilisation du WiFi s’est avérée fiable et efficace. Les photos ont été téléchargées rapidement sur notre smartphone. En revanche, la procédure d’appairage reste relativement fastidieuse, même si les indications de l’appareil permettent de s’y retrouver (presque) facilement. La connexion en NFC s’est montrée beaucoup plus capricieuse, le smartphone refusant de se connecter à l’appareil. De même, le téléphone et l’appareil photo ont rencontré des difficultés à rester connectés en permanence en Bluetooth.

Performances et qualité d’image

Afin de mesurer les performances de ce Canon G1 X Mark III, nous l’avons utilisé en conditions réelles, lors d’un voyage à San Francisco. Nous avons pu ainsi vérifier la qualité de ses images, et avons tenté de prendre Canon au jeu : nous servir de ce compact expert non pas en tant que complément d’un reflex, mais en remplacement de celui-ci. Alors, pari tenu ?

Canon G1 X Mark III - terminus cable cars Fisherman's Wharf

Le terminus des cable cars à Fisherman’s Wharf – 15 mm, 1/800s, f/5,6, 100 ISO

Une réactivité exemplaire

Le Canon G1 X Mark III est muni d’une optique rétractable. Cet aspect, qui permet à l’appareil d’être particulièrement compact une fois éteint, pourrait s’avérer problématique lors du démarrage. Heureusement, l’optique se déploie rapidement et la mise en route prend environ 2 secondes. Un bon point pour un appareil qui ambitionne d’être emporté partout : sa réactivité lui permet d’être déclenché spontanément.

L’autofocus se montre particulièrement véloce et efficace et permet un déclenchement très rapide. Canon a intégré trois modes de déclenchement : vue par vue, rafale et rafale haute. Ce dernier est particulièrement intéressant pour figer un élément se déplaçant rapidement grâce à une rafale de 9 i/s avec mise au point et exposition sur la première image) ou 7 i/s avec suivi AF continu… Mais génère un très grand nombre de photos si le doigt de l’utilisateur reste appuyé sur le déclencheur pendant plusieurs secondes. Nous aurions sans doute apprécié de pouvoir spécifier une limite maximale de photos à capturer dans ce mode (20 images maximum, par exemple), de sorte à ne pas remplir trop rapidement la carte mémoire (d’autant que les fichiers RAW sont assez lourds). Le buffer a l’avantage de ne pas saturer trop rapidement, ce qui permet à l’appareil de se montrer très efficace.

Canon a également mis l’accent sur les différents modes de détection et de suivi du sujet. A l’image de nombreux autres appareils Canon, l’autofocus dispose de trois modes :

  • priorité visage + suivi : l’appareil fait la mise au point sur le visage puis le suit. Très utile pour photographier une personne.
  • mise au point par zone : l’appareil fait la mise au point sur une zone composée de 9 points d’autofocus (équivalent des collimateurs sur un reflex). Ce mode s’avère intéressant pour photographier un sujet dont les mouvements sont difficiles à prédire, comme un animal.
  • mise au point sur un seul collimateur : l’utilisateur choisit un collimateur et la mise au point se fait uniquement sur celui-ci. C’est le mode le moins intelligent, mais souvent le plus efficace et précis pour faire la mise au point sur un petit sujet. C’est également celui que nous avons le plus utilisé au quotidien.
G1 X Mark III mode portrait

Le mode AF suivi du sujet permet de capturer des portraits particulièrement nets et détaillés – Canon G1 X Mark III, 38 mm, 1/400s, f/5,6 160 ISO

On retrouve également le mode AI Servo, bien connu des utilisateurs d’appareils de la marque : la mise au point et la mesure d’exposition sont faites en continu tant que le déclencheur reste appuyé à mi-course. De manière générale, nous n’avons rencontré aucun souci de réactivité lors de notre utilisation du G1 X Mark III. Celui-ci se montre très rapide à la mise au point et au déclenchement.

G1 X Mark III - Oldest Streetcar

Le plus ancien des trams de San Francisco – Canon G1 X Mark III 15 mm, 1/1250s, f/2,8, 100 ISO

Une autonomie… décevante

Canon annonce une autonomie de 200 photos pour son G1X Mark III. Celle-ci monte à 250 vues en mode économique. Les habitués des appareils hybride et reflex risquent d’y perdre leur latin, tant ce chiffre paraît bas. Hélas, c’est là l’un des véritables points faibles de cet appareil. En réduisant au maximum les dimensions de son compact expert, le constructeur japonais a intégré une batterie dont la capacité n’a d’égal que ses dimensions… Lors de notre voyage, nous avons dû recharger l’appareil presque tous les soirs, sous peine de ne plus pouvoir allumer l’appareil le lendemain. Un comportement qui n’est pas sans rappeler de nombreux smartphones. Ceci est particulièrement regrettable pour un appareil destiné notamment à accompagner les photographes en voyage, où il est aisé de dépasser (largement) les 200 photos par jour. Nous aurions amplement préféré que la capacité de cette dernière soit a minima doublée.

A noter que l’indicateur de batterie a parfois un comportement étrange, passant de deux barres à « pratiquement vide » en un rien de temps. L’expérience photo se trouve quelque peu gâchée par la nécessité de surveiller fréquemment la jauge de la batterie.

Canon permet toutefois de recharger l’appareil via micro-USB, afin de redonner des couleurs à la batterie plus facilement qu’avec le chargeur secteur. Un mot sur ce dernier : celui-ci ressemble à s’y méprendre (en plus petit toutefois) au chargeur des reflex moyen de gamme de Canon. Nous regrettons toutefois que le témoin de charge ne soit pas plus explicite, et n’indique pas le niveau de charge de la batterie.

G1 X Mark III - Autonomie

Comme l’indique la petite icône rouge en haut à gauche de l’écran, la batterie du G1 X Mark III atteint rapidement la limite de ses capacités

Qualité d’image et montée en ISO

Ouvrons maintenant le chapitre consacré à la qualité d’image, avec une sélection de photos réalisées avec le Canon G1 X Mark III. Nous avons utilisé les fichiers RAW générés par l’appareil, exportés en JPEG après application du profil ‘Camera Standard’ dans Photoshop. Retrouvez les EXIFs en-dessous de chaque image.

De manière générale, la qualité des images générées par le Canon G1X Mark III est très bonne. Les photos sont riches et détaillées et leurs couleurs vibrantes. Nous avons été très agréablement surpris par le rendu des photos prises avec ce compact expert. En RAW, on observe par défaut un léger manque de peps au niveau des couleurs, aisément corrigeable au post-traitement. En revanche, la colorimétrie des JPEG est tout à fait correcte.

Canon G1 X Mark III Cable Cars

Lever de soleil sur les docks et le Oakland Bay Bridge – Canon G1 X Mark III 18,7 mm, 1/1250s, f/5, 100 ISO

Canon G1 X Mark III Macro

Morceau de bois au soleil levant – Canon G1 X Mark III, 30,3 mm, 1/100s, f/14, 2500 ISO

Canon G1 X Mark III Cable Cars

Le Golden Gate Bridge dans le brouillard, 25,8 mm, 1/50s, f/4, 125 ISO

G1 X Mark III - Lombard Street

Vue plongeante depuis Lombard Street – Canon G1 X Mark III 34 mm, 1/1250s, f/5, 100 ISO

Canon G1 X Mark III Macro

Perspective à Embarcadero – Canon G1 X Mark III, 15 mm, 1/30s, f/2, 400 ISO

Le rendu de l’écran orientable n’est ni trop flatteur ni trop fade. En revanche, le petit écran OLED du viseur électronique est peut-être un peu « métallique » et trop contrasté. La plage dynamique est relativement élevée, et permet d’obtenir des contrastes nuancés. Le niveau de détails récupérable est également assez bon – dès lors que l’on shoote en RAW.

On observe une bonne montée en ISO. En JPEG, le lissage est quasiment absent en bonnes conditions de luminosité. Nous avons agréablement été surpris par le rendu des photos prises en basses lumière : le bruit numérique est très peu présent jusqu’à 3200 ISO (voire jusqu’à 5000). En revanche, il devient très présent à partir de 6400 ISO ; les images deviennent assez inexploitables à 12400 ISO.

À noter que le mode de prise de vue nocturne sans trépied est un véritable atout : en combinant plusieurs images, il permet d’éviter de trop augmenter la sensibilité du capteur et l’apparition de bruit numérique. Il convient seulement de rester relativement stable pendant la capture afin d’éviter tout flou de bougé. Ce mode montre toutefois ses limites quand l’appareil est confronté à une source de lumière directe (des réverbères par exemple). À noter que la prise de vue en RAW n’est pas possible dans ce mode.

Canon G1 X Mark III Macro

Canon G1 X Mark III, 29,4 mm, 30s, f/10, 100 ISO

Le seul souci vient du manque de luminosité de l’objectif intégré. Si l’ouverture maximale est à f/2,8 à 24 mm, elle passe à f/5,6 à 72 mm, forçant l’appareil à augmenter le temps de pose et la sensibilité du capteur.

Enfin, si la plage focale 24-72 mm est suffisamment polyvalente pour une majorité de situations, elle pourra s’avérer trop limitée pour certains usages. Pour les amateurs d’architecture, les 24 mm sembleront bien serrés, tandis que les afficionados des photos de détails se sentiront bridés par la faible longueur maximale de l’objectif… D’autant que le Sony RX100 VI offre une plage focale de 24-200 mm.

Mode vidéo

Le Canon G1 X Mark III embarque un mode vidéo permettant de filmer en Full HD (1920 x 1080) à 60 images par seconde. Hélas, point de 4K, ni de mode ralenti à 120 fps à l’horizon… Une telle omission est assez regrettable, surtout sur un appareil décrit comme le fleuron des appareils compacts Canon. D’autant plus que certains concurrents offrent déjà ces possibilités (comme le Sony RX 100 Mark VI). Les fichiers vidéo sont en MP4 (codec H.264).

La stabilisation numérique sur 5 axes s’avère efficace… A condition de ne pas trembler. Quand celle-ci est activée, la vidéo s’avère légèrement zoomée, l’appareil rognant légèrement l’image pour tenter de stabiliser la vidéo. Nous aurions préféré une solution de stabilisation optique, plus performante, surtout que le mode photo l’utilise.

A l’usage, les vidéos du G1 X Mark III sont de bonne facture : les images sont nettes et détaillées, l’enregistrement du son relativement correct. Toutefois, Canon a voulu rendre l’effet zoom trop progressif en mode vidéo : nous aurions peut-être souhaité pouvoir zoomer un peu plus rapidement, notamment quand le sujet s’éloigne ou s’approche rapidement de l’appareil. Le zoom numérique est également de la partie, mais au prix d’une forte dégradation de l’image.

Contrairement à l’Eos M5, le G1 X Mark III est doté d’un écran monté sur rotule, ce qui le rend facilement utilisable pour du vlogging. Enfin, notons que l’appareil est doté d’une entrée micro et d’une sortie mini HDMI, situées sur la tranche droite. En revanche, point de prise casque à l’horizon.

Retrouvez ci-dessous deux vidéos capturées avec le Canon G1 X Mark III. La première a été réalisée à Sausalito, dans la baie de San Francisco, la deuxième sur Market Street:

A qui s’adresse le Canon G1 X Mark III ?

Le Canon G1 X Mark III est conçu pour les photographes recherchant la qualité d’un reflex APS-C dans un format beaucoup plus compact. Ainsi, cet appareil se destine notamment aux voyageurs ou à celles et ceux désirant capturer leur quotidien : en effet, ses faibles dimensions le rendent très facile à emporter partout avec soi, là où un hybride ou un reflex s’avèrent un peu moins facilement transportables en toutes circonstances.

De par son capteur APS-C – mais aussi son positionnement tarifaire… – cet appareil est plutôt orienté expert ; cependant, la facilité de prise en main, la profusion de modes de prise de vue et son écran tactile rendent accessible le G1 X Mark III à un grand nombre d’utilisateurs, expérimentés ou non.

Il s’agit là d’un appareil n’ayant pas réellement de concurrent sur le marché des compacts experts. Toutefois, la comparaison peut se faire avec l’appareil compact de Sony, le RX100, dont la 6e itération se situe dans la même gamme tarifaire (1300€ contre 1200€ pour le G1X Mark III)… tout en proposant une optique 24-200 mm ainsi que des modes vidéo plus avancés (4K, 120 fps). Au final, son véritable concurrent est sans doute incarné par le RX100 Mark V : les deux appareils disposent d’une plage optique similaire et d’un viseur électronique, mais le RX100 s’avère encore plus compact mais par contre ne dispose que d’un capteur 1 pouce plus petit.

Le G1 X Mark III est donc l’appareil de l’entre-deux, à mi-chemin entre le compact expert aux mensurations de mini-reflex et certains hybrides à capteur APS-C, comme le Fujifilm X-T100 et le Canon EOS M5.

G1 X Mark III et Sony RX 100

Le Canon G1 X Mark III aux côté du Sony RX 100 I

Conclusion

De par la qualité des image générées par son capteur APS-C, son optique stabilisée et l’efficacité de son autofocus Dual Pixel AF, le Canon G1 X Mark III est un appareil très complet et agréable à utiliser. Mais surtout, son form factor est son véritable atout différenciateur. En mariant compacité et performances, tout en intégrant zoom et viseur électronique, Canon réussit un véritable tour de force et livre une copie très équilibrée.

L’appareil n’est toutefois pas exempt de tout défaut. Compte tenu de son tarif assez élevé, on aurait souhaité un mode vidéo plus abouti, permettant la capture d’images en 4K et en 120 fps. Certains choix techniques sont également discutables, comme l’impossibilité d’utiliser le zoom numérique tout en shootant en RAW ou encore la configuration du viseur électronique, à la fois trop étroit et au rendu un peu agressif. En outre, son optique s’avère assez peu lumineuse : nous aurions préféré une ouverture constante à f/2.8. Enfin, la faible capacité de la batterie est assez contraignante pour les photographes désireux de shooter un grand nombre d’images par jour, notamment en voyage.

Cela étant, le G1 X Mark III, de par ses fonctionnalités et son design (mention spéciale à son écran tactile sur rotule, particulièrement pratique), est un appareil remarquable, sans véritable concurrence sur le marché des compacts experts. A l’usage, cet APN est un excellent compagnon du quotidien.

G1 X Mark III Écran Orientable

Peut-il cependant remplacer totalement un reflex, comme le suggère son fabricant ? La réponse est complexe, car elle dépend intrinsèquement des pratiques photographiques de l’utilisateur. Le Canon G1 X Mark III saura répondre à une grande majorité de scénarios de par son optique 24-72 mm stabilisée. Mais cet appareil n’est pas un hybride : son objectif ne peut être changé au profit d’un 16-35mm, par exemple, ou d’un 70-200mm pour adapter l’appareil aux différentes conditions de prise de vue. A ce titre, le G1 X Mark III ne remplace pas complètement un appareil de type reflex, mais vient le compléter très avantageusement. Ainsi, le pari est globalement réussi pour la firme japonaise : il s’agit bien d’un appareil très performant et agréable à dégainer pour réaliser des reportages photo, immortaliser les instants du quotidien et bien plus encore.

Le Canon G1 X Mark III est disponible au tarif de 1129€ chez Digit-Photo ou Miss Numérique.

Test du Canon G1 X Mark III, le plus expert des compacts de la gamme Powershot
Qualité de fabrication de l'appareilCompacité de l'appareilQualité des images capturées par le capteur APS-CGrand écran tactile sur rotuleRéactivitéDual Pixel AF très efficaceClarté des menusBonne montée en sensibilité jusqu'à 6400 ISO
Optique (relativement) peu lumineuseCourse de la bague circulaire un peu trop longuePas de prise casqueBatterie trop limitéeMode vidéo limité : pas de 4K ni de 120 fpsViseur électronique peu confortable
8Note finale
Fabrication / finitions8.5
Qualité d'image8
Ergonomie7
Réactivité8.5