Guillaume Wilmin a réalisé un reportage photo au cours de la 5e édition de « King of the Ring », l’événement Kickboxing à Metz. Dans ce Mercredi Pratique, il partage avec nous son expérience ainsi que ses conseils pour bien photographier la boxe et les sports de combat.


Je vais partager avec vous la préparation que j’ai effectuée pour photographier des combats de kickboxing lors de la 5e édition de « King of the Ring » au complexe sportif Saint Symphorien à Metz. N’étant pas photographe spécialisé dans le sport, j’ai dû me documenter et me préparer pour pouvoir mener à bien ce reportage photo.

Avant d’aller plus loin, une chose est primordiale : s’assurer la bonne place. Il y a deux zones autour du ring dont une réservée à la presse, photographes et juge. C’est celle qui va vous permettre de réaliser les meilleures photos, mais il faudra pour cela être accrédité, surtout si le combat est dans une ligue officielle.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_18 Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_1 Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_2

Il y a également une zone VIP autour du ring où les invités d’honneur sont placés : vous vous situés entre 3 et 4m et là les choses se compliquent déjà. En effet, plus vous vous éloignez des sources lumineuses et plus vous allez devoir monter en sensibilité. Pour information, pour obtenir une vitesse rapide et figer le mouvement, à un mètre d’un combat la sensibilité va rapidement grimper à 6400 ISO minimum.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_6

Alors avant toute préparation de matériel ou de réglage, s’assurer la meilleure place est indispensable.

Bien se préparer avant le match de boxe

En plein combat, les actions passent très vite et, au-delà de vos propres émotions, il faut anticiper les mouvements des combattants. Avoir une bonne lecture du combat permet de bien se positionner ou bien tout simplement savoir à quel moment du match on se trouve.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_13

Attention, plus vous allez déclencher, plus vous allez accumuler des images et rendre l’editing difficile ensuite. Si vous utilisez la rafale, choisissez la plus basse proposée par votre boîtier.

Lightroom

Les temps de répits sont aussi de bonnes occasions pour photographier les combattants, car beaucoup d’émotions peuvent se produire, lorsque leur coach leur parle ou lorsqu’ils se reconcentrent pour le prochain round.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_14 Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_4

Quelle est votre intention ?

Avant de prendre l’appareil photo entre vos mains, il est important de connaître votre intention. Que voulez-vous montrer des combats ? Personnellement, c’est difficile à décrire : je ne savais pas à quoi m’attendre. J’ai surtout voulu capter des émotions plutôt que l’action du combat.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_33

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_3

L’autofocus, élément essentiel de la réussite

J’utilise habituellement un hybride Sony A7r II. Même si le suivi autofocus est très bon, le problème sur ce type de boîtier c’est la sensibilité du suivi en basse lumière. -2EV à pleine ouverture avec un 35mm 1.4 et la perte du point en rafale est très fréquente. Ajouté à cela un problème d’autonomie et les hybrides ne sont pas encore taillés pour la photographie sportive.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_15

J’ai donc utilisé un reflex plein format Canon 5DS R qui reprend le système autofocus 61 points du 5D Mark III. Le réglage de celui-ci est très complet, je l’ai configuré comme suit :

  • Le mode AF AI SERVO pour que l’appareil cherche le point en continu, ou en ponctuel, car il y a des moments de répit dans les combats.
  • J’ai activé les 61 collimateurs pour avoir la zone AF la plus large possible et la programmation du suivi s’est faite sur sujet changeant de vitesse de manière imprévisible.

AF_Canon

La configuration de l’autofocus est primordiale. Vous comprendrez que plus l’assistance à la prise de vue est importante, plus les chances de réussir ces images le sont. Néanmoins, pour cela il faut comprendre le comportement de votre boîtier sur le bout des doigts.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_30

Les réglages de mode : TV, AV ou M ?

Pour ce type de photos, il faut impérativement travailler en priorité vitesse (Tv pour Canon et S pour Nikon). C’est le paramètre le plus important avec le réglage de l’autofocus. Pour ce championnat, j’ai fait quelques essais à différentes vitesses lors des combats semi-pro au début. J’ai très rapidement ajusté celle-ci à 1/2000s, car même au plus près du ring les combattants se déplacent très rapidement et c’est indispensable pour figer le mouvement.

Néanmoins avec des vitesses plus lentes on pourra donner un effet de mouvement dans les images, mais veillez à ne pas trop descendre, car sinon vous aurez seulement du flou de mouvement.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_17

L’exposition

Comme vous travaillez la plupart du temps en contre-plongée, vous allez aisément sous-exposer vos images de 1IL lors des combats, car il n’y a aucune utilité à exposer correctement le plafond. Les combattants renvoient beaucoup de lumière et, au fur et à mesure du combat, la transpiration de leurs corps en renvoie encore plus.

Autant vous dire qu’il est quasi impossible de faire une mesure spot tellement les sujets se déplacent vite, donc la mesure matricielle sous-exposée de 1IL vous permettra d’avoir une bonne exposition avec des noirs bien noirs et des tons moyens ou clairs bien exposés.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_8

Réglages ISO

Pour cette série, j’ai laissé la sensibilité en fonctionnement auto avec une plage de 100 à 6400 ISO. Le Canon 5DS R n’est pas un champion toute catégorie dans la montée en bruit, mais la définition sauve les meubles et il faudra exposer au plus juste.

De manière plus générale, pour obtenir une vitesse suffisamment rapide, vous devrez automatiquement monter en ISO, donc choisissez un boîtier qui permet cela sans trop perdre en qualité.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_26

Format Cinémascope

Dans la mesure du possible, j’essaie de donner un effet « cinéma » à mes images : c’est l’une des raisons qui me pousse à travailler avec des capteurs très définis comme le Sony A7r II ou, dans ce cas, le Canon 5DS R. J’utilise principalement le format 16/9 et 21/9 (format Cinémascope).

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_17 Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_11 Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_4 Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_7
Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_19

Les cartes mémoires

Avec ses 50 millions de pixels et la rafale, le Canon 5DS R a mis les cartes mémoires à rude épreuve. Pour ce format, on oublie la carte SD avec son taux de transfert maximum de 95mo/s et on file sur la Compact Flash avec ses 160mo/s et 128 Go pour soulager rapidement le buffer et avoir le nombre d’images maximum disponible.

Ici, il est primordial d’avoir une carte mémoire suffisamment rapide (classe 10 minimum) afin de ne pas saturer votre boîtier et vous retrouver à devoir attendre que l’appareil écrive les photos pour continuer. Surtout qu’il est recommandé de photographier en RAW (comme en concert) pour pouvoir récupérer certains détails ou corrections une fois sur ordinateur.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_21 Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_22 Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_23

Le plein de batterie

Un grip ou une seconde batterie sont indispensables, car les combats peuvent durer longtemps. Dans mon cas, l’autonomie moyenne d’une LPE6 est d’environ 900 vues, ce qui est confortable. Mais les sollicitations qui peuvent être demandées par le boîtier ou l’objectif (stabilisation, rafales et recherche du point) peuvent faire tomber l’autonomie à 700 vues.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_29 Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_28

N’oubliez pas qu’avec la rafale les images s’accumulent très vite. Durant ce championnat, j’ai pris environ 800 photos pour 4 heures de présence.

Quels objectifs choisir pour photographier de la boxe ?

J’ai travaillé avec deux objectifs : un 70-200mm f/2.8 IS II et le 35mm f/1.4 II.

Le zoom m’a servi à faire de très gros plans lors des combats, saisir les émotions et les actions fortes. Lorsque vous vous placez près du ring, vous n’êtes pas seul et vous ne pouvez pas vous déplacer à votre guise, car il y a un staff très important. Vous devez jouer de discrétion et ne déranger ni les combattants, ni vos confrères et surtout pas les juges, donc un zoom à longue focale lumineux et indispensable.

En reportage, lorsque vous voulez une vue d’ensemble et cadrer facilement, le 35mm est une focale idéale. Mais attention à tous les éléments parasites qui peuvent rentrer dans le cadre.

Petite anecdote : le grand-angle vous donne la sensation que les objets paraissent plus loin qu’ils ne le sont réellement. Attention à ce qu’un coup de pied ne vienne pas vous arracher votre appareil, car votre sécurité et celle des combattants sont importantes. Vous pouvez vite être distrait ou captivé par l’action du moment.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_25 Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_24

Dernier conseil

Un dernier conseil : gardez l’œil collé au viseur, car pendant les combats le moindre moment d’inattention est une image de perdue pour vous.

L’occasion m’a été permise de travailler avec du très bon matériel, mais cela ne fait pas tout : j’ai aussi eu beaucoup de chance de rencontrer l’organisateur et directeur du Fight Club de Metz Borny, Eliyas TEPELI , qui m’a offert d’excellentes conditions de travail au plus près du ring.

Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_31
Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_32
Guillaume-Wilmin-kickboxing-Phototrend_10

Comme vous pouvez le voir, la photographie sportive est un subtil mélange de technique, de préparation et d’organisation. Mais n’oubliez pas de laisser la place à l’instinct.

Crédit photo : Guillaume Wilmin / retrouvez l’ensemble de sa série photo sur King of the Ring

  • Fernandezced

    Une approche du sujet, pas forcement la mienne…

    • Il y a autant d’approches différentes que de photographes. Pourrais-tu partager avec nous ton approche ?

    • Fernandezced

      Avant toute chose, c’est du très beau boulot, techniquement et visuellement. J’aime l’approche « cinéma ».

      On retrouve trop souvent une approche « combat » de ce sport et l’on fait l’impasse sur l’émotion, les boxeurs… voilà qui nous donne un autre regard.

      Au niveau des réglages, je ne monte pas mes iso aussi hauts, et ma vitesse est plus basse

      Sony @77 II– Iso 1000, F 2.8, vitesse 1 / 250 – RAW suffisent à figer les combats, des rafales plus rapides, mais plus courtes permettent d’avoir « le mouvement ». Des cartes SD à 95 MB/s me suffisent.

      Pour les portraits, ambiance, un @7 II et un objectif à F2 suffisent.

      Reste la lecture du combat, la personnalité des boxeurs, l’œil du photographe…

  • Ddt Fidailio

    Pour un premier reportage photo de combat, je trouve ça pas mal du tout. L’approche cinéma 16/9 donne vraiment un cachet. Puis le rendu du 5Dsr claque ! Les boitiers surpixellisés, que ce soit un 5Ds ou un D810, apportent souvent ce quelque chose en plus dans les photos, je trouve. Bravo Guillaume 😉 !

  • ROUSSEY

    C’est une approche adaptée à un 70-200 et à un 35mm… qui n’est plus la mienne, mais qui l’a été à mes débuts. Ma petite astuce, utiliser 2 objectifs est très compliqué lors d’un gala, on risque de louper L’action, ou LE portrait du gala. Il est souvent plus pratique d’utiliser un objectif plus polyvalent comme un 24-70… Bonne continuation, http://www.pierreroussey-photo.com

  • Fred

    Merci très intéressant et un article qui tombe bien puisque je couvre un gala demain soir. Bravo pour les images au format 16/9 qui rende encore plus noble ce bel art qu’est la boxe. http://www.fredericsaez.com

  • Pingback: Conseils pour photographier de la boxe et autres sports de combats()

  • rabah crouch

    bonsoir monsieur merci pour vos conseils mais je voudrai vous posez une question,moi j’ai un canon 7D et je fais de la photographie sportive plus précisément de combat mais la a chaque fois je tombe sur le problème du flou et encore les images sont jaune qui veut dire de la lumière chaude j’ai un inconvénient les salles ou je prend des photos elle sont peu lumineuse et le 2eme c que j’ai un objectif 18-135 mm ouverture 5.6 donc il n’est vraiment au top donc sur mes prise
    ya bcp de bruit puisque je fais monté les iso au max 6400 iso et la vitesse d’obturation je la met a 1/400 si je baisse la vitesse d’obturation j’aurai du flou sur mon sujet c pour ça je la met a 1/400 mais quand je mets le flash sava mais suivre le sujet avec le flash c impossible donc je l’enlève et la l’image n’est vraiment pas bien voila un exemple . donnez moi des conseils pour mieux me retrouvé . merci

    • Avec le 18-135mm, tu vas forcément devoir monter fortement en ISO car l’ouverture max est trop faible. C’est les limites de ce type d’objectif. A mon avis, vu que tu sembles déjà maîtriser la technique et notamment la vitesse d’obturation, il te faut avant tout trouver un objectif plus lumineux, ouvrant à f/1.8 ou f/2.8 par exemple.
      Pour le jaune dont tu parles, mets toi en balance des blancs automatique (et au format RAW) et tu pourras rattraper cela sur ordinateur.

    • rabah crouch

      D’accord Je suis toujours heureux de prendre connaissance de vos conseils. merci beaucoup