Le photographe allemand Martin Schoeller, domicilié à New-York depuis de nombreuses années, s’est spécialisé dans la photographie de portrait après avoir été l’assistant d’Annie Leibovitz de 1993 à 1996. Ses portraits serrés au style particulier et unique, que nous avons déjà abordés dans un de nos articles avec sa série Close-up, sont parfaitement reconnaissables.

Il compte à son actif des milliers de portraits de célébrités, de Barack Obama à Lady Gaga, mais aussi d’inconnus, comme des américaines de San Francisco adeptes du body-building, qu’il photographie toujours de la même façon, la plus simple et la plus pure, en « close-up ».

Dans cette vidéo réalisée par CNN, le photographe explique pourquoi il n’immortalise que le visage de ses modèles, avec « la même lumière, le même environnement, le même cadrage, le même angle, et le même appareil photo, sans retouche ». Pour ces types de portraits, il n’utilise que l’argentique, cherchant toujours à respecter son style bien distinct.

martin-schoeller-george-clooney-portrait.jpeg

S’il réduit ses portraits à une pure représentation du visage, c’est dans un premier temps un moyen d’éviter la déception de ne pas capturer ce qu’il souhaitait dû à un environnement, souvent un hôtel, et au look du modèle qu’il ne peut pas choisir. Il peut ainsi toujours avoir un bon portrait, simple, mais qui ne dépend pas du lieu, du moment et du temps imparti toujours court, et du modèle.

martin-schoeller-cate-blanchett-portrait.jpeg

Finalement ce choix pratique devient en même temps un choix de style, car comme il l’explique, la photographie est “l’un des médiums pour lequel définir son propre univers et rendre quelque chose d’unique est très difficile”, en particulier aujourd’hui, puisque “tout le monde est plus ou moins photographe”.

A travers ses portraits d’acteurs, de chanteurs, de politiciens, et d’anonymes, Martin Schoeller cherche à rendre compte de « l’essence humaine ». Bien que selon lui, aucune photo ne peut être honnête car il est impossible de capter toute la complexité et l’identité d’une personne en une capture qui ne dure même pas une seconde, il tend à se rapprocher le plus possible d’une représentation « honnête ».

© Martin Schoeller - Barack Obama

© Martin Schoeller – Barack Obama

En ne tenant compte ni du statut social, de la richesse ou de la pauvreté, ni de la célébrité ou de l’anonymat de ses modèles, le photographe s’évertue à saisir ce très bref moment d’inattention durant lequel le modèle, vulnérable, se montre tel qu’il est et oublie qu’il est face à un appareil.

Il pointe du doigt également les problèmes de la photographie de portrait aujourd’hui, dominée par le monde de la mode et par le diktat de la beauté et de la minceur. A travers cet art devenu un business de magazines où tout le monde cherche à paraître jeune, mince et beau, les portraits s’éloignent de cette idée d’honnêteté et de réalisme. Il prend pour exemple la très célèbre photo de Marylin Monroe, prise par Richard Avedon, où l’actrice paraît « tragique, triste, vieille » (ou en tout cas plus vieille qu’elle ne l’est en réalité), ce qui donne un portrait à la fois beau et déchirant.

© Richard Avedon - Marylin Monroe

© Richard Avedon – Marylin Monroe

Enfin, Martin Schoeller revient sur les différents niveaux de difficulté, selon les modèles, à tirer un portrait presque authentique. Il affirme sans hésitation que ce sont les acteurs et les actrices qui lui donnent le plus du fil à retordre : parce qu’ils jouent constamment un rôle, le photographe ne parvient pas toujours à capter ce moment de vérité et se laisse berner par leur jeu.

Il peut exister cependant des différences entre les célébrités. Certaines peuvent prendre leur temps pour se préparer et ne laisser qu’une quinzaine de minutes au photographe pour se faire tirer le portrait, comme Lady Gaga. D’autres, très pro et moins attachées à leur apparence tel que Meryl Streep, facilitent bien plus la tâche au portraitiste.

© Martin Schoeller - Meryl Streep

© Martin Schoeller – Meryl Streep

Au contraire, les politiques paraissent plus malléables parce qu’un peu moins marqués par l’importance de leur expression faciale… bien qu’au final ils posent souvent tous de la même façon. Mais les modèles plus honnêtes et qui s’ouvrent plus facilement devant l’objectif, ce sont les athlètes qui se concentrent souvent plus sur leurs performances sportives que leur apparence.

martin-schoeller-zinedine-zidane-portrait-580x754.jpeg

© Martin Schoeller – Zinedine Zidane

© Martin Schoeller - Hillary Clinton

© Martin Schoeller – Hillary Clinton

© Martin Schoeller - Philip Seymour Hoffman

© Martin Schoeller – Philip Seymour Hoffman

© Martin Schoeller - Female body-builder

© Martin Schoeller – Female body-builder

© Martin Schoeller - Female body-builder

© Martin Schoeller – Female body-builder