« Ceux qui rêvent le jour sont conscients de bien des choses qui échappent à ceux qui rêvent seulement la nuit. » C’est par cette citation d’Edgar Allan Poe que la photographe Maia Flore introduit sa série « Sleep Elevations ».

Maia Flore nous projette dans ses rêves et souvenirs d’enfance, nous donnant envie de s’élever avec elle au-dessus des paysages grandioses qu’elle a capturés sous la lumière scandinave.

©Maia Flore

Dans leurs élévations en plein sommeil, les jeunes femmes de Maia Flore flottent au-dessus des toits, font de la balançoire suspendues au-dessus d’un champ en proie à la rosée matinale, s’élèvent au-dessus d’une route accrochées à une montgolfière ou au-dessus de la mer grâce à un abat-jour.

©Maia Flore

L’esthétique onirique de cette série redéfinit les limites de la réalité en rendant possible l’élévation de corps endormis, suspendus à des objets. La photographe se met elle-même en scène mais ce n’est pas une tentative d’autoportrait.

Issue d’une formation d’arts graphiques à l’école des Gobelins, Maia Flore est photographe depuis 2010 et fait partie de l’Agence VU. Son approche de la photographie consiste à examiner les coïncidences entre notre monde et notre imagination. Grâce au photo-editing elle intègre des situations fantastiques au réel.

©Maia Flore

L’inspiration de cette série lui vient d’un cauchemar récurrent dans lequel elle est au bord de la route poussée par une main invisible. Elle obtient cette série fulgurante, débutée en Suède, grâce aux techniques de superposition sur Photoshop.

Issue du dessin et de l’illustration, Maia Flore découvre la photographie et réalise que c’est le médium qui lui permettra de représenter ses visions de manière plus palpable, dans le réel.

©Maia Flore

« L’art peut vous transporter vers un univers différent dans lequel ce qui est réel et ce qui ne l’est pas n’a aucune importance »

©Maia Flore

« J’aime utiliser la photographie pour raconter des histoires et les imaginer devenir réelles »

©Maia Flore

©Maia Flore

« Sleep Elevations » a été présenté au Festival « Circulation(s) » de la Jeune Photographie à Paris et Maia Flore a reçu le prix HSBC pour la photographie en 2015. Elle réalise par ailleurs des commandes pour la presse internationale. Depuis sa première résidence en Finlande en 2012, la jeune photographe ne cesse d’explorer notre place dans l’espace et le temps en utilisant son propre corps ; recherchant toujours de nouvelles techniques de narration et de représentation par la photographie et le graphisme.

Pour découvrir ses autres séries rendez-vous sur son site.