NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 110
Matériel, Test 15

Test de l’objectif Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM

En novembre 2015, Sigma a dévoilé un nouvel objectif de la série Art, le Sigma 20 mm f/1.4 DG HSM. Cet objectif est venu compléter la gamme « Art » de Sigma qui comptait déjà le 24mm f/1.4 DG HSM, le 35mm f/1.4 DG HSM et le 50mm f/1.4 DG HSM pour devenir l’objectif ultra grand-angle pour reflex plein format avec la plus grande ouverture (f/1.4) qui existe aujourd’hui.

Disponible pour Canon, Nikon et Sigma, cet objectif avec une construction « Made in Japan » est passé entre nos mains pendant plusieurs semaines entre janvier et février, l’occasion de pouvoir le tester en détail.

Test-Phototrend-Sigma-Art-20 mm-f1-4DG-HSM-22

Présentation du Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM

Sigma dispose actuellement de trois gammes d’objectifs :

  • la gamme Contemporary (C) qui rassemble les objectifs compacts comme les zooms standards ou télézooms
  • la gamme Art (A) qui regroupe les objectifs à grande ouverture, objectifs grand angle, macro, fish-eye, etc. Le point commun de tous ces objectifs est une performante exceptionnelle et une grande ouverture
  • la gamme Sport (S) qui regroupe les téléobjectifs et gros télézooms et qui sont taillés pour l’action et la performance

Le Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM fait partie de la gamme Art de Sigma, qui regroupe les objectifs « à haut degré d’expression artistique » du constructeur japonais. Cet objectif ultra grand-angle et très lumineux est particulièrement destiné aux paysages, à la photo d’architecture ainsi qu’aux situations de luminosité difficile – photos en intérieur, astrophotographie, etc.

Test-Phototrend-Sigma-Art-20 mm-f1-4DG-HSM-1-2

L’objectif dispose d’un autofocus à motorisation HSM (Hyper Sonic Motor) présenté comme à la fois silencieux et rapide et il est possible de faire une retouche du point en mode AF à l’aide de la bague de mise au point.

Voici quelques caractéristiques à noter sur ce 35mm :

  • focale fixe de 20mm équivalent 30mm en APS-C
  • ouverture maximum : f/1.4
  • ouverture minimale : f/16
  • construction optique : 15 lentilles en 13 groupes, avec 2 lentilles asphériques (dont une double), 2 verres FLD et 5 verres SLD à faible dispersion, revêtement Super-Multi Layer
  • diaphragme : 9 lamelles
  • angle de champ : 94,5°
  • distance de mise au point minimale : 27,6 cm
  • rapport de grossissement maximal : 1:7.1
  • diamètre du filtre : pas de pas de vis pour filtre, pare-soleil intégré
  • tropicalisation : non
  • autofocus : oui, motorisation HSM
  • poids : 950g
  • stabilisation : non
  • dimensions : diamètre 90,7mm x longueur 129,8mm
  • montures compatibles : Canon EF, Nikon F et Sigma

L’objectif dispose du service de changement de monture de Sigma : il est ainsi possible, si vous changez de boîtier (par exemple en passant de Nikon à Canon, ou de Canon à Sigma) de faire adapter l’objectif pour continuer à l’utiliser. Ce service est payant et est effectué par Sigma.

Le Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM est également compatible avec le Sigma USB Dock qui permet de mettre à jour l’objectif et de régler finement les paramètres de l’optique, notamment en réglant l’autofocus.

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 10 - ISO 200

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 10 – ISO 200

Prise en main du Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM

L’objectif, une fois en main, est massif et bien construit. Ses 950g nous indiquent ici que l’on est en présence d’une optique raffinée et la mention « Made in Japan » sur le fût de l’objectif nous le confirme par une construction et une finition aux petits oignons. Monté sur un reflex plein format, l’ensemble est bien équilibré. Par contre, utilisé avec un reflex APS-C plus léger, l’équilibre risque d’être rompu avec un poids qui va véritablement vers l’avant.

Test-Phototrend-Sigma-Art-20 mm-f1-4DG-HSM-20

Une fois habitué au poids de l’objectif, lié principalement à la formule optique utilisée, on découvre un objectif aux finitions élevées. Le Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM utilise de nombreuses parties en métal ainsi que le Thermally Stable Composite (TSC), un composite qui remplace le polycarbonate et s’adapte bien aux changements de température, se déforme peu et offre ainsi plus de précision à l’objectif tout en limitant son poids global.

Test-Phototrend-Sigma-Art-20 mm-f1-4DG-HSM-25

L’objectif dispose d’une bague de mise au point en caoutchouc large et très précise avec une butée. Sur le fût, on retrouve un commutateur pour passer de la mise au point AF ou MF. Une fenêtre sur le dessus permet de voir l’indicateur de distance de mise au point (en mètre et en feet). La fenêtre dispose des indications sur l’hyperfocale avec des petits indices affichant la plage de mise au point pour quelques réglages d’ouverture (f/16 et f/8).

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₄₀₀ s à ƒ / 5,0 - ISO 400

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₄₀₀ s à ƒ / 5,0 – ISO 400

Si vous pensiez partir barouder avec cette optique, il est important de noter qu’elle ne dispose pas de joints d’étanchéité et n’est donc pas tropicalisée. Seules les optiques de la gamme Sport sont présentées comme tropicalisées par Sigma. A noter qu’il n’y a pas non plus de joint d’étanchéité au niveau de la baïonnette, un petit plus appréciable pour protéger votre boîtier dans des conditions de prise de vue extrêmes.

Test-Phototrend-Sigma-Art-20 mm-f1-4DG-HSM-24

Contrairement à Tamron, qui privilégie la stabilisation à l’ouverture maximale – lire notre test du Tamron SP 35 mm f/1,8 Di VC USD – Sigma privilégie l’ouverture à f/1.4 plutôt que la stabilisation optique.

Le pare-soleil de l’objectif est fixé à l’objectif et ne peut pas être retourné. Ce choix permet de protéger le verre avant qui est bombé. Il est donc impossible d’utiliser un filtre vissant sur cet objectif sans utiliser d’adaptateur et il faudra se tourner vers un support de filtre carré comme celui proposé par Nisi. Un capuchon en plastique – avec une version métallique (disponible en option) – permet de protéger la lentille frontale.

Test-Phototrend-Sigma-Art-20 mm-f1-4DG-HSM-21

Qualité d’image du Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM

Nous avons testé le Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM avec un Nikon D800 doté d’un capteur de 36 Mpx. Cet objectif, comme les autres optiques de la série Art de Sigma, s’accommodent très bien des boîtiers à capteurs numériques très définis, comme le Nikon D800 ou bien encore le Canon 5DS R.

Pour ce test, nous avons emporté cet objectif dans les rues de Paris ainsi qu’à La Défense, de nuit, pour tester la qualité optique ainsi que l’intérêt de la grande ouverture.

Les photos présentées dans ce test sont des JPEG tirés de RAWs traités dans Lightroom.

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₁₀₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 800

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₁₀₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 800

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 110

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 110

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - 10,0 s à ƒ / 16 - ISO 50

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – 10,0 s à ƒ / 16 – ISO 50

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₁₀₀₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 200

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₁₀₀₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 200

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₁₅ s à ƒ / 1,4 - ISO 400

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₁₅ s à ƒ / 1,4 – ISO 400

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₈₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 200

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₈₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 200

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₅₀₀ s à ƒ / 6,3 - ISO 200

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₅₀₀ s à ƒ / 6,3 – ISO 200

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 4,0 - ISO 200

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 4,0 – ISO 200

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₈₀₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 200

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₈₀₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 200

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 1250

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 1250

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 450

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 450

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₆₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 900

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₆₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 900

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 720

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 720

Dans l’ensemble, la qualité et le piqué de ces photos sont excellents. Cette sensation de netteté est également renforcée par la faible profondeur de champ lorsque vous photographiez à f/1.4.

A pleine ouverture, on note un léger vignettage sur les bords de l’image, qui se corrige sans peine en utilisant le profil d’objectif dans un logiciel comme Lightroom. Ce vignettage disparaît rapidement et n’est plus visible à partir de f/2.8.

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₂₀₀₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 200

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₂₀₀₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 200

Avec un objectif ultra grand-angle comme le 20mm, on s’attend à avoir de la distorsion. Et bien c’est une bonne surprise, cet objectif – haut de gamme rappelons-le – ne déforme que très peu votre image, comme vous pouvez le voir sur la photo suivante :

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₅₀ s à ƒ / 6,3 - ISO 800

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₅₀ s à ƒ / 6,3 – ISO 800

Bien entendu, la focale de 20mm entraîne forcément une déformation de la perspective de l’image, mais la distorsion est bien contenue.

Sur le sujet des aberrations chromatiques, nous n’avons rien à reprocher à cet objectif : nous n’avons tout simplement pas détecté d’aberrations chromatiques durant notre test terrain.

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₃₂₀ s à ƒ / 16 - ISO 400

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₃₂₀ s à ƒ / 16 – ISO 400

Enfin, l’autofocus HSM de l’objectif est réactif et silencieux et ne nous a pas fait défaut durant notre test.

Un mot sur la concurrence

Avant de refermer ce test, nous souhaitions parler un peu de la concurrence sur cette focale. Le 20mm n’est pas une focale fixe standard, mais il y a pourtant plusieurs constructeurs qui proposent un objectif 20mm à leur catalogue en monture Nikon ou Canon.

Chez Nikon, le Nikkor 20mm f/1.8G ED, sorti en 2014, est l’objectif qui se rapproche le plus, même s’il ne jouit pas de la même construction et que son ouverture ne va que jusqu’à f/1.8. Il est compatible plein format et propose une très large focale avec un poids léger de 350g. Il est possible d’utiliser des filtres vissants. Son prix, aux environs de 800€, le rapproche cependant du Sigma et seul son poids plus léger vous fera le préférer.

Chez Canon, le seul objectif ultra grand-angle équivalent est l’EF 20mm f/2.8 USM, qui n’ouvre qu’à f/2.8. Il pèse 405g et coûte 500€. En savoir plus.

Chez Samyang, il existe également un 20mm f/1.8 ED AS UMC, mais uniquement à mise au point manuelle. Il est vendu aux environs de 500€.

A qui s’adresse le Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM ?

Peu habitué des focales fixes ultra grand-angles, je me suis un peu battu contre mes habitudes avec cet objectif : me rapprocher davantage de mon sujet – à ce sujet, lire le MP #197, trouver des angles de vue différents, appréhender la focale.

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₂₅ s à ƒ / 1,4 - ISO 200

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₂₅ s à ƒ / 1,4 – ISO 200

Avec ce 20mm, Sigma s’adresse à la fois aux photographes exigeants à la recherche d’un objectif ultra grand-angle de qualité et lumineux. Cet objectif est particulièrement recommandé pour de la photo d’architecture, du paysage, des photos du ciel étoilé grâce à son grand-angle et sa très grande ouverture. Il convient également à un usage plus classique, en voyage ou bien en ville, lorsque le recul n’est pas suffisant. En photo d’intérieur, cet objectif fait également des merveilles, à condition de suivre quelques règles importantes.

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₆₀ s à ƒ / 8,0 - ISO 200

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₆₀ s à ƒ / 8,0 – ISO 200

Au final, ce 20mm est plus polyvalent que je ne l’aurais pensé. Sa mise au point minimum à 27cm permet également de faire des photos de détails, comme pour cette feuille.

NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 400

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 400

Reste son prix. Vendu à plus de 1000€, avec des tarifs fluctuants sur le net, le Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM reste cher.

Synthèse des points forts et des points faibles du Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM

Nous avons décidé, pour simplifier la lecture de nos tests et faciliter la comparaison, de conclure nos articles par une synthèse des points forts et faibles des produits testés, puis d’une note sur 10. Certains points sont objectifs, d’autres plus subjectifs : nous n’avons pas LA réponse, mais vous proposons notre vision. N’hésitez pas à la compléter dans les commentaires !

Points forts :

  • qualité de construction
  • optique de qualité : bon piqué
  • faible distorsion
  • pas d’aberrations chromatiques
  • grande ouverture à f/1.4

Points faibles :

  • poids lourd
  • absence de pas de vis pour filtre
  • vignettage à f/1.4
  • pas de tropicalisation
  • prix élevé
NIKON D800 - 20.0 mm f/1.4 - ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 - ISO 1000

NIKON D800 – 20.0 mm f/1.4 – ¹⁄₅₀ s à ƒ / 1,4 – ISO 1000

Test de l’objectif Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM
21 mars 2017
8.25/10

Si vous cherchez un objectif ultra grand-angle lumineux et que vous aimez les belles finitions, Sigma vous le sert sur un plateau d’argent avec le 20 mm f/1.4 DG HSM de la gamme Art. Avec une qualité de construction exemplaire et des performances optiques de haut vol, cet objectif satisfera les photographes exigeants utilisant un boîtier plein format.


Le Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM est disponible en monture Nikon, Canon et Sigma au prix public de 1099€. Il est disponible sur plusieurs boutiques dont Amazon, Miss Numérique et Digit-Photo.

8.25 Note globale
Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM, un objectif ultra grand-angle lumineux et piqué

Si vous cherchez un objectif ultra grand-angle lumineux et que vous aimez les belles finitions, Sigma vous le sert sur un plateau d’argent avec le 20 mm f/1.4 DG HSM de la gamme Art. Avec une qualité de construction exemplaire et des performances optiques de haut vol, cet objectif satisfera les photographes exigeants utilisant un boîtier plein format.


Le Sigma Art 20 mm f/1.4 DG HSM est disponible en monture Nikon, Canon et Sigma au prix public de 1099€. Il est disponible sur plusieurs boutiques dont Amazon, Miss Numérique et Digit-Photo.

Articles qui pourraient vous intéresser

  • Nicolas RVL

    Bonjour, en point négatif, je rajouterai : pas de monture Pentax !

    • Alexandre Verbeke

      Bonjour, point négatif qui est une conséquence d’un point négatif de Pentax pendant des années : pas de FF !

    • Billy Le Gros

      Bonjour
      Il y a encore 2 ans cet argument aurait pu être valable mais depuis chez Pentax le FF K-1 est là !
      De plus cet objectif est dispo en monture Sigma alors que Sigma n’a jamais sorti de FF !

    • Alexandre Verbeke

      Cet argument sera encore valable quelques années, il ne suffit pas d’un boitier pour que Sigma et Tamron se disent « vite vite faut tout fabriquer en Pentax » (concernant Tamron, ils ont encore moins de raison de le faire vu que les zooms f/2.8 Pentax sont des Tamron à la base). Cet objectif est dispo en monture Sigma…oui, qui le fabrique? Un constructeur d’objectif qui fabrique des objectifs pour sa propre monture, incroyable (si tu as remarqué, les autres constructeurs ne font pas de monture Sigma sur leurs objectifs, ils vont mettre quoi sur leurs quattro s’ils ne le font pas sur les leurs?)! En attendant 10 ans pour sortir un FF, Pentax a permis à Canon et Nikon d’occuper le marché du plein format et notamment du marché pro, il faudra que le K-1 se vende sacrément bien (ou que Pentax sorte d’autres boitiers et objectifs) pour que le marché Pentax soit suffisamment intéressant pour inciter Sigma et Tamron à équiper leurs objectifs en monture K.

    • Billy Le Gros

      Cet argument serait valable s’il était logique.
      Sigma a arrêté de produire pour la monture K aussi bien en FF qu’en APS-C. Or Pentax reste présent sur l’APS-C.
      L’arrêt de production en monture K et lié à leur capacité de production. Etant restreint, Sigma ne vendrait pas plus en couvrant plus de monture. Par contre cela leur coûte moins cher de se focaliser que quelques montures.

    • Alexandre Verbeke

      Donc, il faudra que le Pentax K-1 (entre autres) se vende sacrément bien pour que Sigma veuille couvrir à nouveau leur monture. L’argument reste logique, une entreprise est censée faire des bénéfices, s’ils estiment que ça leur ferait perdre trop en comparaison rien d’étonnant qu’ils ne le fassent toujours pas et on en revient au fait que si Pentax ne se vend pas autant que les autres c’est en partie lié au fait qu’ils ne proposaient rien en FF, illusoire d’espérer une inversion de la tendance en 2 ans (Et sans ces objectifs de disponible en monture Pentax la tendance sera encore plus dure à inverser, cercle vicieux mais dont Pentax est largement plus responsable que Sigma donc il fallait harceler Pentax il y a 10 ans plutôt que Sigma aujourd’hui. Maintenant c’est trop tard, on ne peut que subir et c’est dommage parce que Pentax est une excellente marque). Et il est d’autant plus logique en tenant compte de ce que tu viens de dire, ils ne fabriquent déjà plus pour les APS-C Pentax, pourquoi le feraient-ils pour un FF.

    • Billy Le Gros

      Non, il n’y a pas besoin d’attendre que le K-1 se vende bien. C’est déjà le cas puisqu’il se vend au-delà des attentes et des prévisions de Ricoh. Pentax est le seul fabricant à ne pas être en baisse de vente par rapport à l’année dernière.
      A côté de cela, la monture Sony A, à ne pas confondre avec la monture Sony E, a ne part de marché encore plus petite que la monture K … et pourtant Sigma adapte encore des objectifs pour celle-ci.
      Il n’y a pas de logique, juste que Sigma dans certain s cas a envi de produire pour une monture et dans d’autres, n’a pas envie.
      C’est ainsi et il n’y a rien à redire, ils ont le droit de faire comme ils veulent.
      Mais il est inutile de leur trouver des pseudo-motifs, c’est ridicule.

    • Alexandre Verbeke

      Plus ridicule que l’argument de la monture Sigma? Pas sur… On se trouve les arguments qu’on veut, surtout (le K-1 se vend bien, génial, ça représente combien de parts de marché en comparaison des autres? Combien de photographes déjà équipés FF sont prêts à quitter leurs marques où ils ont déjà accès à ces objectifs pour une marque n’ayant qu’un choix de boitier et dans laquelle ils n’y auraient plus accès?). Avec leur savoir-faire, si Pentax avait pris le train du FF à temps ils ne concurrenceraient pas que sur la qualité mais aussi sur les parts de marché. Sony ne peut pas se comparer à Pentax, ils n’ont pas la même part de marché mais ils ont les moyens (et fournissent Pentax et Nikon en capteurs, au passage).

    • Billy Le Gros

      Jolie dérive. Je suis mort de rire :LOL:

  • Alexandre Verbeke

    « la mention « Made in Japan » sur le fût de l’objectif nous le confirme » ne soyons pas trop snob avec ces mentions made in Japan ou China, le dernier Nikon 105 f/1.4E est marqué made in China pourtant je n’ai trouvé que des tests vantant sa construction 😉 .

  • Claude GAGEANT

    Ras le bol de ces objectifs pour Canon et Nikon.
    Il me semble qu’il y a d’autres constructeurs d’appareils photo largement aussi recommandables.
    Je crois qu’il me faut allez voir ailleurs !
    Tchao !

    • Et quelle monture utilises-tu ? Sigma fait aussi du Pentax mais pas pour cette optique malheureusement.

  • Claude GAGEANT

    Merci Damien mais j’ai un Fuji…

  • Guillaume

    Super article !

  • Guides d’achat 300×300