Jasmine Durand, photographe visible en ce moment au festival de l’Emoi à Angoulême, nous présente sa série Arabesque Nocturne, diptyques de la femme et de la nature.

Arabesque Nocturne © Jasmine Durand

Arabesque Nocturne © Jasmine Durand

Après avoir pratiqué le dessin et la peinture, la photo a sonné comme une évidence pour devenir son mode d’expression artistique principal : « J’ai eu très tôt le désir de conserver la trace des lieux et des paysages que je traversais, mais aussi l’empreinte d’un visage ou d’un corps » nous explique Jasmine Durand.

La photographe aime travailler sur les thèmes de la femme, du souvenir, de la nature et de désir. Cependant, la photographie n’est pas son métier, mais une passion qu’elle conserve précieusement : « La photographie répond à un désir intime de liberté créative et je l’exerce de manière très libre. »

Arabesque Nocturne © Jasmine Durand

Arabesque Nocturne © Jasmine Durand

Présente au vernissage du festival de l’Emoi à Angoulême, Jasmine a répondu à l’appel à candidatures spontanément. Sa série Arabesque Nocturne correspondait totalement au thème du « corps dans tous ses états ».

Entre poème et rêve, ces diptyques nous transportent dans l’univers de la femme la nuit. « Dans le silence de la nuit, une femme côtoie des éléments naturels avec lesquels s’instaure un dialogue. »

Arabesque Nocturne © Jasmine Durand

Arabesque Nocturne © Jasmine Durand

Les silhouettes font écho aux courbes des éléments naturels placés en face. De plus, les matières répondent visuellement aux habits des femmes : « J’ai associé les formes et les textures dans un esprit de concordance graphique ou symbolique », nous confie-t-elle.

Arabesque Nocturne © Jasmine Durand

Arabesque Nocturne © Jasmine Durand

Cette vision de la femme à travers le prisme de la nature permet de donner à la série tout son côté secret : « J’ai souhaité mettre en correspondance la femme et la nature, deux entités, à mon sens, intimement liées et mystérieuses. Il s’agit d’une vision onirique qui mêle la sensualité féminine à une nature envoûtante. »

Pourquoi associer deux photographies pour exprimer ces sentiments ? « Le choix du diptyque ne s’est pas imposé immédiatement pour suggérer le dialogue entre ces deux figures. Mais après une tentative de photomontage, j’ai finalement opté pour le diptyque qui permettait de conserver davantage la force respective de la femme et de la nature. »

Cette série, commencée en 2015 et terminée un an plus tard, émane d’un processus de réflexions artistiques important qui s’étale sur plusieurs années. En effet, certaines photographies datent de 2011, mais ce n’est que plus tard que l’artiste a décidé d’en faire une série en diptyque. Conservez bien vos anciennes photographies, elles peuvent toujours satisfaire une nouvelle inspiration !

Arabesque Nocturne © Jasmine Durand

Arabesque Nocturne © Jasmine Durand

Pour admirer la totalité de la série Arabesque Nocturne, vous pouvez vous rendre sur le site de la photographe. N’hésitez pas à découvrir les autres artistes présents au festival de l’Emoi à Angoulême.