Cette semaine, nous laissons la parole à Emmanuel Vaillant, un jeune amateur de photographie qui nous explique comment il a mis en place un projet photo 52 collaboratif via sa page Facebook. L’objectif : sortir de sa zone de confort et apprendre de nouvelles pratiques photo. Après 19 semaines, il dresse un premier bilan de son projet.

Bonjour à tous, et tout d’abord merci à l’équipe de Phototrend qui me permet de présenter mon projet.

Je m’appelle Emmanuel Vaillant, j’ai 26 ans et je pratique la photo depuis mes 15 ans. Les paysages naturels ou urbains et la vie sauvage en général composent majoritairement ma photothèque. J’effectue mes photographies la plupart du temps lors de voyages plus ou moins lointains.

© Emmanuel Vaillant

Orage sur le bassin d’Arcachon – © Emmanuel Vaillant

© Emmanuel Vaillant

Place de la Bourse, Bordeaux – © Emmanuel Vaillant

© Emmanuel Vaillant

Guifettes – © Emmanuel Vaillant

Malheureusement, je n’ai pas la chance de passer ma vie à voyager, et mon reflex reste souvent de longues périodes sans bouger de son étagère. Je me suis permis mon dernier investissement, passage chez Nikon avec le pack d’objectifs correspondant, à la seule condition de faire des images plus assidûment.

C’est alors que j’ai eu l’idée d’un projet 365. Mais je me connais et je n’aurai jamais tenu le rythme d’une photo par jour, d’autant plus que ce n’est pas ma vision de la photographie. Je préfère prendre le temps de réfléchir au cliché que je veux construire.

J’ai donc décidé d’initier un projet 52. Pour la réalisation de ce dernier, je me suis beaucoup questionné : quel axe lui donner ? Quel fil conducteur ? Comment trouver l’inspiration pour capturer une photo par semaine ?

Un projet 52 collaboratif via Facebook

En réponse à toutes ces questions, j’ai entrepris une démarche de projet 52 collaboratif à l’aide de ma page Facebook. Chaque mercredi, je me rends sur le site Mots aléatoires en français où je génère 10 mots aléatoires. Sur ces 10 mots, j’en choisis 5 que je soumets au vote via un sondage sur ma page Facebook (via l’application Sondages). Les participants ont jusqu’au mercredi suivant pour voter. Le mot ayant eu le plus de succès devient le thème photo pour ma semaine. Ainsi chaque mercredi je présente une photo, le résultat du sondage et le nouveau sondage.

Schéma projet 52 collaboratif

Schéma projet 52 collaboratif

Cela fait maintenant 19 semaines que j’ai commencé. Je peux donc faire un premier bilan sur les points positifs que je tire de cette expérience et les difficultés que je rencontre.

Savoir s’adapter et sortir de sa zone de confort

L’enjeu de ce projet était de ne pas choisir mes thèmes, mais de m’adapter au mot « élu ». Malgré ma sélection de 5 mots parmi les 10 aléatoires, il n’y en a généralement qu’un ou deux qui m’inspirent. Et évidemment ce n’est jamais celui qui remporte le suffrage. Je suis donc obligé de sortir de ma zone de confort. Certains mots m’obligent à concevoir des images dans des genres photographiques que je n’aurai pas explorés avant par faute d’intérêt, de temps, de motivation, de moyens…

C’est le cas de la photo de la semaine 9 « Surprise » ci-dessous. Habituellement ce n’est pas le style de photo où je suis à l’aise : faire poser des modèles, construire une scène… On peut d’ailleurs le remarquer, car le Don Juan ne tient pas l’écrin dans le bon sens…

© Emmanuel Vaillant

Surprise – © Emmanuel Vaillant

Développer son inventivité

D’autres fois, j’ai l’image en tête, mais je n’ai pas le matériel photographique ou logistique adéquat. Cela permet de développer l’inventivité en favorisant le DIY (Do it Yourself) pour éviter d’investir dans du matériel coûteux qui ne me servira qu’une seule fois.

Pour illustrer ce propos, la photo de la semaine 17 « Loup » convient bien. Habitant en région parisienne et n’étant pas un grand fan de zoo, j’ai orienté la photo vers la signification du loup en tant que masque. Pour réaliser la photo imaginée, un beau portrait, il m’aurait fallu un fond blanc et/ou une grande softbox pour flash. N’en possédant pas, j’ai placé mon flash cobra sur l’étagère dans une armoire. En guise de softbox, j’ai placé devant cette armoire un premier diffuseur home-made puis un drap blanc en guise de fond. Pour réfléchir la lumière vers mon modèle j’ai utilisé un réflecteur.

Making-of de la photo du "Loup"

Making-of de la photo du « Loup »

Loup - © Emmanuel Vaillant

Loup – © Emmanuel Vaillant

Rester motiver grâce à un public

Enfin, un autre point positif est l’aspect collaboratif qui permet de maintenir ma motivation et de me forcer à publier une image pour ne pas décevoir les votants.

Difficulté numéro 1 : la gestion du temps

Je ne rencontre finalement qu’une seule difficulté : la gestion du temps. Toutes les images de mon projet sont réalisées dans la semaine suivant le résultat du vote, et une semaine c’est finalement très court. J’ai parfois des idées que je n’arrive finalement pas à satisfaire, car, soit les conditions n’ont pas été réunies dans la semaine, ou je n’ai pas eu le temps suffisant pour mettre en place tous les éléments nécessaires. Pour pallier cette difficulté, lorsque je sais que mon idée risque d’être compliquée à finaliser, je prévois une idée de back-up dont je suis sûr de pouvoir assurer la réussite dans les temps si jamais la première option échoue.

Conclusion

En 19 semaines, ce projet m’a permis de mettre en pratique des techniques que je connais depuis longtemps, mais que je n’ai jamais mises en œuvre. C’est le cas par exemple des HighSpeed Photos (Semaine 2 et 18) ou des photos au flash déporté avec réflecteur (Semaine 7, 9, 14 et 17). Il me reste donc 33 semaines pour faire des images dans des domaines que je n’ai encore jamais explorés.

Je remercie chaleureusement toutes les personnes qui participent chaque semaine en votant ou en laissant leurs avis sur mes photos.

Merci Emmanuel pour ce témoignage. Pour prendre part à ce projet collaboratif, nous vous invitons à vous rendre sur la page Facebook d’Emmanuel Vaillant et à découvrir l’ensemble des images du projet sur son site.