Mi-octobre, Sony a annoncé deux nouveaux appareils photo compact et hybride, le Sony RX100 Mark V et le Sony A6500. Ces appareils photo ne sont pas encore disponibles à la vente, mais nous avons pu les prendre en main lors d’une visite privée dans le showroom de Sony France, à Puteaux.

Sony RX100 Mark V, le tour de magie

Sony RX100 Mark V

Sony RX100 Mark V

À chaque nouvelle version du RX100, Sony nous étonne par sa capacité à innover sur ce boîtier compact expert sans changer d’un iota l’apparence de l’appareil. Le compact garde les mêmes mensurations et la même apparence, à quelques détails près. Saurez-vous les trouver ?

Comparaison Sony RX100 Mark V et Mark IV de derrière

Comparaison Sony RX100 Mark V et Mark IV de derrière

Comparaison Sony RX100 Mark IV et Mark V de face

Comparaison Sony RX100 Mark IV et Mark V de face

Comparaison Sony RX100 Mark V et Mark IV de dessus

Comparaison Sony RX100 Mark V et Mark IV de dessus

Deux éléments permettent de reconnaître le nouveau compact expert : la signature sur le dessus de l’appareil indiquant « Mark V » et le liseré plus fin sur l’avant de l’appareil. Pour le reste, c’est exactement la même chose : même écran orientable, même viseur OLED rétractable de 2,35 millions de points

À l’intérieur, le Sony RX100 V dispose de plusieurs nouveautés, toutes axées vers la performance et la rapidité. Si le capteur empilé Exmor CMOS 1 pouce de 20,1 Mpx reste le même ainsi que l’objectif 24-70mm f/1.8-2.8, le traitement de l’image est amélioré grâce à une nouvelle puce LSI capable d’améliorer sensiblement la vitesse de traitement des images, la mémoire tampon et la qualité d’images en hauts ISO.

Sony-RX100V-5

Le système de mise au point automatique devient hybride (détection de phase et détection de contraste, avec 315 collimateurs couvrant 65% de l’image) ce qui a pour effet d’améliorer la vitesse de mise au point (MAP faite en 0,05 seconde selon Sony). Un mode AF-A a également été ajouté, pour passer automatiquement de l’AF continu au mode ponctuel en fonction des situations. Durant notre prise en main, nous avons noté que la mise au point était très rapide, dans des conditions d’éclairage artificiel. Il faudrait voir ce que cela donne en lumière naturelle et notamment avec des lumières difficiles.

Sony RX100 V

Le Sony RX100 Mark V filme en 4K (jusqu’à 100 Mbit/s), comme son prédécesseur, sans pixel binning. Il peut également enregistrer des ralentis jusqu’à 1000i/s en Full HD avec la fonction HFR (High Frame Rate) présente sur le Mark IV. Mais ici, on passe de 3 secondes d’enregistrement à 6 secondes d’enregistrement.

Le dernier point où le RX100 V s’améliore est sur le déclenchement et la rafale. Le RX100 V, en obturateur électronique, peut photographier jusqu’à 1/ 32 000s : parfait pour photographier à pleine ouverture et en plein soleil des éléments en mouvement. Cette vitesse est également disponible en vidéo.

En rafale, le compact expert est capable de déclencher jusqu’à 24 i/s en continu (mode de prise de vue en continu sur Hi, suivi AE et AF, jusqu’à 150 images en qualité d’image JPEG fine). Cette vitesse, un record sur un appareil photo compact, est permise par le nouveau processeur LSI. Nous n’avons pas pu prendre de photos avec les appareils photo présentés, n’étant pas des versions finales, mais voici une vidéo vous montrant la vitesse de la rafale mécanique. C’est simplement impressionnant pour un appareil photo compact. Il est bien entendu possible d’utiliser le déclencheur silencieux en passant en obturateur électronique.

Malheureusement, l’appareil est toujours aussi glissant dans les mains et aucun grip en façade n’a été ajouté (malgré les demandes des utilisateurs). L’usage d’un grip optionnel Sony AG-R2 (en plus de la dragonne) est donc recommandé pour éviter tout problème de préhension.

Le Sony RX100 Mark V sera disponible à partir du mois de novembre au prix de 1200€. L’addition est salée, mais ce Mark V embarque de belles améliorations avec des performances dignes d’un hybride. La responsable produit de la gamme RX100 nous a également confirmé que toutes les versions du RX100 restent au catalogue, malgré des ventes flash à répétition à la Fnac et sur Amazon pour les précédentes versions.

Notre premier avis sur le RX100 Mark V

Avec le Mark V, Sony ne réinvente pas le RX100 et conserve son format compact qui a fait son succès commercial. Malgré cela, et comme par magie, le constructeur arrive encore à améliorer ce produit tout en conservant son encombrement minime. En main, l’appareil est plus dense, mais pour un poids similaire (299g avec batterie et carte SD selon la fiche technique Sony).

Le Sony RX100 Mark V devient très réactif, chose surprenante lorsque l’on considère qu’il s’agit « seulement » d’un appareil photo compact. Seul son prix, de 1200€, pourra en effrayer plus d’un, mais il ne faut pas oublier que malgré son petit capteur, cet appareil est capable de rivaliser avec un reflex en qualité d’image, la compacité en plus, ce qui en fait l’appareil photo idéal pour la vie de tous les jours.

Comme pour le précédent modèle, si vous n’avez pas besoin d’une rafale ultrarapide et que la mise au point à 0,05 seconde n’est pas nécessaire, nous vous conseillerons sûrement de vous pencher vers le Sony RX100 Mark IV qui se trouve désormais en dessous de 1000€ et va sûrement continuer à baisser. Et si la 4K ou la haute vitesse (1/32 000s) ne vous intéresse pas, le RX100 Mark III, disponible à moins de 700€, est fait pour vous.

Dès que le Sony RX100 Mark V est disponible, nous le soumettrons à un test terrain avec le plus grand plaisir.

Un caisson étanche 40m compatible avec tous les RX100 pour la plongée

Pour les amateurs de plongée ou de jeux d’eau un peu trop mouillés, Sony sort également un caisson étanche à 40 mètres compatible avec tous les boîtiers RX100 : RX100 I, II, III, IV et V. Les différentes évolutions ne disposant pas exactement des mêmes formats et options (notamment l’emplacement du flash), le caisson dispose d’adaptateurs pour chaque appareil.

Une griffe porte accessoires est disponible, mais le flash du RX100 V peut également être utilisé : il faut l’ouvrir avant de mettre l’appareil dans le caisson, et un diffuseur blanc vient se placer à l’intérieur du caisson pour diffuser la lumière du flash. Reste à savoir si c’est efficace en conditions réelles de plongée en eaux troubles. Une fois inséré dans le caisson, le RX100 fait la taille d’un reflex, mais est complètement étanche et capable d’être utilisé sous l’eau. Le caisson MPK-URX100A est vendu 360€.

Sony-RX100V-12

Le caisson MPK-URX100A comparé au Sony RX100 Mark V

Le caisson MPK-URX100A pour Sony RX100 Mark V

Le caisson MPK-URX100A pour Sony RX100 Mark V

Caisson étanche MPK-URX100A : tous les boutons sont accessibles à l'arrière

Caisson étanche MPK-URX100A : tous les boutons sont accessibles à l’arrière

Sony A6500, premier hybride à capteur APS-C stabilisé chez Sony

Après le Sony Alpha A6300, voici le A6500. Pourquoi pas A6400 ? Tout simplement parce que le 4 porte malheur au japonais. Voilà, on peut avancer maintenant.

En apparence, le Sony Alpha A6500 est une copie du A6300. Circulez, rien à voir. Seul un bouton personnalisable fait son apparition, c’est tout. Le viseur électronique XGA OLED de 2,4 millions de points reste au menu. À l’arrière, l’écran orientable sur charnière devient cependant tactile, avec la possibilité de faire la mise au point et de déclencher du bout du doigt.

Sony A6300 contre Sony A6500

Sony A6300 contre Sony A6500

Sony A6500 contre Sony A6300

Sony A6500 contre Sony A6300

Autre point extérieur : le A6500 est désormais résistant aux poussières et à la moisissure (« dust and moisture resistant »). Cela veut dire que le boîtier peut subir quelques éclaboussures, mais il n’en est pas devenu étanche pour autant.

Le capteur du A6500 reprend la version APS-C de 24,2 Mpx du A6300, mais est équipé d’un nouveau processeur d’image plus véloce, le BIONZ X. Avec lui, la mémoire buffer devrait être plus performant (jusqu’à 307 images) et la montée en ISO plus propre (jusqu’à 51200 ISO). Impossible de vérifier cela durant cette prise en main.

Tout comme sur le Sony RX100 Mark V, le A6500 mise sur des améliorations de vitesse et de réactivité. Premier point important, le A6500 bénéficie d’une nouvelle stabilisation du capteur sur 5 axes. Et c’est une nouveauté : jusqu’alors, Sony n’utilisait que la stabilisation optique sur ses hybrides APS-C et le A6500 est le premier de ces boîtiers a disposé de la stabilisation capteur 5 axes. Cet ajout se fait sans prise d’embonpoint pour le boîtier.

L'écran est désormais tactile

L’écran est désormais tactile

L’intérêt de la stabilisation du capteur est de pouvoir gagner jusqu’à 5 vitesses, permettant de descendre en vitesse sans obtenir des images ratées à cause d’un flou de bougé. Et en vidéo, c’est le gage de plans plus stables, une véritable demande de la part des vidéastes qui peuvent ainsi utiliser des optiques non stabilisées pour filmer en 4K à 30i/s sans image binning avec ce boîtier.

En vidéo, le Sony A6500 peut enregistrer en S-Log gamma, capture 6K d’informations qu’il suréchantillonne pour obtenir un flux 4K détaillé. Il est également possible de régler la sensibilité AF et la vitesse de transition, pratique pour éviter les déplacements de mise au point erratiques. Un mode « Slow and Quick » permet de créer des vidéos ralentis ou accélérés directement depuis l’appareil photo.

Autre point d’amélioration, la vitesse d’autofocus. Comme le RX100 Mark V, le A6500 peut désormais faire le point en 0,05s avec ses 425 points AF à détection de phase. Sa rafale est toujours de 11 i/s avec suivi AF et AE et 8i/s en Live View, mais l’a6500 est capable de tenir la cadence 20 secondes, soit plus de 200 images.

Enfin, le logiciel du A6500 a été revu, avec des menus séparant enfin photo et vidéo en se calquant sur les menus du A99 Mark II.

Le boîtier Sony Alpha A6500 est proposé à 1700€ nu, bien plus cher que l’A6300 à sa sortie. Il sera disponible fin novembre en France, et le stand Sony au Salon de la Photo lui fera une belle place, on imagine. À ce tarif, le A6500 se positionne face au X-T2 de Fujifilm, rien que ça.

Notre avis sur le Sony A6500

Le boîtier du A6500 ne nous a pas déboussolés, car il reprend l’ergonomie du A6300. Comme le Sony RX100 V, cette nouvelle mouture mise tout sur la réactivité et la performance, en orientant sûrement ce boîtier vers les passionnés de sport ou de photo d’action. Moins impressionnant que le RX100 Mark V sur la rafale, cet hybride APS-C en a cependant sous le capot, notamment en termes de performances AF (difficile à tester dans un showroom qui n’est autre qu’un bureau à Puteaux). Dès qu’une version finalisée passe entre nos mains, vous aurez un compte rendu plus détaillé sur ce boîtier.

Sony-A6500-9

La fin d’année sera donc plus riche que prévue chez Sony.