Alex Webb, photographe californien, est devenu une référence de la street-photographie. Il s’est imposé avec un univers coloré, en mouvement et incarné. En somme, de la vie.

Né en Californie en 1952, Alex Webb intègre Magnum Photos à seulement 24 ans. Petit prodige de la photographie de rue, il commence sa carrière dans le Sud des Etats-Unis. Il photographie alors la vie des petites villes du South US, comme Mound Bayou, en noir et blanc.

Crédits : Alex Webb

Mound Bayou, Crédits : Alex Webb

En voyageant au Mexique et aux Caraïbes, il commence à appréhender la photographie couleur. Alex Webb se révèle alors à lui-même. La couleur devient un élément clef de la composition de ses photos. Jusqu’à présent, il n’a cessé de photographier en couleur.

Crédits : Alex Webb

Mexico, Crédits : Alex Webb

Ses photos paraissent alors dans tous les grands magazines : le New York Times, Geo Magazine, National Geographic Magazine… Le succès est fulgurant. Entre 1986 et 2007, Alex Webb publie sept livres photos qui rassemblent des reportages de ses voyages.

Parmi les projets qu’il a mené à long terme, Mexico’s Southern Border, une série de photos prises à la frontière entre le Guatemala, le Belize et le Mexique.

Crédits : Alex Webb

Mexico’s Southern Border, Crédits : Alex Webb

Un reportage qui donne la primauté à l’humain. Alex Webb offre ainsi une place centrale aux hommes et femmes qui tentent de traverser le Mexique pour atteindre les Etats-Unis. Il documente les difficultés de la migration, et s’infiltre jusque dans l’intimité des séparations.

Crédits : Alex Webb

Mexico’s Southern Border Crédits : Alex Webb

Cet intérêt pour le vivant, Alex Webb le cultive pendant tous ses voyages, notamment au Paraguay, dont il ramène une série qu’il appelle The Mouth of Night.

Crédits : Alex Webb

The Mouth of Night, Paraguay, Crédits : Alex Webb

« I only know how to approach a place by walking. » (Alex Webb, Under A Grudging Sun).

Alex Webb est l’essence même du street photographe. C’est un homme de terrain, de rue, un homme sensible, construit par l’expérience des voyages. Une expérience qui a forgé sa manière de photographier. Il confiait au New York Times en 2013  : « Je prends des photographies complexes parce que je constate – et de plus en plus en vieillissant – que le monde est très compliqué et finalement inexplicable. »

Pour découvrir le travail d’Alex Webb, rendez-vous sur son site. Et pour ceux qui craquerait sur ce street photographer, il vient de lancer avec sa femme, Rebecca Norris Webb, un compte Instagram il y a quelques semaines.