Muni de son Canon 40D, Stefano Mirabella arpente les rues de son Italie natale. Son défi est de créer des images qui transcendent la réalité. À la manière des premiers grands maîtres de la photographie de rue, il réalise ses prises de vues en noir et blanc pour mieux sublimer la réalité.

Stefano Mirabella immortalise les scènes du quotidien, ses ironies, ses coïncidences, ses synchronicités et en fait le matériel brut de la création d’images réinventées.

© Stefano Mirabella

En juxtaposant les perspectives, en se servant des reflets ou des coïncidences entre les positions, le mouvement des passants et leur environnement, son regard trouve des parallèles intéressants qui donnent à ses photographies deux niveaux de lecture : l’image de la vie quotidienne combinée à une scène imaginaire.

© Stefano Mirabella

© Stefano Mirabella

Stefano Mirabella débute la photo avec un Yashica MF2 et un goût prononcé pour la photographie de reportage social, inspiré par Francesco Zizola, Paolo Pellegrin, Ivo Saglietti, Larry Towell — entre autres — qu’il découvre au cours de sa formation.

S’intéressant ensuite à l’approche de la photographie de rue, il se fascine pour ces photographes qui transforment la vie de tous les jours en théâtre de leurs prises de vues. S’inspirant d’Alex Webb, Constantine Manos, Trent Parke, Mark Cohen, Anders Petersen ou encore de Marco Pesaresi, il se passionne pour cette habilité à observer et réinterpréter la vie quotidienne.

© Stefano Mirabella

Né à Rome en 1973 où il vit toujours, il qualifie la photographie de rue comme la synthèse entre la représentation de la réalité et la capacité à la transcender. De 2015 à 2018, il est ambassadeur de l’Académie Leica. Il fait partie du collectif italien Spontanea et a été exposé dans plusieurs galeries et festivals à l’international. En 2013, il remporte le 1er prix du Street Photography International.

© Stefano Mirabella

“ Souvent, le succès d’une photo ment un peu, des détails subtils et des ombres arrivent ensemble, et peuvent même être hors du contrôle, de la volonté ou du choix du photographe. Un mouvement soudain, un nuage qui passe, un détail inattendu, peuvent influencer positivement ou négativement une photo. »

© Stefano Mirabella

© Stefano Mirabella

Pour découvrir les autres photographies de la série, rendez-vous sur le site de Stefano Mirabella. Pour en savoir plus sur la pratique de la photographie de rue, vous pouvez consulter notre Mercredi Pratique.